mardi 17 septembre 2019

Henri Dubret Fils de Charles Dubret, et Henri Dejouy de Dijon leur successeur


Henri Dubret:  vente maîtres Sadde: https://www.sadde.fr/


Henri DUBRET, Orfèvre, sculpteur est né le 1er juillet 1872 à Dijon en Côte-d'Or
Il est le fils légitime de Charles DUBRET (1847-1930 ) et d'Hortense THEVENIN 
(1843-).
Henri Dubret est fils d'un bijoutier-orfèvre, Charles DUBRET, qui  est né le 5 novembre 1847 à Vesoul mais au moment de la naissance d'Henri  demeure au 83 rue de la liberté à Dijon. "précisions généalogiques qui m'ont été données par Monsieur Didier Espigat (marié à une arrière-petite-fille d'Henri Dubret)."  Nous verrons plus en avant,  que cette adresse est importante dans l Histoire.


 

En 1892 Henri est l'élève des arts décoratifs a Dijon,et  il obtient le 1 er prix du concours annuel de l' école nationale des arts décoratifs en sculpture ornementale. Il a 20 ans.

Il est l'élève d'Hector Lemaire  (grand sculpteur) à l 'école des arts décoratifs.
Au salon des artistes français de 1897 il expose de l'orfèvrerie, : un calice en argent doré, émaux et ciselures, une chope, un gobelet en cire, et deux pièces de Mariages

Henri va se marier avec  Gabrielle PUTZ (1873-1968), fille d'Arthur Félix PUTZ (1842-) et de Joséphine Victoire Bigaud  (1850-1874) le 15 mai 1897 à Dijon (Côted'Or)


En 1898 il est déjà remarqué:
La question est maintenant aux trois quarts résolue; un nouveau reliquaire en bronze ciselé attend qu'avec l'autorisation de Monseigneur notre Évêque, les fidèles de la paroisse de Nuits puissent enfin rendre des honneurs dignes d'elle â l'insigne relique de saint Bénigne qui leur provient d'Humbert de Vergy el de ses chanoines, Ce remarquable ouvrage d'orfèvrerie est dû au talent d'un jeune artiste Dijonnais en train de se faire un nom célèbre, M. Henri Dubret.

Reliquaires en forme de cadres, du dix-huitième siècle, retrouvés en 1879 an fond d'une armoire où ils avaient été enfermés en. 1860, lorsque fut démolie, pour la reconstruction d'une nouvelle Église, l'ancienne collégiale Saint-Denis.


Henri Dubret  quitte Dijon et s'installe à Paris en 1899 et cette même année expose un mortier en bronze et de nombreux bijoux a motifs de fleurs ou de plantes.
Dans  la revue des arts décoratifs le célèbre Victor Champier écrit:
 L'auteur, très influencé, comme tous les Nancéiens, par M. Emile Galle, s'étudie à marcher dans une autre voie que ce maître, en appliquant l'art du marqueteur à des compositions à figures, plus voisines des tableaux. L'influence de M. Galle est, pourtant, bien visible en ces images mates, aux tons amortis et comme lointains. Comment oublier, au surplus, la magnifique table à la gloire des ancêtres qu'avait ce rare initiateur à l'Exposition Universelle de 1889?
Que si, relativement aux menus objets d'utilité, l'on est en droit de reprocher aux artistes beaucoup d'improvisation et trop de négligence, si la multitude de flambeaux, de bougeoirs, d'appliques, d'encriers, de baguiers, de vide-poches, de moutardiers, de salières, de chopes, manquent le plus souvent de signification, il faut néanmoins constater que la préoccupation de mettre de l'art aux choses de la vie se généralise. Ne vois-je pas un orfèvre de Dijon, M. Henri Dubret, exposer un mortier en bronze pour une officine de pharmacien? Des feuillages en égaient la face; un cordon de volutes, une inscription et le médaillon du propriétaire en illustrent le bord supérieur. Le pharmacien qui a commandé cet ustensile se souvient du temps où ses pareils réclamaient, pour préparer leurs drogues, des mortiers faits par. des artistes et, pour conserver leurs produits, de beaux vases de céramique, comme on en retrouve encore dans les vieux hôpitaux. Par-dessus tout, il nous donne à tous une leçon. Ce broyeur de substances médicinales veut relever par un peu d'art le quotidien exercice de sa profession, et laisser plus tard à son successeur un souvenir tout à son éloge. Cet homme est un sage.

Je voudrais voir au Salon, chaque année, quelques chefs-d'oeuvre imaginés pour l'existence pratique. Nous ne savons presque plus ce qu'est une vraiment belle pendule, un vraiment beau lustre, un vraiment beau landier. Les écoles d'art décoratif, les sociétés d'encouragement, les Revues comme celle où j'ai l'honneur d'écrire, organisent des concours, afin de susciter de pratiques créations nouvelles, dignes, en leur nouveauté, des pratiques créations d'autrefois. Que sort-il de ces concours? L'assurance des bonnes volontés, des promesses pour l'avenir... Pourvu que ce mouvement de résurrection, de réaction contre les faux principes si longtemps en vigueur, ne dévie pas sous les survivances des anciennes erreurs, dissimulées ou non, qui nous tiennent encore, et des confusions dont nous ne tâchons pas toujours assez énergiquement à sortir!...



En 1900, d'après Vivienne Becker ce collier date de 1900. Ce collier est en or et pierres de couleur et cette femme libellule fait penser à Gaston Lafitte
Quel poinçon? donc pas avant 1902




Broche pendentif en or, émail et perles la maison Sotheby's qui l'a revendue la situe vers 1900



Cette broche a été revendue par la maison Pestel de Bord: Broche bleuet en or jaune 18 carats (750 millièmes) sertie d’une aiguë-marine taillée en goutte au centre, rehaussée de trois fleurs émaillées bleues et serties de diamants de taille ancienne d’environ 0,20 carat chacun, dans un décor végétal émaillé bleu, d’ailes de chauves-souris pavées de diamants ronds et de lignes courbes émaillées noires. Signée H. Dubret et numérotée. Époque Art Nouveau.
Un critique,écrira à son propos, dans La Revue de la bijouterie de juillet 1904, qu’il «songe à créer un bijou qui puisse être personnel, pour ainsi dire, à la femme qui le portera, qui puisse être aussi en proportion avec sa personnalité»





Faisons une pause sur cet immeuble noté "Fabrique de Bijouterie" c'est à cet endroit que le père d'Henri Dubret, Charles Dubret, était venu s'installer, nous somme Rue du Bourg à Dijon. C'est un immeuble classé remontant à la renaissance. Cette maison existe toujours , elle est appelée la Maison Chisseret. C'est une maison qui qui sous réserve d une erreur de ma part fut occupée par des orfèvres depuis sa construction vers 1420.
Et l avant dernier occupant des lieux, le joaillier jean Dejouy avait fait étudier l 'histoire de cette maison d'orfèvres.


Tableau de Jean Dejouy



J ai repris ce tableau pour essayer de le préciser ce qui  est difficile. 


Jean Gerard Dejouy en 1971

Il sera le dernier à occuper cette maison dans la lignée des orfèvres qui l'ont précédé

"Le fils de Jean Dejouy, Jean-Gérard, a repris a fermé le magasin de la rue de la Liberté vers 1992 je crois.  Il a mis en location la boutique sur rue, et avait gardé le bureau de son père et les ateliers intactes, comme son antre. C’est là que l’on a eu la surprise de découvrir le coffre-fort rempli du stock ancien remontant aux Dubret. C’était assez impressionnant et inattendu. Jean-Gérard, mis à sa part sa bonne connaissance des pierres, n’avait pas le talent commerçant de son père : il avait la passion des voitures/motos anciennes et des armes de tir…" écrit Maître Sadde qui a liquidé la succession, mais je reviendrais plus loin sur cette succession.
Je temporiserais ce jugement, la fin du 20 ème siecle a été très dure pour les joailliers de province, car les"Marques" ont détruit beaucoup de choses. Le snobisme des gens fait qu il ont voulu non seulement de la marque, mais aussi que cela se voit (a l exemple de Chanel) Il n'est pas interdit de penser que si ces marques vendaient du papier water à leur nom (deux C entrelacés par ex) a 100€ le rouleau, cela se vendrait...J avais une amie qui invitée quelque part laissait ses paquets de cigarettes "Cartier" entamés, un jour je lui dis "tu as oublié tes cigarettes!"   "Non, c'est exprès, cela fait plaisir aux gens!!"
Les bijouteries de nos jours sont devenues les distributeurs des marques, on ne va plus chez le grand joaillier de province mais chez le distributeur de la marque "Tatzi"
Il y eut par exemple les ventes de charité au profit de la croix rouge, dans de beaux lieux de Province qui en réalité n'étaient  pas que des soldes, mais le moyen d'écouler les nanars d une marque. La bourgeoisie se ruait pour avoir des cadeaux de Noel avec une marque et comme par hasard Mr le directeur de la croix rouge recevait une montre or et acier pour avoir cautionné et fourni les locaux, etc...etc....



Charles Dubret fut un très bon orfèvre, ce qui reste de lui sont surtout des Calices, des patènes et autres objets du culte religieux comme celui ci dessous qui se trouve au Musée d'Art Sacré de Dijon



Calice en argent gravé dont la coupe est en argent doré. ; Pied polylobé mouluré ; une bande gravée de festons et de feuilles de vignes borde les lobes dont l'un est occupé par une croix latine aux extrémités tréflées.
Le poinçon de maître de Charles Dubret: C.D. de part et d'autre d'un étau à main.  




Ensemble d'orfèvrerie (calice patène et burettes) et sa boîte réalisé par l'orfèvre dijonnais Charles Dubret (1892-1912), pour Henri Emmery en 1900. Chapelle Sainte Reine a Alise Sainte Reine en Bourgogne



Ce fut un orfevre acquis aux idées révolutionnaires qui ayant épousé la fille de l orfèvre Jean Baptiste Liégeard assembla vers 1792 sa demeure avec celle des Liégeard  qui était juste à côté. C'est a dire, cet immeuble qui fait l angle du 83 rue de la liberté et la maison Chisseret reconnaissable à droite de la photo  avec sa petite tourelle qui dépasse dans la rue.

Si nous revenons à Henri Dubret, une énigme persiste, il n'obtient un poinçon qu'en août 1902  donc comment a t il poinçonné ses ouvrages de 1899 à 1902??


Je n'ai pas trouvé de poinçon avant 1902 mais ce peigne est publié dans un article sur le Salon de l'art décoratif en 1901

1901 dans la revue de la Bijouterie Joaillerie
M. Henri Dubret a envoyé, de Dijon, des bijoux découpés dans du métal très mince et très plat, qui semblent, pour ainsi dire, des préparations pour de la joaillerie, sans accent comme sans caractère. Malgré l'intention louable de nous intéresser avec le collier aux petits fruits de corail, nous y restons indifférent. M. Dubret doit être plutôt sculpteur que bijoutier, car l'esquisse de collier avec une sirène accompagnée d'algues, d'anémones de mer, de perles et de pierreries, nous plaît davantage — mais il faut en attendre l'exécution.



1901 dans la revue Art Décoratif


1901 dans la revue Art Décoratif

Bing se montre sage adepte de l'Art nouveau avec sept pièces qui rivalisent de grâce séduisante : la glace et la broche en or émaillé sont du plus joli goût. La vitrine de, M. Théodore Lambert est éblouissante, c'est un ruissellement de pierreries serties dans le métal avec l'habileté et l'adresse dont les artisans bisontins perpétuent la tradition. Nous retrouverons la même manière sûre, aux Artistes français, chez un artiste dijonnais, M. Henry Dubret, dont les nouveautés feront oublier les pièces rares que son devancier Bécoulet réservait aux visiteurs initiés de son magasin.



1901 dans la revue Art Décoratif


1901 dans la revue Art Décoratif


1901 Revue des arts décoratifs


1901 dans cette même revue des arts décoratifs
Je retrouve M. Henry Dubret, déjà cité. L'artiste dijonnais a certainement étudié sa flore ornementale au bord des sentiers du Val-Suzon ou parmi les buissons qui couronnent les cimes abruptes de la côte de Chenove. La poésie de ses compositions évoquera, pour ses compatriotes de Bourgogne, le souvenir et le parfum des humbles plantes cueillies et respirées au cours de tant de belles promenades.
Au milieu de fines ciselures entourant les pierres précieuses, on admire les petites plantes que l'on aimerait à grouper dans un bouquet : le jasmin pâle, les ronces et les églantines à la pâleur anémiée, les narcisses d'or, le géranium des bois mêlant son carmin aux grappes d'épine-vinette, la feuille d'ellébore épousant la blanche marguerite et la douce pervenche bleue. M. Dubret est dans la vraie voie; Qu'il continue à explorer les broussailles de son pays : sa joaillerie s'en trouvera bien.



Dans L art décoratif au salon de 1901


Page entière pour Henri Dubret  an juillet 1901


1902


Le musée d'Orsay date ce  peigne en 1902

Henri Dubret Peigne vers 1902 corne, or ciselé, émail à jour, brillants H. 9,2 ; L. 8,1 ; P. 1,1 cm.musée d'Orsay, Paris, France©photo musée d'Orsay / rmn



Le voici, publié dans la revue l'art appliqué en 1903

"M. Dubret, dont nous reproduisons les œuvres, connaît admirablement son art. Ses bijoux sont très habilement ornés d'émaux, de pierres précieuses et de ciselure; il sait également rester dans la note sobre imposée par la destination de l'objet comme, par exemple, son couvert, qu'on peut considérer comme une jolie pièce d'orfèvrerie d'un dessin très pur et d'une ornementation sage et raisonnée, dont la sobriété a son charme aussi quand tant d'artistes se livrent à l'excès de stylisation. " L'Art décoratif pour tous en 1902




L art décoratif pour tous 1902

1902 dans la Revue de la BJO, tous ceux cités sont intéressants!

Les frères Falize , dans une autre gamme , sensiblement empreinte de la jeunesse qui s'allie à leur expérience reçue et acquise, retiennent également la foule. Le grand et somptueux surtout de table de M. Rozet, d'une harmonieuse et gaie tonalité, magistralement exécuté par la maison Christofle, est aussi très regardé.
Que ce soit dans l'un ou dans l'autre Salon — qui semblent aujourd'hui bien près de fusionner, tellement entre eux la similitude est grande — le public s'intéresse très sérieusement aux choses de nos industries. Il entre maintenant dans ses moeurs de connaître les noms des artistes, leur genre, leur note personnelle; il recherche certaines vitrines et disserte parfois fort judicieusement sur les progrès réalisés. C'est ainsi que l'on peut entendre des conversations très instructives devant les oeuvres, plus particulièrement charmantes cette année, de M. Lucien Gaillard, de M. Georges Fouquet, de M. Feuillâtre, l'émailleur ; de MM. Joe Descomps, Falguières, Becker, Bonny, Mangeant, Thesmar, Jacquin, Vernier, Hirtz, Grandhomme, Tourrette et de tant d'autres qui seraient également à citer.
M. Dubret expose la plaque de collier avec sirène dont il avait présenté l'intéressante maquette l'année dernière. M. Charles Boutet de Monvel est très en progrès. M. René Foy a envoyé des dentelles et très peu de bijoux, pour ainsi dire en manière de carte de visite. M. de Ribaucourt, lauréat du 1er prix au concours de dessinateurs organisé récemment par la Chambre syndicale, présente des oeuvres délicates et raffinées. Les émaux exécutés par M. Alexandre Riquet, d'après les dessins de Bracquemond, ont un réel succès.
En somme, le progrès de l'art du bijoutier, de l'orfèvre et de l'émailleur est certain. On sent que les oeuvres exposées ont été plus étudiées, mieux réfléchies ; elles révèlent plus de sagesse et de pondération et font espérer que bientôt les excentricités — il y en aura toujours — n'existeront plus qu'à l'état exceptionnel.



Et cette revue qui nous dit qu'elle reproduit les oeuvres de Henri Dubret fait une énorme bourde, au lieu de Dubret, elle sous-titre les dessins avec comme nom "DUBUT" 





C'est encore plus sur cette page, qu' on peut s'apercevoir de l' erreur de la revue "L Art décoratif pour tous" car ces modèles ne sont pas de Dubut mais de Dubret.

Couvert décrit dans l art décoratif de 1902



Bague Libellulle de Dubret





1902   Dubret se distingue et est en très bonne compagnie: Mangeant, Descomp, Jacquin, Becker, Wolfers Noufflard et Holbach, mais le journal La Fronde se réjouit qu' une femme soit louée pour ses créations



Cette femme est Aurore Lauth-Sand (cité dans l article plus haut) qui n'est autre que la petite fille de Georges Sand


Les maitres de l affiche et de l'art nouveau: https://www.facebook.com/Les-ma%C3%AEtres-de-laffiche-et-lArt-nouveau-157931750999182/ ont publié ce très beau bijou de Henri Dubret





1902-03 Bague opale et émail sur or



C'est en 1902 que Henri Dubret fait insculper un poinçon d'orfèvre sculpteur" de 1902 à 1907 ou il changera de statut. Il est possible qu'avant 1902 , il ait fait fabriquer ses bijoux par un atelier de bijouterie




1902 dans la revue de la Bijouterie Joaillerie




La maison Carvajal d'Antibes a revendu cette superbe broche avec la légende qui suit: 
Henri DUBRET (1872-1947)Rare plaque Art Nouveau pour collier ras de cou en or jaune, émail, émail à jour, nombreux diamants, et aigue-marine en pendant. Décor naturaliste d’un papillon, fleurs et feuillages. Signé H. DUBRET sur le côté à droite Poinçonné sur le côté à gaucheVers 1900. Poids : 17,4 g7 x 3 cmNote : Au même titre que René LALIQUE ou Lucien GAUTRAIT, Henri DUBRET fut l’un des plus éminents joailliers de la période Art Nouveau. Certaines de ses oeuvres sont conservées dans les collections des plus grands musées internationaux et notamment au Musée d’Orsay à Paris .



1903 dans l histoire de la BJO de Henri Vever

1903 dans la revue de la Bijouterie Joaillerie:
M. Dubret est un fidèle du Salon; chaque année, il fait au Grand Palais des envois toujours remarqués. Cette année, je regarde avec plaisir sa collection de bijoux, qui marque toujours l'esprit chercheur désireux de bien faire. Ses bagues longues, de la forme qui.est à la mode en ce moment, sont fort réussies, il en  est de même de sa plaque de collier; avec fleurs de carotte sauvage, et du peigne formé des grains rouges du sureau, qui est d'un dessin simple et charmant. Mais je n'aime pas le collier où des oiseaux viennent se désaltérer à une. cascade de diamants : c'est un peu lourd et l'émail des oiseaux" est beaucoup trop opaque et pâteux.


1903 dans la revue "L art Appliqué


1904

1904 revue de la BJO
Dans la vitrine de M. Dubret, je remarque encore de fort jolis peignes qui ont leur caractère bien particulier; celui dénommé « Nos oiseaux » est curieusement intéressant. Il apparaît plein de vie et de grâce légère : on dirait une escouade d'hirondelles prêtes à s'envoler.


1904 dans la revue de la Bijouterie Joaillerie



1904 dans le journal "L Humanité". Surprenant ce commentaire?




1904 dans la revue de la B.J.O.



1904 revue de la  B.J.O.

1904  revue de la BJO
Je publie avec plaisir les reproductions de bijoux exposés par
M. Henri Dubret ; ce jeune artiste en bijouterie-joaillerie me paraît avoir été inspiré par le sentiment que je viens rapidement d'exposer. Il songe à créer un bijou qui puisse être personnel, pour ainsi dire, à la femme qui le portera, qui puisse être aussi en proportion avec sa personnalité ; il reste dans les véritables
traditions des maîtres d'antan qui voulaient que le bijou fût pratique, le complément gracieux et envié d'une toilette, et non pas le point simplement apparent. Mais il se garde de dédaigner les conquêtes du style moderne.
Sa plaque de collier papillon émail, feuilles émaux translucides, en est la preuve; le feuillage, ciselé avant la. mise à jour des feuilles, donne la sensation du modelé, il offrira sûrement une séduction aux tentations féminines ; j'en dirai autant de ses broches et de son pendentif libellule, où les perles se jouent agréablement au milieu des émaux.
Dans la vitrine de M. Dubret, je remarque encore de fort jolis peignes qui ont leur caractère bien particulier; celui dénommé « Nos oiseaux » est curieusement intéressant. Il apparaît plein de vie et de grâce légère : on dirait une escouade d'hirondelles prêtes à s'envoler.



1904 Revue de la B.J.O.




1905 La Chronique des Arts


La maison Christie's a revendu cette merveilleuse broche plaque:
PLAQUE DE COU ART NOUVEL AMETHYSTE, GRENATS, EMAIL ET DIAMANTS, PAR HENRI DUBRET de grenats démantoïdes, d'améthyste et de diamants, dans un encadrement réhaussé d'une ligne d'émail bleu marine, vers 1905, poinçon français, poinçon de maître d'Henri Dubret, montée en broche.
Signée Henri Dubret, no. 3326




Est ce la même broche plaque?  La maison Sotheby's a revendu ce collier :
Collier de Chien en or, diamants et émail Art Nouveau, Henri Dubret, France, circa 1900
La plaque centrale représentant deux papillons parmi les fleurs et l'herbe, appliquée avec un émail multicolore, garnie de grenats démantoïdes ronds et de grenats oranges, accentuée de diamants taille rose, complétée par un tour de cou en velours noir rehaussé d'espaceurs en or sertis de grenats démantoïdes ronds, longueur 13¾ pouces, plaque centrale signée H. Dubret, marque du fabricant, marques de dosage françaises.




C'est en 1907 que henri Dubret dépose un nouveau poinçon qui le déclare  "Fabricant Bijoutier"



Je situe cette pièce à laquelle il manque des pierres en 1907

Revendu par la maison d'enchères Sadde de Dijon. https://www.sadde.fr/

Henri DUBRET (1872-1947). Broche formant pendentif en or jaune en forme de scarabée aux ailes déployées, émaillé bleu en cloisonné, et orné de roses. Manques les trois pierres. Signé H. DUBRET et numérotée. Infime usure à une patte. Dans sa boîte d'origine. . Poids avec sa chaine : 15,9 g. 4,8 x 5 cm.


1907?

1908 dans la revue Art et Décoration  Henri est en très bonne compagnie.
]'ai remarqué en outre dans les différentes vitrines de cette exposition, les trop rares objets exposés par M. Maurice Dufrène, artiste au goût charmant, très sûr et très français, les bijoux de MM. Archambaut, Edmond Becker, R. Bouvet, Henri Dubret, À. Fourain, Lionel le Couteux, E. Lelièvre, Frank Scheidecker, le comte du Suau de la Croix, E. Vernier, et  Marguerite Lecreux.
En somme, nous ne pouvons que féliciter les organisateurs de cette exposition, qui nous ont du moins prouvé. que, tandis que l'art décoratif moderne sous toutes ses formes subit un temps d'arrêt dans son évolution et a peine à trouver sa direction exacte, l'art spécial de la bijouterie, sous l'impulsion d'un créateur de génie, n'a pas cessé de se renouveler et de se perfectionner. RENÉ BLUM.



1907


1909 dans l' action Française

Henri Dubret voulait rétablir l'ancienne corporation , ce à quoi j ai beaucoup pensé quand j'étais un jeune joaillier et que je voyais des purs commerçants se vanter de fabriquer, eux mêmes de leurs petites mains. Mais ce n'était pas possible il y a 50 ans , alors de nos jours encore moins.
Figurez vous que j avais osé dire qu'un confrère (en deux mots peut être) faisait des publicités en se vantant de faire du travail à façon alors qu'il n'avait même pas de poinçon de maître devenu d ailleurs "poinçon de responsabilité"
J avais ajouté qu il n'avait jamais touché une lime de sa vie. Que croyez vous qu il arriva, il me fit piéger avec deux faux témoins et après moults chantages du genre "c'est mauvais pour votre réputation"  "vous etes expert"!! Il me fit un procès pour dénigrement.
Heureusement il perdit son procès, car je n'avais pas cédé.




Ce pendentif d'Henri Dubret  est étonnant il a été revendu par Thierry de maigret  Pendentif en or 750 millièmes, à décor égyptisant légèrement émaillé, retenant en pampille une pierre ornementale. Signé. Il est retenu par une chaîne en or 350 millièmes agrémentée d’un fermoir anneau ressort. Travail d’époque art nouveau.
Poids brut : 30.50 g.
Dim : 8 x 4.4 cm. Long : 56.5 cm. 
Ce doit être une Malachite avec de l azurite Mêlée (NDLR)




1911: dans le journal Excelsior: Les décorateurs s'organisent
Le groupe si important des Artistes décorateurs, exposant à la Société des Artistes français, vient de se constituer en Société des Arts décoratifs, sous la présidence d'honneur de M. R. Lalique et la présidence effective de M. Léon Ruffe.
MM. Rozet, Decceur, Saint-André de Lignereux, Laporte-Blairzy, Rapin et Feuillatre forment le bureau. Le comité est composé de M M.Théodore Rivière, Henri Dubret, Bas-tard, Decorchemont, Loiseau-Rousseau. Be-nedictus, Habert Dys, Szabo, Marioton et Gaillard. Au premier rang des préoccupations de la Société, des Arts décoratifs figure la défense des intérêts collectifs, l'amélioration
matérielle et morale des expositions annuelles du Grand Palais, la participation raison-née aux grandes manifestations qui se préparent; en un mot, tout ce qui doit servir au développement et à la mise en valeur des œuvres de nos décorateurs.





La revue "Art et Industrie en 1911, ne nous livre pas d'illustrations mais nous propose un texte intéressant" 
Orgueilleux dans leur isolement, les bijoux étincellent, pour la plupart d'une talentueuse impersonnalité.
A quels doigts iront ces bagues - quels cous asserviront ces colliers? dans quels corsages ces 8 agraffes enfonceront-elles leurs ongles d'or- il semble qu'il n'importa jamais de le savoir; leurs auteurs n'ont pas eu le soupçon qu'un bijou devrait être prédestiné et avoir la valeur d'un signalement particulier.
Beaucoup de vitrines. Il y a celles de MM. Arnould, en collaboration avec M. Jean Ibels ; Bonnaud ; Corrette ; Foy ; Palussière ; Peghouse ; Vigan, et celle de M. Deraimc, dont une pièce a été acquise par le Musée des Arts décoratifs ; il y a des colliers de M. Dubret : guêpes et épis; un collier de corail où s'éploie un paon fastueux de M. Lefeb\-re ; un collier exécuté pour Mlle Azema, de l'Opéra-Comique, par le respecté Maître Claudius Marioton : dix rangs de perles et double cercle d'or d'où tombent médaillons et motifs floraux finement ciselés ; des colliers et pendentifs de Brandt ; de jolies bagues de M. Gardey qui dans d'autres pièces curieuses apprivoise des hiboux, des cigognes, des chauvessouris et des serpents ; des bagues de M. Dubret et aussi un collier: guêpes et épis ; un bel anneau d'épines de M. Mathey ; enfin pour couronnement, les diadèmes splendides de M. Lalique, l'un saupoudré de poussière de diamants et enrichi de perles ; l'autre autour duquel court un mince rameau vert serti dans l'or.



1912 Dans le journal Gil Blas  Charles et Henri

-1912 ● Couronnement de Notre-Dame d’Étang
Le 4 juillet 1912, une foule immense accompagna la statue de Notre-Dame d’Étang conduite de l’église de Velars-sur-Ouche au parc du château pour être couronnée au nom du pape Pie X par Mgr Monestès, évêque de Dijon : neuf prélats, l’abbé de Cîteaux, près de trois cents prêtres et environ trente mille fidèles. La couronne a été exécutée par des orfèvres-joailliers dijonnais, Charles et Henri Dubret. La grand’messe pontificale fut chantée par la Maîtrise de Dijon. La cérémonie, préparée dès le début de 1911 par huit commissions réunissant plusieurs centaines de personnes, avait été précédée d’un triduum préparatoire, dans tout le diocèse, et elle sera suivie de trois jours d’actions de grâces. Elle réalisait le projet de l’abbé Bernard Javelle, formulé dès 1868, et repris par son successeur, l’abbé Henri Ballet.
Alain Striffling, "Le Couronnement de Notre-Dame d'Étang en 1912", Oui : bulletin de Notre-Dame d'Etang, n° 667 (287), mars 2010, p. 7-15, 



Charles Dubret a 65 ans, en 1912 il arrête de travailler et va céder  à Henri Dejouy  son fonds de commerce, qu'il exploitait au  83 rue de la liberté, notez qu il cède la clientèle, l achalandage, le matériel  et les marchandises, ce qui expliquerait que Monsieur Dejouy ait gardé des pièces de Henri Dubret???



Dans la Bourgogne en 1913




 Le site de la Réunion des musées nationaux  indique que cette médaille est de  Dubret, Henri  graveur en médailles  Entre 1914 et 1915

Médaille Bronze, Argenté, • Hauteur : 3.8 cm • Largeur : 3.4 cm • Profondeur : 0.2 cm Signature - Signature en bas à gauche : "H DUBRET"  Inscription : "1914-1915" Dans sa boîte en cuir vert
Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris

Dans le mémorial administratif de la guerre:
 Les œuvres qui, à des titres divers, s'occupaient de pourvoir aux besoins des soldats, et qui apportaient ainsi à l'Administration militaire une aide appréciable, au commandement un concours efficace en contribuant à maintenir élevé le moral des combattants, ne négligeaient aucune occasion de se rappeler il l'attention de leurs concitoyens. Ainsi le Tricot du Soldat prit prétexte de l'entrée en scène de l'Italie pour lancer un nouvel appel au public dans les journaux du 6 juin ; il recommandait une fois de plus la médaille Excelsior Gallus, œuvre de l'orfèvre dijonnais Henri Dubret :






La maison Benoit a vendu cette bague ancienne Art Nouveau signée Henri Dubret en or jaune 750/1000e ornée en son centre d'une opale sertie en clos, accompagné de deux émeraudes taille trapèze et de deux diamants taille ancienne d'environ 0,10 carat chacun sertis sur réhauts de platine. Des décors repercés et émaillés bleus viennent orner le plateau de formes géométriques et sur la tranche du plateau de délicats feuillages émaillés noir. Le corps de bague est souligné par de fin triangles émaillés noirs et est signé sur la tranche "Dubret" et du numéro "932 622". Bijou en très bon état. vous pouvez voir d autres photos en vous rendant directement sur le site de Benoit Joaillier.




Dubret dépose un poinçon en tant  qu"Editeur de médailles en métal doré"
En effet depuis la réforme de la garantie en 1902 les fabricants de métal doré ou argenté (y compris ceux par des procédés galvaniques ou électro chimiques) devaient apposer un poinçon  destiné uniquement à garantir le public contre les tentatives ayant pour but de faire passer pour des ouvrages en or ou en argent des objets qui n'en avaient que l apparence. 


La forme du poinçon était un carré parfait pour les ouvrages de fabrication nationale et un carré dont un coté est remplacé par un arc de cercle pour les ouvrages provenant de l'étranger




"16 octobre 1916 Frédéric Fortuny est envoyé à Buc après avoir réussi son examen de mécanique.
Lorsqu’il fait mauvais, il ne peut pas s’entraîner à voler. Il occupe alors ses loisirs à dessiner des modèles de bijoux de style Art Déco : pendentifs, bagues, diadèmes, bonbonnières, broches, peignes, bracelets, médailles, colliers, porte-cigarettes…
En effet, avant la guerre, Frédéric, qui avait une vocation d’artiste, a cherché sa voie chez le décorateur Tony SELMERSHEIM qui l’a initié à l’art du meuble. Il a été admis dans l’atelier de l’animalier Edouard NAVELIER. Le statuaire Rupert CARABIN lui a donné des cours de dessin pendant deux ans. Il a été apprenti pendant trois ans chez le maître bijoutier-joaillier Henri DUBRET qui lui a appris la technique et l’esprit de son art, tout en laissant libre cours à son originalité propre.
Sa curiosité le portait même à étudier les branches les plus diverses de la décoration ; c’est ainsi qu’au Salon d’Automne de 1920 seront exposées des broderies originales réalisées d’après des dessins de Frédéric.
Journaux et revues des arts de 1920 ne tarissent pas d’éloges pour cet artiste « si fin et si distingué », disparu trop tôt.



1915 Mémorial administratif de la Guerre


Ce bijou  fut dessiné par  Frédéric Fortuny pour Henri Dubret




Dessins de Frédéric Fortuny



En 1920 la revue "Art et Décoration" fait  un compte rendu sur Dubret , un peu long , mais si intéressant que je ne puis le couper

Un office de liaison entre artistes et industriels. — La question n'est pas d'aujourd'hui : une espèce de cloison étanche sépare encore chez nous les industriels des artistes créateurs de modèles. Plus que toute autre cause, cet éloignement retarde le développement et la vulgarisation de notre art appliqué. Pour quelques artistes qui ont su découvrir l'atelier où se réalisent leurs projets, pour quelques autres qui, plus avisés peut-être ou mieux outillés, les réalisent eux-mêmes, combien n'en reste-t-il point — et parmi les mieux doués — qui demeurent incapables de trouver un débouché.
D'autre part les industriels, privés de modèles nouveaux, s'éternisent dans la copie de l'ancien ou s'en tiennent à une production médiocre, sans caractère artistique.
Depuis une dizaine d'années déjà, on songe à remédier à ce double mal en créant un office de liaison. Les Allemands ont, à Munich, leur Werkbund (le lieu pour l'oeuvre). L'éventualité de l'exposition internationale d'art décoratif moderne de 1923, en rendant cette institution indispensable si l'on ne veut aller à un échec, hâta la solution. L'office est créé par un arrêté du ministre de l'industrie et du commerce en date du 3o juin. Il a ses bureaux au Grand Palais des Champs-Elysées (dans le local affecté à l'architecte) et fonctionnera bientôt régulièrement.




Suite Art et Decoration:


On a choisi pour le diriger un homme intelligent et actif, que des expériences antérieures avaient préparé à ces fonctions. M. Henri Dubret. graveur sur métaux précieux, avait, pendant la guerre même, senti la nécessité de venir en aide aux artistes particulièrement éprouvés par les difficultés de la vie. 11 fondait, de sa propre initiative, en 1917, la (t Collectivité des Artistes décorateurs, artisans et créateurs de modèles » qui répondait à peu près au but que se propose l'office. Formant autour de lui un noyau
d'artistes sûrs et au courant des détails de l'exécution, il avisait d'autre part par une circulaire les commissionnaires et les industriels de la création de son oeuvre. 1l constituait un portefeuille de dessins, multipliait les démarches et s'efforçait surtout de faire connaître les modèles de ses adhérents dans des expositions (Foire de Paris, exposition de Bâle en 1919).
Les résultats furent satisfaisants. Des contrats furent établis et des collaborations organisées, notamment en ce qui concerne les industries du papier peint, des tissus, de la fonderie, de la ferronnerie et des meubles.
M. Henri Dubret appliquera, en les étendant, des méthodes similaires à l'office de liaison. Cet office dont l'action n'est pas limitée bien entendu à l'exposition de 1923 et qui est destiné à lui survivre, trouvera néanmoins dans celle-ci un champ d'expérience très intéressant. Fonctionnant actuellement sous le contrôle du commissaire général, il a à sa tête un conseil composé de 10 membres nommés par celui-ci et comprenant des artistes et des industriels.



1921 L'Intransigeant


Suite et fin de l article de "Art et Décoration"
D'après l'arrêté ministériel, il a pour but « de faciliter la diffusion des projets techniquement réalisables, ayant un caractère artistique, et de fournir aux artistes, artisans, aux industriels et éditeurs tous les renseignements et tous les éléments de collaboration qui leur seraient nécessaires.
« Il a aussi pour objet d'établir des rapports plus cordiaux entre les intéressés et de détruire les préjugés qui trop longtemps séparèrent fâcheusement les artistes et les industriels.
« Il apportera la plus grande discrétion dans la communication des projets dont il ne sera pris aucune reproduction sans l'autorisation de leurs auteurs. Il appartiendra toutefois à ceux-ci d'assurer à leurs frais, s'ils le jugent utile, la protection légale de leurs projets.
Les conseils et renseignements donnés par l'office seront gratuits.
Tandis que le directeur, chargé du fonctionnement administratif, assurera les rapports entre les parties intéressées, au Conseil incombera plus particulièrement l'examen des projets et dessins et ce avec le soin de fournir des indications techniques et de sauvegarder le caractère artistique des réalisations.
RENÉ CHAVANCE.


1922  Coemedia


Coemedia


1923 Coemedia


1923 Coemedia


Les Expositions  de 1924 d'après Art et décoration
La collectivité des artistes décorateurs, artisans et créateurs de modèles à la Foire de Paris. —
M. Henri Dubret, dont l'activité inlassable reste si féconde à la présidence de la collectivité des artistes et créateurs de modèles, a justement pensé qu'une telle organisation devait participer à la vaste manifestation du Champ-de-Mars.
Les stands des exposants sont groupés au coeur même de la Foire de Paris. ils représentent un nombre et une variété assez considérable d'oeuvres. On y remarque particulièrement la présence des ferronniers :
Nies frères, qui restent dans la tradition du pur et beau travail de la forge et présentent entre autres une grille d'ascenseur où ils ont tiré un heureux effet du contraste du fer martelé et du fer poli ; Paul Kis, avec notamment un excellent cache-radiateur, simple et d'une composition logique; Delion qui ne
dédaigne pas de s'attacher au problème des meubles eux-mêmes, petites tables basses, étagères, glaces, consoles ; Borderel et Robert qui exposent également une table en fer forgé à dessus de marbre et un tabouret dont le siège est de cuir croisé, tous travaux d'un dessin robuste et d'une sobre exécution ; Brandt enfin, avec des grilles diverses, une console surmontée d'une glace d'une composition bien venue et de nombreux appareils d'éclairage pour lesquels il a tiré parti des procédés techniques les plus récents du travail du fer.
On remarque encore les pâtes de verre d'ArgyRousseau où sont si ingénieusement utilisées les colorations irisées de la matière; les meubles en rotin, confortables de Raguet ; les batiks de M™" Pangon, de Melle Paule Andrée Léonard; des essais curieux de marqueterie de paille ; enfin la vitrine même des bijoux de M. Henri Dubret, qui s'affirme épris de couleurs et tire d'habiles effets des pierres et des métaux précieux.
Ainsi l'oeuvre des artistes et de tous ceux qui luttent pour la diffusion des modèles originaux ne sera pas oubliée dans cette vaste manifestation de l'activité industrielle et commerciale.  Il convient de féliciter la collectivité de son initiative et d'un effort aussi constant.




Paire barrettes revendu par la maison  artcurial
 Henri DUBRET Paire de barrettes en platine (950) et or gris 18k (750) serties chacune d'un rubis et de diamants taillés en rose Vers 1925 Poinçons de maître du joaillier Henri Dubret Long.: 6.7 et 4.2 cm, Poids total brut: 10.54 g



1925 dans Coemedia



Henri Dubret  revendue par maitres "Sadde" cette bague très créative
(1872-1947). Bague en or blanc ou platine, ornée d'une aigue-marine taille émeraude (environ 10 ct), dans un entourage de 6 diamants baguette et de 20 petits saphirs. Poids : 10,2 g. Epoque Art déco.




Coemedia en 1925


1925 La revue des beaux arts



Journal Le Temps


Coemedia 

1926 Quelques artistes  dans la revue Paris Midi  Dubret expose dans son appartement.
Dans un décor qu'il a choisi, le plus aimable qui soit, puisqu'il s'agit de son appartement, M. Henri Dubret a groupé l'œuvre d'une trentaine d'artistes. Curieuse exposition où sont représentées les diverses tendances de l'art contemporain. Petit musee des arts décoratifs où la peinture voisine avec les gravures et les gouaches, où les bijoux et les émaux que nous montrent les maîtres de céans tranchent sur des céramiques Imprévues où les verreries se détachent sur fond de broderie pour la joie saine de nos yeux.
, Marguerite Crissay expose un petit paysage du Midi. Une lumière toute neuve court sur la toile, l'enveloppe de sa bonne lumière.
Le joaillier l'a façonnée selon le jour qu'il lui destine.



 1926 Coemedia 



Septembre 1929 , cette fameuse crise qui déclenche la faillite de si nombreux joailliers dont Dubret, je vous conseille de lire: https://www.richardjeanjacques.com/2011/09/la-faillite-du-comptoir-lyon-alemand-et.html



Publicité de Dejouy de 1930


Henri Dejouy avait repris l'affaire de Charles Dubret, dont le fils Henri Dubret avait préféré faire carrière à Paris. Jean Dejouy succéda à Henri et Jean Gerard a Jean Dejouy .
Quand Henri Dejouy avait repris l affaire comme nous l avons vu plus haut en 1912, c'était avec les stocks de bijoux et parmi les bijoux, Jean Dejouy avait gardé des bijoux de Henri Dubret. 




Parmi le stock de bijoux de la maison Dejouy il y avait ceux-ci et vous avez donc sous les yeux la page qui  était consacrée aux Dubret
A la tête de l'étude SADDE pour la quatrième génération, Christophe et Guilhem SADDE, commissaires-priseurs judiciaires, sont des officiers ministériels nommés par le garde des Sceaux, habilités à expertiser tel bien de valeur ou à inventorier le contenu d’une maison ou d’une collection.



Bague de Dubret a la vente de 2017

Le 9 mars 2017, l’Hôtel des ventes des frères Sadde accueille et organise la vente de la succession de la bijouterie Dejouy, une véritable institution locale dont les origines remontent au XVe siècle. « Les vieilles familles dijonnaises se sont ruées vers la rue Cabet pour se partager un fonds de bijoux et de diamants exceptionnels », explique encore Christophe Sadde.
Les Dejouy ont éteint leur activité sans successeur, léguant leur fabuleux fonds de commerce au profit de la lutte contre le cancer et de la SPA. Dans le catalogue, pas moins de 120 lots parmi lesquels des montres Rolex (Jacques Séguéla serait content), mais aussi et surtout des bijoux Art nouveau d’une incroyable complexité de réalisation, que plus personne ne sait faire aujourd’hui. Un pendentif Dubret a ainsi atteint la somme rondelette de 66 000 euros !




Mon père Jean Richard(qui se trouve au premier rang a coté de ma mère, faisait partie de ce "Club creation des Joailliers Français" , tous des amis qui se retrouvaient plusieurs fois pas an . Monsieur Dejouy est derrière mon père.
Ils avaient compris qu ils ne pouvaient rester seuls dans leur ville a attendre les représentants de commerce alors ils avaient créé un catalogue de bijoux des 1958, ils achetaient donc en commun pour obtenir des exclusivités et des prix.
Le premier catalogue fut réalisé avec une préface de Jean de la Varende , en 59  preface et dessin de couverture par Jean Cocteau, en 1960c e fut Giono, en 1961 Touchagues et ainsi de suite.
Des 1960 ces joailliers de province décidérent de créer un société coopérative et un atelier qui se trouvait a Nice.....Rue de la Paix. Je suis passé par cet atelier.
En faisaient partie:
Daguzé à Nantes, Richard à Rouen, Vaneste à Lille, Daleau a Poitiers, Gonnet à Angers, Girolet a Orleans, Peyrot Rudin à Nice, Michelon a Montpellier, Bornand à Marseille, Dejouy à Dijon Jacquot à Nancy, Beaumont Finet à Lyon

1930 Charles DUBRET le père de Henri est décédé le 24 janvier 1930 à Vérone en italie  (mention sur son acte de naissance) Il avait 83 ans

1947 le 20/12/ meurt Henri Dubret à Méré dans les Yvelines, il avait eux deux filles et un fils né en 1903 et mort d hydrocution à l'age de 20 ans



Rue de la Paix en 1923

ul class="slides">