mardi 5 octobre 2021

Albert, Ernest, René; ESCHWEGE, Orfevre et diamantaire

J' avais publié cet article sur mon " https://richardcourrierdeslecteurs.blogspot.com/" mais je crois que pour la mémoire de ces hommes leur place est dans l histoire de la Joaillerie


René Eschwege, est decédé le 3 Decembre 1960 sur cette route,  à cet endroit à l'époque - à La Queue-en-Brie, 94060, Val de Marne, il n'était agé que de 58 ans




J ai cherché l acte de décès et grâce à une lectrice, j ai appris que le décès n'était pas publié à la "Queue en Brie" où il était décédé, mais à l'état civil de Paris le 20/12/1960 dans le 16 eme arrondissementt, là où il habitait, je ne m'attendais pas à trouver que sa femme et son fils étaient décédés au même endroit, et au même moment sur la route nationale 4, à la cuvette de Champlain de la Queue en Brie.

La route nationale 4, ou RN 4, etait  une route nationale reliant Paris à Strasbourg via Nancy, permettant ainsi d'aller de l'Île-de-France à la frontière franco-allemande. elle a été déclassée en route départementale RD 400.

J' en déduis dans l'attente de précisions, qu' ils sont morts dans un accident de voiture.


Grâce à cet acte de décès, je peux voir où il habitait , au 4 rue Jasmin dans le 16 eme à Paris

René Eschwege était un diamantaire, un professionnel connu. Je vais essayer de parler de sa vie.


Avec son acte de Mariage, nous apprenons qu il est né le 24/08/1902 à Berck sur mer, dans le Pas de Calais, René se marie jeune à 21 ans, il épouse Marcelle Lina Wolf le premier juillet 1924.

René était le fils d'Albert Eschwege: Né le 29 septembre 1872 - à  Paris.  Décédé le 25 janvier 1938 à Paris,  à l'âge de 65 ans et son grand père était Moïse Maurice ESCHWEGE, né le 19 septembre 1829 - Hanau, DAR, Hessen, Allemagne, il décéde le 22 mars 1902 à Paris, 75, à l'âge de 72 ans, il était commissionnaire en pierres fines.  Eschwege est aussi le nom d'une ville allemande située dans le district Werra-Meißner-Kreis du Land de Hesse.

Moïse s'était marié le 28 octobre 1862, à Paris avec une française ,Lucie LÉON, née le 25 mars 1841 - Paris 3 ancien, 75, Paris, décédée le 17 août 1922 à Paris à l'âge de 81 ans. Moïse devient Français.


Les Eschwege en 1933

Il a quatre fils, je ne sais rien d'Henri né en 1863, Paul Eschwege était né en 1864, ingenieur des mines et chevalier de la Légion d Honneur, Ernest né en 1866 était négociant en pièrres précieuses et Albert né en 1872, était aussi  commissionaire en pierres fines.

J ai retrouvé quelques pièces fabriquées par Albert, le père de René



Service THÉ/CAFÉ 4 pièces en argent et macassar, composé d'une théière, d'une cafetière, d'un sucrier,
Et d'un pot à lait, modèle de forme rare moderniste des années 1930. Dimensions :  théière 15,5 cm - cafetière 18 cm - sucrier 11,5 cm - pot à lait 13 cm Matière : Argent 1er titre Poids : 2570 grammes
Poinçon : Minerve Epoque : XXe  vers  1925/1930 Orfèvre : BLOCH ESCHWEGE donc Albert Eschwege  A vendre à la  OGalerie Emmanuel Redon Silver Fine Art  




Le poinçon de Mr Bloch et de son successeur Albert Eschwege, père de René Eschwege


Cette très belle pièce a été revendue par Sotheby's:
Soupière en argent, probablement par Bloch (Eschwege succ), Paris, vers 1930,donc Albert Eschwege

Quelle formation reçut René Eschwege? Il était encore étudiant lors de son mariage! je pense qu il travailla avec son père Albert tout en ayant developpé une activité dans les pierres fines et diamants, et lorsqu'Albert meurt en 1938, René va prendre sa suite pour la maison d'Orfèvrerie au 42 rue Meslay

Il devait aussi travailler  avec Albert et Ernest au 42 rue Le Peletier près de la rue Lafayette à Paris.



Pince à sucre fabriquée par Ernest Eschwege



MAISON BLOCH ESCHWEGE  SUITE DE SIX GOBELETS A LIQUEUR ARGENT Estimation : 40 / 60 Euros Adjugée : 70 Euros Maison BLOCH ESCHWEGE (actif ) : suite de six gobelets à liqueur en argent 950 mil., modèle à filets rubanés. Minerve 1er titre et poinçon de Maître. Dans leur écrin (velours taché). Poids : 48.2 g. H. 3.8 cm. Légères rayures d usage. Bel état.


Poinçon de René Maurice Eschwège



BLOCH-ESCHWEGE, fabricants orfèvres – Service à liqueur de style Louis XVI en cristal gravé et taillé, et argent, poinçon minerve, comprenant un plateau rond (diam. 22 cm), une carafe avec bouchon (H 20,5 cm) et 6 verres (H 5 cm) – (Insculpation 1920 – Biffage 1936) revendu à Quimper: 




Couple de faisans à ailes mobiles en argent par Eschwège, Paris, XXe siècle, revendu par Sotheby's




CHOCOLATIÈRE en argent de style Louis XVI... - Eric Pillon Enchères
CHOCOLATIÈRE en argent de style Louis XVI à panse tronconique sur bâte à frises de tores de laurier et de perles, prise en légume, manche en palissandre. Poinçon Minerve, orfèvre BLOCH ESCHWEGE.
Poids brut: 590 g - H.: 24 cm

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_


Arrive la drôle de guerre, les Juifs  installés dans les territoires déjà contrôlés par le Reich, avaient fait l'expérience des  pratiques antisémites radicales des nazis et leur haine à l'égard des symboles de la reussite et de la fortune juive. Leurs amis juifs de Paris pour certains n'ont pas attendu l' arrivée des Allemands,  Renée Rachel Van Cleef  va faire une vente (à réméré) à son assureur français "Aryen" avec l espoir de reprendre le controle de la maison une fois la guerre passée. Des maisons comme Pierre et Paul Wertheimer font de même et cèdent leurs intérèts dans Chanel  à Felix Amiot dans le cadre d'une fausse aryanisation, les petites entreprises ne purent l organiser.

A l'origine de cette politique, les Allemands, qui l'ont appliquée dès 1933 dans le Reich. En septembre 1940, ils donnent l'ordre, en zone occupée, d'installer des pancartes "magasin juif" ou "entreprise juive". L'étape suivante est la vente. Mais, pour que les biens juifs restent dans le giron français, Vichy antidate une loi qui contrecarre le projet allemand : dans tout l'Hexagone sont créés des administrateurs provisoires. Pour n'effrayer personne, cette mesure conservatoire est générale et ne parle pas nommément des Juifs. Vichy est prudent. Le gouvernement ne sait pas encore comment le premier statut des Juifs, promulgué en octobre 1940, va être accueilli par la société française. Or il passe comme une lettre à la poste.(Tal Bruttmann)


Je me suis procuré grâce aux archives nationales le dossier d'aryanisation  de René Eschwege et je suis pratiquement certain que René Eschwege comme les grands patrons que j ai cités, a trouvé un ami (Aryen dans la définition allemande) sauvant ainsi son entreprise.


Le temps d'organiser en 1940 cette vente à un bijoutier,  Mr André Vigoureux qui habitait 13 rue Lagrange à Paris pour 70.000 frs  et son frère Georges Vigoureux  artiste musicien pour 80.000 frs.

Mais voila, le commissariat genéral  aux Questions  juives qui a mis du temps à se mettre en branle, flaire cette fausse aryanisation et nomme Mr Bourdeix pour  verifier et administrer l affaire de Mr Vigoureux




Un premier administrateur  est nommé  par le CGQJ, il se nomme Bourdeix.


Mr Bourdeix relate le fait qu'il lui était demandé d'administrer Albert Eschwege et que celui ci est décédé.
Il constate que son fils lui a succédé mais qu il a vendu son affaire aux frères Vigoureux.




Il rédige son rapport et indique  que la vente lui parait sincère, ainsi que l origine aryenne des capitaux ayant servi à l'achat et il demande au CGQJ de faire les démarches  afin d obtenir l'assentiment à cette vente



Et pourtant Bourdeix avait demandé aux deux frères Vigoureux de certifier sur l'honneur que ses parents, ses grands parents étaient Aryens, relevons au passage "l'Entreprise Juive"



Mais les autorités allemandes n ont pas accepté le rapport de Bourdeix, et méfiants, nomment un administrateur pour recommencer la vérification de l aryanisation.



Rien n'est secret, puisque publié  au Journal Officiel et il est confié à  Mr Heysch  7 entreprises juives à administrer dont le célèbre  Mr Vanderheym.
Et 7 entreprises à  administrer , cela fait de bons revenus mensuels.


TIMBALE TULIPE EN VERMEIL (950) Orfèvre Maison Eschwege - Posant sur un piédouche  Auction.fr


Ce tastevin revendu par le crédit municipal::MAISON ESCHWEGE, XXe siècle, vers 1950 : tastevin en argent 950 mil. à décor de godrons et cupules, l’anse annulaire à appui-pouce incurvé. Monogramme LR en mavelot à effet miroir. Minerve 1er titre de 1838 et poinçon de Maître insculpé en 1946. Poids : 74 g. L. 10.7 cm. Diam. 8.5 cm. H. 2.2 cm au col et 3 cm à l’appui. Légères rayures. TBE.



Maison Bloch Eschwege (1921 - 1946)
Plateau à courrier en argent (925 millièmes) de forme rectangulaire l’aile ornée d’une frise de godrons.
Poids : 443,6 g revendu par la maison Pestel de Bord  :  https://www.pestel-debord.com/





Nous sommes en avril 1943, on lui demande de le faire dans le plus bref délai



Voici les affaires à Aryaniser confiées à Mr Heysch.



Réponse de Heysch



A propos de ce salaire: Compte tenu de l'érosion monétaire due à l'inflation, le pouvoir d'achat de 187,00 Francs en 1943 est donc le même que celui de 4 45Euros en 2020.



Comme on peut le voir René Eschwege était Français mais les services du gouvernement de Pétain notent
Propriétaire exploitant : Eschwege René- Juif
Nationalité du juif. Française!!

J aurais aimé qu'un membre de la famille me réponde , savoir ce qu'il  est advenu de lui pendant la guerre, il a dû se cacher car il survécut à cette folie furieuse de Français pour détruire les Juifs et leurs biens.
René Eschwege ne vendait pas que de l orfèvrerie et des cadeaux, il avait aussi un portefeuille de pierres précieuses et a ce sujet , une vieux souvenir. 
Mon père était ami avec Mr Jacot orfèvre et Joaillier à Nancy (soit dit en passant un homme extraordinaire)  René Eschwege lui confia son stock de pierres précieuses et Mr Jacot lui rendit tout une fois la guerre terminée. C'est à Nancy que j entendis pour la première fois son nom.


Le Gouvernement provisoire du Général De Gaulle va après la guerre créer un service de restitution pour les personnes juives spoliées pendant la guerre. 




Lequel service va adresser une lettre à Albert Eschwege , sans savoir comme je l ai expliqué au début de cet article qu'il était décédé en 1938 et que son fils René avait repris l affaire ce qui explique  l envoi tardif  de cette demande à René Eschwege






Le 16 avril 1946 René renvoie le document, il est rentré en possession de ses biens aryanisés.
Je crois que Mr Vigoureux , dès son retour lui rendit tout, ce qui confirme l'aryanisation "bidon" qui sauva ses affaires.


Revendues par Christie's: SEIZE TIMBALES TULIPES EN ARGENT: PAR MAISON ESCHWEGE, PARIS, APRES 1946 Sur piédouche à godrons, gravée de motifs Régence, poinçons: Minerve et orfèvre H.: 12 cm. (4 ¾ in.)
2810 gr; (90.30 oz.)




Et sur la revue "Azur" de 1948, les deux affaires de René sont donc mentionnées.

Qu'est devenu l' administrateur mr  HEYSCH ? 

Certains administrateurs provisoires, qui font l'interface entre les juifs et les non-juifs français, vont faire carrière en gérant parfois dix biens simultanément. Comme ils sont payés mensuellement, ils ont intérêt à retarder la vente, dont le produit est versé, pour 90 %, sur un compte bloqué de la Caisse des dépôts et consignations (le compte des juifs), les 10 % restants allant au CGQJ. Ils gèrent parfois honnêtement, d'autres rançonnent les juifs spoliés, quelques-uns les protègent : "Il y a de tout", résume Bruttmann. A la Libération, ces administrateurs ne seront pas inquiétés, car ils ont agi dans un cadre juridique. Des lois de restitution seront votées, l'argent bloqué rendu, obligeant les mêmes administrations à défaire ce qu'elles avaient fait, mais la restitution sera un acte volontaire que devra demander le spolié. Pour les 10 % de biens non revendiqués en 1945, pour cause de décès, les biens resteront entre les mains des acquéreurs dits de bonne foi. 

"De toutes les politiques antisémites, conclut Bruttmann , la spoliation est la seule qui a fait appel à toute la société française": administrations diverses, notaires, architectes, commissaires-priseurs, experts-comptables et 20 000 citoyens ordinaires devenus, après candidature spontanée, administrateurs provisoires.

CHIFFRES
20 000
C'est le nombre d'administrateurs provisoires français qui ont géré les biens juifs.
60 000
C'est le nombre de dossiers instruits sur les biens juifs français traités par le Commissariat général aux questions juives (CGQJ).
1 500
C'est le nombre d'inspecteurs du CGQJ qui ont enquêté sur la réelle valeur des biens juifs.