vendredi 26 décembre 2008

La Route des Emeraudes




Cette émeraude gravée de 217,80 carats de 5cm10, de haut porte une gravure . C'est une prière islamique gravée en l'an 1107 de l'hégire, calendrier lunaire encore en cours dans le monde musulman, jusqu'au 28/12/2008 nous sommes en 1429.
 L'année 1107 équivaut à l'année1695 de notre calendrier, (un rapide calcul vous permettra de trouver que nous devrions être en 2017, tout simplement parce qu'une année hégirienne est plus courte qu'une année grégorienne d'environ 11 jours)

Texte de la gravure:
Ya rahman ya rahim, y a Allah,Allahouma sali Allah mohamed, oualla fatima, oualla el hassam ouael houssim, Oualla Mohamed oua jaafar oua moussa,oualli ou mohamed, oual habbib oual majjid el kheim.
Ce qui veut dire,
Ceci est une prière pour Fatima la fille du prophète Mohamed et ses deux enfants, Hassan et Houssein et ses descendants.


C'est de l'art Moghol du XVII ème siècle.
Les Moghols étaient de confession Sunnite. Les Moghols (descendants des Mongols) à cette époque voyaient leur déclin s'amorcer mais à leur apogée en 1687, ils occupaient pratiquement toute l'Inde.

Cliquez sur la carte pour agrandir
Source site aleph2at.free.fr

Il y a des émeraudes en Inde, au Pakistan, en Afghanistan!

Or cette émeraude vient de Colombie!

Ce n'est pas trop étonnant puisque les Espagnols avaient découvert l'Amérique en 1492 et qu'après ils continuèrent certaines routes maritimes vers l'inde.
Mais une boucle d'oreille, en or torsadé avec une émeraude, découverte lors de fouilles archéologiques en 1997 à Miribel dans l'ain, l'émeraude viendrait de la vallée de Swat-mingora au Pakistan, or cette boucle d'oreille est Gallo Romaine!

Quel chemin pour parvenir en Gaule! Théophraste et Pline l'ancien nous ont rendus compte de diverses provenances, mais quel crédit leur accorder, car ils évoquaient des statues, des colonnes en émeraudes (Ils se trompaient peut être un peu)!

Pourtant il citaient les émeraudes de Bactriane en Afghanistan, alors que la découverte de ces mines date de 1972
Alors d'où  provenaient les émeraudes présentes depuis le XVI° siècle dans les musées du Caire, De Moscou, de Téhéran, de Paris, de Londres, de Washington?

L'étude des inclusions permet pour certaines pierres d'assurer leur provenance, mais pas
 pour toutes les émeraudes? Décidément à qui se fier?

(je rappelle au passage que la législation française interdit de donner des provenances sauf cas précis!)
La science est venue à notre secours par le biais de l'analyse des Isotopes stables de l'Oxygène, par spectrométrie de masse et a permis d'élaborer une carte isotopique de l'émeraude et de ses gisements.

Loin de moi de vous faire un cours technique, ce n'est pas le but de ce site, mais l'analyse isotopique de l'oxygène sur une sonde ionique IMS 1270 permet d'effectuer une mesure sur une surface polie de la pierre sans l'altérer, juste un petit point en creux de quelques angstroms de profondeur, soit 1/10° de  milliardième de mètre donc invisible à la loupe.
Cette analyse est basée sur les rapports isotopiques18:O / 16:O qui permettent d'identifier la plupart des émeraudes.(je vous renvoie a : http://fr.wikipedia.org/wiki/Isotope)

Les techniciens français du C.R.P.G./C.N.R.S se sont aperçus que les émeraudes provenant
 de différentes mines avaient des rapports différents et après les avoir quantifiés, ils ont établis une échelle.
C'est comme une carte d'identité des émeraudes naturelles(ou synthétiques)
L'Oxygène est le constituant chimique le plus abondant de la croute terrestre et le constituant majeur de l'émeraude.
Vous devinez la suite, il devient possible de savoir avec certitude d'où vient une émeraude.

Il devient possible de pouvoir répondre aux questions que se posaient tout un chacun sur ces trésors ou s'étaient accumulées des émeraudes , ces émeraudes qui voyageaient du Caire à Istanbul en 1517, ou de Delhi à Téhéran en 1739: Les mines afghanes étaient elles déjà exploitées à l'époque d 'Alexandre le Grand? ou seulement découvertes, ou redécouvertes par les Soviétiques en 1976? L'émeraude de "Bactriane" n'avait elle existé que dans les livres de Pline l'Ancien?

Il n'y avait plus qu'a vérifier, ce que fit l'équipe du C.R.P.G./C.N.R.S . sur neuf émeraudes de diverses provenances.

Ainsi l'émeraude ayant orné le Lys frontal de la sainte couronne de France.



l'analyse indique une origine autrichienne.

Si la valeur isotopique indique trois gisements possibles pour cette émeraude, un au Zimbabwe, un au Brésil,et un en Autriche, il est retenu pour cette émeraude une origine Autrichienne confirmée par l'observation microscopique des inclusions de cristaux de mica et des inclusions fluides à eau et gaz carbonique comparables à celles décrites pour les émeraudes d'Hatchabal. Ces mines étaient déjà connues des celtes et avaient été exploitées par les Romains.




En revanche la valeur isotopique de la boucle d'oreille gallo Romaine de Miribel indique une origine de la vallée de Swat-mingora au pakistan.
Or ce gisement aurait été découvert en 1958!!!

L'émeraude brute provenant de l'épave du galion espagnol "Nuestra Senora de Atocha" a un rapport isotopique qui permet de vérifier d'où elle venait avant d'avoir été chargée sur ce bateau qui coula en 1622 dans dans le golfe du Mexique, elle provient sans aucun doute des fameuses mines de Muzo, et plus précisément des mines de Tequendama. L'origine n'est pas indiquée par les livres de bord du galion, car les émeraudes n'étaient pas enregistrées, mais l'origine est confirmée par l'observation des inclusions fluides triphasées a cube de sel.

 J'avais abordé le sujet des triphasés en Juin 2008 à l'adresse:
http://richardjeanjacques.blogspot.com/2008/07/le-triphas-dans-lemeraude-de-colombie.html

Pour vous informer de l'histoire de la découverte de ce Gallion par un américain, chercheur de
 trésor: 

http://money.unblog.fr/?s=odyssey Une découverte estimée à 500 millions de $
Ci contre, émeraude brute de l'oural
Donc ces émeraudes de Colombie étaient commercialisées partout en Europe, au moyen orient, aux Indes.

Reste les quatre émeraudes du trésor du Nizam d'Hyderabad, trois d'entre elles proviennent de trois mines différentes......de Colombie! La quatrième , provient des mines afghanes de la vallée du Panshir or ces mines étaient données comme découvertes au début des années 1970 et prospectées par les géologues soviétiques dès 1976. Donc ce résultat démontre bien que la découverte n'est pas si récente et que ces mines auraient été exploitées dès le XVIII° siècle.


Ainsi nous pouvons tracer cette route des émeraudes:
En noir, de Bogota vers Mexico, la route précolombienne de -500 jusqu'au 15 ° siècle
En jaune, la route de la Soie 18° avant Jésus christ jusqu'au 15°
En rouge la route Espagnole avant 1571
Partant Alexandrie et passant par Istanbul, la route Romaine, ~ 1500 avant Jésus Christ
En vert la route Espagnole après 1571


Les Espagnols ne ramenèrent des émeraudes en grande quantité, qu'a partir de 1546, pourtant Cortès avait ramené 5 merveilleuses émeraudes du Mexique, il les avait pillées dans le trésor du Souverain (Tlatoani) aztèque Axayacalt , il les fit graver d'ailleurs au Mexique, or a ce jour , aucun gisement d'émeraudes n'a pu être mis en évidence au Mexique ou en Amérique Centrale! Cela démontre que des échanges importants existaient entre les groupes socioculturels amérindiens , malgré des distances considérables. Ce n'est seulement qu'en 1545, après la conquète du Pérou que Pédro, Fernandez de Valenzuela se fit révéler la position du gisement colombien de Chivor, s'appropriant ainsi les mines des plus belles émeraudes.



Le 150 eme anniversaire de la Maison Boucheron est passé. Cette bague fêtait l' anniversaire.

N'allez quand même pas demander une analyse des Isotopes stables de l'Oxygène par spectrométrie de masse de ces émeraudes, elles sont belles et triées soigneusement et cela ne vaut pas la peine de faire faire une analyse pour des petites pierres.
Mais cette bague "Mystère" a vraiment de la "gueule"





Reférences bibliographiques:
Gaston Giuliani,Marc Chaussidon,Henri jean Schubnel,Daniel H Piat, Claire Rollion Bard, Christian France-Lanord, Didier Giard, Daniel de Narvaez, Benjamin Rondeau
Traduction de l'arabe: Ech Khaima, qui n'est autre que mon voisin.



mardi 9 décembre 2008

Faire de l' Or fin avec ses déchets



Un mot pour les lecteurs de ce blog qui ne sont pas des professionnels: 

Les Bijoutiers Joailliers liment, martèlent, découpent des plaques d'or, des fils....cela fait des limailles, des morceaux d'or. Tout cela tombe dans une peau en cuir ou un tiroir spécial situé au dessus des genoux. Régulièrement dans la journée ou selon les changements de métaux, ils recueillent ces déchets et les placent dans leurs boites à métal.
Ce sont des boites avec deux compartiments, le premier est un peu comme une passoire, qui laisse passer les limailles et se situe au tiers supérieur de la boite. Il y a une boite par métal employé, l'or jaune, l'or rose, l'or gris, le platine. Certains bijoutiers peignent une bande de couleur sur les boites pour éviter les erreurs (les étourdis comme moi).



Les morceaux de métal vont resservir pour des pièces plus petites .


Et les limailles vont être données à des laboratoires de traitement des déchets précieux. Il faut vous dire aussi qu'une partie de cet or travaillé, va sur le sol de l'atelier, et régulièrement le sol est balayé, poussières et autres déchets y compris. Nous récupérons tout , même les filtres de polissage, les vieux bains de dorures, etc. Autrefois les ateliers traitaient eux-même ces déchets, mais le temps passé, les acides à employer, les fumées....! Néanmoins, il peut être intéressant d'avoir à l'atelier, un peu d'or fin, pour sertir certaines émeraudes par exemple, pour relever le titre d'un morceau d'or refondu dont la pierre de touche ferait douter de sa teneur en or!

MÉTHODE ET RECETTE

Surtout, pas de fer ou métaux ferreux dans nos déchets, ce qui veut dire qu'il faut tout vérifier, tout passer à l'aimant et quelque fois découper en morceaux. Dans les boîtiers de montres anciennes, il y a la plupart du temps des ressorts pour l'ouverture des boîtiers! Dans les charnières de poudriers, de boites, se méfier des goupilles, remplacées souvent au cours de la carrière du bijou par des métaux ferreux..., tout ce qui a été fabriqué pendant la période 1939 à 1949 (on se débrouille en temps de guerre, et nombre de bijoux de cette époque qui me sont passés entre les mains étaient plus que douteux) Enlever systématiquement tous les ressorts des anneaux ressorts et des mousquetons, les soudures à l'étain, etc. 




PREMIERE CUISSON

Pour ce qui va suivre, il vaut mieux une hotte aspirante dans l'atelier, ou une très bonne cheminée chez soi, car nous allons polluer un peu. Il faut avoir une coupelle en porcelaine spécialisée, ou un récipient en Pyrex que vous poserez sur une grille en fer, ou une plaque, un substitut d'amiante (puisqu'elle est interdite maintenant) Commencer pour la première fois avec une petite quantité, moins de 30 grs de broutilles, les recouvrir d'eau, et ensuite seulement (l'inverse est dangereux) ajouter un tiers (par rapport à l'eau ) d'acide sulfurique pur.
Je sais que c'est difficile à trouver désormais, sinon selon ce que vous trouvez , variez les proportions en conséquence de façon a obtenir un Dérocher puissant (25%) qui va bouffer (dissoudre) tout ce qui est ferreux restant .
Chauffer jusqu'à frémissement pendant 10 minutes et laisser agir en refroidissant pendant 3 heures. Si l'or prend une couleur rouge et que le bain devient tout noir, vous le savez déjà, c'est le fer qui a donné cette couleur en se délitant.
Lorsque le dérocher est froid, vider la mixture dans vos récipients spéciaux pour donner à traiter, et non dans les Water comme autrefois, rincer plusieurs fois à grande eau. Faites bouillir les broutilles dans une solution saturée de bicarbonate de soude, rincer et sécher, si vous avez un vieux sèche cheveux, cela accélérera le processus de séchage. 




Les broutilles étant bien sèches, les peser, et ajouter trois fois le poids de cuivre rosette électrolytique si possible, car il est pur , vous pourrez l'obtenir en grenaille ou en bâtonnets de fil rond. Faites un lingot, pas trop large qui sera facile à laminer. Laminer en le recuisant autant que nécessaire. Lorsque vous arrivez à une épaisseur proche de la limite de jointure de vos deux rouleaux, ne recuisez plus, descendez à trois dixièmes de m/m, si le métal craquelle, se fend sur les cotés, pas d'inquiétude (ce n'est pas de l'or à 750!). Vous avez donc une bande de métal, très fine, coupez la en paillons de 3 à 4 m/m de large. Lorsque tout est coupé , chauffer sur un charbon avec une flamme molle, sans aller jusqu'au recuit, pour être sur qu'il n'y a plus de gras. Laisser à nouveau refroidir.

A NOUS LA CHIMIE ou l'alchimie

Reprenez votre coupelle en porcelaine ou en Pyrex (pas le saladier de votre femme) préalablement bien rincé. Préparez une solution d'acide nitrique (eau forte) à 80 % , huit parties d'acide et deux parties d'eau, 1 litre pour 100 grammes de broutilles. Poser au fond du récipient 2 ou 3 grammes pour débuter puis avec délicatesse verser quelques gouttes de votre eau forte diluée. N'oubliez pas d'aller faire cela sous votre hotte, car il se produit un bouillonnement violent et et une vapeur brun rousse se dégage. Ne laissez pas d'outils en fer ou acier a coté, car le lendemain ils auront changé de couleur, quant a vous, reculez un peu, c'est pas très bon pour la peau et les poumons. Quand le bouillonnement est terminé recommencer avec une autre petite dose, rien ne résiste à cette potion magique sauf l'or et le platine. Le liquide n'est pas intéressant, mais la boue qui reste au fond du récipient, c'est ce que vous cherchiez, c'est de l'or fin .
Rincer plusieurs fois jusqu'à ce que l'eau soit claire, laisser sécher. Cette poudre qui reste, récupérez là dans un papier de soie et faire un petit sac fermé, le poser dans un creuset, humecter d'alcool à brûler, allumer le papier de soie, cela va tenir la poudre.



Commencez à chauffer au chalumeau, la flamme va devenir verte, un beau vert bronze, ne pas s'inquiéter, ce sont les restes d'acide. Ajoutez du borax et fondre à flamme molle , petit à petit au fond du creuset va apparaître la belle couleur de l'or fin, ou presque...considérez par précaution que vous avez du 995/1000°.
Quelle cuisine, il ne vous reste plus qu'a couler , servez froid, n'oubliez pas de débarrasser, faire la plonge...du moins nettoyer tout.

Sources et photos
Bijouterie Zimmermann à Québec  id2sorties Robert arnold

samedi 29 novembre 2008

150 ans de BOUCHERON; One more time

Boucheron poursuit sur sa lancée pour fêter ses 150 ans et le rythme des événements ne faiblit pas à l'approche de cette fin d'année.
La maison de la place Vendôme, a remarqué un Joaillier Anglais, Shaun Leane,qui fourmille d'idées, qui innove en respectant une certaine tradition.
C'est un vrai joaillier, je veux dire un professionnel du marteau , de la lime et de la pince,ayant appris le métier en atelier. Il a commencé à 16 ans comme apprenti à Hatton Garden quartier de Londres, il a passé 13 ans dans un atelier.
Il a fondé sa propre marque en lui donnant son nom en 1999 et six ans plus tard il lance sa première collection. Pour BOUCHERON il crée ce collier merveilleux.

Cliquez sur la photo pour l'agrandirQuel travail, quelle légèreté, et quelle chance d'avoir une commande pareille! Souvent dans son histoire Boucheron à sorti cette ligne de base, une sorte de point d'interrogation, une ligne sobre que la main de nombreux joailliers a transmis au crayon qui coure sur une feuille de papier. Partir de la base du cou, et d'un trait après être passé derrière ce cou , redescendre vers la poitrine.
Encore faut il habiller ce trait, et Shaun Leane s'est inspiré d'une tige remplie de fleurs qui au cours de la journée peuvent s'ouvrir .
La corolle de pétales s'ouvre, nous laisse entrevoir les étamines et les pistils, ces derniers laissent échapper une fragrance de celle qui ne laisse pas indifférent certainement du "B" de Boucheron, et cela Shaun à l'instar de la vraie fleur l'a réalisé,car en effet, ses onze bourgeons s'entrouvrent.

Cliquez sur la photo pour l'agrandirAlors, en bon professionnel, un réflexe si vous avez le collier en main, vous le retournez pour aller voir comment il a fait "voyons...il les a mis ou ses ressorts" etc car un pro, retourne toujours un bijou pour voir la finition, les mises à jours (il faudra un jour que j'en parle) les assemblages etc.


Les fleurs sont en or noirci et pavées de diamants et de saphirs blancs et bruns alors que les coeurs sont pavés de rubis. Sous leurs épines acérées se cache un saphir lilas, taillé en poire de 15 carats, il est détachable et peut être porté séparément en sautoir.
Quelle complexité, Boucheron parle de 3200 heures de travail.

Détail d'une branche cliquez pour l'agrandir
Les fleurs s'ouvrent à la main , mais chacune d'entre elles est équipée d'un bouton permettant de les refermer, ce bouton est dissimulé sous les pétales.
Boucheron dit à son propos "qu'il transforme une femme effacée en femme fatale, sensuelle et irrésistible" Je ne doute pas qu'elle soit fatale pour se faire offrir un pareil bijou.

Mais ce collier me réjouit, car le métier ne s'éteint pas, les idées fusent, les couleurs sont hardies (les budjets aussi) mais la Joaillerie Européenne reste de grande qualité.

Cliquez sur le titre "150 ans de Boucheron, one more time", pour voir d'autre bijoux de Shaun Leane
Les photographies sont de Guy Lucas de Peslouan

lundi 24 novembre 2008

Des Soutiens Gorge en or et pierres précieuses



Fin 2007, début 2008, on fêtait les 100 ans du soutien gorge. L'ennui c'est que personne n'est d'accord sur la date de l'invention, sauf que dans les années 30 ce sont les grands couturiers et surtout Paul Poiret qui l'imposeront à leurs clientes.

Les Chinois ont créé en 2007 ce soutien gorge en or de 630 grs,  ajouré sinon quel en aurait été le poids!  2000 heures de travail ont été nécessaires pour le fabriquer en sertissant des pierres précieuses et un diamant de 7 carats 50



Celui-ci dénommé "Black Diamond Miracle Bra", est incrusté de 3775 diamants noirs, 177 diamants de 1 carat chacun, 34 rubis, 2 diamants noirs de 100 carats chacun.
Le joaillier qui l'a fabriqué est Martin Katz pour le compte de Victoria Secret.
Prix 5 millions de dollars
Si d'autres veulent faire plus cher, il faudra prendre des diamants Blancs et Jonquilles, et que le mannequin ait un tour de poitrine plus important!!!!!

Sources: jetsetmagazine.net et beijing information

Sont ils les premiers à avoir pensé à faire des soutiens gorge en or et pierres précieuses ?


Pendant longtemps, il a été le premier soutien gorge fabriqué en or. Il a été créé par Sven Bolstenstern à Vienne en 1970 le commanditaire l'avait fait fabriquer avec une intention publicitaire.
La pointe du sommet est ornée de quelques diamants. Cela ne parait pas, mais l'objet a été difficile à terminer car il fallait trouver la bonne tension pour les fils.
D'après Grahm Hugues, l'objet plus, bijou qu'utilitaire avait été acquis par Spritzer et Furhmann, de Curaçao.
Désormais, chaque année il apparait un soutien gorge encore plus cher , donc:

Mais aussi; 

Toujours Victoria Secret , un amas de pierres précieuses


2004 - The Heavenly "70" Fantasy Bra
Un examen approfondi de ce soutien-gorge montre un travail de conception thématique détaillé. Peut-être que cette création de 100 millions de dollars a été la naissance des Angels secrets de Victoria.



Adriana "Lima" pour Victoria secret: 2 millions de dollars



Adriana "Lima" pour Mouawad


Charme d'asie


"Victoria secret" 10 millions d'euros



C'est tout en diamants "Louise Boutin"


Soutien Gorge "Mercedes pour un prince Saoudien

vendredi 21 novembre 2008

BOUCHERON,150 ans: De la Bague au Parfum




Une bague inspire un parfum, elle existait avant même qu'on ne l'appelle Diablotine, en 1988, Boucheron modifie légèrement sa bague et la façonne comme le modèle ci dessus (dessin aimablement fourni par la maison Boucheron).
Parrallelement, Boucheron crée son premier Parfum Bijou et le baptise , BOUCHERON.
C'est le groupe: Yves Saint Laurent Beauté qui le fabrique. Ce parfum évoque;

Il est préférable que je vous laisse lire la définition, car pour moi , c'est olfactif, je trouve que tel parfum me plait et d'autres pas.
Mais c'est aussi un peu comme le Beaujolais nouveau, certains vous parleront de Banane, de framboises, de cassis....?
Pour les 150 ans Boucheron vient de lancer un nouveau Parfum.
Comme "Boucheron" est né de la bague Diablotine,
"Boucheron pour hommes " de la montre "Reflets",
"B" a pris corps au coeur des ateliers de Joaillerie, a partir de la collection "Exquises Confidences" qui incarne la volupté.
Le secret de "B" La taille Pompom, brèveté par Boucheron qui ne dévoile la préciosité de la pierre facettée qu'a celle qui la porte.





-Le Godron d'or, cher à Boucheron, (pensez aux montres)
-Ce flacon n'offre ses secrets qu'a celle à qui il appartient: Il faut l'avoir en main pour decouvrir le Poinçon du Joaillier
- Sa lumière, omniprésente se reflète à la fois dans le prisme de verre, la pierre du capot et le métal gravé Boucheron Paris.
- Après le règne du Saphir, avec Diablotine, voici venu celui de l'émeraude La plus féminine et la plus fragile des pierres précieuses.








Avant que Diablotine ne soit associée au premier parfum
Boucheron, elle existait déjà sous une forme très proche,
c'est un de mes amis "André Conte"qui en avait fait la maquette.
A cette époque,pour garder une trace en volume, nous faisions un moulage: il fallait presser fortement l'objet (après l'avoir bien savonné) à mouler dans de la plastiline, (pate à modeler) puis le retirer délicatement pour ne pas déformer. Après avoir fait un bord en zinc autour de la plastiline, il ne restait plus qu'a couler du platre a modeler. Nous pliions un petit fil de fer , en lui donnant la forme d'un U et le placions dans le platre au bord supérieur.
Une fois démoulé, l'objet apparaissait en relief.
Après il ne restait plus qu'a le placer au mur de l'atelier à coté de ses prédécesseurs. Comme archive c'était plus parlant qu'une photo de l'époque.

lundi 17 novembre 2008

Rocher, Dérocher.



ROCHER: C'est recouvrir de Borax en poudre lié à de l'eau ou de collobore les parties que l'on veut souder.
DEROCHER: C'est le décapage d'une surface métallique par un bain d'acide sulfurique (ou de nouveaux produits équivalents)
Vous prenez 9 parties d'eau pour une partie d'acide sulfurique que vous mélangez dans une bouilloire en plomb, et vous mettez les parties de métal précieux que vous aviez soudées entre elles
dans ce bain qui chauffe doucement, chaleur entretenue par une petite veilleuse au gaz.
Collobore: mélange d'eau et de borax, utilisé lors de la soudure afin de favoriser la fonte des paillons de soudure qui en sont imprégnés.
Paillons: minuscules parties de plaques de soudures laminées, decoupées à la pince pour être placés à la jonction des deux parties à souder.
Borax. Mineral réduit en poudre, utilisé en bijouterie pour isoler le point de soudure de l'oxygene sur les métaux précieux

Voir site de Michel Zimmerman au Québec:
http://www.zimmermann-quebec.com/methode_show.php?unikid=20070913154502

dimanche 16 novembre 2008

Qu'est ce qu'un Rifloir ? qu'est ce que la Sausse?

Je pourrais vous répondre:un outil pour limer dans les coins!

En réalité les rifloirs sont des sortes de limes qui ne sont taillées que par les deux bouts. Ces deux extremités sont fines ou grosses, en proportion du calibre du rifloir. Elles sont aussi recourbées afin de pouvoir s'insinuer dans tous les coudes ou leur usage est nécessaire. Ils servent en Bijouterie Joaillerie et orfèvrerie, mais aussi en modelage ou en sculpture.



La SAUSSE:
Ce sont des liqueurs chaudes, composée de sels et de vert de gris (CH3 CO2)² CU, CU(OH)² H2O) pour donner de la couleur à l'or: même là, il faut touiller!!

Depuis l'antiquité, on le fabriquait en immergeant des morceaux de cuivre dans des tonneaux de vinaigre brulant ou des tonneaux de marc de raisins aussi riche en acide acétique que le vinaigre.

Alfred Bernard MEYER : l'émail au service de la joaillerie, mais aussi de la peinture impressioniste

 De tous temps, les émailleurs on été associés aux Joailliers Alfred-Bernard Meyer est né à Paris le 22 juillet 1832 dans le 8 eme arrondiss...