lundi 22 mars 2021

La pyrite de Fer , n'est pas une marcassite.

 Il y a plus de 12 ans j avais écrit un article sur la marcassite: 

 https://www.richardjeanjacques.com/2008/06/pierre-prcieuse-de-normandie-la.html 






A gauche la Marcassite et a droite la pyrite, tous deux des sulfures de fer, mais!!!!

Je fais cet article après avoir lu dans le dictionnaire international du bijou, que la pyrite
"En bijouterie elle (la Pyrite)  est commercialisée sous le nom de marcassite principalement en Europe  à partir du XVIII ° siècle"

En effet ce sont deux pierres utilisées en bijouterie mais polymorphes, c'est à dire qui peut se présenter sous des formes diverses, et mes photos ci-dessus le montrent bien. La marcassite est Orthorhombique alors que la pyrite est cubique.

Le terme pyrite est attribué à Dioscoride en l'an 50 qui en fait la première mention. La pyrite fut remarquée des anciens pour les étincelles qu'elle produit sous les chocs. Le terme provient du grec πυρίτης (λίθος) – pyrítēs (líthos) – littéralement « pierre à feu ».



Ce bloc de Pyrite ne mesure que 16 cm de long mais pèse 3kilogs 2, une anecdote à ce sujet: En 1976 j'étais allé en vacances avec des amis près de Piombino en Italie , en face de l ile d'Elbe réputée  pour ses mines exploitées par les étrusques puis les Romains.
Elle a été distinguée de la marcassite  avec laquelle on la confondait, jusqu'en 1814 grâce aux recherches du minéralogiste français René Just Haüy.  Wilhelm Karl Ritter von Haidinger en 1845. décrivit la marcassite et son nom dérivé de l'ancien arabe "marqachita", devenu "marchasita" en latin médiéval qui désignait la pyrite et les minéraux semblables.



Nous étions en vacances dans l' une de ces petites maisons directement sur la plage,  peu de monde, très sympathique comme endroit mais la plage et moi!!!!  
Ayant entendu parler de ces gisements de pyrite de fer, je me renseignais auprès des habitants de Piombino et l' un d 'eux m' indiqua une petite mine toujours en activité à quelques kilomètres. Je trouvais l endroit , discutais avec les mineurs , qui me montrèrent l' exploitation et un tapis roulant qui évacuait des blocs de pierres gris fer.
Je demandais  dans un italien primaire si je pouvais en prendre une, et je compris que je pouvais en prendre même plusieurs et "gratis pro déo" .
Tous mes amis en vacances en eurent une et je ramenais en Normandie quelques pierres, et 45 ans après elles ne se sont pas altérées, toujours aussi brillantes.




Jean Paul Poirot l ingénieur géologue ENSG du laboratoire de gemmologie de la chambre de commerce de Paris écrivit  que la Pyrite était utilisée en médecine  tantôt calcinée, tantôt pilée pour combattre les furoncles et les écrouelles qui  sont des blessures sur la peau souvent situées sur le cou. Elles sont la conséquence d'une infection par la tuberculose et sont aujourd'hui peu répandues dans les pays occidentaux. 
Si les Etrusques, les Grecs, les Romains, avec Galien né à Pergame en Asie Mineure en 129 et mort vers 201,  qui était  un médecin grec de l'Antiquité qui exerça à Pergame et à Rome où il soigna plusieurs empereurs,  se servait de la Pyrite,  Anselme Boèce De Boodt (1550-1632), lapidaire et médecin de Rodolphe II, le roi de Bohème    fait état de ses vertus médicinales.




Ce qu en disait Pline l'Ancien




La pyrite est nommée aussi le "miroir des Incas"   les Incas, le jour de la fête de Raimi, allumaient le feu avec un miroir concave. Les rayons du soleil pouvaient être ainsi concentrés sur un peu de coton ... et plusieurs de ces miroirs en Pyrite furent trouvés lors des conquêtes dans les tombes péruviennes. Mais en Europe , il fallut attendre le XVII° siècle pour voir cette pierre utilisée. Elle était facettée comme les roses en diamant,  et orna de nombreux bijoux.




Sa capacité à déclencher des étincelles la fit utiliser dans les armes, ainsi cette paire de pistolets à rouet "puffer", revendus par Maitre Thierry de Maigret.
Canons à trois registres, deux à pans puis rond, légèrement tromblonnés, la partie centrale est ornée d'un décor géométrique en relief; tonnerres portant, sur les pans supérieurs, un poinçon attribué au maître armurier Klaus Hirt de Wasungen et, sur les pans latéraux, les lettres: "H" et "R"; calibre environ 12,5 mm. Grandes platines plates à rouet, sous cloche; l'un des chiens a conservé sa pyrite dans son plomb d'origine. Pontets en fer. Crosses en noyer noirci, granitées et gravées, ornées de plaques d'os gravées de rinceaux, de feuillages, de masques grotesques et de dauphins; les pommeaux boules sont agrémentés d'une pastille en os gravé d'une tête de Turc. Longueur 63 cm. Époque, Saxe, Thuringe, Dresde, vers 1590/1600. 


Plus récemment vers les années 1870, on la nomma aussi  l'or des fous (terme commun avec la chalcopyrite) ; durant la ruée vers l'or, la méconnaissance et le désespoir de bien des mineurs les menèrent à confondre la pyrite et la chalcopyrite avec l'or à cause de leur éclat et leur couleur ; paradoxalement, la pyrite contient des traces d'or,  mais à une concentration si faible qu’elle ne peut être séparée que dans des conditions techniques particulières. 




Selon Th Chriten (1868) "il était alors défendu en Suisse de porter des diamants, et les femmes ne portaient pas d' autres parures que des marcassites ou des pyrites pour lesquelles elles dépensaient beaucoup"
Puis la Pyrite tomba dans l oubli, en désuétude. Et dans le milieu du XIX° siècle elle eut à nouveau une vogue importante




Une  intéressante boite à cigare, en laiton, dessus du couvercle en  pyrite de fer, palissandre.  10 x 41 x 21 cm. Signée, Pièce unique.





Qui n'a connu ces bague XIX ème or, argent et petites pyrites taillées en roses



Revendue à Drouot, Une broche en rubis, pyrite, perle de culture et émail plique-a-jour, représentant une fée. Peut être portée en pendentif. Estampillée 925.Longueur 6,5cm.





Cette broche intéressante avec des pyrites, Cet intérêt provoqua un afflux de marchandises du Jura français et de Genève, ou elles étaient taillées et mise en oeuvre.
De nos jours la pyrite n'est plus utilisée qu en bijouterie fantaisie 



Pyrite dans une émeraude de Colombie

Elle se trouve fréquemment en inclusions dans des pierres précieuses comme l'émeraude ou le Lapis Lazuli


Pyrite dans une émeraude




pyrite de fer dorée dans du lapis lazuli 


Un commentaire, ci après si vous avez un compte google, ou me l' adresser à  richard.jeanjacques@gmail.com  Merci.


jeudi 11 mars 2021

Josef Hoffmann: L' architecte qui aimait créer des bijoux


I will try to write about his creations but it might not be my cup of tea"
En revanche,  c'est un style de bijou ...architectural, témoin d'une époque européenne.

Les bijoux les plus connus et les plus recherchés de cette époque (à partir de 1903)  étaient ceux du Wiener Werkstätte (atelier viennois) dont la plupart étaient dessinés par Josef Hoffmann. Il était de ceux qui croyaient fermement à la nécessité d'une unité dans les arts décoratifs, il était architecte et voulait que tout "s'accorde". L'Art Nouveau atteignit son apogée et il imposa  ses dessins géométriques austères, dépouillés de tout ornement, prouvant qu' il était une transition vers le modernisme. De ce fait il fut un pont entre l'art nouveau et l'art déco.

Il déposa un poinçon de fabricant à Paris en 1895, était-ce en prévision de l'exposition internationale de 1900 à Paris? Toujours est il que je n'ai pas trouvé de bijoux de lui en cette fin de siècle.
Né en Moravie, Hoffmann a commencé à étudier l’architecture à Vienne avec Otto Wagner et Carl Von Hasenauer, dont les théories rationalistes exerceront une influence décisive sur lui. Diplômé en 1895, il est devenu un membre fondateur du groupe d’art Siebener Club (le club des sept). 
En 1896, il effectue un voyage de fin d'études d'une année en Italie, dont il revient avec le premier prix et très marqué par les maisons de forme cubique avec leurs toits plats et leurs façades lisses qu'il a découvertes dans la campagne romaine



Poinçon de Joseph Hoffmann

Un architecte touche à tout qui dessinait aussi des meubles pour intégrer les bâtiments qu il construisait .
En 1897, il rejoint le cabinet d’architecture Otto Wagner et sera le co-fondateur de la Sécession viennoise, un groupe d’architectes et d’artistes réformistes formé en réaction à l’Art Nouveau, le style dominant à cette époque .La Sécession viennoise  est un courant artistique qui s'est épanoui en Autriche, plus particulièrement à Vienne, entre 1898 et 1906.
Ce courant est, par convention et a posteriori, rattaché à l'Art nouveau et au Jugendstil, vaste élan de renouveau des formes artistiques que connaît tout l'Occident à la fin du XIXeme siècle : la Sécession viennoise possède néanmoins ses propres caractéristiques, manifestes, expositions et artistes, avec comme point d'ancrage Vienne, mais aussi Prague, Budapest et d'autres villes de l'Empire austro-hongrois.
La forme dominante était le carré et les motifs récurrents étaient la grille et le damier. L'influence ne vient pas tant de l'Art nouveau français et belge, mais encore du mouvement Arts and Crafts. En particulier, le travail de William Ashbee et de Charles Renee Mackintosh, tous deux incorporant des motifs géométriques et des motifs décoratifs d'inspiration florale, a joué un grand rôle dans la formation du style Sécession. L'admiration sécessionniste pour l'œuvre de Mackintosh était évidente par le fait qu'il a été amené à Vienne pour la 8e exposition sur la Sécession.


Par exemple cet ensemble de canapé et chaises dessiné pour Thonet par Hoffmann, 
Michael Thonet fut un ébéniste et industriel allemand-autrichien né le 2 juillet 1796 à Boppard en électorat de Trèves, et mort le 3 mars 1871 à Vienne. Il utilise un procédé pour courber le bois, et est un des premiers à avoir rationalisé la production pour l'orienter vers l'industrie



Par exemple ce beau rocking chair en bois courbé des frères Thonet 



Josef Hoffmann en 1900

"À la fin de 1900, une exposition présentait des œuvres de la Sécession viennoise aux côtés d'une grande collection d'arts décoratifs, de peintures et de sculptures d'autres pays européens. Une salle entièrement construite, conçue et meublée par les «Glasgow Four» a été un moment fort de l'exposition. Un autre avantage fortuit de leur participation fut l'établissement d'un lien important entre  Margaret Macdonald Mackintosh ,  Charles Rennie Mackintosh ,  James Herbert et Frances MacNair  et deux des fondateurs de la Sécession, Hoffmann et Moser. Influençant en particulier Moser par l'utilisation d'une palette de couleurs unique et de motifs «rêveurs», l'amitié des Mackintosh fut un catalyseur essentiel pour la formation de la  Wiener Werkstätte.
Charles Robert Ashbee  et la  Guild of Handicraft  étaient également une présence significative au sein de l'exposition avec un affichage audacieux dans le hall principal. Moser et Hoffmann se sont inspirés de la vision d'Ashbee des objets fonctionnels comme des objets de beauté dont le but va bien au-delà de la simple fonction à la parure. Le rôle du travailleur dans l'élaboration de leurs créations était une autre innovation qu'Ashbee apporta avec lui à Vienne. L'idée de l'artisan en tant que membre précieux de l'équipe de production du design était nouvelle et révélatrice pour les membres de la Sécession". Langantique.com


Cet ensemble de 1903 et de Josef Hoffmann se trouve au Musée de Pforzeim, mais aussi 


Au MAK – Musée des Arts appliqués de Vienna

Qualité exceptionnelle et design original caractérisent également la verrerie, la porcelaine, l’argenterie et les étoffes des Wiener Werkstätte (Ateliers viennois), fondés en 1903 par Josef Hoffmann et Koloman Moser. Le service en argent martelé de Hoffmann ou le célèbre vase noir et blanc ne fascineront pas uniquement les amateurs de l’Art nouveau.



1903 Argent, en partie à décor martelé, diverses pierres précieuses, y compris la cornaline, la calcédoine (également calcédoine teintée de vert) et le lapis-lazuli; Marqué plusieurs fois WW, poinçon de finesse argenté lévrier, cachet du bureau de contrôle; Taille du pendentif: 5 x 3,9 cm, longueur totale: 36,8 cm. Étui en cuir beige de la Wiener Werkstätte, celui-ci au dos avec une marque rose en relief en noir. (MP)

Un total de trois copies ont été faites du pendentif avec chaîne. Ils étaient pour le Dr. Koller (décembre 1903), Orlik (avril 1904) et Hirschwald (septembre 1904).

Influencés par l’Art & Craft anglais , Hoffmann et Koloman Moser créé la Wiener Werkstätte en 1903, atelier-coopérative où exerceront Dagobert Peche, Gustav Klimt, Egon Schiele, Otto Prutscher et beaucoup d’autres.
L’oeuvre de Josef Hoffmann aussi prolifique que résolument anti-historiciste a marqué la période charnière entre l’Art nouveau et l’Art Déco .
Cet architecte d’avant-garde influencera plus tard, Robert Mallet-Stevens, Jacques-Emile Ruhlmann et Paul Poiret.



Je ne m'étendrais pas sur son oeuvre architecturale pourtant majeure, mais un exemple:  Josef Hoffmann, dessina cette  Villa jumelée, Moser-Moll, 1900 - 01, Steinfeldgasse 8, Vienna, Villa pour Koloman Moser and Carl Moll



Dessin de 1904  Titre: "Kopfschmuck" 
Production: Wiener Werkstätte. Design: Josef Hoffmann , Vienne , 
Matériel: crayon , crayon de couleur , papier
Dimensions: Hauteur: 20,3 cm Largeur: 33,3 cm
Département: Bibliothèque et collection d'œuvres sur papier




1904  collier en vermeil , citrines  cité dans le livre Art Nouveau de Vivienne Becker
Fabriqué par les Wiener Werkstatte



J ai fait un essai de coloration de ce bijou, fabriqué par  les  Wiener Werkstatte,  dessin  de Hoffmann.
Créée en 1903, la Wiener Werkstätte (ou Wiener Werkstaette, « Atelier viennois », ) est une association d'artistes et d'artisans dont le but fut de produire en toute indépendance des objets décoratifs, des bâtiments, du textile, des spectacles. Issu de la Sécession viennoise , cet atelier d'arts appliqués réunissait des architectes, des artistes et des designers, dont l’engagement premier consistait à mettre l’esthétique de la modernité à la portée de chacun, en conciliant l’artisanat et les arts majeurs




1905 Ce peigne est en argent et en nacre, quand on enlève le peigne ,on transforme ce bijou  en plaque de cou, il fut fabriqué par  la Wiener Werkstätte 
A propos de la sécession viennoise lisez un tres bon article:  Secession Building, Vienna (buffaloah.com)




En 1905: A gauche, Otto Wagner, puis Josef Hoffmann, puis 3 eme à gauche Koloman Moser au café "Bristol" Collection Hubmann






Revendu par la maison Bonhams de Londres. Horloge dessinée par Hoffmann,  à grand boîtier vers 1905, pour J & J Kohn, acajou, érable moucheté, parquet, aluminium, verre
hauteur 76 1 / 2in (194cm); largeur 19 1/4 po (49 cm); profondeur 10 pouces (26 cm)




Un exemple de meuble du style particulier  créé par Joseph Hoffmann, vers 1905 en hêtre teinté, laiton et cuir Produit par J. & J. Kohn, Vienna.



Une broche en argent et or, avec un ensemble de gemmes conçue par Josef Hoffman en 1905 et fabriquée par Eugene Pflaumer pour le Wiener Werkstratte en 1911
Serti de lapis, cornaline, pierre de lune, corail, saphir, opale gelée et hématite, goupille de fixation en or 2 x 2 po . (5,1 x 5,1 cm.) Rosemark, monogramme WW, monogramme du créateur, marque d'argent de Vienne et marque d'or sur la broche




La Sitzmachine est un fauteuil conçu par Josef Hoffmann et la Wiener Werkstätte en 1905 à Vienne.
Fabriqué par la maison Jacob & Josef Kohn, spécialisée dans le mobilier en bois courbé, le fauteuil est présenté pour la première fois à la Kunstschau de Vienne en 1908. Conçu pour être facile à fabriquer et à assembler, il est composé de motifs géométriques, rectangle, cercle et carré. Il est doté d'un dossier inclinable et d'accoudoirs fait d'un seul morceau. Tous les écrous sont visibles. La simplicité et l'utilisation des matériaux préfigurent la chaise modèle B3 (1925-1926) de Marcel Breuer et les chaises en contreplaqué d'Alvar Aalto des années 1930.


1905-1911 le palais Stoclet




C'est une paire de Boutons de manchettes dessinée en 1905 et fabriquée pour Gustav Klimt


En 1906
Couvert  de table en métal argenté, acier  poinçon : Fabricant, Wiener Werkstätte
le dessinateur, est Josef Hoffmann, JH, monogramme gravé sur les manches : RT
Ce modèle fut utilisé au cabaret Die Fledermaus, aménagé par Josef Hoffmann en 1907, 33 Kärtner Strass, à Vienne collection Asenbaum  En 1981, acquis par les Musées nationaux français, attribué au musée d'Orsay.




Broche Josef Hoffmann 1907 exécuté par Wiener Werkstaette argent avec lapis-lazuli




1907 cité par Vivienne Becker, dessinée par Josef Hoffmann Boucle en cuivre et émail fabriquée par les Wiener Wersstätte 


1908



Boucle en argent et boucle en vermeil et nacre dessinées par J- Hoffmann et fabriquée par le Wiener Werkstätte  (Vivienne Becker) 




Josef Hoffmann (1870-1956). Broche, 1908.
Exécuté par Eugen Pflaumer pour la Wiener Werkstätte. Argent - partiellement doré, agate, améthyste, héliotrope, corail, jaspe, lapis-lazuli, pierre de lune, opale, tourmaline 5,4 x 5,4 cm.



Joseph Hoffmann Broche en Argent, Lapis-Lazuli, Malachite, Pierre de Lune et Corail. Vers 1909 Crédit Agence Kalima





En haut c'est une broche que Vivienne Becker cite comme étant en argent, malachite, et agate moussue, fabriquée par les Wiener Werkstätte en 1910-1911


Essai de colorisation



Le palais Stoclet, chef d'oeuvre d'Art nouveau de l'architecte autrichien Josef Hoffmann,
D'après Alain Garric, Généalogiste, le banquier Adolphe Stoclet rencontre l'un des maîtres de la Sécession viennoise, l'architecte Josef Hoffmann dont il partage les goûts avant-gardistes.
Stoclet entend construire son propre hôtel particulier. Il envisage momentanément de l'installer à Vienne, avant de se décider définitivement pour Bruxelles.
L'homme d'affaires s'adresse à Hoffmann pour s'occuper des travaux.
L'architecte reçoit non seulement carte blanche, mais aussi un budget illimité.
Ainsi, la propriété est pensée dans les moindres détails : des boutons de portes aux bacs à fleurs, en passant par les luminaires et les jouets pour enfants. Hoffmann a également choisi les meilleurs marbres, les bois les plus précieux et les cuirs les plus raffinés.


Construit à partir de 1905, achevé en 1911, le bâtiment bruxellois, à mi-chemin entre l’Art nouveau et l’Art déco, est une œuvre d’art total dont la valeur dépasse les 100 millions d’euros.

Classé monument historique en 1976 tout comme les jardins qui l'entourent, abrite des trésors de la Wiener Werkstâtte, atelier viennois d'art décoratif du début du XXe siècle. Actuellement cet édifice traverse une période difficile. En effet alors que le musée des Beaux-Arts consacre une exposition à la Wiener Werkstâtte et raconte les liens existant entre le palais et le mouvement.  Le palais Stoclet reste fermé.
Ornée de fresques réalisées par Gustav Klimt, de vitraux de Carl Otto Czescha ou de sculptures signées Richard Luksch ou Franz Metzner, cette superbe demeure abrite outre argenterie, livres, instruments de musique, peintures... une des plus importantes collections d'art privée du monde avec des œuvres égyptiennes, mésopotamiennes, précolombiennes ou byzantines. Fermé depuis le décès de la baronne Stoclet en 2002, il est l'objet d'une querelle juridique entre les héritiers et la région bruxelloise. en 2018, ce n'était pas résolu, depuis!!!



1910 Bird Brooch revendue par la maison Christie's




la maison Dorothéum : https://www.dorotheum.com/ a revendu cette broche de Hoffmann: or, nacre, pierres de lune; au dos marqué JH, marque rose, WW et monogramme d'orfèvre Karl Ponocny; marqué du poinçon officiel A et du poinçon or 750 sur le côté; élément de broche (boucle de fermeture) remplacé pour des raisons de sécurité; taille: 4,1 x 4,1 cm.



1910 ce projet de Hoffmann pour une boite à cigarettes




Revendue par la maison d'enchères Millon cette Broche en argent créée par Josef Hoffmann ornée de deux pierres dures (malachite), à motif de scarabée finement ouvragé et ajouré dans un arc de cercle plein. Poinçons de maître au dos et cachet WW (Wiener Werkstatte) 3,8 x 3,8 cm..
.




Le fauteuil club Kubus est un siège de forme cubique dont la structure en bois est entièrement recouverte d'un rembourrage à carrés de cuir.
Les accoudoirs forment un angle droit avec le petit dossier de même hauteur. Les pieds bas, rectilignes et en bois massif se terminent par une demi-sphère.
La qualité du fauteuil Kubus dépend beaucoup de son revêtement de cuir noir, marron, blanc, ou coloré et du soin apporté aux finitions, notamment les coutures.

Ce type de fauteuil lounge de style géométrique propre à Josef Hoffmann est idéal pour l'ameublement d'un bureau ou d'un espace de réception professionnel. Il s'inspire des styles Arts and Crafts et du mouvement cubiste.
Les sièges originaux fabriqués par la société Wittmann ont une plaque d'identification: "Hoffmann made by Wittmann". Il existe également une version plus large en canapé.
Ce siège fut initialement présenté en 1910 lors de l'exposition internationale de Buenos Aires qui célébrait le centenaire de l'indépendance de l'Argentine.




HOFFMANN Josef  vers 1910  broche en argent , améthyste et aigue-marine.

 

1910 Musée de Pforzeim


Palais Stoclet
Le Palais Stoclet à Bruxelles, réalisé en collaboration avec Gustave Klimt , est l'œuvre la plus célèbre de Hoffmann, la Sécession viennoise , et de la Wiener Werkstätte. C'est un tournant visible entre les styles historiques et l'architecture moderne . Il a été construit pour Adolphe Stoclet, l'héritier d'une riche famille bancaire belge, qui avait vécu à Milan et à Vienne et connaissait la sécession de Vienne . Hoffmann présenta les plans en 1905, mais la construction, en trois étapes, ne fut achevée qu'en 1911. L'extérieur est extraordinairement moderne, dans des formes géométriques strictes, avec des touches de décoration. Il est recouvert de marbre blanc norvégien, tandis que les bords des formes et des fenêtres sont bordés de métal sculpté. La tour centrale, haute de près de vingt mètres, est constituée de formes cubiques assemblées et couronnée de quatre statues en cuivre à statuaire. Le plan a deux axes, perpendiculaires l'un à l'autre. Les balustrades autour du bâtiment et sur la tour ont eu des dessins ornementaux stylisés, et même les plantes dans le jardin sont sculptées dans des formes géométriques pour compléter l'architecture. L'intérieur, par Hoffmann et les artistes de la Wiener Werkstätte, est comme une série de décors, offrant des vues soigneusement planifiées d'une pièce à l'autre, et décoré de mosaïques colorées faites par Klimt, ainsi que des murs de marbre blanc et d'antiquités marbre vert. Les sols sont en parquet de bois exotiques, avec des designs différents dans chaque pièce. La salle à manger présente un ensemble de deux peintures murales en mosaïque de Klimt, dans un décor de colonnes de marbre et de mosaïques de Klimt, ainsi que des colonnes et des murs en marbre géométriques recouverts de motifs floraux stylisés conçus par Hoffmann et Klimt. Chaque détail de la maison, y compris la baignoire rectangulaire en marbre, entourée de plaques de marbre avec sculpture et posée sur un sol en marbre bleu; les panneaux de bois de palissandre poli dans la chambre à coucher, ainsi que les comptoirs de cuisine, le sol et les meubles, ont été réalisés par le Werkstätte et ont été conçus pour s'harmoniser avec la conception générale. Le bâtiment est maintenant un site du patrimoine mondial de l'UNESCO.



1910 intérieur du Palais Stoclet, dessiné par Josef Hoffmann, les fresques sont de Gustav Klimt.
La pièce maîtresse de la maison reste la luxueuse salle à manger, décorée de marbres blancs et noirs, de mobilier en bois rare et en cuir rehaussé d'or, enrichie d'une table en bois décorée d'argent et d'un service de table en argent dessiné par Hoffmann lui-même. La touche finale suprême est donnée par les frises en mosaïque de Gustav Klimt, faites de carrés d'or, de porcelaine blanche et de verre multi couleur, représentant des éléments décoratifs abstraits, des motifs en spirale symbolisant des arbres et les deux fameux couples qui s'enlacent.



Intérieur du Palais Stoclet


Intérieur du Palais Stoclet


Palais Stoclet


Josef Hoffmann en 1910 




« Josef Hoffmann a été, est et restera une figure tutélaire de l’architecture et du design du XXe siècle », explique l’expert Emmanuel Eyraud en citant une phrase du Corbusier qui, pour lui rendre hommage après sa disparition en 1956, déclarera : « qu’il était l’un des éclairs de la route architecturale ». La maison Ader présentait lors d'une vente un exceptionnel meuble en bois noirci, ouvrant par deux portes en façade, très probablement une pièce unique réalisée pour l'Exposition de printemps des Arts Décoratifs Autrichiens organisée à Vienne en 1912. « Le mobilier présenté lors de cette exposition (…) sera une source d’inspiration fondatrice pour le mouvement Art déco en France », explique l’expert en précisant qu’aucun des meubles montrés lors de cette manifestation n’avait jusqu’à aujourd’hui refait surface. Quasiment absent des collections muséales françaises, le designer autrichien est pourtant considéré comme l’un des pères des arts décoratifs en Europe. Les œuvres originales d’Hoffmann sont extrêmement rares sur le marché de l’art. Ce meuble inédit a été adjugé 121.600 euros frais compris.



Si j ai bien compris, ce meuble cité plus haut et revendu par la maison Ader,  faisait partie d'un ensemble, de JOSEF HOFFMANN  Descriptif actualisé le 12 février 2021 Partie droite (soit un tiers) du meuble originalement à 6 portes réalisé en 1911-12 et présenté à l' Exposition de printemps des Arts Décoratifs Autrichiens, à Vienne, 1912 Partie de meuble, formant meuble en bois noirci, ouvrant par deux portes en façade et issue d’un meuble ouvrant à l’origine par 6 portes en façade ; la transformation réalisée anciennement. Les quatre pieds, formant montants, sont au décor sculpté toutes faces et en bas-relief de motifs de vigne stylisée




Cette broche est en Vermeil, avec corail et pierres fines




Vers 1912 bague  de Josef Hoffmann,  bague en or , d'apres Vivienne Becker, elleest  ornée de grappes de nacre, pourtant cela me parait être des perles?




Dessiné par Josef Hoffmann 1910, fabriqué jusqu'en 1920, par Johann Souval, numéro de modèle M 0177, poinçonné WW ligaturé, laiton avec émail bleu et blanc, une petite rayure sur le devant (env.7 mm), sinon très bon état d'origine, diamètre 4,5 cm. Source: MAK Online Collection, Museum of Applied Arts Vienna, numéro d'inventaire WWF 89-43-8.



1912 boite a cigarette réalisée à Vienne



1913-1914 bracelet réalisé en or diamants et ivoire


La figurine centrale est en ivoire sculpté




Ci dessus et dessous, ce sont des plaques de cou en nacre et vermeil créées par Josef Hoffmann et fabriquées par les Wiener Werkstätte vers 1913-1914




Exposée au musée des Arts Appliqués de Vienne

Titre: "Boucle de ceinture"
Conception de l'objet présenté: Josef Hoffmann
Exécution de l'objet représenté: Wiener Werkstätte, Vienne, 1913
Dimensions:
Hauteur (photographie): 5,5 cm
Largeur (photographie): 8,5 cm
Numéro d'inventaire: WWF 92-78-3
Objet associé:
"Boucle de ceinture"
Département: Metal and Wiener Werkstätte Archive
Collection: Archives de la Wiener Werkstätte




Titre: "Pendentif" avec chaîne
Numéro de modèle: G 1788
Conception de l'objet présenté: Josef Hoffmann
Exécution de l'objet représenté: Wiener Werkstätte, Vienne, 1913
Dimensions:
Hauteur (photographie): 6 cm
Largeur (photographie): 3,4 cm
Numéro d'inventaire: WWF 92-81-13
Département: Metal and Wiener Werkstätte Archive
Collection: Archives de la Wiener Werkstätte 



Gustav Klimt qui fut un grand ami et collaborateur de Josef Hoffmann "photographié en 1914"

1917, 29 septembre : Cet article est un peu long et rancunier contre  Josef Hoffmann entres autres dans le journal  "La Renaissance" mais nous étions en guerre .

Enfin, M. Edouard Herriot a bien vu que « la lourde ivresse allemande  embrumait le cerveau français. Hauplmann et Suderman encombraient  nos théatres ; ils y introduisaient derrière eux, Ibsen... C'est vrai. Notre dilettantisme nous a conduits à de grands périls. Nous étions trop courtois ou trop humbles. Peu à peu, il s'établissait un art international qui corrompait tout jusqu'à l'ameublement ».
Tout cela était très grave. Voici qui ne l'était pas moins. Dans le pays de Gabriel et de Mansard, quels modèles la librairie française s'était-elle mise à prôner ? On proposait à l'étude de nos  architectes : "la Couleur dans l'Habitation", 120 projets d'artistes modernes, avec une préface de C.-H.Baer.
L'ouvrage portait la firme suivante : PARIS GUSTAVE FICKER, LIBRAIRIE GÉNÉRALE ET INTERNATIONALE, 6, rue de Savoie.
Mais il était imprimé à I'IMPRIMERIE HOFFMANN, DE STUTTGART! 
Sur  les 120 PROJETS, une demi-douzaine émanaient de deux ou trois artistes anglais ou hollandais; Tout le reste  était imaginé (et de quelle imagination) par des « créateurs » de Munich, Dresde, Berlin, Stuttgart, Aix la-Chapelle, Dusseldorf, Karlsruhe, Darmstadt, Vienne. Il faut lire la préface ! et aller voir notamment  le Projet pour un Hall, par Herr professor Josef Hoffmann, de Vienne (Autriche)... Au moment, où la guerre éclata, Herr professor Josef Hoffmann se disposait à construire à Paris, dans le quartier des Champs-Elysées, un hôtel particulier, destiné à un Français de France ! Simplement.. AH! nous,revenons de  loin.
Lorsqu'on voulait étudier tel grand maître du passé, quels livres nous  offrait-on ? Des livres imprimés en français en Allemagne  sur un papier confectionné en Allemagne, et avec des caractères fondus en Allemagne : ces livres  portaient le nom d'un éditeur français ,Ils étaient, au surplus, parfaitement médiocres, mis en page sans gout, les textes étaient sans intérêt et les légendes des gravures étaient souvent hasardeuses. 
Des commerçants français faisaient le voyage de Munich, de Dresde de Stuttgart, de Nuremberg et en rapportaient des meubles, des céramiques, des papiers peints, des fouets, qu'ils faisaient copier à Paris ou reproduire par séries, nous avons les .noms de ces commerçants et même les noms des ébénistes, des céramistes, etc., auxquels ils confiaient ces étranges opérations dont le résultat était l'envahissement, de nos demeures par la. camelote .. austro-allemande. Qu'on ne nie pas : nous citerions nos références !... Nous ne les citons pas, car notre but n'est pas: d'exploiter le scandale, mais de le faire cesser. Et nous pensons que ceci y suffira.
La Wiener Werkstatte Graben, de Vienne (Autriche), fournissait des soieries imprimées, des tentures, des porcelaines décorées ;................................. caetera, étaient dévenus des fournisseurs attitrés de certains commerçants très connus dans l'industrie du luxe parisien. Il n'est rien de plus aisé que de vérifier à l'administration des douanes françaises les noms des destinataires de ces importations austro-allemandes de l'avant guerre. Et on oserait nous dire encore : "Non ! Tout cela était français, de l'art français modérne!"
M. Edouard Herriot a dit Le mot de la situation : «Peu à peu, il s'établissait un art international qui corrompait tout, jusqu'à l'ameublement. »
Enfin la voix la plus haute s'est élevée, en pleine Sorbonne, pour dénoncer la librairie allemande qui publiait,, en français, des journaux de mode : la Mode de Paris, la Mode Parisienne, le Bon Ton Parisien, etc., M. Raymond Poincaré, Président de la République, en parlait savamment : il avait eu les textes sous les yeux.
Voici la contrepartie : le Jardin des Modes Nouvelles, édité à Paris, devenait Modern Révue der Elegannz,  à Berlin, 93-94, Alexamdrinen-Strasse. Les signatures françaises disparaissaient derrière d'autres signatures imaginées pour la circonstance. Les articles, traduits en allemand, étaient en même temps transformés pour la clientèle... N'insistons .pas.
Voilà contre quoi nous devons lutter, très énergiquement. Soyons originaux, soyons modernes, cherchons tant qu'on voudra et allons aussi loin qu'on le voudra. Mais restons Français, ne demandons l'inspiration qu'au génie latin, et ne recommençons pas l'erreur d'hier qui nous faisait tributaires de nos plus mortels ennemis.


Pas d'indication de date pour ce bijou en or, opale, velours de  39 x 9 x 7 cm,  Neue Galerie New York



Bague Or et diamants revendue par tadema Gallery, 
H  1,80 cm L  1,90  Origine L'Autriche  marques "WW" 
Bague Wiener Werkstätte en or et diamant conçue par Josef Hoffmann
illustrée dans le prochain livre: de Beatriz Chadour-Sampson & Sonya Newell-Smith, Tadema Gallery London Jewellery  from the 1860s to 1960, Arnoldsche Art Publishers, Stuttgart 2021, p. 92
Beatriz Chadour-Sampson, Anneaux des XXe et XXIe siècles, Collection Alice et Louis Koch, Arnoldsche, 1919, illustré p. 34, fig.13, biographie p. 484. Collections La collection Alice et Louis Koch au Musée national suisse, Zurich




BOÎTE À CIGARETTES
gravée  WIENER WERKSTÄTTE et  MADE IN AUSTRIA  avec l'artiste, le créateur et les monogrammes Wiener Werkstätte, les marques de rose et les poinçons en
argent argent, émail, plaque d'or (1,9 x 10,5 x 7,6 cm) vers 1920, exécuté par Adolf Wertnik
produit par la Wiener Werkstätte, Vienne, Autriche




Broche conçue vers 1922, fabriqué par Wiener Werkstätte, or jaune 750/1000°, trois  diamants taille ancienne dans un sertissage en argent, fleur ajourée, étui en cuir avec WW Mgr, Marque  Wiener Werkstätte à trois lignes et modèle  no . S 2786, broche 4 x 2 cm,.
La broche est une variante du modèle G 2290 (3 au lieu de 2 diamants) qui a été réalisée pour Mäda Primavesi. Le dessin de conception se trouve dans les archives WW à ÖMAK, Vienne sous l'inv. Non. WWE 19-6. Provenance: famille Primavesi.



Pendentif
Numéro de modèle: G 2236
Conception de l'objet présenté: Josef Hoffmann
Exécution de l'objet représenté: Wiener Werkstätte, Vienne, vers 1922
Hauteur (photographie): 6,9 cm
Largeur (photographie): 4,8 cm
"Pendentif"
Département: Metal and Wiener Werkstätte Archive
Collection: Archives de la Wiener Werkstätte







Ci-dessus et dessous ,  coupe concue en 1924  par Josef Hoffmann exécutée par le Wiener Werkstätte , laiton martelé de (18,7 cm de hauteur 29,2 cm de large ) estampillé JH, WIENER WERKSTATTE, fabriquée en Autriche





Service en argent de 6 pièces, avec cafetière et théière, sucrier, crées par Josef Hoffmann vers 1922, argent repoussé. https://veryimportantlot.com/fr/lot/view/6-teiliges-kernstuck-josef-hoffmann-203350


Décor de Josef Hoffmann dans la revue Art et Décoration en 1924


1925 mobilier de Hoffmann dans la revue "Vogue"


Essai de colorisation

Dans le journal Vogue de 1925.Un commentaire, un complément d'informations A la section du mobilier autrichien, une exposition extrêmement intéressante et neuve. Ci-dessus, une chambre de repos entièrement coffrée en noyer. Composée par J. Hoffmann et exécutée par A. Ungethuem



1925 dans le journal l'Intransigeant


1925 dans la revue de l'art ancien et moderne


1925 dans le mensuel "Cahiers d'Art"


1926


1938 , Prague, dans la collection internationale du livre d'art

De nature essentiellement apolitique, Josef Hoffmann salue en mars 1938 « l'annexion » de l'Autriche par l'Allemagne  nazie : Hoffmann y voit la promesse d'une reprise économique et la relance de sa pratique architecturale promise par le nouveau régime. Bien que son style ait été diffamé en tant qu'« artiste décoratif dégénéré » par l'idéologue nazi Paul Schmitthenner, les nouveaux dirigeants du pays cherchent à instrumentaliser Hoffmann. Le seul bâtiment notoire de cette époque est le palais de l'ambassade d'Allemagne (Deutsche Botschaft) situé dans le quartier de Rennweg à Vienne (1938-1945), devenu la Haus der Wehrmacht (« maison des forces armées ») qui toutefois ne suit pas vraiment les canons officiels du régime



D'après Wikipedia  Après la Seconde Guerre mondiale, Hoffmann a assumé diverses tâches officielles, comme responsable du Commissariat général autrichien pour la Biennale de Venise et membre du Sénat artistique autrichien . En 1950, avec Albert Paris Gütersloh, il fonde la Fédération des artistes plasticiens modernes en Autriche. En 1950, il reçoit la croix de commandeur de la République italienne, puis le Grand prix d'État autrichien. Entre 1949 et 1954, il supervise la conception de grands ensembles résidentiels situés à Vienne. Il meurt le 7 mai 1956 à Vienne.


J ai lu qu il avait reçu avant la guerre 39-45 la légion d honneur, je n ai pu trouver son dossier

Un commentaire? un complément d'informations, si vous avez un compte Google  c'est après cet article, sinon me les adresser a richard.jeanjacques@gmail.com , je les publierais