lundi 6 juin 2022

Les "Contremaîtres" de Fabergé


Maison FABERGE, Saint Pétersbourg, Moscou, Odessa, Kiev, Londres

Vers 1900, Fabergé a de nouveaux locaux ou il y a des appartements privés, des magasins, et des ateliers pour fabriquer des milliers d'objets grâce à plus de 300 orfèvres ou joailliers. Fabergé ne fabrique plus rien de lui-même, et il va chapeauter ces Maitres d'Ateliers. 


Fabergé a un atelier de dessin et les adresse à ses Maitres d'Atelier


Ces trois dessins proviennent de la collection de mon ami Stefan Stern , qui possède des milliers de dessins, je vous invite à visiter son site:  https://www.grafische-sammlung-stern.com/



Veronique m'a adressé une photographie d 'un pendentif de Fabergé avec une aigue marine


Et voici le poinçon de Maître de Karl Fabergé :  Initiales C.F. Dans un ovale


Chaque Maître est autorisé à avoir sa propre petite société et nombre d'artisans ont eu le droit d'apposer leur poinçon personnel à côté de celui de Fabergé.
 J 'essaye donc de raconter ces Maître d'oeuvres 

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_
                                                                                 

Erik August Kollin né à Pohja le 28 décembre 1836 - décès le 1er juillet 1901 Saint-Pétersbourg
1852 Il est apprenti chez l'orfèvre Alexander Palmen à Tammisaari. 1858 devient Kollin
Enregistré comme orfèvre dans la paroisse de Sainte Katarina à Saint-Pétersbourg, où Auguste
Holmstrom était employé ; Holmstrom fut contremaître dans les ateliers de Fabergé de la Rue Bolchaïa Morskaïa.
Poinçon de Erik Kollin

Érik  Kollin , est arrivé chez Fabergé à l'âge de 34 ans, il est l'incarnation de la période revivaliste de l'entreprise. Probablement un travailleur solide (il avait mis vingt ans pour obtenir le titre de maître artisan), très peu de son travail a survécu à ce jour. Sa renommée repose sur ses copies des trésors d'or des Scythes qui lui valurent pour la première fois la distinction Fabergé en 1882. Les formes de Kollin étaient simples et solides et sa préférence pour l'or poli, martelé et cannelé les rend facilement reconnaissables. En 1868, Kollin réalisa son chef-d'œuvre et ouvrit son propre atelier au n° 9 de Kazanskayastralše. En 1870, il devient orfèvre en chef chez Carl Fabergé.
Il occupe son poste jusqu'en 1886, date à laquelle il est remplacé par Michael Perchin. Kollin
Épousa Henrika Eleonora Backman (mentionnée le 13 décembre 1841-1920 à Petrograd) en 1867.
Il a ensuite travaillé de manière indépendante et a continué à faire des petits boulots pour Fabergé.
L'art de Kollin est dans la reproduction d’objets trouvés sur des sites archéologiques.
Ses créations les plus célèbres étaient les répliques en or de bijoux et d'autres objets du trésor scythe trouvés à Kertch. Kollin a travaillé presque exclusivement sur or jaune, souvent martelé, souvent mat et cannelé. Ses objets sont rares et recherchés, car il était actif à une époque où la renommée de Fabergé était à son apogée.


Fabergé: Travail de Erick Kollin, agate sculptée, manche de la coupe sertie d'un bord uni en or et d'une poignée en volute, ornée de grenats rouge vif.



Poinçon russe 56 or (585), St-Pétersbourg, Maker EK pour Erik Kollin

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

Michael Evlampiewitsch, Perchin.

Il est né à Petrozavodsk (Carélie) en 1860 et décédé le 28 août 1903 Saint-Pétersbourg.
Perchin était un orfèvre autodidacte qui avait appris des maîtres régionaux avant de rentrer dans l'atelier de Kollin. En 1884 il devient maître, en 1886 chef orfèvre chez Fabergé. Son atelier était situé au 11, rue Bolschaya Morskaya jusqu'en 1900, date à laquelle il était chez Fabergé dont les nouveaux locaux commerciaux avaient été installés au n°24.



Poinçons d'état de Russie

Poinçons de Perchin


Perchin fut le plus célèbre des maîtres artisans de Fabergé. Son atelier offrait les objets les plus exquis en or (souvent quatre tons d'or dans la technique française du 18ème siècle) et émail, plus rarement en argent et émail. Même les beaux bijoux portent sa marque, ainsi que les premiers animaux en pierres précieuses vendus par Fabergé. Il était le plus célèbre pour la production des œufs de Pâques impériaux, dont il fut chargé jusqu'à sa mort. Sauf pour le premier, Tous les œufs de Pâques fabriqués par lui portent sa marque. Il sera influencé par de fortes réminiscences du rococo européen et du style Louis XV, caractérisé par des rocailles et des volutes, souvent traduits dans le langage végétal de l'Art Nouveau.


Il y a de faux Fabergé. Néanmoins verifier bien la concordance entre les poinçons et l'Histoire.  

L'ASCAS vous explique
Vous avez à gauche une signature de maître, celle de Mikhaïl Perchin (1860-1903), avec Fabergé et le privilège impérial de St-Pétersbourg puis malheureusement le titre de 84 zolotniki (875/1000) et le contrôle de Moscou pour 1908-1917, soit la mauvaise ville et au moins cinq ans après la mort de l’orfèvre. Je laisse le soin aux spécialistes des tables tournantes de vous expliquer ce miracle !!!




Boite or et diamants de Perchin


Un ouvre-lettre en or, serti de pierres précieuses et néphrite par Carl Fabergé, maître d'œuvre en chef : Michael Perchin, Saint-Pétersbourg 1899-1903. Photo publiée avec l'aimable autorisation de Wartsky

La lame taillée dans une seule pièce de Jade de Sibérie, le manche en forme d'ailes de chauve-souris entrelacées. Les trois bornes du manche sont serties de pierres de lune cabochons, tandis que le centre est serti de deux rubis cabochons de part et d'autre. Numéro d'inventaire : 1979.18cm de longueur. 


Provenance : Acheté par la tsarine douairière Marie Feodorovna le 17 décembre 1899.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_


Wigström

Henrik Wigstrom est arrivé à Saint-Pétersbourg en provenance de Finlande le 10 mai 1878, il a été indiqué comme étant ouvrier bijoutier inscrit au registre paroissial de Sainte Katarina. En 1884, il obtient un poste de compagnon chez Michael Perchin. Il devint le bras droit de Perchin et le fut jusqu’à la mort de Perchin. En 1903 Il lui succéda en tant que chef d'atelier. En 1884, il épousa Ida Johanna Turunen (18óó-1911) et eut quatre enfants. Son fils Henrik Wilhelm (1889-1934) étudia avec son père et travailla avec lui jusqu'en 1917. Après la révolution, Henrik Wigstrom est retourné en Finlande où il à continué à travailler avec son fils.

Poinçon de Henrik Wigstrom



Boite or et diamants de Wigstrom

Henrik Emmanuel Wigstrom (1862-1923) - Coffret de présentation impérial
Des coffrets de présentation sertis de pierres précieuses sertis d'un portrait miniature du tsar ou du couple impérial étaient présentés comme une rémunération pour service rendu où, dans le cas de destinataires étrangers, comme une démonstration des bonnes relations entre les deux nations. Cette boîte était l'une des dernières boîtes de présentation impériales à avoir été offerte au nom du tsar. Il a été réalisé dans l'atelier de Wigström, où il a été achevé le 30 septembre 1916. Il est richement décoré en émail guilloché vert foncé.
Wigström était l'orfèvre en chef de Fabergé pendant sa période la plus productive. Sous son exercice,
plus de 500 personnes étaient employées dans les différents ateliers.
Ainsi, plusieurs milliers d'objets portent sa marque. Comme sous son prédécesseur, tous les œufs doivent avoir été créés sous sa supervision entre 1904 et 1917. Certains sont justes estampillés Fabergé et d’autres (1908, 1912, 1914, 1915, 1905, 1909 (?), 1913, 191ó et 1917) portent également le sceau de 
son style facilement reconnaissable qui dans la plupart des cas, montre l'élégance et la légèreté de l'époque Louis XVI et Empire.
Pratiquement toutes les fleurs et les animaux étaient à de très rares exceptions près, de son atelier, où leurs montures en or ont reçu le poinçon de Wigströms.
Il était aussi spécialisé dans la fabrication de cadres, d'étuis à cigarettes ou d'objets de vitrine en or,
pierres précieuses et émail, ainsi que des bijoux émaillés et des œufs miniatures en pierre précieuse.



C'est Wigströms qui fabriqua cet "oeuf du 15 Eme anniversaire" pour Fabergé. Pour commémorer l'avènement de Nicolas II Il est orné de miniatures peintes par Vassily Zuiev qui représentent le tsar, la tsarine, leurs enfants et les principaux évènements de son règne. Il est en or, émail vert et blanc et "Oyster enamel" diamants, cristal de roche et ivoire.


Ce sont les mêmes qui fabriquèrent cet "Oeuf du tricentenaire des Romanov" L’oeuf du Tricentenaire de la Dynastie des Romanov – 1613 – 1913 – a été offert par le tsar Nicolas II à la tsarine Alexandra Feodorovna en 1913. 
18 portraits des tsars y sont peints. L’aigle impérial à deux têtes en or porte cet oeuf et tient le sceptre impérial, l’orbe et l’épée Romanov.
Il fut conçu en or, argent, diamants, turquoise, purpurine, cristal de roche, émail, et pour les portraits, aquarelle sur ivoire.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-


Johann Viktor Aarne


Cadre de photographie en or, guilloché et émail de Aarne

Johann Viktor Aarne est né à Tampere 6 mai 1863 - décès le 30 juin 1934 à Viipuri
Aame est devenu apprenti chez l'orfèvre Iohan Erik Hellsten à Tampere en 1875, en 1880 il est
Compagnon. 1880-1890 il travaille pour Fabergé, devient maître à Tampere en 1890.1891 retour à Saint-Pétersbourg. En 1904, il vendit son atelier sur Demidov Kreuz, Strassåe n ° 58 (sur le canal Iekatarinski) pour 8000 roubles à Hjalmar Armfelt, alors âgé de 20 ans qui avait des compagnons et trois apprentis. 


Poinçon de Aarne


Poinçon de Aarne B.A. sur un bouton de sonnette de table , et signature de Fabergé





Aarne s'est installé à Viipuri (près de Saint Pétersbourg) où il a vécu pendant trente ans, il travaillait comme orfèvre. Il était marié à Hilda Emilia Kosonen (18ó7-1954) et a eu dix enfants. 
La signature d'Aarne se retrouve sur des articles de haute qualité en or, argent et émail.
Il s'est spécialisé dans les cadres et les cloches de table.


Véronique Bamps m'a adressé la photo de ce charmant pendentif  de Johann Victor Aarne en or  , avec un grenat au centre




Propriété d'une collection de Caroline du Nord

Un double cadre Fabergé monté en or, vermeil et émail guilloché, Maître d'œuvre Victor Aarne, Saint-Pétersbourg, vers 1890


De forme rectangulaire en forme, les deux ouvertures ovales dans une bordure de roseau liée par un ruban, le corps émaillé en mauve translucide sur un sol géométrique guilloché, avec des guirlandes de fleurs surmontant une couronne de laurier, avec deux rosaces dans les coins, le haut avec un torche et flèches entrelacées de rubans, frappé Fabergé en cyrillique avec les initiales du maître d'ouvrage sur le côté et la jambe de force, norme 88, avec numéro d'inventaire gratté 56425 

Hauteur 17,5 cm

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

Fédor Afanassiev
On sait peu de choses sur Afanassiev. Son empreinte se retrouve sur de petits objets de qualité, y compris des œufs de Pâques miniatures, des petits cadres et des objets d'art en or, argent et émail.


Poinçon de Afanassiev


Une coupe en néphrite de Russie  ornée de pierres, en argent doré et montée, dans le style d'un calice byzantin avec un pied en forme de dôme, et une bordure supérieure sertie de pierres précieuses taillées en cabochon, le bol en néphrite tenu dans une cage de câbles torsadés à fleurs sertis de pierres précieuses aux points de croisement, le bord supérieur avec bordure perlée, la tige et le pied avec des bordures de câbles torsadés, la base bombée posée sur un pied octogonal et appliquée avec un ornement de volutes de câbles torsadés. Apparemment non marqué. Attribué au maître d'œuvre Feodor Afanasiev à Fabergé 1908–1917. H. 14,3 cm. Diam. 18 cm.


ROUE DE ROULETTE MINIATURE, PAR FABERGÉ, Saint-Pétersbourg, 1846-1920.
Poinçon de maître, Fedor Afanassiev, n° d'inventaire. 18955.
Roue de roulette miniature émaillée avec boule de nacre, la roue émaillée de rouge translucide sur un fond gravé et noir opaque, maintenue sous un couvercle en cristal de roche, le corps émaillé vert sur des guillochages soleil rayonnants, avec des jantes en émail blanc, la gâchette en or bicolore effilée avec un fleuron finement ciselé. Californie. Ø 5 cm. H env. 1,5cm.

Sir Ernest Cassell était l'un des clients les plus fréquents de Fabergé, ami proche du roi Édouard VII et mentor de Winston Churchill. Fabergé n'a fabriqué que deux roues de roulette et on pense que c'est la seule survivante. L'autre a été acheté par Léopold de Rothschild et a changé plusieurs fois de mains : Lord Carnarvon, le roi Faruk d'Égypte, Wartski et Mme Henry Ford II. Elle avait l'habitude de le prendre pour divertir les invités lors de pique-niques sur la plage, où elle l'a laissé un jour et il a été emporté par la marée.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-



Armfelt

Karl Gustav Hjalmar Armfelt est né à Artjarvió en Avril 1873 - il est décédé le 22 juillet 1959 à Helsinki. Armfelt arriva à Saint-Pétersbourg en 1886 et devint apprenti chez l'orfèvre Paul
Sohlman à Gorohovaya. En 1891, il devint compagnon. Chez Fabergé, il a travaillé sous Anders Nevalainen de 1895 à 1904. Après des études à l'école des arts appliqués du Baron Stieglitz
(1885-1904) il devient Maître, achète l'atelier de Viktor Aarne pour 8000 roubles et travaille
Jusqu'en 1916 sous contrat pour Fabergé. 


Poinçon de Karl Gustav Hjalmar Armfelt

En 1920, il revient avec sa femme Olga Iosefina Lindroos (18 75-1932) et ses deux enfants retournèrent en Finlande. Armfelt était un spécialiste des cadres miniatures en or et argents émaillés et en pierres précieuses, ainsi que pour les objets de vertu.


Cadre photo de Armfelt avec une photo dédicacée, le cadre est en bois de bouleau et les motifs en Vermeil.



Karl Gustaf Hjalmar Armfeldt (1873 - 1959) Flacon de parfum Fabergé. Orné d'un décor de volutes or, ainsi que des diamants et des rubis. Marqué du poinçon Fabergé "56" "? A", le bouchon est marqué du  "88". ARMFELDT, Karl Gustaf Hjalmar.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_


Andreï Gorianov
Il devait être un fournisseur auxiliaire de Fabergé. Il a repris l'atelier de Wilhelm Reimer après sa mort en 1898 et se spécialise dans les étuis à cigarettes dorés, dont la plupart ne portent que sa marque, pas celles de Fabergé.


A gauche le poinçon de Andreï Gorianov, et à droite le poinçon de  Ruckert

C'est un bouton de sonnette de table, fabriqué par Gorianov en argent et émail avec diamants et le bouton est une pierre de Lune.


Poinçon de Gorianov 




Une mezouza oblongue judaïque en argent russe du début du 20ème siècle de Fabergé, avec deux petits trous le long des bords.
La surface est ornée de motifs floraux moulés en relief.
Poinçons : "88'" argent standard et les initiales du maître : 'AG'. (En cyrillique) pour le maître d’œuvre de Fabergé Andrei Gorianov, Saint-Pétersbourg, vers 1900

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-


Hollming

August Frederick Hollming né à Loppi le 3 décembre 1854 et décédé le 4 mars 1913 Helsinki
Hollming a été apprenti chez l'orfèvre Karl Fridholf Ekholm à Helsinki en 1870.
En 1876, son nom a été enregistré comme orfèvre dans le registre paroissial de Sainte-Marie à Saint-Pétersbourg.


En 1880, il obtint le diplôme de Maître. Il a travaillé dans son propre atelier rue Kazanskayastralše au N° 35, avant de déménager dans les nouveaux locaux de Fabergé à Bolschaya-Morskaya-Strafše 24. Il épouse Gustava Abrahamson (1856-1909). Son aîné Sohn Vaino (1885-1934) a appris le métier d’orfèvre dans l'atelier de son père.


Étui à cigarettes en or rouge, motif cannelé comme des rayons de soleil, émanant d'un diamant serti en haut à gauche.  Fermoir avec poussoir en saphir cabochon.
On pense que c'était l'étui à cigarettes préféré du tsar Nicolas II. Il a été fabriqué dans l'atelier d'August Hollming (1854-1913) spécialisé dans les objets en or et les bijoux.
Marque Hollming; poinçon d'or de 56 zolotniks (1896-1908); Fabergé en caractères cyrilliques.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

August Wilhelm Holmström  Né à Helsinki le 2 octobre 1829 - mort en 1903 à Saint-Pétersbourg
Holmström a appris chez le bijoutier de Saint-Pétersbourg Herold, il est devenu compagnon en 1850 et devient Maître en 1857. Il rachète l'atelier de l'orfèvre Frederick Johan Hammarström et devient en 1857 joaillier en chef, chez Karl Gustav Fabergé. Jusqu'en 1866, il était marié avec Marie Sofia Welene. Il épouse en 1868 Hilma Rosalie Sundberg (1850-1925).


Holmström


Diadème convertible en collier, en or et argent incrusté de diamants taille rose en forme de cyclamen, par Holmström entre 1908 et 1917

Ses œuvres les plus célèbres étaient les répliques miniatures des insignes de la couronne impériale qui se furent exposées à l’Exposition de Paris de 1900 et Panier de Muguet de 1896,


L’œuf en or jaune strié repose sur son piédestal tripode d’origine, aux pieds en pattes de lion ciselées, et est entouré de guirlandes en or coloré suspendues à des saphirs bleus cabochons et surmontées de nœuds sertis de diamants roses. 
Il contient la surprise d’une montre de dame de Vacheron Constantin, avec un cadran en émail blanc et des aiguilles en or ajourées et serties de diamants. La montre a été sortie de son écrin pour être montée dans l’œuf et est montée sur charnière, ce qui lui permet de tenir debout. 
Réalisée dans l’atelier du bijoutier en chef de Fabergé : August Holmström, Saint-Pétersbourg, 1886-1887. Hauteur 8,2 cm. (Description de l’œuf, courtoisie de Wartski’s)




Son atelier était responsable de la production de bijoux de l'entreprise. La fille de Holmström
« Fanny » a épousé l'orfèvre de Fabergé, Knut Qskar Pihl.

Sa fille, Hilma Alina Holmström (1875-1936), formée à l'École des beaux-arts du
Baron Stieglitz était une créatrice de bijoux talentueux et elle a conçu des bijoux ornementaux pour Fabergé.


Alma  Thérésia Pihl  Nièce  de Hilma Alina Holmström 



Un oeuf de pâques impériales de Fabergé très important avec une surprise originale donnée par le Tsar Nicolas II à sa mère l'impératrice Maria Feodorvona à pâques 1913 par le maître ouvrier Albert Holmström, Saint-Pétersbourg, conçu par Alma Theresia Pihl,   la surprise gravée FABERGÉ 1913
Sur une base en cristal de roche formée comme un bloc de glace fondante, appliqué avec des ruisseaux de diamant rose montés sur platine, l'œuf détachable en cristal de roche articulé maintenu verticalement au-dessus par une épingle et avec des bordures de platine serties de diamant rose, gradué autour de la charnière et renfermant dans le haut une pierre de lune cabochon peinte au revers avec la date 1913, le corps transparent finement sculpté de l'œuf finement gravé à l'intérieur pour simuler des cristaux de glace, l'extérieur encore gravé et appliqué dans des canaux sculptés avec un serti de diamants rose similaire motifs en platine, s'ouvrant verticalement pour révéler la surprise, un panier en treillis à double anse en platine, serti de diamants roses et rempli d'anémones des bois, suspendu à un crochet en platine, chaque fleur sculptée de manière réaliste dans un seul morceau de quartz blanc avec tige en fil d'or et les étamines, le centre serti d'un grenat démantoïde, certains sculptés à demi ouverts ou en bouton, les feuilles délicatement sculptées dans la néphrite, émergeant d'un lit de mousse d'or, la base du panier gravé FABERGÉ 1913
Hauteur totale de l'oeuf 5 5/8in. (14,2 cm.); hauteur de l'oeuf 4in. (10,2 cm); 


L oeuf en Mosaique de Albert Holmström

Son fils Albert Holmström (Saint-Pétersbourg 21 octobre 1876 - 1er avril 1925 Helsinki) Il apprit son métier chez son père. Après sa mort en 1903, il reprend et dirige l'atelier avec le contremaître Lauri Ryynanen. Albert a continué à faire des bijoux avec la marque de son père. Ses chefs-d'œuvre étaient l'Œuf de mosaïque de 1914 et l'Œuf d'hiver de 1913. En 1920, il se rendit en Finlande et fit des affaires avec le fils d'August Hollming Vaino ; jusqu'en 1925, ils ont effectué des travaux de commandes, des modifications et des réparations.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_- 

Karl Gustav Johansson Lundell
,né à Loppi né le 26 septembre 1833, décédé le 29 mai 19 ?? Saint-Pétersbourg
Lundell était orfèvre à Saint-Pétersbourg. Sa signature se retrouve sur des étuis à cigarettes dorés, rares en association avec la marque Fabergé.


Poinçon de Lundell


Un étui à cigarettes Samorodok en argent russe par Karl Gustav Lundell, conçu comme le relief d'une écorce, avec une pièce de pouce du fermoir en saphir cabochon, 84 marque d'essai kokoshnik pour Saint-Pétersbourg 1908-1917, marque de marqueurs cyrilliques pour Karl Gustav Lundell

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

Anders Mickelson  est né à Pyhtää le 8 janvier 1839 et mort le 8 novembre 1913 à Saint Pétersbourg.
Il est venu à Saint-Pétersbourg en 1855 et est devenu un maître orfèvre en 1867 avec son propre
Atelier.


Poinçon de Mickelson


Etui à cigarettes en argent et or de Mickelson


Poinçon de Mickelson A.M.  Poinçon de marque de Fabergé


L'atelier des bagues se trouvait à Malkaya Morskaya Straíše 12. En 1863, il épousa Maria Hélène Tillander (1835-1907). Mickelson a fabriqué des étuis à cigarettes et de petits objets en émail pour Fabergé.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

 



Anders Johansson Nevalainen est né à Pielisjãrvi  le 1er janvier 1858 et décédé le 15 avril 1933 à Terijoki
Nevalainen est venu à Saint-Pétersbourg en 1874 et a été enregistré comme orfèvre en 1875.
Reçu Maître en 1885, il a d'abord travaillé dans l'atelier d'August Holmström et plus tard de manière indépendante exclusivement pour Fabergé. Il épouse Maria Karolina Liljerot (1860-1936) en 1884. Nevalainen a fait des objets en émail et des cadres en argent. Il était aussi un spécialiste des assemblages argent, céramiques et objets en bois.


Poinçon de Nevalainen


Kovsh en argent à anse ajourée feuillagée incorporant le rouble Catherine la Grande 1781 émaillé, les côtés du bol sont montés de deux pierres de lune. Marque d'Anders Nevalainen; Poinçon d'argent de Moscou de 88 zolotniks (1896-1908)
Provenance
Acheté par la tsarine douairière Marie Feodorovna, le 14 décembre 1907


Cadre rectangulaire en émail guilloché or et rose serti de quatre rosaces, à l'intérieur d'une bordure de feuille rigide et d'une crête de ruban ; la lunette en roseau contient une miniature de l'impératrice Marie Feodorovna (1847-1928), en buste, légèrement tournée vers la droite, vêtue d'une robe blanche avec un collier de perles et des boucles d'oreilles. Ce cadre a été fabriqué dans la succursale Fabergé de Moscou.
Cadre : Marque d'Anders Nevalainen ; Poinçon d'argent de Moscou de 88 zolotniks (1896-1908); C. Fabergé en caractères cyrilliques. Miniature : signée Zehngraf

Provenance : Vraisemblablement acquis par le roi Édouard VII et la reine Alexandra,
  
-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

Gabriel Sakarinpoika Niukkanen est mentionné entre 1898 et 1912 au 39 rue Kazanskaya. Il a fait des pièces en or et des étuis à cigarettes en argent qui portent rarement la marque de Fabergé. Niukkanen a été pendant un certain temps Chef de l'atelier de Fabergé à Odessa.


Poinçon de Niukkanen
 
Petite horloge de table Napoléon III, avec cachet GN (Gabriel Sakarinpoika Niukkanen, est mentionné.  Russie vers 1900. Or rose et jaune, argent, jade et pierres précieuses. L'horloge avec cadran signé en cyrillique et mouvement de montre de poche fin, Avec le timbre 56-Zolotniki. H 17 cm.


UN ÉTUI À ALLUMETTES EN OR ORNÉ DE BIJOUX, un objet étonnant de la maison Fabergé, du maître d'œuvre Gabriel Niukkanen, Saint-Pétersbourg, vers 1890,
le corps gravé de stries contrastées s'ouvrant sur le pouce bijou pour révéler des sections articulées comprenant un compartiment d'allumettes divisé et une surface de frappe, 56 hauteur standard : 4,2 cm (1 1/2 po).

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

Knut Ôskar Pihl  est né à Pohja 13 avril 1860 et mort le 22 août 1897 à Moscou
Pihl était apprenti dans l'atelier d'August Holmström, il est devenu maître en 1887 et s'est marié dans la même année, avec la fille de Holmström, Fanny (1869-1949). De 1887 à 1897, il est orfèvre en chef à succursale moscovite de Fabergé au 4 Bolschoi-Kiselni-Strafše, il était spécialiste des petits articles de bijouterie.

Oskar Pihl

 


Oeuf or, roses diamants et émail



Knut Oskar Pihl

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_


Woldemar

Oskar Woldemar Pihl né à Moskau 11 février 1890 – mort le 22 août 1959 à Helsinki) est né
en 1913, premier assistant du maître dans l'atelier d'Holmström, où il a principalement travaillé comme designer, il est ensuite devenu associé de la société Tillander à Helsinki.
Oskar Woldemar Pihl était un orfèvre russe d'origine finlandaise, petit-fils de l'argentier et orfèvre de renommée mondiale August Wilhelm Holmstrom. Le grand-père et le petit-fils étaient d'éminents maîtres d'œuvre de Fabergé.
Suivant les traces de son grand-père, Oskar apprend le métier et devient joaillier, il fabrique de petits objets tels que des épingles de cravate et des broches émaillées. Bien qu'il ait commencé son travail à Saint-Pétersbourg, après la révolution russe de 1917, il s'installe en Finlande, où il poursuit son parcours d'artisan. Plus tard, Oskar Pihl est devenu designer et directeur artistique chez Tillander, société finlandaise de fabrication de bijoux, fondée à Saint-Pétersbourg et actuellement basée à Turku, en Finlande.


Une broche de Oskar Pihl  en or, topaze bleue, diamants et perles 

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

Julius Alexandrovitch Rappoport 1864-1916
a été formé à Berlin par l'orfèvre Scheff. En 1883, il s'installe à Saint-Pétersbourg et travaille au 65 sur le canal Ekaterinsky Rappoport reçut la première médaille d'argent pour Fabergé, forgeron et spécialisé dans les services en argent, les grosses pièces en argent et les modèles animaliers.

 
Poinçon de Rappoport



Julius Rappoport (né Isak Abramovich), Kovno Lituanie 1851-1917 Saint-Pétersbourg, ancienne broche russe en or blanc et jaune sertie de diamants taille brillant, d'un œil rubis et d'une perle sur le bec, probablement inspirée de La Mouette (russe : Чайка, Chaika ) d'Anton Tchekhov, pièce qui connut un grand succès après la représentation du Théâtre d'Art de Moscou en 1898, sous la direction de Konstantin Stanislavski, L.10 cm., en coffret d'origine (revendue par INVALUABLE)

Il faut se méfier des faux Fabergé, Asca nous l'explique


Vous voyez ici un marquage de Julius Alexandrovitch Rappoport (1864-1916), qui travaillait dans ses propres ateliers pour la firme Fabergé, avec en-dessous le poinçon de titre de Moscou pour la période 1908-1917 et le titre de 88 zolotniki qui correspond à 916 millièmes, standard pour les article 'artistiques' de la maison Fabergé. Avec ce type de marquage, l'on n'est pas certain que l'objet ait été vendu par Fabergé car pour Moscou il n'y a pas de poinçon de chef d'atelier contrairement à St-Pétersbourg où il figure en principe toujours, mais les choses se gâtent en mettant ces deux marquages ensemble sur le même support car Rappoport n'a jamais travaillé à Moscou


Cet encrier impérial russe exquis est fabriqué à partir de verre à bulles contrôlées et dispose d'un couvercle à double aigle en argent sterling à charnière. IP signé pour Julius Alexandrovitch Rappoport, orfèvre russe et l'un des rares artisans d'origine juive de Fabergé. Julius Rappoport a ouvert son premier atelier à Saint-Pétersbourg au canal Ekateriniski en 1883, puis il a déménagé à Moscou pour devenir maître d'œuvre Fabergé.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

Wilhelm Reimer né à Pernau en Lettonie - décès vers 1898
Fabriquait de petits objets en émail et en or.





UN COUPE-PAPIER EN PIERRE DURE MONTÉ EN OR.  Revendu par la maison Bonhams
Fabergé, maître d'œuvre Wilhelm Reimer, Saint-Pétersbourg, vers 1890
le corps rectangulaire arrondi en néphrite avec monogramme couronné serti de diamants taille rose appliqué EM, norme 56 ; avec écrin Boucheron
longueur : 12,8 cm (5 pouces).

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

Philipp Theodor Ringe
avait son propre atelier à partir de 1893. 
Philip Theodor Ringe était un orfèvre et bijoutier livonien et un maître d'œuvre de Fabergé . Il est né à Riga en Livonie en 1824. Il était chef d'un petit atelier au 12 Malaya Morskaya produisant de modestes articles émaillés (sceaux, manches d'ombrelles, thermomètres, boucles de ceinture, œufs de Pâques miniatures, bonbonnières) en or et en argent. Il était travailleur à domicile pour Fabergé avec la marque 'TR'. Après sa mort, en 1894, sa veuve Anna Karlovna Ringe (1840-1912) était à la tête de l'atelier mais bientôt Anders Mickelson et Vassily Soloviev l'ont dirigé d'abord en tant qu'assistants, et indépendamment à partir de 1912.
 

Une intaille ancienne sur un étui à cire en or et diamants. Le boîtier rectangulaire en or, conçu pour loger un bâton de cire, cannelé et se terminant à chaque extrémité par une intaille de turquoise ou de cornaline et avec petits diamants taille rose, vers 1895, 7,4 cm de long, avec poinçon de Saint-Pétersbourg pour l'or 14 carats (avant 1896)

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

Féodor Ruckert  Feodor Ivanovitch Rückert, argentier et orfèvre d'origine allemande, maître d'œuvre Fabergé . Né en France en Alsace en 1840.
Il travaille avec Carl Fabergé à partir de 1887. Sa marque Ф.Р. (FR en cyrillique russe) se retrouvent sur des objets en émail cloisonné fabriqués à Moscou, vendus indépendamment ou par Fabergé. Il mourut à Moscou en 1917.
Beaucoup de ses œuvres en émail cloisonné que Fabergé a vendu portent les marques des deux sociétés à côté ou au-dessus de l'autre. Un certain nombre d'œuvres de Rückert (ses émaux cloisonnés facilement reconnaissables par leurs couleurs pastel et leurs thèmes Art Nouveau) ne portent que leur propre marque comme un signe qu'ils ont été déposés indépendamment.

 



Coupe de Féodor Ruckert, en émaux cloisonnés


Edouard Wilhelm Schramm
Né à Saint-Pétersbourg, d'origine allemande, probablement sous-traitant de Fabergé. Il fabriquait des étuis à cigarettes en or et de petits objets d'art en or, souvent martelés, et serti de cabochons. La plupart de ses articles ne portent que ses initiales.



 Bouton de sonnette de table : La forme ovoïde entourée d'une rangée de diamants taille rose, ornée d'un chat sculpté aux yeux de diamant, jusqu'au bouton poussoir avec borne en pierre de lune montée en vermeil, avec signature Fabergé, initiales pour Eduard Wilhelm Schramm, et 84, marques standard, avec boîte estampillée Fabergé


Un étui à cigarettes en or, armes impériales, maitre d'ouvrage Edouard Schramm, Saint Pétersbourg, probablement pour Fabergé
 1899 : la surface divisée en sections alternées de texture de roseau et de samorodok*, le couvercle appliqué avec une couronne impériale, cabochon pouce en saphir, la fin avec compartiment vesta, frappé des initiales du maître d'œuvre, 56 largeur standard : 9cm, 3 1/2 in.
Provenance
Selon la tradition familiale, cet étui a été envoyé par l'Empereur Nicolas II (1868-1918) à HIRH le Prince Héritier allemand Wilhelm (1882-1951) à l'occasion du baptême de son fils aîné, HIRH Prince Wilhelm, 1906. De là par descendance
Remarques
L'empereur était l'un des dix parrains du prince nouveau-né, avec les rois de Grande-Bretagne, de Norvège et d'Italie, mais n'a pas pu assister à la cérémonie, qui s'est tenue à la Marmorgalerie du palais de Neuen à Potsdam le 29 août 1906.
*Samorodok: La Technique du Samorodok (réticulation) Produit une pépite texturée 'Effet Froissé'.Ce résultat est Obtenu par le Chauffage de l'Or ou de l'Argent à une Température Proche du Point de fusion puis plongé Brusquement dans de l'Eau.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

Vladimir Soloviev. Il 
reprend l'atelier de Theodor Ringe après sa mort et réalise de petites pièces émaillées
Son empreinte se retrouve souvent sous l'émail des objets destinés au marché Londonien.
                 

Poinçon de Wladimir Soloviev


Un bol en néphrite monté sur argent (revendu par Christie's)

PAR FABERGÉ, AVEC LA MARQUE DU MAÎTRE D'OUVRAGE DE VLADIMIR SOLOVIEV, SAINT-PÉTERSBOURG, 1908-1917

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

Alfred Thielemann
Né à Saint-Pétersbourg de parents allemands, Maître dès 1858. Après 1880, deuxième atelier de joaillerie de Fabergé. Il produisait de petits bijoux et bibelots.
La marque de maître ne doit pas être confondue avec : Alexander Tillander A. Tobinkov (orfèvre avec Nichols et Plincke) ou A. Treiden  (peut-être un autre joaillier indépendant). Le fils de Thielemann, Karl Rudolph, a pris la relève de l’atelier de son père après sa mort, qui eut lieu entre 1908 et 1910.


 

 
 
Un collier en or, argent, opale et diamant, bicolore, marqué Fabergé, avec poinçon de maître d'œuvre "AT" pour Alfred Thielemann, vers 1900
Trapézoïdal avec coins supérieurs couronnés de feuilles de laurier, contenant un aigle impérial à deux têtes centré un blason serti de diamants et suspendant une opale pendante surmontée d'une feuille et d'une baie serties de diamants, dans son écrin de présentation d'origine en cuir bleu, le couvercle estampé d'un aigle bicéphale impérial en or, marqué sur les cosses de la chaîne.
1 3/ 8 po (3,5 mm.) de haut, sans chaîne
PROVENANCE Par tradition familiale, présenté à Isabella Harding, née Cockerill par Lady Emily Kingscote (1836-1910), née Curzon, Lady of the Bedchamber to Queen Alexandra de 1872-1907.
De là par descendance familiale.

Bague de Thielemann, les bagues sont rares dans la collection Fabergé


Un jeton en or russe du XXe siècle, poinçon du fabricant d'Alfred Thielemann, pour Fabergé, Saint Pétersbourg 1908-1917.'

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_



Stephan Wäkeva.  Né à Sakkijarvi le 4 novembre 1833 – mort le 17 juin 1910 à Saint-Pétersbourg
Wãkeva est venu à Saint-Pétersbourg en 1843 comme apprenti orfèvre, est devenu compagnon en 1847 et en 1856 Maître avec son propre atelier à Rozhdestvenskayastralše. Sa maison a fourni à Fabergé des objets en argent, des services à thé et à café et de l'argenterie. marié en 1856 a Lovisa Wilhelmina Ekstrom (1838-1905). Son fils Alexandre (1870-1957) prend la relève pour l’atelier après la mort de son père.
Son frère Constantin (1867-1902) travaille également dans l'atelier de son père



Poinçons de Wakeva





Service à Thé en Argent de Wakeva
Comprenant une bouilloire sur pied avec brûleur, une théière, un pot à lait, un sucrier à deux anses, un panier à gâteaux et un plateau ; chacune partiellement cannelée, la bouilloire et la théière avec des couvercles à charnières surmontés de cônes de pin, avec des isolateurs et des poignées en ivoire, les intérieurs sont marqués tout au long, également avec des marques suédoises d'importation.


Son fils Alexandre Wakéva



Un Samovar de Wakéva en argent et ivoire vers 1900

Si vous avez des documents, des photos pour compléter cet article, veuillez me les adresser à : richard.jeanjacques@gmail.com