samedi 27 novembre 2021

Suzanne Belperron, Bernard Herz, dénoncés par un avocat antisémite Louis Brideau !! , L'épilogue.

" Le 20 novembre 1942  , je suis arrêtée par la Gestapo et conduite avenue Foch"


Suzanne Belperron va découvrir qu'elle a été dénoncée et dans une lettre révèle cette dénonciation.

"La maison Suz Belperron  dissimule une affaire juive, par consequent l'ancien propriétaire continue à faire d'importantes affaires, elle détient notamment les bijoux de Lord Carnavon et on ne trouve pas dans cette maison de bagues à moins de 75000 francs"

Mais qui l'a dénoncée??   Est ce le Brideau qui est membre de "L'Action Française"? 

Cette Action française (abrégée en AF) qui est une école de pensée et un mouvement politique nationaliste et royaliste d'extrême droite, soutien de la maison d'Orléans, qui s’est principalement développé dans la première moitié du xxe siècle en France.

En 1938 les idées de Brideau sont exposées clairement ,1938   dans l action Française:

Au «Jeune barreau français» Un rapport de Mr Brideau sur l'invasion étrangère dans le Barreau Au cours de la réunion mensuelle du « Jeune Barreau français » qui avait lieu hier matin, notre ami  Louis Brideau a donné lecture d'un rapport qui a été très remarqué où il a proposé un certain nombre de mesures propres à mieux assurer  la protection de la profession d'avocat. ' Mtre Brideau a attiré tout particulièrement l'attention de ses confrères sur un des aspects les plus intéressants du problème qui prend chaque jour une importance plu considérable : Nous voulons parler de l'invasion du barreau de Paris par des éléments qui ont singulièrement modifié depuis quelque temps le caractère séculaire de notre profession. Depuis une vingtaine d'années, nous assistons en effet à l'envahissement de notre barreau par des étrangers venus notamment de tous les ghettos du monde. Il est temps aujourd'hui d'étudier les remèdes propres à mettre un terme à cet état de choses qui risque de nous faire perdre aux yeux du public la considération qu'avaient valus à notre Ordre les magnifiques talents de nos confrères des siècles passés et leur haute conscience professionnelle. Mtre Brideau révèle que, parmi les jeunes avocats qui ont prêté serment ces dernières années, il y a une proportion de 43% de Juifs : « Voulez-vous me dire, s'est-il écrié, dans quelle usine de France on pourrait trouver une proportion semblable ? » Le conseil de l'Ordre est désarmé, aucun texte n'obligeant le futur avocat à parler correctement français. Dernièrement, un Juif allemand qui n'avait qu'une connaissance fort vague de notre langue ayant été écarté par le conseil de l'Ordre, la décision fut infirmée par la cour d'appel. Le décret pris récemment, obligeant les licenciés en droit qui veulent s'inscrire à un barreau de justifier d'au'moins dix ans de naturalisation, est tout à fait insuffisant. Ce n'est pas en dix ans qu'un étranger peut s'assimiler nos usages, notre civilisation, nos traditions. Il est grand temps d'arrêter le flot qui menace de nous submerger dans un avenir très proche, a conclu Mtre Brideau. Il ne serait pas exagéré d'exiger la condition d'être né Français, avec une seule  exception en faveur des étrangers ayant combattu dans nos rangs. 

Cliquez sur toutes les photos de cet article pour les agrandir

Il est préférable de consulter cette lettre de Suzanne Belperron  sur un écran d'ordinateur pour mieux la lire


Telles que les décrit Suzanne Belperron, les choses sont claires, les délateurs sont Maitre Brideau  avocat au 3 rue Pérignon à  Paris, sa femme et ses amis les Debrun 70 boulevard Soult à Paris.

Evidemment, je dois prendre des précautions, j ai vérifié, et la suite de cet article va le démontrer amplement  jusqu'à l'épilogue.

Je découvre une généalogie sur un site célèbre qui indique ceci pour un Louis Georges Jean Brideau:

Né le 13 avril 1903 - Mâcon, 71270, Saône-et-Loire, Bourgogne, France
Décédé le 25 avril 1989 - Paris 13 éme, à l'âge de 86 ans
Avocat
Marié le 18 septembre 1939, Arcueil, 94003, Val de Marne, Ile-de-France, France, avec Paule Lucienne Madeleine CASAU 1909-1997 (voir note)
Possédaient une maison familiale à Verzé (Saône et Loire) habitée par leur filleul Philippe Prompt fils de Simone CASAU

C'est donc notre homme, mais j'essaye de trouver et comprendre  ses motifs, aurait il eu une altercation, ou des problèmes avec Bernard Hertz et Suzanne Belperron? ou simplement de l' antisémitisme aggravé?



Mais mes découvertes nous emmènent bien au delà,  en 1941 Maitre Brideau fait une conférence sur le "Juif et la musique"  au palais Berlitz pour l'exposition le "Juif et la France"



Cliché provenant des Archives allemandes 

« Le Juif et la France » est une exposition raciste et antisémite s'étant déroulée du 5 septembre 1941 au 15 janvier 1942 à Paris, durant la Seconde Guerre mondiale. Elle est organisée et financée par la propagande de l'occupant allemand à travers l'Institut d'étude des questions juives (IEQJ). Cette exposition s'appuie sur le travail de George Montandon, professeur à l'École d'anthropologie de Paris et auteur du livre Comment reconnaître le Juif ? publié en novembre 1940. Cette exposition se veut donc « scientifique ».
Ce fut un magnifique travail de sape, une exposition  qui approcha les 200.000 visiteurs, la même exposition fut présentée dans de grandes villes de province et eut un grande influence sur certains français.
L'exposition est inaugurée au palais Berlitz par le propagandiste antisémite Paul Sézille, secrétaire général de l'IEQJ, qui en a rédigé l'introduction du catalogue. Deux semaines auparavant, du 20 au 25 août 1941, avait eu lieu la seconde grande rafle parisienne, au cours de laquelle 4 232 hommes ont été arrêtés.(Wikipédia)

Mais qu'est l'IEQJ?  L'Institut d'étude des questions juives (IEQJ) est un organisme créé en France sous l'occupation allemande, avec le soutien de la Propagandastaffel (bureau de propagande allemande). D'abord nommé Bureau d'information et d'étude des questions juives, il est rapidement rebaptisé de l'acronyme IEQJ (pour « Institut d'étude des questions juives ») et officiellement inauguré le 11 mai 1941. En mars 1943 l'IEQJ devient l’Institut d'études des questions juives et ethnoraciales (IEQJER)
Or nous verrons plus loin que Maitre Brideau est membre de cette organisation



Le Commissariat général aux questions juives était installé place des Petits-Pères, dans le bâtiment de l'ancienne banque Léopold Louis-Dreyfus.

Le siège de l' Institut d'études des questions juives qui était l' instrument de propagande du CGQJ (commissariat général au questions juives)  se trouvait à Paris, 21 rue La Boétie, dans un immeuble appartenant à Paul Rosenberg, propriétaire d'une importante galerie d'art réquisitionné par les nazis, l'IEQJ n'avait, en tant qu'organisme privé directement contrôlé par les services allemands, pas de lien formel avec le régime de Vichy.




1942 le 9 janvier Maitre Brideau est cité dans le Journal "Le Matin"

En 1942 Louis Brideau a 39 ans 


Le 10 janvier 1942  dans le Petit Parisien


Que faisait il à l'I.E.Q.J



Le 6 juillet 1942 dans "l écho de Nancy"



Bernard Herz est donc arrêté le 2-11-1942 et presque aussitôt envoyé à Drancy, Suzanne Belperron écrit dans sa lettre de 1944, que Bernard Herz est resté a drancy de Novembre 1942 jusqu'au 3-9-1943 pour être envoyé à Auschwitz, mais en 1944 on ne connaissait pas encore les parcours des déportés.
De même que la famille Herz n'apprit qu'en 1945, ce qu'était devenu Bernard Herz.




C'est pourquoi je crois bon de publier ces fiches



Cliquez sur toutes les photos de cet article pour les agrandir

Cette fiche est terrible car il est noté "Ne pas libérer" en bas de la fiche,alors que beaucoup d'autres l'ont été donc la décision est prise.




Bernard Herz a bien été envoyé au camp de Beaune la Rolande, on peut même lire, écrit au crayon en haut de la fiche "Baraque 7"

Tiré de Bundesarchiv_Bild_101I-250-0939-04A, _Beaune-la-Rolande, _Gefangene_in_Lager, _Baracken




Herz, citoyen français, le gouvernement de Vichy avait assuré qu'on ne livrerait pas de Juifs Français, qu'on arrêterait pas ceux qui avait fait la guerre 1914........




Nous savons donc désormais que Bernard Herz est arrivé au camp de Beaune-la- Rolande le 9 mars 1943, la fiche dit qu'il a été arrêté à Paris par la police au cours d'une rafle et je crois que c'est la vraie explication, et non à son domicile.

Lettre de Bernard Hertz

Expédier : Jolly 21 Février  1943    
4 Rue Chalgrin, 4è Avec mandat : 100F


Chère amie

Triste dimanche, je m’ennuie, je m’ennuie, pour remonter le courant il faut que je cause un peu avec vous.
Mon ennui quotidien a été adouci un peu hier matin par l’arrivée de mon colis de linge, avec ce joli veston d’intérieur gris et bien chaud ; je pourrais vous dire merci à toutes les lignes, aussi je ne le dis plus.
Les déportations avaient repris l’autre semaine, on les voit partir pour de destinations inconnues ; j’espère que cela ne m’arrivera pas, il serait encore plus embêtant d’aller de ghetto en ghetto ; celui-ci est assez pénible et dégoutant mais adouci tout de même par ces beaux colis où l’on trouve de temps une petite fleur, et je reconnais l’écriture.
J’avais un peu d’espoir il y a 7 à 8 semaines quand le médecin de la préfecture, Brocard m’avait fait appeler, m’avait demandé si j’étais parent avec Lifchitz radiologue à Rothschild et je croyais qu’après mon ausweis de Compiegne par les médecins Allemands, il allait m’envoyer à Rothschild, ce qu’il peut faire facilement ;il a du en parler au médecin chef d’ici car ce dernier m’a envoyé a l’infirmerie en étant très aimable et sans m’ausculter, mais le médecin chef a été évacué et Brocard a du m’oublier, peut être un mot de Lifchitz servira-t-il a moins que vous ne fassiez quelque chose dans un autre ordre d’idées, car en somme, je n’ai pas de délit, peut être l’U.G.I.F peut faire quelque chose, car en ce moment s’il y a tous les jours des arrestations il y a aussi beaucoup de libérations …
Depuis deux jours il y a des visites médicales jusqu'à 65 ans comme si maintenant on allait faire des équipes de travailleurs, est-ce qu’il y aurait une libération des plus de 65ans, c’est possible, on ne sait jamais rien .
Comme précaution, car on ne sait jamais jamais ce qui peut arriver ici, ci-joint un testament ; peut être en avez-vous un ; j’en avais laissé un dans mon bureau 38 avenue du Président Wilson, mais mon bureau est-il toujours là et les papiers ont-ils été jetés ?
Dans le cas ou vous en auriez un, lisez les tous les 2 gardez ou remettez au notaire (choisissez probablement Vidy) celui que vous trouverez le mieux fait.
Je ne regrette nullement d’être resté à Paris, l’absence sera moins longue, si c’était à refaire je le referais.
Pardon de tous les ennuis que je vous cause je ne vous occasionne que cela alors que j’aurais tant voulu faire votre bonheur, merci pour tout.
Bernard 


Mais le 10 juillet 1943, Aloïs Brunner ordonne la fermeture du camp de Beaune-la-Rolande. Les 600 internés qui y demeuraient encore, sont pour partie transférés à Drancy, pour partie affectés à l’Organisation Todt 24. https://fr.wikipedia.org/wiki/Alois_Brunner

C'est à cette époque que Bernard va être renvoyé à Drancy.

Anne Sebba dans son livre "les Parisiennes"insiste sur le fait que Bernard Herz espérait être transféré de Drancy à l‘Hôpital Rothschild. Elle précise dans une note en bas de page 158 :



Suzanne Belperron doit subir les pires vexations, ainsi le 22-01-1943 il lui est demandé de prendre un engagement sur l honneur qu'elle n'est pas Juive, ni ses parents, ni ses  arrière-grands Parents.




En 1944 il est membre de la Revue Astronomie, il est parrainé par Camille Flammarion


1945, il apparait que Brideau,  dans le dossier du fasciste admirateur de Hitler,  Lucien Rebatet,  apparait comme un militant antisémite acharné.
Au passage Rebatet était un ami de René Lacaze, le fameux dessinateur de Van Cleef que Renée Rachel Puissant Van Cleef ne voulut pas réintégrer chez Van Cleef & Arpels, pendant la drôle de guerre, lui n'avait pas compris, nous la comprenons mieux. Mauboussin  l'embauche. 




L épilogue est dans le Journal Combat en 1947, il a fallu  attendre plus de deux ans pour arrêter Bouchez et Laville les dénonciateurs de Harry Baur le grand acteur.
L'article le précise ce sont 30 délateurs antisémites parmi lesquels  Mtre Brideau avocat à la cour d'appel de Paris.

Revenons un instant sur Harry Baur
Au début de l'occupation  vers juillet 1940, Bernard Herz,  le mentor de Suzanne Belperron est interrogé plusieurs fois. Une première fois, grâce à l’intervention de sa grande amie Rika Radifé, l’épouse de l’acteur Harry Baur, Suzanne Belperron parvient à le sauver de la gestapo.
Henri Marie Rodolphe Baur, dit Harry Baur, né le 12 avril 1880 dans le 11e arrondissement de Paris3, ville où il est mort le 8 avril 1943 en son domicile dans le 9e arrondissement, est un comédien français, considéré comme l'un des plus grands de la première moitié du xxe siècle. **


Harry Baur en 1940

Des le début de l'Occupation, des journaux français antisémites l'accusent d'être juif. L'acteur s'en défend en faisant publier un certificat « d'aryanité » et écrit à l'hebdomadaire Je suis partout une lettre que le journal publie : « Actuellement à l'étranger. Je viens d'apprendre que M. Alain Laubreaux m'a qualifié de « néo-aryen ». Cette expression pouvant prêter à équivoque, je tiens à préciser, de la manière la plus catégorique, que je ne suis pas aryen de fraîche date, mais aussi vieux aryen que quiconque. Je veux espérer que l'incident est clos8. » C'est alors que Joseph Goebbels, très préoccupé par la prééminence du cinéma français sur une production « germanique » qui a effectivement été anéantie par la politique antisémite des nazis, le fait venir à Berlin pour tenir le rôle masculin principal dans Symphonie d'une vie (Symphonie eines Lebens) d'Hans Bertram aux côtés d'Henny Porten et de Gisela Uhlen.

Quand il rentre en France au printemps 1942, la rumeur sur ses origines reprend de plus belle et est une nouvelle fois dénoncée. Theodor Dannecker demande alors à Charles Laville, ingénieur biologiste, chef des services scientifiques d'études aux questions juives de faire le portrait morphologique du visage d'Harry Baur. Dans le rapport qu'il lui transmet, il conclut « que le grand acteur présente à un degré fortement accusé toutes les caractéristiques sémitiques ». En avril 1947, Charles Laville sera inculpé pour intelligence avec l'ennemi et écroué à la prison de Fresnes9. Harry Baur est arrêté avec sa femme le 30 mai. Dannecker est furieux qu'un Juif ait pu tenir le premier rôle d'un film allemand. Emprisonné à la section IV J de la Gestapo pendant quatre mois dans des conditions très rudes, Harry Baur subit plusieurs séances de coups, dont une de douze heures. Au cours de l'une d'elles, il se relève et déclare au SS Hauptsturmführer :
« Il sera plus digne pour vous de frapper un homme debout. »

Il est libéré le 19 septembre 1942, ses tortionnaires lui signifiant : « nous avons toujours su que vous n'êtes pas juif ». Reinhard Heydrich, le supérieur de Dannecker, était, par ambition, en conflit avec Joseph Goebbels. L'artiste n'était que la victime de la rivalité des deux dignitaires nazis. Âgé de 62 ans, Harry Baur ne se remettra cependant jamais des séances de torture subies et meurt à peine moins de six mois plus tard, le 8 avril 1943 au 3 rue du Helder Les autorités allemandes, pour ne pas être accusées d'avoir causé sa mort, interdirent aux journaux de l'annoncer.(wikipedia)



Jugement de Louis Brideau


Un peu de prison, puis Louis Brideau est condamné à 8 ans d'indignité nationale, alors combien de gens comme Bernard Hertz a t il dénoncés et envoyés de par là même en déportation et à la mort ?
C'est un jugement indécent.

L'indignité nationale est un crime créé en France par l'ordonnance du 26 août 1944, durant la période d'épuration à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ce crime d'une très grande gravité, commis par un militaire ou un civil durant l'occupation allemande, est sanctionné par la dégradation nationale, prononcée par des juridictions d'exception qui ont été constituées durant cette période. 

L'indignité nationale est punie de la peine de la « dégradation nationale », à perpétuité ou à temps (cinq ans et plus). La dégradation nationale entraîne la mise au ban du condamné et fait partie des peines afflictives et infamantes. Il perd bon nombre de droits :
    • exclusion du droit de vote,
    • inéligibilité,
    • exclusion des fonctions publiques ou semi-publiques,
    • perte du rang dans les forces armées et du droit à porter des décorations,
    • exclusion des fonctions de direction dans les entreprises, les banques, la presse et la radio, de toutes fonctions dans des syndicats et organisations professionnelles, des professions juridiques, de l'enseignement, du journalisme, de l'Institut de France,
    • interdiction de garder ou porter des armes.
Le tribunal peut également prononcer des interdictions de séjour du condamné sur le territoire et la confiscation de tout ou partie des biens. Le versement des retraites est également suspendu.


On compte 50 223 cas de dégradation nationale à titre principal (3 578 par les cours de justice et 46 645 par les chambres civiques), et 3 184 peines suspendues « pour faits de résistance ». En tout, près de 100 000 personnes sont condamnées à la peine de dégradation nationale à titre principal et complémentaire, ce qui en fait la sanction la plus appliquée durant cette période4. On note, parmi les condamnés, Philippe Pétain, Pierre Laval, Charles Maurras et Louis-Ferdinand Céline.


Ce chef d'accusation n'est plus utilisé à la suite de la loi d'amnistie de 1951.

La loi de 1951 accorde une amnistie de plein droit, totale et sans condition, aux condamnés des chambres civiques qui avaient été relevés de leur peine de dégradation nationale pour faits de résistance. Les autres condamnés à la même peine peuvent bénéficier de l'amnistie si la peine est inférieure à quinze années


Louis Brideau est décédé le 25 avril 1989 - à  Paris 13 éme, à l'âge de 86 ans

Pendant que Brideau détruisait des hommes et des femmes,   Suzanne Belperron produisait des pieces comme celles-ci, un merveilleux bracelet diamants et Saphirs










Pour m' avoir procuré ces photos de bijoux de Suzanne Belperron, merci à Olivier Baroin, l’expert de Suzanne Belperron

La Golconde 9 place de la Madeleine 75008 Paris.

+33 (0)1 45 25 55 75

+33 (0)6 71 82 48 03


**


1947

https://youtu.be/_bwgUf4xy5A


vendredi 12 novembre 2021

Strauss, Allard, & Meyer: de grands artisans joailliers

 L' artiste du trio, Jean Gustave Maurice Allard, aurait suivi sa formation à la joaillerie en Angleterre, c'est en 1909 qu a Paris il ouvre un atelier avec Albert Emile Meyer.

Emile Mayer était chargé de l'aspect commercial ce qui leur reussit particulièrement puisque dès le début Cartier , Janesich, Lacloche , leur commandèrent avant 1914 , des coupes papiers, briquets , étuis à cigarettes, étuis à cartes de visite et autres objets de vertu qui désignaient depuis le siècle précédent, les petites boîtes à fard, à mouches, tabatières, à parfums, boîtes à couture, éventails, carnets ou tous les petits objets précieux et raffinés du XVIIIe siècle utilisé par les classes sociales aisées.

 


Je n'ai pu trouver de photo de Jean Gustave Maurice ALLARD, mais je me suis procuré son dossier militaire. Alors à défaut, j' apprends par son dossier  qu il avait les cheveux chatain clair et les yeux bleus.


le 108 rue du Ranelagh à Paris où il est né et a vécu 

Né le 21-06-1882 au 108 rue du Ranelagh dans le 16 eme à Paris.
Il mesurait à 20 ans 1 mètre 78 . Son service militaire  ajourné en 1904 pour faiblesse, et pourtant il fut appelé en 1914 dans l'artillerie. Il habita jusqu'en 1934 au 108 rue du Ranelagh puis,  4 rue Clemenceau à Saint Gratien, à l époque en Seine et Oise.
Allard était d'après  les mémoires de son fils Maurice , un très bon dessinateur qui pendant le guerre 14-18 dessina des paysages mais aussi des représentations des tranchées, et c'est  pendant la guerre qu il fit la connaissance de Raphael Strauss qui rejoignit Allard et Meyer  et s'avéra être un excellent commercial.
Jean Gustave Maurice ALLARD
• Né le 21 juin 1882 (mercredi) - Paris, 75009, Seine • Décédé le 26 novembre 1949 (samedi) - Paris, 75015, Seine, FRANCE, à l'âge de 67 ans

Son père a certainement influencé ses gouts, sa vie ses recherches.  
Gustave Allard d'après Laurence Mouillefarine dans son livre sur Lacloche , le décrit comme un aventurier qui partit en 1861 vivre à Saïgon puis à Yokohama. Il est décrit dans un arbre généalogique comme un "commis Marchand" profession que je n ai pas trouvée.
De retour en France il se lança dans l'importation de porcelaines chinoises, paravents japonais et meubles en laque du Tonkin.
Maurice Allard s'est  marié le 12 février 1920 à  Saint-Gratien, 95210, Val-d'Oise, Île-de-France,  avec Suzanne Marie BLANCHETEAU 1896-1975 Ils eurent quatre enfants dont le petit dernier Maurice Allard.

Nos trois compères sont d 'ailleurs assez ignorés par les livres sur nos métiers, par exemple pas une ligne dans le "dictionnaire international du bijou" rien dans les livres sur Cartier, rien dans ceux de madame Raulet, seul le livre sur Van Cleef & Arpels sous la direction de Madame Possémé  cite les pièces réalisées par eux , etc etc .

Ce n'est qu'en 1919 ,apres la guerre 14-18 que Raphael Strauss va devenir le troisième associé, de lui, j'ai découvert peu de choses, J ai trouvé son parcours, il est né le 24/09/1879 à Paris rue de Lancry, il était le fils de Jules Strauss et Caroline Kaufmann. Raphael dans un premier temps avait reçu une formation de cordonnier, puis il s'engage volontairement dans l'armée pour 3 ans, revient à la vie civile le 21/09/1901 avec un certificat de bonne conduite dans l'armée.



Dommage, le camion gêne la vue du 476 Broome Street à New York

Le 17 juillet 1903 il quitte le 123 rue du Faubourg Poissonnière pour aller à New-York, voyage important dans sa vie il va habiter au 476 Broome Street en plein coeur de New York, mais revient à Paris le 30/11/1904 au Faubourg Poissonnière.

1919 le "Courrier" rend compte de la formation de leur société.

Ils sont installés au 25 rue Taitbout sous le régime d'une société et à cette époque, les fonds sociaux ne sont pas extrêmement élevés en moyenne, bien que près de 28 % des sociétés détiennent entre 100 000 et 1 million de francs. La série compte aussi quelques joailliers et diamantaires possédant plus d’un million de francs. Les deux fonds sociaux les plus importants, 3 millions de francs , sont détenus par la Taillerie impériale de diamants J. Bernard et Cie en 1863 et par le joaillier Joseph Halphen.
Les apports peuvent être financiers (numéraire et créances) et en nature (fonds de commerce, matériel, outillage, mobilier) . Les « aptitudes des associés et leurs relations » (leur carnet d’adresses) figurent quelquefois dans les statuts, au titre d’un élément de capital, mais jamais sous forme d’évaluation chiffrée, sans doute trop malaisée. Pour le même motif, les actes ne reflètent pas davantage les dépôts de brevets des bijoutiers parisiens, près de 1 500 entre 1860 et 1914 . Il arrive fréquemment qu’une part du fonds social soit fictive au moment de la création. Les statuts stipulent alors que « le capital sera versé au fur et à mesure des besoins. » Cette clause, que la loi de 1867 réglemente et étend aux sociétés anonymes, peut s’interpréter comme une liberté de manoeuvre pour les commanditaires ou un manque de liquidités d’artisans fraîchement associés.  (Jacqueline Viruega)
Certains associés laisseront tout ou partie de leur bénéfice dans un compte courant pour parfaire leur mise de fonds, à l’exemple d’Albert Meyer, qui a apporté 10 000 francs à la société Allard et Meyer. Il  laissera en caisse, jusqu’à hauteur de 20 000 francs, la moitié de sa part de bénéfice



Voici leur poinçon, vous pouvez constater que le poinçon est insculpé le 13-03-1919 et biffé le 7-06-1941, je vous expliquerai pourquoi. 


Sur ce poinçon sur un bijou, on voit la palette de peintre mais elle apparait mieux sur le dessin ci-dessous.



S.A.M.  vont adhérer à la chambre syndicale de la rue du Louvre avec comme adresse , 19 rue Louis le Grand à Paris dans le deuxieme arrondissement.


1920:  Maitre Pestel de Bord a revendu cette épingle de jabot en platine (950 millièmes) formant deux palmes polylobées serties à grain de diamants ronds de taille ancienne, 8/8 et demi-taille et ornées de cabochons de forme navette d’onyx et de corail  peau d’ange. Poinçon d’orfèvre SAM agrémenté d’une palette de peintre en différent apposé sur la tige. 
Dim. : 8,5 x 3,5 cm Poids brut : 19,8 g



STRAUSS ALLARD MEYER
Étui à cigarettes coquille d'œuf et laque, années 1920
Le boîtier en or jaune de forme rectangulaire appliqué des deux côtés avec coquille d'œuf en laque rouge, années 1920, poinçons de dosage français pour l'argent, poinçon de maître de Strauss Allard et Meyer. Longueur : 12,3 cm,...
C'est Jean Dunand (voir https://www.richardjeanjacques.com/2020/04/jean-dunand-un-immense-decorateur-dans.html)  qui pour pallier  l' absence de bleus  dans les coloris de laque pulvérise des coquilles d'oeuf sur un fond de laque.
Puis ce fut Gérard Sandoz qui reussira l'alliance: Laque et coquille d'oeuf et du métal.




UN COMPACT FRANÇAIS EN OR 18 CARATS ET ÉMAIL
gravé 'Lacloche Frères', poinçons d'importation pour Lacloche Frères, Londres 1922, poinçons français pour Paris or 750/1000° de carats, poinçon de maître de Strauss, Allard & Meyer
Rectangulaire à coins cuspidés, le recto et le verso avec panneaux d'émail rouge avec côtés noirs, le recto panneau décoré d'une scène de paysage japonais et d'un symbole shou incrusté de diamants en platine, le pouce en perle poussant pour révéler un miroir, une section de poudre et un support de rouge à lèvres avec des pétales en émail noir, longueur 8,7 cm , poids total 172 g .

Dans la tradition chinoise, le bonheur (fú 福), la prospérité (lù 禄) et la longévité (shòu 寿) sont les trois attributs d'une bonne vie. Les symboles étaient souvent utilisés pour décorer des objets de vertu par les grandes maisons de joaillerie du début du 20e siècle.




en janvier 1921

Je voudrais rappeler que derrière toutes les marques de Joaillerie, il y a surtout d’habiles et talentueux fabricants qui dessinent et réalisent pour les grandes maisons. Certains comme Verger, Janesich, ont aussi pignon sur rue. 
Verger par exemple disposera d’un stand à l’exposition de 1925 aux côtés des Boucheron, Van Cleef, Linzeler, Cartier, Lacloche.
Les fabricants de Lacloche Frères sont Girard, Halluin & Metlinger (de merveilleux étuis à cigarettes), Georges Meyer, Louis Pery et ses fils, Georges Lenfant un grand technicien du travail de l'or qui avec Gaêtan de Perçin ont inventé des systèmes, des fermoirs originaux, les frères Rubel, Wakefield, Leblanc.. 
Qui dessine ? Jeanne Toussaint, René Révillon, Suzanne Jacqueau, la femme de Charles Jacqueau grand dessinateur de "Cartier" René Sim Lacaze, le dessinateur des belles années de Van Cleef et Arpels influencé par sa directrice artistique Renée Rachel Puissant Van Cleef.
Les boites et les vanity sont réalisés dans les ateliers de Strauss, Allard & Meyer (qui travaillent aussi pour Cartier et Van Cleef et Arpels, Boucheron Janesich etc etc ) installés place des Vosges. Louis Kuppenheim, Lavabre, Chailloux, Bock, Yahr & Ouchinnikov, Renaud travaillent surtout pour Cartier comme Bachaumont qui sera intégré dans l’atelier maison.
Les pendules sortent des ateliers de Bredillard, de Dagoneau, de Prevost pour les mouvements, de Dubret pour les boîtiers en émail, de Bako pour les boîtiers en cristal, de Haas & Neveux pour les ornementations des cadrans, de Maurice Couët qui est horloger devenu célèbre pour ses pendules mystérieuses chez Cartier; ils sont installés rue des Petits-Champs, rue d’Hauteville, boulevard de Sébastopol, rue Saint Martin.
Verger réalise des pendules mystérieuses dont Georges Rémy ou Fourrier conçoivent les boîtiers. Verger travaille d’ailleurs pour toute la place : Cartier, Lacloche, Chaument, Van Cleef, Boucheron, Janesich, Gubelin et Ostertag.
Parmi ces artisans de grands talents on trouve des arméniens – Mezbourian, Esmerian, Sirakian, Kelekian (ce dernier installé au 12, rue de la Paix, vend des objets égyptiens), Kalebdjian (2, place Vendôme)des Vietnamiens comme Phung Dinh Van spécialiste des laques.

Je tiens à publier un rectificatif que m' a adressé un lecteur au fait de ce qui touche la maison Cartier, Olivier Bachet.
Concernant la partie où vous mettez en lumière le travail des artisans, ce en quoi vous avez bien raison, il faut savoir que Jeanne Toussaint était incapable de dessiner. Son inaptitude était d'ailleurs connue au sein de la maison et elle est à l'origine d'une grosse dispute entre elle et Charles Jacqueau (les deux ne s'appréciaient guère). En effet, elle commanda un jour une séance photo où on la voyait, un crayon à la main devant des esquisses de broches "oiseaux" dues en fait à Jacqueau. Elle voulait ainsi faire croire que les dessins étaient d'elles. J'ai d'ailleurs reproduit une de ces photos dans mon livre. Quand Jacqueau s'aperçut de la supercherie, il piqua, dit-on une colère noire.
René Révillon ne dessinait pas non plus. Gendre de Louis Cartier, il partageait avec lui l'approbation de certains dessins préparatoires avant leur fabrication. C'est la raison pour laquelle un certain nombre de dessins de Cartier porte ses initiales.
Il n'existait pas d'atelier Bachaumont. C'est une erreur faite par Hans Nadelhoffer. L'atelier Cartier était situé rue Bachaumont derrière les Halles (voir note 10 page 37 du vol. 2 de mon livre)
Il y a une coquille au nom CHAILLOUC. La dernière lettre est un X, pas un C.
Si Dubret a fabriqué quelques boîtes de pendules en émail, le plus gros fabricant de boîtes de pendules émaillées est Bako. C'est même sa spécialité. En ce qui me concerne, je crois n'avoir jamais vu de boîte cristal faite par Bako, ce qui ne veut pas dire qu'il n'en a pas fait.
Enfin je crois que le peintre Makowski que vous citez est un homonyme car de nombreuses marqueteries de nacre et de pierres dures signées par lui ont été faites après 1920 (date de la mort du peintre). 
En dehors de ces quelques détails, bravo encore pour vos trouvailles et bravo pour avoir remis en lumière un des plus importants fabricants de boîtes de Paris.
Les deux livres merveilleux de Olivier Bachet; écrire à palais-royal@orange.fr




1923 dans le journal "l Humanité" une réunion du syndicat des boitiers de S.A.M., d'après Laurence Mouillefarine, Strauss Allard et Meyer eurent jusqu'a 80 ouvriers boitiers



1923 publicité Lacloche dans le journal Vogue avec des necessaires de beauté fabriqués par Strauss Allard et Meyer 

Les nécessaires témoignent de la curiosité universelle de cette époque. Ils témoignent aussi d'un savoir faire et d'une exceptionnelle maîtrise des techniques de fabrication. Deux « boîtiers» ont créés ces réticules, l'atelier Langlois et l'atelier Strauss, Allard et Meyer.




1923 Necessaire  or, platine, diamants taille rose, émail, fabriqué par Strauss Allard et Meyer , pour Van Cleef & Arpels. A l' intérieur, ivoire, glace et crayon à mine de plomb.


 D' apres le N°  qui se trouve sur la pièce , je la date de 1924-25 environ.

VAN CLEEF & ARPELS : UN FLACON PARFUM ART DÉCO AMBRÉ
signé 'Van Cleef & Arpels. Paris. No 25051', la monture en or avec le poinçon de maître de Strauss Allard & Meyer.
La bouteille en ambre représente  des scènes de pêche chinoises sculptées. 



le couvercle en jadéite avec émail noir et bandes de diamant, avec un bouchon en ivoire, signé  Van Cleef & Arpels et numeroté hauteur 8cm .



Boite à cigarettes fabriquée par Strauss Allard & Meyer pour Van Cleef & Arpels en 1924, en or jaune et or blanc diamants taille rose, saphirs et émail.


1924 Strauss Allard et Meyer pour Lacloche , Paris Trousse de toilette Paris « Porte impériale », or 18 carats avec émail rouge et noir, détails en jade sculpté et diamants et platine, fabriqué par Strauss, Allard & Meyer, coffret de présentation d'origine en cuir vert signé, poinçonné : Marque de touche de tête d'aigle français pour or 18 carats (2x), marque SAM (pour Strauss, Allard & Meyer).
*Pour un autre modèle avec variante « poignées de porte », voir la vanité « Porte impériale » dans la collection Aga Khan qui fut exposée au Cooper Hewitt Museum et également illustrée, numéro de catalogue 28 dans le livre publié de la collection intitulé « Jeweled Splendors of the Ère Art Déco, Collection Prince et Princesse Sadruddin Aga Khan.



1925 entrée de l exposition internationale des Arts Décoratifs et industriels modernes

Strauss Allard et Meyer qui en 1925 travaillaient pour tous les grands revendeurs fabriquèrent une grande quantité de "Vanity Case".



Ces "Etuis de Vanité" sont inspirés des "Inros" ces petites boites à tiroirs dans lesquels les Chinois et les japonais transportaient leurs remèdes coutumiers. Les inrō font partie des objets appelés Sagemono 
" objets pendants " et sont portés uniquement par les hommes. Les kimonos n'ayant pas de poche, on les accroche à la ceinture du kimono (appelée Obi) par une cordelette, pour y ranger différentes choses. Cette cordelette est glissée entre la ceinture et le vêtement. (Wikipédia)
Les maisons de Joaillerie et les dessinateurs fabricants (comme S.A.M.) collaboraient tres étroitement et il est impossible de discerner l origine, les influences réciproques ou les alliances d'idées des uns et des autres, c'est pourquoi on retrouve certaines pièces  aussi bien chez Boucheron, que Van Cleef & Arpels, Cartier, Lacloche, Ostertag ou autres



1925  Poudrier Chinois. Poudrier Lacloche,  Diamants, Email, Or. Poinçon d’importation de Londres de 1926. Fabrication Strauss Allard Meyer.  Collection Privée. Photo Bonhams



C'est donc dans cet immeuble de la rue Taitbout, qu'en 1925 étaient installés l atelier de Strauss Allard et Meyer.



1925 dans l annuaire du commerce Didot Bottin




En 1925 la Chambre Syndicale de la BJO de la rue du Louvre nous indique  que Allard rue Louis le Grand est adhérent depuis 1925.


Porte-cigarettes , vers 1925 diamant, laque, ivoire, saphir, or, émail


1925




Nécessaire de beauté revendu par la maison Aguttes, 1925 env Email, diamants et or 18K (750)
Signé Lacloche Frères Paris et numéroté. Poinçon de maître Strauss Allard Meyer
Dim.: 8.4 x 4.6 x 1.1 cm env. - Pb.: 164 gr





Vanity case réalisé pour Lacloche
Le couvercle rectangulaire en quartz appliqué de divers capitules sertis de turquoise, d'onyx, de sodalite, de quartz et de diamant, dans un entourage de diamants taille rose, sur le boîtier en émail noir et le poussoir en perle, vers 1925, 8,5x4,8x1,2 cm, 183 gr, avec poinçons français pour l'or et poinçons d'importation britanniques, dans une pochette Lacloche Frères de couleur marron Signé Lacloche Frères Paris, nos. 57451 3765, avec poinçon de maître pour Strauss, Allard & Meyer



Ce compact de danse Strauss, Allard & Meyer est fabriqué en or jaune 18 carats recouvert d'émail noir et de boutons en onyx noir. Un total de 185 diamants taillés en rose sont sertis sur platine ; impossible de déterminer le poids total en carats en raison de la taille. Une chaîne fantaisie et une bague en or jaune 14 carats émaillés complètent cette exquise pièce Art Déco.
Marque Strauss Allard & Meyer



Strauss, Allard & Meyer Sac du soir Art Déco en or 18 carats émaillé et diamants, 1925




Poinçon de Strauss Allard & Meyer




LACLOCHE FRÈRES. NÉCESSAIRE DE BEAUTÉ rectangulaire en or jaune 18K (750) émaillé rouge à décor de filets noir, centré d'un idéogramme serti de roses.
Travail français des années 1925. Signé et numéroté. Poinçon de l'atelier Strauss Allard Meyer.
L_8 cm l_5,7 cm P_1 cm Poids brut : 172,82 g. (accidents à l'émail)





UN ÉTUI À CIGARETTES ART DÉCO EN ONYX, JADE ET DIAMANTS, PAR STRAUSS ALLARD & MEYER, VERS 1925 Revendu par Bonhams Londres
Le boîtier en onyx de forme rectangulaire avec des coins arrondis et des rayures verticales polies et mates, avec une plaque de jade à la base et le couvercle à décor de diamants taille rose, le délicat fermoir à boucle en diamant serti de diamants taille rose et sécurisé par un seul cabochon d'onyx , poinçon de fabricant, numéroté, marques d'essai françaises, jade non testé, longueur 8,0 cm



Étui à cigarettes italien Art-Déco en jadéite monté sur platine, signé Janesich, vers 1925, poinçon de maître de l'Atelier Strauss, Allard, Meyer, avec inventaire n° 6656, poinçon français pour le platine; 3¼ po (85 mm) de haut. 

boîtier rectangulaire en jadéite avec montures en platine serties de diamants, recouvert de rubis, diamants et fleurs et feuillages de style chinoiserie, avec fermoir en onyx serti de diamants.

Accompagné du rapport no. KJ 98267 du 23/05/2018 du Hong Kong Jade & Stone Laboratory indiquant que la boîte est en jade jadéite de couleur naturelle sans aucune résine.

Remarque : Leopoldo Janesich a ouvert sa première boutique de bijoux et d'argenterie à Trieste en 1835. Au début du XXe siècle, l'entreprise vendait de Paris, Londres et Monte-Carlo à une clientèle internationale qui reconnaissait le nom comme des fabricants prééminents de bijoux et de compacts.
Voir mon article: https://www.richardjeanjacques.com/2012/05/janesich-un-grand-joaillier-francais.html Strauss, Allard et Meyer, Place des Vosges, étaient l'un des ateliers parisiens Art Déco les plus prospères, spécialisés dans les vanités, dont beaucoup étaient de style "chinoiserie", commandées par des entreprises telles que Van Cleef & Arpels, Cartier et Lacloche. 




ETUI A CIGARETTES ART DECO EN PIERRE DURE MONTEE PLATINE BIJOUX, STRAUSS, ALLARD & MEYER, PARIS, VERS 1925 revendu par Sotheby's
de forme rectangulaire droite avec coins coupés, le couvercle et la base en quartz aventurine à gradins avec une bordure en platine sertie de diamants roses centrée par une bande de quatre améthystes taille émeraude, alternant avec des diamants roses, dans un cadre en émail noir, le devant sculpté d'un lotus stylisé motif de fleurs, serti d'améthystes et de diamants, dans des bordures mates, poussoir en améthyste, poinçon de maître, marque de contrôle de la tête de l'aigle français après 1919, marque de contrôle en platine
9 cm, . haut



1925 revendu par la Maison Pierre Bergé .
LACLOCHE FRÈRES.NÉCESSAIRE DE BEAUTÉ rectangulaire en or jaune 18K (750) appliqué de lapis-lazuli, le couvercle orné d'un motif floral sculpté de lapis-Lazuli, piqué de chrysoprases, diamants et cornaline sur fond orange, bordé d'une ligne de roses, le revers doublé de jade.
Travail français des années 1925. Signé et numéroté. Poinçon de l'atelier Strauss Allard Meyer
L_8 cm l_4, 4 cm P_2,2 cm Poids brut : 130,08 g




Encore une photo du poinçon de Strauss Allard & Meyer


1925

La maison Christie's a revendu cet  etui à cigarettes  art céco en  émail, corail, 
L'émail noir boîtier rectangulaire en forme avec des côtés arrondis , garnis de lignes de diamant taille rose, à la base onyx et le couvercle, appliquées avec émail vert, corail sculpté et motif détail diamant en feuilles, vers 1925, 8,0 x 5,1 cm Avec poinçon de maître de Strauss, Allard, Meyer



Signé Van Cleef et Arpels, mais réalisé par Strauss, Allard et Meyer.
Le décor moyen-âgeux est de Wladimir Makovsky, qui travaillait pour Strauss Allard & Meyer
Nacre de perle et or incrusté dans les armures, arches en or jaune et diamants roses.

Vladimir Egorovitch Makovski, né le 7 février 1846 à Moscou et mort le 21 février 1920 à Petrograd (aujourd'hui Saint-Pétersbourg), est un peintre de genre réaliste, portraitiste et collectionneur russe. Son fils Alexandre Makovski, ses frères Constantin et Nikolaï et sa sœur Alexandra Makovskaïa sont également des peintres réputés.
Mais une amie chercheuse Claudine Seroussi me précise: 
 
Merci et Bravo!

There is one paragraph that is incorrect. The inlay artist is Vladimir Konstanovich Makovsky. Nephew of Vladimir Makovsky the artist and son of Konstantin Makovsky. I have done a lot of research on this man so I know it to be true. He was an independent, rather than employed by workshops. He would work from benches in various workshops. He worked from a bench at SAM for a period. 

Hope that helps

Merci et bravo !

Il y a un paragraphe erroné. L'artiste en marqueterie est Vladimir Konstanovich Makovsky. Neveu de Vladimir Makovsky l'artiste et fils de Konstantin Makovsky. J'ai fait beaucoup de recherches sur cet homme donc je sais que cela est exact. Il fut un indépendant, plutôt qu'un employé dans ses entreprises commerciales Il préférait  travailler depuis un établi. Il travailla dans des entreprises variées. Il travailla un temps pour S.A.M
Espérant avoir été utile

Regardez sur: https://www.instagram.com/artofthejewel/?hl=fr



1925 dans la "Revue mensuelle Bourguignone" un Diplôme d Honneur pour S.A.M. mais je n'ai pu trouver ce qu'étaient  devenues les pièces achetées par le musée de Londres





1925 Vanity case 'Floral Sash', ca. 1925, par Strauss, Allard & Meyer. Émail, saphirs cabochons, or, verre plat miroir. L x l x p : 7,1 × 5,2 × 1,3 cm ; Marques d'essai françaises ; poinçon de maître pour Strauss, Allard & Meyer; 7875. Prêté par collection privée. © Cooper Hewitt Museum.

Vanity case, 1926, par Strauss, Allard & Meyer pour Van Cleef et Arpels. Peau de serpent recouverte d'ambre, améthyste, lapis-lazuli, rubis, jadéite, diamants, émail, pierre dure, or, platine, verre plat miroir. L x l x p : 9,5 × 4,5 × 1,5 cm. Estampillé "Van Cleef & Arpels" ; N° 27830. Prêté par une collection privée. pour l exposition VCA au Cooper Hewitt Museum.

Un ami professionnel m adresse cette photo d un vanity case acheté à Strauss Allard et Meyer par le Musée Anglais  "Victoria et Albert Muséum, son site : https://www.bijouxregionaux.fr/  vaut plus que la peine de le consulter, il vient de sortir un livre sur les bijoux régionaux de France


Vanity case France, Paris, vers 1926 ; réalisé pour Lacloche Frères par Strauss, Allard & Meyer Gold, avec de la jadéite teintée de noir et de la calcédoine à dos noir ; le couvercle serti de diamants taille rose et brillant, de lapis-lazuli, de turquoise, de malachite, de rhodonite, de nacre et de nacre. M.24-1976 Légué par Mademoiselle JHG Gollan (2019)



Fevrier 1926 dans les archives commerciales de la France modification des statuts de S.A.M.



1926 US patent Office


1927 dans les archives commerciales augmentation du capital



1927 Dans le Didot Bottin Strauss Allard & Meyer en société anonyme, deviennent une SARL, toujours à l' adresse du 19 rue Louis le Grand à Paris



1927 Receuil des procès verbaux des séances de la chambre syndicale de la BJO, S.A.M. sont indiqués être membre depuis 1919.




1927 Ce beau necessaire a été fabriqué par Strauss Allard & Meyer pour Van Cleef & Arpels , il est en or , diamants taillés en rose, émeraudes, rubis taillés suifés, cristal de roche gravé et émail



1927 et ci-dessous 1928, Strauss Allard et Meyer sont installés place des vosges  à Paris au N° 11




Le 11 place des Vosges , on pourrait croire que toute la place est homogène  que tous les batiments sont semblables? Presque ! L’un des 36 pavillons qui entourent la place se démarque des autres : il s’agit de l’hôtel Pierrard, situé au numéro 11, du côté ouest de la place.

"Pariszigzag"

De prime abord, il nous apparait semblable à tous les autres, mais en y regardant de plus près, il présente une particularité de taille. Sa deuxième colonne de fenêtres en partant de la gauche n’est pas correctement alignée. Résultat, l’édifice se retrouve donc avec des fenêtres complètement tordues. La preuve en images… On vous prévient, une fois que l’on remarque ce détail, on ne voit plus que lui !



1928 brevet Dessin et modèle français
Date de dépôt 30/10/1928  Date de publication 18/12/1928  Bulletin de publication
1928-04 (page 37) Date de fin de validité 30/10/1953
Objet Briquet  Déposant • S.A.R.L. dite : ETABLISSEMENTS STRAUSS, ALLARD ET MEYER 19, rue Louis-le-Grand, Paris



Dépot aux USA de son brevet qui avait été  déposé le 4 novembre 1926




Compact et bâton de rouge à lèvres 'Rose',  1928 environ, par Strauss, Allard & Meyer pour Lacloche Frères, laque, émail rouge et noir, ambre sculpté, corail sculpté et cabochon, diamants, perles, or, platine, verre plat miroir. L x l x P (Trousse de toilette) : 4,9 × 3,8 × 1,5 cm. L x l x P (bâton de rouge à lèvres) : 6,7 × 1,8 × 1,8 cm. Marques d'essai françaises ; marques d'importation anglaises; Lacloche Frères, Paris ; 73080 ; 8319 ; poinçon de maître pour Strauss, Allard & Meyer. Prêté par une collection privée. Numéro  13.2016.48.




1928 à la foire de Paris le pavillon des Bijoutiers Joailliers orfèvres,   S.A.M. y participent, installés au début de l'allée centrale. Vous reconnaitrez un grand nombre de noms d'entreprises devenues célèbres

Exposition "Objets précieux Art Déco de la collection du Prince et de la Princesse Sadruddin Aga Khan" : Boîte Van Cleef & Arpels, Paris, 1928, fabriqué par Strauss Allard & Meyer



Dificile de dater ce bijou:
 1930-1939 sam pour Dunhill: Artiste : Strauss Allard & Meyer (Cie)
Titre : meyer_allard  , vers 1930 - 1939
Un autre revendeur ecrit: 
BOÎTE DUNHILL, ANNÉES 1930 rectangulaire, en jadéite et pieds en onyx noir. Sur le couvercle, figure une statuette chinoise en jadéite, représentant un Immortel (haut du bâton manquant),  accompagné à chaque coin, de cabochons d'améthystes en pain de sucre, retenus par un serti clos, en or jaune 18K. L'intérieur révèle deux compartiments. Signée Dunhill. Poinçon d'essai et poinçon de maître de Strauss Allard Meyer. Étui d'origine, ajusté et estampillé Dunhill.
Dimensions : 170 x 105 x 35 mm environ.


Trousse de toilette 'Chrysanthème', ca. 1928, par Lacloche Frères et fabriqué par Strauss, Allard & Meyer. Rubis taille calibre, améthystes, saphirs, onyx, diamants, émeraudes, émail noir, or blanc, verre plat miroir. L x l x p : 7,5 × 4,4 × 1,6 cm ; 74125 ; 8622 ; poinçon de maître pour Strauss, Allard & Meyer; Marques d'essai françaises ; marques d'importation britanniques; signé Lacloche Frères, Paris. 



Résultats de traduction


1928 Vanity Case Coquelicot Trousse de toilette 'Poppy', ca. 1928, par Strauss, Allard & Meyer pour Janesich, aventurine, émail, corail, améthyste, diamants, jadéite, saphirs, or jaune, platine, verre plat miroir. L x l x p : 8,4 × 5,6 × 1,6 cm. poinçons anglais; Janesich; 13421; poinçon de maître pour Strauss, Allard & Meyer. Prêté par collection privée pour exposition au Cooper Hewitt Museum.



Dans la revue de L Horlogerie Bijouterie Joaillerie S.A.M; participent à la foire de Paris de 1929



Scène Vanity Garden pour Janesich
Trousse de toilette 'Scène de jardin', ca. 1929, par Strauss, Allard & Meyer pour Janesich, lac burgauté, coquillage, diamant, émail, perle, or, platine, verre plat miroir. L x l x p : 8,5 × 5,5 × 1,2 cm. Janesich ; 6295 ; poinçon de maître pour Strauss, Allard & Meyer; Marques d'essai françaises. Prêté par une collection privée. © Cooper Hewitt Museum



1930 Compact,  Platine, lapis lazuli, diamants, perle. 7/10 × 3 3/10 × 2 pouces 1,79 × 8,38 × 5,03 cm musée YangLi Hong Kong



NÉCESSAIRE DE BEAUTÉ rectangulaire en or jaune 18K (750) à décor émaillé noir et rose de fleurs stylisées dans des arabesques, les côtés appliqués d'onyx sculpté agrafé de diamants.
Travail français des années 1930. Poinçon de l'atelier Strauss Allard Meyer. L_8 cm l_4, 5 cm P_1, 2 cm. Poids brut : 134,87 g. revendu par l'etude Pierre Bergé

Un exemplaire similaire est illustré dans "Lacloche joailliers par L. Mouillefarine et V. Ristelhueber," Paris, Editions Norma, 2019, p. 140.



1930  fabriqué par S.A.M. pour Van Cleef & Arpels




Retenez ce Nom "Maurice Galand " en 1931 il est vice président de la chambre syndicale de la Bijouterie Joaillerie de la rue du Louvre.


En 1931 le siège de Strauus Allard & Meyer est toujours 19 rue Louis le Grand



le 10/05/1933 transfert du siège au 11 place des vosges à Paris. Installés au 2 ème étage avec un sous-sol ou étaient installés le four et les cuves de la société, S.A.M. possedait aussi un atelier au 12 rue de Turenne avec un passage à la place des vosges



En 1933 dans l'Annuaire des lettres, Maurice Allard est membre de cette société

1933 la Minaudière: Wikipedia  publie une version avec laquelle je suis en parfait accord historique.
Une minaudière est un accessoire de mode féminin, généralement un objet de joaillerie, destiné à remplacer le sac du soir. Ce réticule compartimenté permet de loger de nombreux éléments dans un minuscule espace : poudrier, rouge à lèvres, godet à fard, fume-cigarette, voire montre, face-à-main ou clefs.
La minaudière apparaît dans les années 1930. On ne sait qui a vraiment adapté le Vanity Case au point d'en faire la Minaudière, Madame Cariou (historienne de la maison Van Cleef & Arpels), l'attribue à Charles Arpels qui en réalité s'appelait Salomon Arpels, fils de Salomon Arpels le premier associé d'Alfred Van Cleef et père d'Esther Van Cleef née Arpels, Madame Raulet l'attribue à Louis Arpels, mais aucune preuve ne vient étayer ces affirmations. Il semble que les grands fabricants de boîtes (en matières précieuses), Alfred Langlois, ou Strauss Allard et Meyer aient fabriqué pour tous les joailliers, des nécessaires plus facile à intégrer dans un sac de femme que le Vanity Case. 



1935 dans l annuaire industriel  leur fichier n'était pas à jour

Viennent 5 années de travaux livrés  à ses commanditaires, des merveilles ils sont avec les ateliers Langlois (qui viennent  de créer la Minaudière) les grands boitiers de Paris.



Pour prendre date, voici le bilan de S.A.M. en 1940, pour un atelier à cette époque c'est un très bon bilan.


UNE PAIRE DE BOUTONS DE MANCHETTE EN OR, PAR HERMÈS, VERS 1940 ou plus...
Chaque plaque circulaire avec bordures cannelées, à une borne de nœud papillon stylisée avec des détails de points via des connecteurs de liaison par câble, montée en or 18 carats, signée Hermès Paris, poinçon de maître 'SAM' pour Strauss, Allard & Meyer, poinçons d'essai français, longueur 2,2 cm
                                                                         

     -_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_




Arrive la guerre de 1939-1945.
En Allemagne les Juifs ont été aryanisés, spoliés, certaines entreprises ayant des patrons juifs en France bien renseignés, organisent la mise a l' abri de leurs capitaux et biens.
Par exemple Edouard et Robert de Rothschild ont décidé de s'éloigner avant même l 'installation à Paris des Allemands, ils connaissent mieux que tous les autres membres de leur famille installés dans les territoires occupés par les Nazis, les pratiques antisémites   et la haine des Nazis  à propos des symboles de la reussite de certains juifs.  

Pour mémoire Renée Rachel Van Cleef va faire une sorte de vente à réméré à son assureur qui n’est pas juif et ainsi sauvera son entreprise.

D’autres souvent de petites entreprises ou ateliers de joaillerie ne veulent pas croire les rumeurs, pensent qu’étant Français depuis de longues années, ayant eu une conduite brillante pendant la guerre de 14-18, etc ils ne peuvent être concernés par ce qui se prépare,

L aryanisation ou, la spoliation des Juifs français, fut menée conjointement et concurremment par l'occupant allemand et le Régime de Vichy. Elle fit suite à la loi du 22 juillet 1941 de l’État français, qui elle-même faisait suite à « l'aryanisation » décidée par les Allemands à l'automne 1940 en zone occupée.




La dépossession des Juifs fut d'emblée inscrite au cahier des charges du Commissariat général aux questions juives, créé le 29 mars 1941 et dirigé par Xavier Vallat puis Darquier de Pellepoix. Dès l'été 1940, les divers services allemands s'employaient également activement à dérober les biens juifs. L'ambassadeur Otto Abetz profita ainsi de l'exode pour faire main-basse sur les collections d'art des propriétaires juifs absents. Fin 1941, les Allemands frappèrent la communauté juive française d'une amende exorbitante d'un milliard de francs, à payer entre autres sur la vente de biens juifs, et gérée par la Caisse des dépôts et consignations.

L'historien Henry Rousso estime à 10 000, le nombre d'entreprises aryanisées. On compta 50 000 nominations d' administrateur de biens juifs sous l'Occupation. Dès 1940, 50 % de la communauté juive fut privée des moyens d’existence normaux, en vertu des lois de Vichy prohibant l'exercice de nombreux métiers aux Juifs ainsi que des ordonnances allemandes.


Entreprises françaises aryanisées : Galeries Lafayette, éditions Nathan, Calmann-Lévy, Cluny, Ferenczi et Delage. L'aryanisation toucha aussi la presse, le cinéma, les théâtres (ainsi le Théâtre des Ambassadeurs à Paris, le théâtre Sarah-Berhardt étant rebaptisé quant à lui Théâtre de la Cité). Elle n'épargna pas l'industrie : à Saint-Denis, par exemple, 10 % des entreprises chimiques de cette importante ville industrielle furent concernés. Elle s'étendit bien au-delà d'une simple volonté de « réduire l'influence juive », que la propagande antisémite avait mise en avant bien avant la guerre : on aryanisa aussi d'innombrables et fort modestes boutiques de coiffure, de tailleurs ou de fripier (wikipédia)

Or, en regardant les dates , je pense que Raphaêl Strauss, ayant compris le mécanisme qui va se mettre en place décide d’organiser la vente de ses parts à ses amis Allard et Meyer avant que le  Commissariat général aux questions juives ne les y contraignent, et non pas comme il a été  ecrit qu'il avait réclamé ses parts.

D'ailleurs ses deux associés, s 'organisent pour lui payer ses parts afin qu il puisse faire sa vie aux Etats Unis.

Mais ce rachat parait louche et  le commissariat général aux questions juives va faire nommer  un administrateur provisoire, Mr Galand ( éminente personnalité de la profession!!!!)

Je vous épargne le plus de détails de cette periode , il va falloir que Allard et Meyer et leur famille  prouvent qu ils sont Aryens



Toutes les familles Meyer et Allard doivent signer le même papier, et ce sont des Français qui le réclamaient.


Curieusement dans cette période troublée, le bilan de 1940-1941 fut bien meilleur que celui de 1939-1940


 Tout le dossier d'aryanisation de Strauss Allard et Meyer (soit 121 pages) explique très nettement  que dès mars 1940 , Strauss est retiré de la liste des associés des "ETABLISSEMENTS STRAUSS ALLARD  MEYER" et que la nouvelle société  est constituée par "Messieurs Allard, Meyer et Mangé"
Or les revendeurs actuels (commissiares priseurs, antiquaires en joaillerie, etc ) et journalistes continuent depuis 1941 à attribuer les fabrications a "Strauss Allard et Meyer".

Mais le nom S.A.M. est conservé.




Voici la liste du personnel de S.A.M. en 1940 publiée en 1943 par l'dministrateur provisoire Mr Galand, il y avait un autre "juif" dans la maison, mais l administrateur ne l a pas exclu de la maison  en déclarant que ce manutentionaire n'avait pas de contact avec la clientèle.........



Voici en 3 pages, le rapport de l administrateur provisoire Mr Galand




On remarque que la maison Allard et Meyer ne fut pas touchée par les premières années de  guerre 



Je ne manque toujours pas de m'etonner du rôle de cette banque Anglaise, "Barclay's Bank  qui servait les intérets des Allemand  en touchant les reversements de  tous les  administrateurs  provisoires  pour les reverser à la Treuhand Allemande

Qui était Mr Galand  administrateur provisoire de SAM qui citait dans ses rapports" le juif Strauss"



Dans le dossier de Légion d Honneur de Mr Galand, ses différentes fonctions, il a oublié celle d'administrateur de trois affaires juives en 1940-45


Nomination de Maurice Galand par le commissariat aux questions juives


Trois entreprises aryanisées dont Mr Maurice Galand était l'administrateur



La guerre est finie, le gouvernement provisoire du général De Gaulle  entreprend de restituer leurs biens (dans la mesure du possible) aux citoyens de confession juive qui ont été spoliés et  Mrs Allard et Meyer signent le quitus pour l administrateur provisoire de sa gestion, déclarants d'être rentrés dans leurs biens administrés.



Au musée du Petit Palais à Paris sont conservés des dessins de Strauss Allard et Meyer qui ont été datés de 1940 et qui ont été réalisés pour la maison BOUCHERON, à commencer par ce dessin
Boucheron, bijoutier - Joaillier et Strauss, Allard et Meyer, tabletier.  Date de production:  Vers 1940
• Hauteur : 15 cm • Largeur : 9.5 cm  Lieu de réalisation : Dessin réalisé pour la Maison Boucheron
Mode d'acquisition:  Achat sur les arrérages d'un legs Date d’acquisition:  22–07–2002




1940 env Boucheron Auteur(s):  Boucheron, bijoutier - Joaillier  Strauss, Allard et Meyer, tabletier
Date de production: Vers 1940 • Hauteur : 15.2 cm • Largeur : 10.8 cm  Dessin réalisé pour la Maison Boucheron  Mode d'acquisition par le musée des beaux arts de Paris:  Achat sur les arrérages d'un legs.



1940 Auteur(s): Boucheron, bijoutier - JoaillierStrauss, Allard et Meyer, tabletier :Date de production: 
Vers 1940 Dimensions - Oeuvre: • Hauteur : 14.8 cm • Largeur : 10.9 cm.
Lieu de réalisation : Dessin réalisé pour la Maison Boucheron  Mode d'acquisition:  Achat sur les arrérages d'un legs


J ai pu en retrouver certains qui ont été réalisés comme ce poudrier aux papillons



1940 Poudrier aux papillon revendu par la maison Tajan

BOUCHERON - ANNEES 1940 
POUDRIER AUX PAPILLONS Il est de forme rectangulaire en argent godronné et or rose 18K. Le couvercle à décor repercé de papillons et fleurs ponctués de rubis cabochons. Signé BOUCHERON et numéroté. Poids brut : 169,34 gr. Dimensions : 7,4 x 5,55 cm. Boite BOUCHERON et étui de voyage.
a ruby, gold and silver powder box by Boucheron, circa 1940.



 Revendu par Primardeco
BOUCHERON. POUDRIER EN ARGENT ET OR REHAUSSÉ DE SEPT RUBIS, 
BOUCHERON. Poudrier en argent et or rehaussé de sept rubis, à décor ajouré de papillons et de fleurs
 



Boucheron, bijoutier - Joaillier  et Strauss, Allard et Meyer, tabletier Date de production: Vers 1940
 Dessin réalisé pour la Maison Boucheron par S.A.M. Mode d'acquisition:  Achat sur les arrérages d'un legs Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris




1940 Nécessaire éléphants : Boucheron
Datation Vers 1940 Musée Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris

J ai remarqué que dans les nombreux dossiers de joailliers que j ai traités, les dates s'arrêtent en 1940  pour reprendre en 1944, mais nombre d entreprises françaises n' ont pas cesser de travailler en 1940 et c'est le cas de Boucheron comme de Allard & Meyer




1943 dans le registre Fédéral USA ce dépôt pour un  "coffret petit coffre et article similaire -   est ce Raphael Strauss qui parti en 1943 aux USA réinscrit ce brevet?




12/07/1944 Sam Pour Boucheron  Auteur(s):  Boucheron, bijoutier - Joaillier
Strauss, Allard et Meyer, tabletier
Date de production:  12–07–1944 • Hauteur : 15 cm • Largeur : 11 cm  Dessin réalisé pour la Maison Boucheron Mode d'acquisition:  Achat sur les arrérages d'un legs : Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris

NDLR: Ce dessin est daté du mois de juillet 1944, donc Paris n'est pas libéré en revanche si c'est bien SAM le producteur c'est à Allard et Meyer qu on doit l attribuer , Raphael Strauss n'étant plus dans la société depuis 1940-41




1945 SAM pour Boucheron necessaire Cage et Perroquets.
Boucheron, bijoutier - Joaillier Strauss, Allard et Meyer, tabletier ,Vers 1945
Datation en siècle:  Dimensions - Oeuvre: • Hauteur : 15 cm • Largeur : 22.1 cm
Dessin réalisé par S.A.M. pour la Maison Boucheron
Mode d'acquisition:  Achat sur les arrérages d'un legs,Date d’acquisition:  13–03–2002 
Conservé au Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris



1945 dans la Revue Azur Strauss ne figure plus


Autre dessin de S.A.M. pour Boucheron

 
Etui sous forme d'envelloppe fleurie  de Boucheron, bijoutier - Joaillier dessiné et fabriqué  Allard et Meyer, tabletier Date de production:  Vers 1945 Lieu de réalisation : Dessin réalisé pour la Maison Boucheron conservé au Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris



1945 conservé au Musée Liangyi  de Hong Kong




Auteur(s): Boucheron, bijoutier - Joaillier Strauss, Allard et Meyer, tabletier
Date de production:  Vers 1940  • Hauteur : 14.8 cm • Largeur : 10.9 cm 
Lieu de réalisation : Dessin réalisé pour la Maison Boucheron
Mode d'acquisition:  Achat sur les arrérages d'un legs




1945 papillons Auteur(s):  Boucheron, bijoutier - Joaillier Strauss, Allard et Meyer, tabletier
Date de production:  Vers 1945 • Hauteur : 12.1 cm • Largeur : 15 cm
Lieu de réalisation : Dessin réalisé pour la Maison Boucheron
Mode d'acquisition:  Achat sur les arrérages d'un legs  Petit Palais, musée des Beaux-arts 


BOUCHERON PARIS - Etui à cigarettes en argent godronné de forme rectangulaire signé  le couvercle à charnière et bouton poussoir. L'intérieur gravé d'un envoi : " For Chris Wtih all our best wishes/july 10th 1945 - ( Pour  Chris  Avec tous nos meilleurs voeux/10 juillet 1945) -Poinçon tête de sanglier et poinçon d'orfèvre S.A.M. à la palette de peintre pour Strauss-Allard et Meyer - Accompagné de son étui en tissu - H. 1 cm, L. 13 cm, P. 8 cm, Poids : 169 g





Superbe Poudrier argent et or de Strauss Allard et Meyer, grands fabricants de toutes les grandes maisons,mais ce poudrier date de 1945 et donc il est de "Allard et Meyer," Strauss n'est plus là .


1949 : Allard vend l'entreprise à Jean Meyer, fils d'Emile.


Déces de Jean Gustave Maurice Allard en 1949


Mellerio dit Meller en 1950 livra cet étui à cigarettes en or de forme rectangulaire, le boîtier guilloché avec monogramme du Roi Farouk,  s'ouvrant pour révéler un intérieur uni, mesurant environ 128 x 78 x 9 mm, signé Mellerio dits Meller, numéroté, poinçons de dosage français et poinçons de fabricant français pour Strauss , Allard & Meyer, poids total environ 184 grammes.
Provenance :Anciennement dans la collection du roi Farouk d'Egypte.


En decembre 1959 la société des anciens établissements Allard et Meyer  (S.A.M.) est liquidée et radiée




Et pourtant, j ai trouvé dans la revue AZUR, un joaillier fabricant existe en 1981  installé au 11 place des vosges , qui??? 



Jean Gustave Maurice Allard Né le 21 juin 1882 (mercredi) - Paris, 75009, Seine
• Décédé le 26 novembre 1949 (samedi) - Paris, 75015, Seine, FRANCE, à l'âge de 67 ans
• Joaillier
Parents 
• Gustave ALLARD 1837-/1902
• Thérèse Josephine HERBIN 1855-
Marié le 12 février 1920 (jeudi), Saint-Gratien, 95210, Val-d'Oise, Île-de-France, FRANCE, avec Suzanne Marie BLANCHETEAU 1896-1975 .