samedi 26 novembre 2022

Les LABITTE, Joailliers: De Labitte à Labarte en passant par Victor Hugo


Ce très joli collier de perles fines a été fabriqué par les frères Labitte dans les années 1850.


Ne pas se fier au dessin de ce poinçon qui figure dans un ouvrage très récent


Ne pas se fier entièrement non plus à cette description : les lettres L.L.


Voici le vrai poinçon des frères Labitte; Lettres L.F. Symbole Une clef Breguet avec une étoile en haut dans un losange vertical, insculpé en 1842
 

Les frères Labitte  étaient installés en 1842, au 11 rue du renard St Sauveur. C'était une toute petite rue qui existait déjà sous Philippe Le Bel. Une rue très étroite qui commençait à la rue Saint-Denis, n° 255 et 257 et finissait à la rue des Deux-Portes, n° nos 12 et 14. Elle ne mesurait que 113 mètres de long Le dernier numéro impair était le 11.


Peu de bijoux des frères Labitte sont en circulation, où reconnus comme tels, ceux qui restent font preuve d'un travail soigné.
La maison Millon a revendu ce bracelet Napoléon III Bracelet en or jaune 18k (750 millièmes) formant un large ruban rigide, ouvrant et articulé, à décor ciselé sur fond d'émail noir, orné au centre d'un motif de fleurette centrée d'une opale épaulée de diamants taillés en rose.  Poids brut : 57,7 g. Tour de poignet 17,5 cm env. 



BRACELET NAPOLEON III
En or jaune articulé et finement ajouré, dessinant des rinceaux et motifs floraux, retenant cinq perles baroques probablement fines, rehaussées d'une succession de diamants de taille rose. 
Poinçon de maître : Labitte frères. Vers 1850. Diamètre interne : 6 cm environ. Poids : 71,2 g. Un bracelet en diamant, perle naturelle et or 18 carats, vers 1850.
C'est la définition de HVMC

Un bracelet en perles, diamants et or du milieu du XIXe siècle, par Labitte Frères
Le bracelet effilé de conception ajourée serti à l'avant de perles graduées sur un entourage de volutes avec des motifs feuillagés sertis de diamants taille ancienne, le dos composé de maillons articulés avec volute gravée motifs entre bordures cannelées, vers 1840, poinçons français, diamètre intérieur 5,8 cm, perles non testées pour l'origine naturelle Poinçon de maître LF pour Labitte Freres, Definition de Christie's
Ce ne peut être 1840 les Labitte n'avaient pas de poinçon Je pense que c'est plutôt 1850-55.

En 1850 les frères Labitte se mettent en société pour 10 ans



Bon sang, mais c'est bien sûr !! Victor Hugo a écrit sur un Labitte, bijoutier ! Un tour sur une étagère de mes bibliothèques et je sors deux livres.



Histoire d'un crime est un essai de Victor Hugo sur le coup d'État perpétré par Louis-Napoléon Bonaparte le 2 décembre 1851.


Ou tous ces morts étaient des insurgés, des brigands, d’après le langage officiel, et l’on voit que parmi eux se trouvent en nombre des négociants, des rentiers, des propriétaires, qu’il s’y rencontre même des nobles ! Ou tous étaient des curieux, des hommes inoffensifs, et alors, qui ne pourra jamais excuser la conspiration militaire d’avoir volontairement, inutilement, sans aucune nécessité, sans le moindre prétexte sérieux, versé tant de sang innocent ?



Alors Victor Hugo, avec la Force de son Verbe va écrire 

De plus bas que le bagne, de plus bas que l'enfer. C'est la pensée de Caligula exécutée par Papavoine.
Xavier Durrieu entre sur le boulevard. II le raconte : J'ai fait soixante pas, j'ai vu soixante cadavres. Et il recule.
Etre dans la rue est un crime, être chez soi est un crime. Les égorgeurs montent clans les maisons, et égorgent. Cela s'appelle chaparder dans l'infâme argot du carnage. Chapardons tout ! Crient les soldats. 
Adde, libraire, boulevard Poissonnière, n°17, est sur sa porte. On le tue. Au même moment, car le meurtre est vaste, fort loin de là, rue de Lancry, le propriétaire de la maison n° 5, M. Thirion de Montauban, est sur sa porte ; on le tue. Rue Tiquetonne, un enfant de sept ans, nommé Boursier, passe ;
On le tue. Mademoiselle Soulac, rue du Temple, n° 196, ouvre sa fenêtre ; on la tue. Même rue, n° 97, deux femmes, mesdames Vidal et Raboisson, couturieres, sont chez elles ; on les tue. Belval, ebeniste, rue de la Lune, n° 10 est chez lui ; on le tue. Debaecque, negociant, rue du Sentier, n° 45, est chez lui ; Couvercelle, fleuriste, rue Saint-Denis, n°257 est chez lui ; Labitte, bijoutier, boulevard Saint—Martin, n° 55, est chez lui ; Monpelas, parfumeur, rue Saint—Martin, n°181, est chez lui ; on tue Monpelas, Labitte, Couvercelle et Debaecque.


Charmant collier collerette
En or jaune (750) réalisé en « fil couteau » orné de vingt-six perles boutons blanches en serti griffe, retenant des pampilles disposées en chute, formées d’une ligne de roses et petits diamants taille ancienne, dix-sept interrompues par une perle blanche, et toutes terminées par une perle goutte baroque.
Fermoir cliquet dissimulé sous l’une des perles boutons. Poinçon d’orfèvre : Frères Labitte (1842-1869) Louis Joseph Charles. Poids brut : 73 g. - Long. : 34,5 cm.


Les frères Labitte   sont deux, Louis Joseph et Charles,  en 1853, toujours Rue Renard Saint Sauveur, rue aujourd'hui disparue  


1878 Un autre Labitte, je ne pense pas qu'il soit de la même famille.
Il y eut aussi des frères Labitte qui tenaient à cette époque un asile d'aliénés, dans d'horribles conditions et qui firent l'objet à l'époque d'une très grande campagne de presse.



Un bracelet Labitte Frères en or 18 carats et émail serti de diamants taille rose et de perles
Revendu par la maison d'enchères Bukowski à Stockolm, 




Les frères Labitte vont cesser d'exercer en 1869 c'est Pierre Sabé qui va reprendre le fonds de commerce et le poinçon. Les frères Labitte sont déclarés au 42 boulevard de Sébastopol


1881 Le successeur des Frères Labitte  Pierre Sabe est lui, installé au 34 boulevard de Sébastopol
-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

Mais un autre LABITTE, Maurice de son prénom va s'installer comme bijoutier en 1951. Labitte a cette époque est devenu un nom difficile à porter et Maurice Labitte va devenir Maurice Labarte.

Pourtant autrefois, Labitte était le surnom du casseur de pierres, l'équarisseur de pierres à arêtes vives puis a pris le pas, l'autre sens :  biroute, quéquette. Nom du sexe de l'homme ou du mâle. Ce terme est vulgaire. Synonyme : pénis, bitte, verge.

En 1951 Maurice Labarte crée son entreprise à la Rochette en Seine et Marne. Il est aidé par son épouse et travaillent dans le sous-sol de son Pavillon.
En 1961 Mr Labarte crée une S.A.R.L. ?   Il va travailler à façon en exclusivité pour Jacques Lenfant.


Jacques Lenfant, fils de Georges Lenfant, les redistribue à de grandes maisons dans le monde.
En 1967-68 Maurice Labarte  s'agrandit et emploie 22 personnes.


Des brevets sont déposés par Maurice Labarte et Jacques Lenfant comme celui-ci-dessus, déposé aussi à l'international.


Bracelet et bague "'paillette"' en or 750/1000° travail à façon de Labarte pour la maison Lenfant en vente chez Aguttes: https://www.aguttes.com/



C'est une paire de grandes créoles en or jaune 750/1000° modèle "paillettes" de l'atelier Georges Lenfant, l'une est signée Cartier, et numérotée Le poids est de 44,9 grs et c'est la technique et la fabrication à façon de Maurice Labarte.


Poinçon de maître de la société Labarte


Bracelet tressé double "paillette", façon de Labarte poinçon de Lenfant


Autre vue d'un poinçon de maître de Maurice Labarte



Or, Jeudi 15 décembre 2022, 14h30   la maison AGUTTES 164 bis, avenue Charles-de-Gaulle, 92200 Neuilly-sur-Seine va procéder à une vente rare de bijoux poinçonnés par Maurice Labarte,  en vente chez Aguttes: https://www.aguttes.com/


C'est un bracelet ceinture qui pour 19.7 cm de long pèse 123 grs 20, bien que le poinçon sur ce bracelet soit de Georges Lenfant, c'est une fabrication de Labarte en vente chez  Aguttes: 


Le collier Ceinture lui ne pèse que 102 grs pour 47 cm, or 750/1000° par Labarte, en vente chez Aguttes:  https://www.aguttes.com/ ainsi que les deux pièces ci-dessous.



Le bracelet ceinture déployé


C'est un bracelet Ruban de Labarte il pèse 51 grs 60

C'est un bracelet réalisé selon la technique des tissus, Passementerie, macramé où aussi l entrecroisement des fils de certaines armures d'autrefois (comme la cotte de mailles) La technique de Lenfant et Labarte consistait souvent à serrer et à presser les mailles (généralement de la polonaise) et que la surface soit travaillée. Il peut être réalisé alors toutes sortes de combinaisons.
Le fond peut être enfoncé, tout ou partie, traité au burin, a l'échoppe, à la fraise. Le tissu peut aussi être matricé, estampé à la presse ou au balancier dans une matrice décorée, ou alors tel que ce tissus plus haut, guilloché, gravé, lapidé à la main ou à la machine


Une bague chaine d'ancre travail à façon de Labarte pour Lenfant et destinée à la maison Hermes.
Ensemble collier et bracelet avec maille paillette alternée avec une maille classique, bague 3 ors paillette en vente chez Aguttes.

1979 la SARL ne fabrique plus pour un client unique et travaille directement avec d'autres horlogers ou bijoutiers.


Labarte Paris va créer sa propre collection et produire son catalogue.
Contrairement à ce qui est écrit dans le dictionnaire des bijoutiers joailliers, Monsieur Lenfant ne va pas reprendre la société Labarte, et lorsqu'en 1985 Maurice Labarte part en retraite, c'est Mr Thabuis, qui était dans l'entreprise depuis 1979 qui va lui succéder en ayant acheté la majorité des parts.
En 2001 la société est en redressement judiciaire et le 30/04/2002 c'est la liquidation.

Remarques, compléments, m'écrire à richard.jeanjacques@gmail.com


lundi 21 novembre 2022

Fabricants de 1930 au travers de leurs publicités

 

Des publicités qui permettent de dater quelques fabricants qui exerçaient en 1930

Cela permet aussi d'ajouter des noms sur ce blog avec une seule ambition, que chaque visiteur trouve le professionnel qu'il cherche.


En 1911 Eugène Blum et sa femme Alice Levy fondent la marque Ebel, qui sont les initiales qui forment cette marque. Au début ils fabriquent des montres de luxe avec un régulateur exclusif, puis des montres de sport. Leur fils Pierre Alain développe cette marque à l'international au point d'intéresser  Investcorp qui reprend EBEL en 1994, qui revend à LVMH en 1999 avec Chaumet, acquis par Movado en 2004.


Dusausoy, extraordinaire Maison à laquelle j'ai consacré un long article :


Dusausoy un grand joaillier revendeur mais aussi un excellent publiciste, il s'adressait à toutes les clientèles étrangères même les rares, parlant l'espéranto qui se voulait la langue universelle
L'espéranto est une langue construite pour l'internationale, utilisée comme langue véhiculaire par des personnes provenant d’au moins 120 pays à travers le monde, y compris comme langue maternelle. N’étant la langue officielle d’aucun État, l'espéranto vise à établir un pont neutre entre cultures. 


Qui dans le monde ne connait cette grande maison? Fondée 100 ans avant



1930: Charles Garnier existait depuis 2 ans. Auparavant il était associé avec Fournier depuis 1924.Son poinçon est un trèfle, initiales C.G.


Louis Humbert Cerruti était né en Italie, mais naturalisé Français en 1928 son poinçon, initiale L.C. un rameau avec une feuille de chêne.



Cartier fabriqua pour Jean Patou un célèbre briquet en or ou argent, souvent émaillé, en vente dans les deux maisons, mais aussi le tube de Rouge à lèvres.


Gravé sous le pied aux deux noms




La maison Brunet fondée par Georges en 1885, puis nombreuses raisons sociales, mais en 1930, c'est Paul Brunet fils le poinçon, une ancre de marine et initiales Vve B & Fils


Les magnifiques médailles de Becker, je lui ai consacré un article https://www.richardjeanjacques.com/2019/07/edmond-becker-le-plus-grand-medailleur.html Son poinçon en 1930 était un bec et la lettre R, avec le statut de fabricant artiste


Les Garnitures de cheminées Baudin, complément important de toutes les cheminées françaises


Maison Baudet Freres & Cie, Premiere insculpation de poinçon en 1882, un petit âne et les lettres BAUDET, la fabrique se trouvait au Moulin à Tan, à Châteaudun, fabriquait des chaines, un grand spécialiste de bourses en cottes de maille en or et en argent, mais aussi des articles pour fumeurs et de bureau, primé sept fois à des expositions universelles avant 1900



Henri Heugas 41 rue des Francs Bourgeois, plus tard au 20 rue Le Pelletier. Son poinçon est insculpé le 16 juin 1924 le symbole 1000/100 et les lettres H.H. Repris par Suzanne Heugas en 1964. Fabriquait des chaines en or, des bracelets or, et pierres, des clips, des bagues, des colliers de joaillerie et fut aussi et surtout un créateur de modèles divers pour René Boivin


Aujezdsky

C'était son patronyme, il se nommait Aujezdsky, René, fabricant à Façon il obtint son poinçon le 14 mars 1921 fut biffé le 8 septembre 1959, et cessa d'exercer à la même date d'après Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales.


D'après le dictionnaire de Rémi Verlet voici son poinçon, en quelques semaines, j'ai constaté que les dessins de poinçons dans son ouvrage, très souvent, n'étaient pas fiables ;


Voici en effet son vrai poinçon, il convient donc de prendre les dessins du dictionnaire avec des pincettes. Mais c'est un énorme travail.


Augis fut fondée par Alphonse Augis eut son premier poinçon en 1910 jusqu'en 1980 Symbole : un coq et les lettre A.A. En 180 nouveau poinçon, un A stylisé et Sté A. En 1907 il va créer sa fameuse médaille d'amour, pour laquelle j'avais ecrit un article. Il se spécialisa dans les médailles religieuses et les insignes pour les sociétés. En 2012 il fut repris par Arthus Bertrand et des insignes pour les sociétés, et tous deux, pendant la guerre.......en 1942



Les Ateliers Ehret à Paris auraient eu l'exclusivité de la fabrication des francisques en or et de celles en or et diamants, alors que les insignes en bronze et émail étaient fabriqués par les établissements Arthus-Bertrand et Augis.



Elle se prénommait Anna, vous avez certainement rectifié de vous-même l'adresse "Foddés", du ministère de la culture , il s'agit de Saint Maur des Fossés dont l'histoire fut: 
Du nom de saint Maur, saint né à Rome au vie siècle apr. J.-C. Une abbaye Saint-Pierre-du-Fossé (la presqu'île étant sur un éperon rocheux, le fossé représentait le bas pentu vers la Marne) fut fondée au VII° siècle. Au IXe siècle les reliques de saint Maur furent apportées à l'abbaye. À la suite de miracles, les moines changèrent le nom de l'abbaye qui devint Saint-Maur-des-Fossés.



Quelle qualité de dessin publicitaire !!!, cette maison avait une page entière semblable dans l'Azur de 1930-31-32-33.
C'était une société crée par Etienne Encausse et Albert Krasker, au 32 rue coquillère le 8 octobre 1910. Ne pas confondre avec Aron ou Maurice Krasker. Le poinçon, Une tenaille et les lettres E&K
Ils travaillèrent pour Boivin, le poinçon fut biffé en 1963. Ils fabriquèrent de nombreux articles de haute joaillerie et des montres; par exemple cette Montre Boucheron, revendu par Maitre Tessier et Sarrou


Modèle Boule Montre de dame, en bakélite formant une boule montée sur une chaîne ajustable. Tour du cadran en or jaune 18K. Verre loupe. Cadran argenté signé Boucheron Paris, chemin de fer et heures bâtons et chiffres arabes peints. Aiguilles en acier bleui. Années 30/40. Diamètre de la boule : env. 22 mm. Poids brut : 31,8 g (Manque le remontoir). Ce modèle fut créé par d'Encausse et Krasker en 1936.


Mais aussi pour Van Cleef & Arpels


Montres Van Cleef et Arpels 1930 et aussi les Touch Wood



Herman Epelbaum, joaillier fabricant,32 rue d'Hauteville insculpa son poinçon le 9 décembre 1925 le poinçon Un lys et les initiales H.E. Poinçon biffé le 25 mars 1946 car il est décédé et sera remplacé par sa veuve, à cette date ils étaient installés au 7 boulevard Magenta à Paris.
Il fabriquait des bracelets en blancs et sertis et tous bijoux en blanc


En 1930  Flajoulot fabriquait des boites à musique, plus particulièrement des "oiseaux chanteurs", il figure d'ailleurs dans le Tardy des Horlogers. Son nom est une déformation (dans l'est surtout) de Flageolet, non du légume, mais de l'instrument de musique.


Félicien Moreau exerça d'abord 29 rue Charlot en 1906, comme chainiste. Son poinçon, le symbole 
était une salamandre avec les initiales FM
Il participa à l'exposition Coloniale de 1931
1930


Plus tard vers 1940 il fabriquera des bracelets dits "Tank"

Il ne cessa son activité qu'en mars 1950



Godard de la Roche, (En réalité Gustave GODARD) Bijoutier Joaillier, insculpe son poinçon le 2 juin 1920, puis le complète le 17 mars 1922, entre temps il avait fait l'objet d'une escroquerie classique au confié de bijoux.




Cette maison fut fondée en 1837 par Antoine Hardellet, En 1921, ce sont les frères Hardellet, 8 Eme dans le rang des descendants du fondateur. Deux freres jumeaux, né en 1881, leur poinçon, le symbole était une fève et les lettres H.F.  Ils créèrent la marque "NUPTIA" Hors concours à l'exposition universelle de Barcelone, d'Anvers en 1930, l'exposition coloniale de Paris en 1931 Diplôme d'honneur à Milan.
C'est le dernier, André (1911-1974) qui en tant que fils et neveu des frères Hardellet reprendra la maison.
Parallèlement, aimant l'écriture et la poésie, il devint célèbre avec une chanson, reprise pas Guy Béart, Patachou, etc. ; lisez mon article qui lui est consacré.


L'histoire de la maison Hermès est très riche :
Emile Maurice Hermès Fils de Charles-Émile Hermès et de sa femme Aline Fanny Le Pavec, il est, en tant que président de la Société Hermès, à l'origine du développement de la marque en dehors de l'univers équestre et de l'introduction de la fermeture Éclair en France.
Il est commissaire de la section équestre de l'Exposition universelle de 1900 de Paris
En 1930 pas encore de bijoux, pourtant cette publicité figure dans les annuaires professionnels ici "l'Azur"


La Maison Hermes insculpe son poinçon en décembre 1922 et commercialise des articles d'horlogerie. Mais aussi de l'orfèvrerie, couverts, petits objets en argent.

Orfèvre
auteurHermès, Emile
patronyme(s)Hermès
prénom (état civil)Emile
professionFabricant bijoutier de doré et d'argenté
initialesE.H.
symbolesun étrier
n° de garantie3810
n° de préfecture16949
date d'insculpation21 décembre 1922
lieu(x) d'activité75
 Paris
adresse de l'atelier21 rue Boissy d'Anglas


En 1978, Jean-Louis Dumas, petit-fils d’Émile Hermès, prend la tête de la maison, qu'il dirigera jusqu'en 2006. Il poursuit son développement en France et à l'international et développe les savoir-faire de la maison à d’autres secteurs comme le prêt-à-porter, l'horlogerie ou la bijouterie.  


Edmond Jaeger horloger de précision rue saint sauveur puis 103 rue Réaumur en 1907Il devient le principal fournisseur de Cartier. Il va prendre le contrôle de Le Coultre en Suisse. Cartier va prendre des participations dans les deux entreprises pour s'assurer de l'exclusivité des fabrications. C'est en fin novembre 1908 qu'il insculpe son poinçon : Un Sablier et les initiales E.J.



La Perle Manon faisait sa publicité autour des Perles Japonaises, sans les nommer, mais en mentionnant "REPRODUCTION EXACTE DE LA PERLE FINE" ce qui de nos jours tomberait sous le coup de la loi


Publicité de 1930de LACLOCHE, mais c'est une grande et longue histoire que j'ai raconté dans mes articles sur


La maison Lenfant, mon dernier article sur Bijoux et Pierres Précieuses, j'ai consacré l'article le plus long ayant existé à propos de cette Maison :





1930...mais auparavant :
« En 1800, le futur empereur qui n’est encore que premier consul, est de passage à Besançon. À cette occasion, un artisan horloger lui offre une montre au nom du consistoire israélite dont il est le président. C’est un personnage de roman qui porte calotte de velours et barbe abondante. (…) Lorsqu’il n’était pas penché sur ses montres, la loupe à l’œil, parcourait la plaine alsacienne, réparant les pendules ou vendant sa propre fabrication, mi-colporteur, mi-médecin d’horloges. L’hiver, il regagne son village, son atelier, son établi et prépare la saison suivante. (…). Mais notre homme, lui, restera fidèle à sa Franche-Comté natale. Il porte un nom qui, amputé de sa seconde syllabe, est aujourd’hui le plus populaire de l’industrie horlogère. (…) Il est l’ancêtre de tous les LIP qui, d’une petite entreprise de quinze personnes installées en 1868 par Emmanuel Lipmann dans la Grande Rue à Besançon, firent la plus puissante des manufactures françaises. »Éliane Maingot, La mesure du temps, montres et horloges

En 1867, Emmanuel Lipmann (1844-1913) fonde à 23 ans un atelier d’établissage dans la Grande Rue de Besançon sous l’enseigne « Comptoir Lipmann ». Ses deux fils, Ernest et Camille, reprendront par la suite l’atelier qui devient, en 1893, la « Société anonyme d’horlogerie Lipmann Frères ».
En 1931, la société devient « Lip S.A. d’Horlogerie »
Le poinçon de Maître est dans un losange vertical le nom LIP et au-dessous deux aiguilles de montres.

On se souviendra du conflit chez LIP ou un certain PIAGET n'avait rien à voir avec la célèbre marque de Montres "Piaget"


Pour la première fois de l'histoire, dans une entreprise, une « autogestion » prenant forme lorsque les ouvriers grévistes travaillent à leur propre compte et produisent des montres dans leurs usines, avant de les écouler lors de « ventes sauvages » 


Cette maison existait depuis longtemps d'après sa publicité, successeur de Schwister qui etait déja là,  dans les années 1850 avec un poinçon dont le symbole était une girafe :


Insculpation du poinçon en 1910, une branche de corail et les lettres M.B. puis Marius Macpherson 1923. Médaille d'Or à l'exposition de Londres en 1908

 orfèvre
auteurMacpherson, Marius
patronyme(s)Macpherson
prénom (état civil)Marius
professionFabricant bijoutier
initialesM.M.
symbolesune branche de corail
n° de garantie3880
n° de préfecture17033
date d'insculpation14 mars 1923
lieu(x) d'activité75
 Paris
adresse de l'atelier75 rue Turbigo


Publicité dans l'Officiel de 1930 de la maison Mauboussin


1930:Georges Mauboussin et Marcel Goulet-Mauboussin sont aux commandes, le poinçon de maître a pour symbole un buisson et les lettres G.M.  je lui ai consacré un article : 
https://www.richardjeanjacques.com/search?q=Mauboussin



Charles Murat avait fondé en 1850, sa première affaire à Saint Martin de Valamas dans l'Ardèche.
 En 1884 Charles voulant devenir Sénateur, confie sa maison, en société, à Georges Legros qui fondera sa maison en 1897 qui deviendra Bijoux G.L.
Charles reprend l'activité et insculpe de nouveaux poinçons losange et carré.


Le poinçon de Charles Une Mure avec deux feuilles et les lettres C.M.
Il obtint aussi un deuxième poinçon losange :  symbole une feuille de ronce et initiales C.M. Les récompenses vont s'enchainer a toutes les expositions universelles



Israel indique qu'il fabrique des bracelets en platine joaillerie riche, mais je n'ai pu trouver de poinçon à son nom, il était plus indiqué comme vendeur de montres en gros


J'ai écrit un article sur Gerson Niederman et sa fin tragique a Auschwitz. Sa femme après la guerre au prix de grandes difficultés reprendra l'affaire.

Niederman

Le poinçon de Niederman:  symbole : une fleche et les initiales G.N.


Publicité Omega dans l 'Azur mais aussi ci-dessous dans la revue Vogue en 1930


C'est Louis Brandt qui fonde cette maison en 1874 avec plusieurs marques dans son escarcelle, HELEVETIAN, JURA, PATRIA, CELTIC, LABRADOR, et aussi Audemars Piguet en 1875. Son neveu Paul Emile reprend l'affaire en 1903, un demi-siècle après Paul Emile fusionne avec la marque TISSOT. Fabriquait en Suisse et importait en France



Auguste Paillette qui avait fondé sa maison au 109 boulevard Beaumarchais le 15 avril 1924
Auguste Paillette était né à Rouen en 1891.
Cette même année 1924, Auguste s'installe au 1 rue saint Georges, à Paris


C'est en 1925 qu'il crée la société A&P Paillette & Cie, il reprend la maison Bourdier, voir mon article sur Paillette dans : https://www.richardjeanjacques.com/search?q=Paillette


De Lucien Pery à Van Cleef &Arpels   Lucien Pery était "gantier" Publicité de 1930.
Il devient bijoutier en 1877 64 rue du temple, C'est en 1910 qu'il s'associe avec Louis Carré pour créer Carré et Pery jusqu'en mars 1920, puis en 1927 il s'associe avec son fils Albert puis c'est au tour de Bernard Péry en 1955, sa fille vient aider le père et en 1975 Brigitte Péry est aux commandes.
Bien avant la guerre la maison Van Cleef & Arpels travaillait avec Pery,  Albert Pery rendit grand service à VCA en cachant au pied d'un arbre de son jardin, un stock de 10 kgs d'or . Il restitua cet or apres la guerre à Claude Arpels La maison VCA les tiendra en grande estime et finalement c'est en 2012 que Péry & Cie est reprise par Van Cleef & Arpels.
J'aurais aimé écrire l'histoire de cette maison 


J'ai eu le plaisir de la rencontrer chez elle, près de la Madeleine, dans ce bureau chargé de souvenirs.


J'étais venu en compagnie d'amis chinois de Pékin qui créaient leur musée à la gloire de la joaillerie dans lequel les français tiennent une place très importante :http://en.eastlangkun.com/Treasure



1930 Fabriquer des chaines d'huissiers en or était une bonne rente, et Gaston Potiron était à la fois fabricant et travaillait à façon au 34 rue de richelieu, il avait fait insculper son poinçon en 1920 un losange horizontal symbole un Potiron et les initiales  G.P.


C'est Janvier Quercia qui créera cette maison en 1899, il fabriquait de l'orfèvrerie, de la bijouterie, avec émaux, de la médaille puis en 1929, il crée la "maison du Briquet" il sera remplacé par son fils Marcel en 1936 le poinçon, une feuille de chêne et les initiales J.Q. 


René Robert en 1930 le design de l'affiche est bien d'époque. Je l'ai découvert il y a quelques années au cours de mes recherches sur Van Cleef& Arpels. Une belle carrière avant de tomber dans l'oubli.
Renée Rachel Puissant Van Cleef, la patronne de VCA depuis la mort de son père Alfred Van Cleef s'était séparée au début de la guerre 39/45 de son dessinateur fétiche, Rene Lacaze.
Renée Rachel anticipa l'aryanisation de la maison en vendant au comte de Leséleuc et elle dût quitter son entreprise. Il fallait déjudaïser Van Cleef et Arpels et l'administrateur de biens juifs René Bry engagea René Robert comme directeur artistique et chef d'atelier


Quelle publicité!!! Joseph Franconeri fabriquait de la "joaillerie indigène" 


Il en vendait beaucoup à la métropole. Son poinçon était insculpé à Alger : Un ressort de montre et les initiales M.F.


En 1930, ils fabriquaient des modèles extraordinaires pour Lacloche, Van Cleef, Ostertag, etc.
Leur maison a été créée en 1915 par Jean et Robert RUBEN. Ils étaient arrivés avec leur famille d'origine hongroise. Maison tellement importante que je leur ai déjà consacré un article : 

<

En 1930 Sirakian travaillait déjà pour Van Cleef & Arpels, je crois que la maison avait été fondée par Carlo Zanen Sirakian, né à 1884 à Constantinople




Paul Solinski spécialiste de la chevalière massive ou estampée, il créa sa société en 1927 son poinçon, Une étoile à cinq branches et deux points avec comme initiales, P.S.
Comme beaucoup d'autres il fut radié de la garantie et du registre des métiers en 1943, mais bien avant sa maison avait été aryanisée par un administrateur provisoire nommé par les allemands, Mr Carette.


Dans cet article de 1932  Solinski habite au 7 rue de Paradis, il ira ensuite 56 rue chapon puis en 1935 au 26 rue des Gravilliers .
Je l'ai retrouvé dans l'Azur de 1948, il était revenu dans nos métiers.



Mais aussi la marque CYMA





1930 Publicité de Raymond Templier



Les établissements Georges Meyer dont bientôt la marque sera UTINAM, puis UTI
Son premier poinçon en 1911 : deux marteaux croisés et les initiales G.M.
Georges Meyer créera des modèles pour René Boivin et Lacloche,


Mes parents furent de bons clients de Mr Mayer que j 'ai connu lors de ses visites à Rouen


Publicité de Leon Vaguer , mais en 1930 c'est Maurice Vaguer et fils, qui lui ont succédé. Le poinçon un croissant au-dessus du nom et les initiales.

 orfèvre
auteurVaguer, Maurice
patronyme(s)Vaguer
prénom (état civil)Maurice
professionFabricant bijoutier
initialesM.Vaguer.
symbolesun croissant au-dessous du nom
n° de garantieC1891
n° de préfecture14029
date d'insculpation2 mars 1912
date de biffage20 avril 1961
lieu(x) d'activité75
 Paris
adresse de l'atelier41 rue Etienne-Marcel

Je leur ai consacré un long article
https://www.richardjeanjacques.com/2018/11/les-freres-vaguer-une-vie-de-joaillier.html




Une publicité Van Cleef & Arpels de 1930


C'était la mode du Touch Wood et cette montre Van Cleef & Arpels est de 1930


Tous les grands joaillier commerçants ont vendu du Verger, Verger Freres c'est à dire Georges et Henri Verger ont repris l'affaire de Fernand Verger en 1921 et en 1935 ce sera Verger Fils


La Veuve Legendre, veuve de Charles Legendre qui avait lui-même succédé à Ernest Legendre le poinçon avait été insculpé en 1911. 1930 Charles meurt, sa veuve reprend l'affaire et fait biffer son poinçon, mais a le même symbole un face à main ouvert, et les lettres Vve L.C.
Elle fabriquait aussi des couverts, de la coutellerie, des timbales, ronds de serviettes etc etc .

Un complément, une critique, écrivez moi a richard.jeanjacques@gmail.com!