mercredi 8 juin 2011

Très beau cours de Gemmologie gratuit! Hommage à Nora Engel





Nora Engel est décédée au mois de Fevrier 2011, j'allais assez souvent  sur le site internet ou elle officiait.
C'était un plaisir et pourtant j'ai étudié la gemmologie avec Dina Level et Mr Goebbel (j'a passé mon brevet professionel il y une quarantaine d'années) mais plus j'avance en age et plus je m'aperçois que je ne sais pas grand chose alors sur ce site Kasuku , je me rendais sur ce site pour consulter des informations de haut niveau mises gratuitement à la disposition de tous par une équipe de merveilleux "Vulgarisateurs" rien a voir avec le sens de "Vulgaire" traduction du latin qui veut dire bas-peuple, au contraire La vulgarisation est une forme de diffusion pédagogique des connaissances qui cherche à mettre le savoir (et éventuellement ses limites et ses incertitudes) à portée de tous et chacun.



Une équipe en Suisse s'était constituée avec ce but, faire partager leurs connaissances sur les secrets de la nature qui nous entoure, les minéraux, les roches, les météorites les pierres précieuses etc.

Cette équipe a pour nom Kasuku, c'est le nom du perroquet de Jacques Deferne, qui est  docteur es science

 de l université de Genève, Kasuku est né dans une ile sur le Lac Kivu. Il avait été offert à Jacques Delerne  au Zaire et a partagé sa vie pendant 36 ans.
Nora Engel était chargée de recherche au Museum, diplômée de l'ecole polytechnique de Zurich , docteur en cristallographie de l université de Genève. Elle avait enseigné la gemmologie à la haute école des Arts décoratifs de Geneve.
Jacques Deferne m'a adressé un mail que je vous livre



Cher Monsieur,
Nora Engel est décédée du cancer qui la rongeait depuis une dizaine d'années. Sa dernière année de vie a été horrible mais elle est restée debout jusqu'au dernier moment. La voyant très mal, je l'ai emmené à l'hôpital où elle est décédée quelques heures plus tard.
Amitiés, Jacques Deferne







Le lien que j avais fourni fonctionnait mais apres sa mort, il a disparu
J avais gardé le cours, copiez le lien ci-dessous et coller le sur un moteur de recherche.




mardi 3 mai 2011

Très intéressante vente d'Orfèvrerie chez Sotheby's le 17/mai/2011 à Paris

N° 89 cliquez pour agrandir


C'est une vente d'Orfèvrerie , mais aussi de boites en or et d'objets étonnants.
Elle a eu lieu le 17/5/2011 chez Sotheby's en deux vacations une le matin et une l'après midi, 249 sur 250 pièces ont été dispersées, certaines pièces étaient estimées à 400.000€ mais ce n'est pas ce que j'ai choisi, j'ai préféré vous présenter des pièces inhabituelles parmi toutes celles rassemblées par Thierry de Lachaise  le directeur du Département d'Orfevrerie de Sotheby's.
Au passage je vous signale que Sotheby's est le N°1 pour les ventes d'orfèvrerie en France.

Ci-dessus un rare et étrange navire en Argent probablement fabriqué aux alentours des années 1950, regardez les canons, les drapeaux. Les canots de sauvetage et les cheminées sont amovibles, les fenêtres sont en verres colorés, il y a des incrustations de nacre sur ce socle qui est en bois peint et de plus , à l 'intérieur, une installation electrique.
Ce bateau apparait dans une scène du film  Indien "Awara" réalisé par Raj Kapoor en 1957 Vendu 6250€

Cliquez pour agrandir


Un flacon de senteur, une fabrication Allemande,
ciselé d'oiseaux et de fleurs le capuchon se devisse.

7cm50 de haut et une estimation de 2000 à 3000€

J'oubliais , il est en or et agate


Vendu 3125€





Ci contre

Un éléphant en Ivoire avec son palanquin en Vermeil , décoré de pierres précieuses

Origine Ceylan 

Vers 1900

8 à 12000€
Vendu 10.000€




cliquer pour agrandir





Couverts de Voyage

Or 750/1000° par Gustave Keller

Fabriqué aux environs de 1900, probablement pour le Yacth Royal egyptien 

Le "MAHROUSSA"






Etui à cigarette or 750/1000°
Avec compartiment à Allumettes

Signé Cartier et numéroté 

Vers 1960

Estimé 4 à 6000€

Vendus 8125€















Poudrier en or et émail noir
Serti de pierres précieuses
Van Cleef et Arpels Paris vers 1925




Vanity Case en or fabriqué par "Chanteloup"  Paris vers 1960

Estimation 3000 à 4000€


vendus 4375€









cliquez pour agrandir

Mascottes de Voitures

Ce sont des bouchons de radiateurs de voiture en métal argenté par Antoine Bofil à Paris, début du XX eme
Ours sur bouchon à vis, de radiateur et Kangourou sur socle de marbre.











cliquez pour agrandir








Théiere, plateau, pot à crème, c'est en cuivre avec des motifs en argent
Par Gorham Providence de Rhodes Island  1882-1886
Vendu 6.875€



Etonnant porte cure-dents en argent en forme de Taureau par Servando de Llamas de Cadix vers 1840
Estimation de 2500 à 3000€  vendu 2500€


cliquez pour agrandir toutes les images
Classique , mais...

Paire de grandes aiguières  recouvertes d'argent
Travail de Johan Ignaz  Wurth à Vienne en 1781

Proviennent du service de Saxe Feschen

50 à 80.000€  

41.5 cm de haut


Vendues 103.950€






Cliquer pour agrandir

Paire de chandeliers à deux lumieres en argent par Jean Baptiste Cheret 
Paris 1764-1765
34 cm de haut, 30 à 50.000€  vendus 41.550€




Un taille plume royal
En écaille et or , décoré en piqué point de fleurs de lys sous la couronne de France sur l'anse dévissable, lame rétractable sur le côté, les montures en métal doré, petit compartiment au-dessous 



Monstrance

Terme du moyen âge. Petit coffre plus ou moins précieux où l'on conservait les reliques.
Monstrance en vermeil, émail, émeraudeset perles de différentes formes apparemment non poinçonnée, probablement originaire du Pérou fabriquée à la  fin du XVII eme siècle. 
Bouillon couvert à deux anses et son présentoir en porcelaine
La porcelaine vers 1672 à 1722 .
Le travail de l'argent vers1744 à 1750
35 à 45000€


Cliquez pour agrandir




Une coupe ronde , rare pièce argent sur pied argent probablement fabriquée en France vers 1180.
Elle fait 18cm 60 pèse 253 grs et est estimée entre 300 et 400.000€


http://www.sothebys.com

dimanche 1 mai 2011

Bijouterie Clerc Bourguignon: Le personnel en 1941

Lorsque j'ai publié la liste du personnel de Van Cleef présent place Vendôme en 1941, je pensais que tous avaient disparus
Mais certains avaient des enfants qui a leur tour devinrent des salariés dans la maison  après guerre et j'ai eu le plaisir d'etre contacté par deux d'entre eux.
Une de ces personnes a dit à un de mes anciens apprentis "Votre maitre d'apprentissage a cité ma Maman dans son livre L Histoire des Van Cleef et des Arpels.


Photo fournie aimablement par Mr Robin
Vitrine de Clerc Bourguignon classée MH


Alors je renouvelle l expérience avec la bijouterie Joaillerie Clerc en espérant que leurs enfants  les reconnaitront sur ce blog.
Alice Bonnenfant, épouse Baudet née le 10/4/1900
François Depoix né le 18/3/1874
Madame Sassi épouse Depoix née le 22/1/1897
Henri Galois né le 15/7/1891
Joseph Crechet né le 13/12/1868
Pierre Genestier né le 17/3/1892
Georges Huet né le 7/3/1875
Leon Kleffer né le 28/12/1899
Henri Lagnaux né le 13/11/1886
Fredéric Lévêque né le 16/8/1882
Henri Muillet né le 14/7/1906
Maria Nicole née le 11/11/1901
Arnaud Rousseau né le 22/11/1872
Marguerite Druet épouse Bar née le 9/4/1902
Henriette Daudet épouse Coutem née le 11/7/1889
Max Lusher né le 13/5/1890
Emile Weber né le 26/2/1908
Louis Vincent né le 2/5/1871

Photo fournie par Mr Robin
En 1941 Mr Biney l'administrateur français nommé par les allemands nota pour le commissariat aux questions juives que tous ces gens étaient des Aryens c'est a dire de bons français (d'après le régime de Vichy!!!!) et  il inscrivit à part et en dernier avec quelques mots d'explication;


Renée Marie Bloch épouse Martin
Française Israélite née le 15/1/1884 demeurant 25 rue jean Daudin à Paris, veuve de magistrat tué au cours de la guerre 1914/1918.
Il semble qu'elle ne fut pas mise à la porte, contrairement aux deux membres du personnel de Van Cleef et Arpels que l'administrateur Bry, avait licencié.


Mr Biney avait ajouté:"employée à la comptabilité, sans contact avec le public"

mardi 26 avril 2011

L'Etonnante Histoire de la Bijouterie "CLERC" place de l Opéra à Paris




Un très beau site "La parisienne de photographie" nous permet de voir une photographie ancienne de la bijouterie Clerc, Place de l opéra à Paris (voir*1)
C'est devenu la vitrine de la Maison Maty, (point rouge sur la photo) au coin du boulevard des Capucines et de la place de l'Opéra, au N°4, en face de Lancel, et du Café de la paix. Le magasin ci-dessous sur ce cliché Google est classé monument historique (Voir*2°)ce qui nous permet de retrouver l'atmosphère et l architecture commerciale des années 1900.

Cliquez pour agrandir et voir les détails

La place de l'Opéra et le boulevard des Capucines (qui tire son nom du couvent des Capucines qui allait de la place vendôme au boulevard) ont été conçus par le Baron Haussmann, mais notre histoire ne commence pas a cet endroit.
Charles Rémy CLERC avait créé son premier fonds de commerce au 64 rue de la chaussée d'Antin en 1874, un magasin situé à l angle de la rue de la victoire (celle du retour d'Egypte de Bonaparte) et de la rue Chaussée d'Antin.

Le temps de démarrer son affaire et il épouse en 1877 Mademoiselle Julie Aubertin. Ils eurent trois enfants:Charles, Paul et Jean.
Une opportunité se présente en 1894, Mr Charles Rémy Clerc acquiert un magasin boulevard des Capucines au N° 11, très bien placé, la bijouterie Fondée par Monsieur Bourguignon, dont il garde le nom.
Mais une autre opportunité se présentait 4 ans plus tard et il prenait en location la boutique contiguë au Magasin Bourguignon.
Ce fonds de commerce fut acheté à Messieurs Papegay et Marchex.
C'était le même immeuble et cela faisait l angle du boulevard des Capucines et de la place de l opéra au N° 4.
Monsieur Clerc pensait à ses fils et espérait laisser un magasin a chacun des trois fils.
Mais la guerre de 1914 survint , son fils Jean fut tué. 
La famille dit qu'il fut blessé à Montfaucon, près de Verdun.





Monsieur Clerc ne s'en remit pas et d'après son fils Paul, il ne put survivre a son Chagrin et décéda le 11/6/1915.
Paul Clerc était mobilisé lui aussi , il était au front quand la succession fut réglée le 18/2/1916.
Deux mois après la clôture de cette succession madame Clerc s'associait avec son fils aîné Charles.
Association en nom collectif pour l'exploitation des magasins. Madame Clerc avait conservé les fonds de commerce;
Clerc à la Chaussée d'Antin
Clerc Place de l'Opéra
Bourguignon Bd des Capucines
Pourquoi Paul Clerc ne réagit pas immédiatement? Il était retourné en Algérie ou il avait des intérêts dans la conduite de très importants domaines agricoles
Cette association se poursuivit pendant 8 ans, madame Clerc décédant le 21/4/1924.




Il y avait une clause dans le pacte social qui stipulait que Charles le frère ainé aurait en cas de décès de son associée (Madame sa mère) la faculté de conserver tous les établissements sociaux et l actif en dépendant, à charge pour lui de payer honorablement son frère Paul Clerc d'après la valeur du dernier inventaire.
Stupéfaction du jeune frère qui découvrit cette clause chez le notaire, ce dernier l'informant qu'il ne pouvait échapper à celle ci et devait "la subir".


Le Matin 01-1932: les deux bijouteries

D'après Paul Clerc "Ce pacte donnait à mon frère Charles la faculté de conserver les fonds en règlant à son frère (moi même) la valeur préalablement fixée, me contraignant donc à recevoir en espèces et à forfait"
Son frère Charles était dans la place, Charles conserva les fonds de commerce, les exploita seul et à son profit.


Au centre de l image Bijouterie Clerc Bourguignon après la guerre de 1914


















Paul reçut une" part à valeur infime et grotesque"
Quelques exemples
Le loyer des fonds de commerce 187.000frs et pourtant la clientèle, le droit au bail, l'achalandage furent inscrit à la valeur de 55000 frs!!!! Or deux ans après Charles va revendre non pas 55000 frs mais 5.000.000 frs et Charles se réservait le stock 3.865.000frs
En mai 1926, deux ans après, Charles fait une grosse faute de gestion et demande à être mis en liquidation judiciaire.
Mais pour ne pas tout perdre, il créa une société pour que celle ci puisse intervenir à sa liquidation judiciaire.
Il s'adressa à un ami de son père Mr Boyer qui était directeur de la "grande maison de Blanc".






La Grande Maison de Blanc 6 Bd des Capucines,
face à la bijouterie Clerc, cliquer pour agrandir


Mr Boyer parla de la proposition faite par Charles à son administrateur délégué Edouard Raphael Worms, qui proposa aussitot une combinaison permettant de créer une société anonyme avec deux autres amis Mr Bloch et un américain, Mr Sasportas.
La Société s'appela "SA des Maisons Clerc et Bourguignon" et intervint à la liquidation judiciaire en prenant en charge le paiement intégral du Passif (à 100% des créances)(voir annexe *5° en bas de cet article)
Paul Clerc qui se trouvait en Algérie au moment de cette transaction a hésité à attaquer en nullité, ce fut une erreur.
D'après Paul ... qui attaquera plus tard en justice, la liquidation fut faussée par Mr Worms en plein accord avec le liquidateur judiciaire Mr B......



Cliquez pour agrandir

On comprend Paul Clerc qui réalisa le préjudice subi à la succession de sa mère. Il s'en aperçut doublement en comparant les chiffres du dernier inventaire au bilan et ceux obtenus par le commissaire priseur chargé de la liquidation.
Il va en procès une première fois et perd, mais beaucoup plus tard le 10 mars 1942, la cour de cassation admet le pourvoi de Paul et porte la décision d'annuler les décisions rendues par le 1er et le 2 eme degré.
Et c'est là que tout se corse, car entre temps la 2 eme guerre mondiale se déclenche et surtout l'Aryanisation de la" maison Clerc et Bourguignon."

Tout d'abord il est intéressant de signaler que les acquéreurs et complices de Charles Clerc fils, Messieurs Worms, Bloch et un américain Mr Sasportas ont cédé bien avant la guerre, le 26/11/1932 leurs actions à un de leurs amis, Monsieur Liebman .et d'après Paul Clerc, les trois hommes étaient des hommes de paille de Monsieur Liebman, car ce dernier avait 15850 actions sur 16000.
A partir de cette date il n'y a plus de membres de la famille "Clerc" dans l'affaire.
Fin 1940 la société "Clerc et Bourguignon" est déclarée juive en raison de la "personnalité" de son président du conseil d'administration et principal actionnaire Mr Joseph Liebman qui a quitté la France en juin 1940, avec ses actions, mais aussi 3.800.000frs de marchandises.(voir *3°)



L'occupant allemand désigne alors un commissaire gérant (un administrateur) Mr Biney qui demeurait 3 boulevard Saint Germain le 14/3/1941.
Mr Biney voit ses pouvoirs confirmé par les autorités françaises par arrêté du secrétaire d'état à la production industrielle en date du 9/5/1941.

Mr Biney doit trouver un repreneur qui soit un bon français, aucun problème; ils sont nombreux a se proposer.

Mr Biney l'administrateur nommé par les autorités allemandes dit tout ce temps, que Monsieur Liebman est parti en emmenant toutes les marchandises, mais le 16 mai 1941.....
Mr André Vincent en tant que directeur de la société Clerc et Bourguignon ,  sollicite un laisser passer (ausweis) pour accompagner Mr Biney à Perpignan car :
"lors de l exode un stock important ( 2.233.246frs) a été déposé par moi à Perpignan, il est indispensable de le controler et de le réintégrer à l'actif de la société"
Dans un premier temps les autorités d'occupation ne donnent pas ce laisser-passer.
NDLR. c'est quand même une époque étonnante, car le propriétaire est Monsieur Liebman, mais le directeur  en qui Mr Liebman devait avoir confiance le trompe pour récupérer ce stock . c'est donc une confiscation totale!!!

Finalement,  avec l'insistance de Monsieur Biney, il se rend à Perpignan va voir un huissier, monsieur Albert Mola installé 17 rue de la cloche d'or. 
Cet huissier va récupérer la partie du stock qu'André Vincent avait déposé au comptoir National de Paris au compartiment N°15 du coffre 3 de la succursale
"Deux lettres(envellopes) et un paquet cacheté et scellé à la marque d'une figurine  dénommée Biliken"

   


Le Biliken est une petite poupée crée par Florence Pretz aux états unis, elle dit avoir vu ce personnage dans ses rèves.
C’est en 1908 qu’elle fait breveter sa petite statuette porte bonheur.
Biney et l huissier vont à la salle des coffres, Biney avait la clé et le chiffre secret (n° 642) ils ont retiré le paquet et la petite mallette; ne les ont pas ouvert, mais ont contrôlé que c'était lourd.
Et voilà!...pour 146frs90 de frais d'huissier l'administrateur récupère et confisque plus de 2 millions de francs de stock (ndlr)

L'administrateur vend les fonds de commerce "aux conditions suspensives de l'autorité allemande et paiement comptant" (ce qui ne sera pas le cas), à la société "Bijouterie de l Opéra" dont le président du conseil d'administration est Monsieur André Vigouroux.(voir annexe *6°)
Monsieur Vigouroux est expert en Bijouterie installé 5 rue de Chateaudun, il est né le 17/11/1900 à Epone.
Il restait aussi au commissaire gérant à recevoir l'accord préalable du Comité d'organisation des industries des métiers d'art de Paris qui répondit favorablement le 5/8/1941, et donna son avis sous cette forme:
"La Personnalité des acquéreurs, tous honorablement connus, n'appelle aucune réserve, les conditions de la vente correspondant à la valeur du fond"
Evidemment le commissaire aux comptes Mr Lamer donne son avis favorable.


Pourtant Mr Jean Rouvière, docteur en droit rue Stanislas dans le 6 ème arrondissement fit une lettre au fameux Docteur Blanke adressée au Majestic de Paris.(*4°)
Monsieur Rouvière explique à Blanke que "Paul Clerc est le fils d'un bijoutier Parisien très connu dont les immeubles principaux sont situés place de l'Opéra " et qu'à sa mort les fonds de bijouterie au lieu de tomber dans la succession de Mr Clerc sont devenus propriété de sa femme au préjudice des deux enfants, Paul et Charles Clerc.
Paul Clerc a été "frustré de sa part successorale en raison de la clause du contrat de mariage et tenue alors pour licite mais pourtant déclarée illicite par la cour de cassation".

Monsieur Rouvière demande donc aux autorités allemandes de l'aider à résoudre ce problème. En même temps le chef de la police aux questions juives explique lui aussi au commissariat général qu'une procédure étant en cours, cela risque de compromettre la vente, mais rien n'y fait, la vente est publiée à la Gazette du Palais le 11/12/1941.
Paul est d'ailleurs débouté le 4/7/1942 par le directeur général de l'Aryanisation au prétexte que les biens juifs doivent être vendus rapidement. l'affaire est conclue.

En juillet 1944, l administrateur  Biney rend compte de ses mandats et il révèle:
"La Société Bourguignon et Clerc n'avait jamais enregistré depuis 15 ans que des résultats minimes et souvent déficitaires". pendant l'administration de Mr Biney l'entreprise a réalisé plus de 9 millions de bénéfices, considérés par l'administration comme exceptionnels passible de 80% d'imposition)  et d'ajouter
"cette disposition s'est aggravée du fait que le Juif Liebman (15850 actions sur 16000) à emporte lors de son exil en Amérique, pour 2.357.314 frs de bijoux ce qui constitue une perte pour la société."
Alors que les contributions directes entendent considérer cette soustraction au même titre qu'un bénéfice c'est a dire passible de 80% d'impot soit plus de 4 millions, et le 17 juin 1944 la recette perception du 2 eme arrondissement refuse le dégrèvement de 1.808.016 frs et l encourage a régler le plus vite possible." 
Il signale aussi que la Société Clerc et Bourguignon possédait à Neuilly une maison estimée 1.900.000frs au 31 rue de la Saussaye  et qu'elle figure à l'actif de la société.
Les acquéreurs "Vigouroux et cie" ne l'ayant pas reprise l'administrateur Biney la loue à Mr Walter KLEIKNECHT sujet allemand .

Mr Biney signale aussi qu'il y avait un fond de commerce a Monte-Carlo place du Casino, mais la principauté étant considérée comme un pays étranger...impossible de l'aryaniser.



A la fin de la guerre Monsieur Liebmann rentre en France et fait une demande de réparation au ministre des finances, il semblerait qu'il n'ait pas obtenu satisfaction car j'ai vu un document de Mr Liebman demeurant à N...... en 1961 qui autorise le FSJU le fonds social juif unifié à consulter le dossier au service des restitutions au 71 bd Pereire.......Je fais des recherches sur cette demande, pour l'instant sans réponses (* textes  mot pour mot en annexe 7°)
En 1946 Paul perd définitivement,  et cela nous vaut un arrêt apparemment extrêmement important pour la gent judiciaire sur:
"L’action en nullité d'un partage en raison de l’erreur commise dans l’évaluation d'un bien"
Comment s'est terminée l'histoire?  plusieurs hypothèses sont possibles!

Que sont devenus Monsieur Vigouroux, Monsieur Liebmann, Charles et Paul Clerc? il y a peut être des descendants pour nous l'expliquer?
Sur Ebay ou d'autres sites de vente certains parlent de montres fabriquées par la maison "Clerc et Bourguignon", mais cette maison ne fabriquait pas de montres (à l inverse de la maison Maty qui a revendu cette branche à Timex) elle faisait faire des montres dont le cadran était marqué à son nom.
Un site intéressant présente une montre Jaeger Le Coultre dont le fond est gravé "Clerc" www.montresanciennes.com


En 1907 et 1912 il y eut deux cambriolages.


 
cliquer pour agrandir 


 
cliquer pour agrandir

1912. Allez sur ce lien et cliquer pour agrandir la page de la BNF

ftp://ftp.bnf.fr/056/N0564519_JPEG_1_1EM.jpeg.jpg

Texte en clair cidessous
AUDACIEUX CAMBRIOLAGE PLACE DE L'OPÉRA
300.000 frs de bijoux volés en cinq minutes.
La bijouterie Clerc, sise au coin du boulevard des Capucines, et de la place de l'Opéra, a pour annexe une seconde boutique contigüe sise au numéro 11 du boulevard,et sur la devanture de laquelle on lit le nom
de « Bourguignon » . En réalité, ces deux magasins n'en font qu'un et appartiennent au même propriétaire, M. Clerc. Mais l'un, la maison « Bourguignon », est affecté à la bijouterie de deuil et d'imitation, tandis que l'autre vend exclusivement la joaillerie fine de brillants ou de pierres de couleur.
Ces deux magasins communiquent par une porte dérobée, masquée, dans le magasin « Bourguignon, par un panneau de bois, et dans le magasin « Clerc » par une glace.
La garde des deux magasins peut donc être assurée, pendant la nuit, par une seule et même personne. Elle l'était en fait par un honorable garçon, M. Jacques Chaumien, âgé de trente-cinq ans au service du bijoutier depuis douze ans. Chaque soir, le gardien installait son lit dans le « magasin
Bourguignon », il laissait la porte de communication entr'ouverte et il était prêt, ainsi, à répondre à la moindre alerte, quelle vint de l'une ou de l'autre boutique.
En outre, M. Chaumien était secondé, dans sa surveillance, .par un vigoureux dans le magasin Clerc. Par une coïncidence qui n’est peut être pas l'effet du seul hasard, ce chien était tombé malade avant
hier et. on avait dû le transporter dans une infirmerie vétérinaire.
Le gardien était donc demeuré seul pendant la dernière nuit. Aucun bruit insolite ne parvint à son oreille vigilante, et c'est avec l'esprit le plus tranquille que le brave homme se leva hier, vers six heures du matin.
Comme il avait coutume de le faire, il descendit au sousol pour y procéder à ses ablutions. Ln quart d'heure plus tard, il remontait dans le magasin. Il commença par aller dans le magasin, puis après avoir balayé, il sortit pour relever les rideaux métalliques qui, pendant la nuit, ferment la devanture.
Découverte du vol
Lorsqu'il rentra dans le magasin, c'est-à-dire tout au plus cinq minutes plus tard, le gardien vit un ecrin sur le parquet. Saisi d'un juste soupçon, M. Chaumien s'approcha de la vitrine au pied de laquelle se trouvait l'écrin. Il s'aperçut alors que la porte en avait été ouverte, puis repoussée légèrement, et que sur les rayons plusieurs écrins manquaient.
En une rapide inspection, le garçon de magasin s'assura qu'aucun individu suspect ne se trouvait dans la maison, puis, par téléphone, il manda son patron.
Le bijoutier arriva quelques instants plus tard. En examinant la vitrine cambriolée, il reconnut que le voleur avait dérobé deux pendentifs ornés de brillants, un troisième garni d'un gros saphir, une rivière de diamants et une vingtaine de bagues montées de diamants ou de pierres de couleurs, le tout d'une valeur de trois cent mille franc?.
Seule, la hâte avec laquelle le cambrioleur avait dû opérer pouvait expliquer qu'il
eût négligé d'emporter un collier de brillants et une aigrette ornée d'une superbe topaze qui se trouvaient à côté des bijoux dont il s'empara.
En attendant l'arrivée du commissaire de police, M. Peschard, qu'il avait fait aussitôt prévenir, le bijoutier s'efforça d'élucider dans quelles conditions le malfaiteur avait pu s’introduire dans son magasin.
Un fait était établi c'est qu'il n'avait pu y entrer par la porte ouverte sur la place de l'Opéra pendant le court intervalle de temps pendant lequel M. Chaumien était absent.

CLERC dans la vie de l ecrivain Modiano

Modiano raconte cette anecdote extraordinaire. Enfant, il reçoit d'un bijoutier de la place de l'Opéra le Prix de la Plume de Diamant : un stylographe à réservoir d'encre. Sa mère à court d'argent veut le déposer au Mont-de-piété qui le refuse : la plume est en pacotille. Quelques jours plus tard des voleurs s'introduisent chez elle et, croyant qu'il a de la valeur, volent le stylographe, mais laissent l'étui! Trente ans après, Modiano rendant visite à sa mère constate que celle qui n'a jamais lu aucun de ses livres, n'a conservé aucun de ses souvenirs, est toujours en possession du vieil étui — coquille vide et dérisoire à l'intérieur de laquelle est encore gravé le nom du bijoutier : Clerc Modiano subtilise l'objet l'emporte chez lui où il repose toujours sous une fine pellicule de poussière et de feuilles mortes.


LA BIOGRAPHIE MODIANO PAR GÉRARD DE CORTANZE



Ile-de-France ; Paris ; Paris 02

adresse 4 place de l'Opéra ; 11 boulevard des Capucines ; 34 rue du 4-Septembre
dénomination
magasin de commerce ; immeuble
éléments protégés Monuments Historiques
bijouterie ; devanture ; décor intérieur ; escalier ; passage cocher ,époque de construction 19e siècle ; 1er quart 20e siècle . Année  1834 ; 1860
Historique
Le projet de la place de l'Opéra et le percement de nouvelles voies ont permis la construction de l'immeuble selon les règles d'une architecture ordonnancée par décret d'avril 1860 et conforme au dessin donné par Rohault de Fleury. Cet immeuble conserve une distribution et des décors représentatifs du Second Empire. La boutique constituée de trois parties : l'ancienne bijouterie Bourguignon décorée dans le style Charles X ; l'ancienne bijouterie Clerc datant des années 1878 ; l'extension de 1913 sur la place de l'Opéra.
propriété ,propriété d'une société privée protection MH ,1993/02/23 : inscrit MH ; 2006/03/10 : inscrit MH
Les devantures et le décor intérieur de l'ancienne bijouterie Clerc (cad. 02 : 01 AC 1) : inscription par arrêté du 23 février 1993 - Les façades et les toitures sur rue ; le passage cocher ; l'escalier principal ; ainsi que certaines pièces avec leur décor aux troisième et quatrième étages selon le plan annexé à l'arrêté (cad. AC 1) : inscription par arrêté du 10 mars 2006 Site protégé,site inscrit

© Monuments historiques, 1993 ,date versement 1995/07/12


(*4°) La « Treuhand- und
evisionsstelle » R. La première section allemande chargée de l’aryanisation, le « Referat Entjudung », est intégré au sein du Militärbefehlshaber in Frankreich (MBF) et est dirigée par le Dr. Kurt Blanke, juriste, un expert de haute qualité avec une grande expérience professionnelle. Sa mission est entres autres de nommer des administrateurs provisoires (par exemple pour les grandes entreprises), et surtout de donner de donner des conseils juridiques

(*5°)Maison C.Clerc et Bourguignon

Registre du commerce Paris N° 224625B
PDG Alexandre Arnaud né le 8/12/1872 Bruxelles
Octave Boyer, né le 4/6/1885 Saint André (La grande maison de blanc)
Worms Edouard 15/6/1882 Paris
Charles Clerc 18/3/1888 Paris
Sasportas Paul né le 17/7/1887 en amérique
Capital 5.000.000frs porté par une modification du 23/11/1931 à 4.000.000frs
Siège 4 place de l'Opéra Paris Succursale 11 bd des capucines, 64 Chaussée d'Antin et 78 rue de la Victoire
26/11/1932 Modification,President Liebman Joseph..... 14/11/1881 Kiev
Administrateur Liebman Jacques...... 14/9/1908 Kiev
Vincent André 9/6/1883, Liebman Charles 1911.
Le 29/12/1934
Charles et Jacques Liebman sont démissionnaires et Monsieur Joseph paul Grandemange est administrateur

(*6°) Société nouvelle

Mr Vigouroux André 1.000.000frs
Bessard Louis Chalons/ sur saone 1.000.000frs
Vieil Louis Industriel 33 rue du dessous des berges Paris 1.000.000frs
Subes Raymond industriel 22 rue Las Cases Paris 300.000frs
Bellon Roger Industriel 28 rue des petits champs 300.000frs
Bessard Roger 102 rue d'assas paris 300.000frs.
Vincent André directeur commercial de la maison Asnieres 100.000frs

(*7°)

Pouvoir :Le 5/5/1961
 Je soussigné Liebman J....., PDG demeurant à N...... 31 bd de la S....... autorise le Fonds Juif Social Unifié à consulter le dossier du service de restitution au ministère des finances 71 Bd Pereire Paris concernant les dommages subis à l adresse Bijouterie Clerc et Bourguignon 5 place de l Opéra

Ministère des Finances:Service de réparation des mesures de spoliation

71 Bd Pereire
Recu en communication le dossier 364-8 Affaire Clerc et Bourguignon
Nota, il est formellement interdit de soustraire des pièces de ce dossier
Paris le 17.....1961 Signé par S...... FSJU autorisation Jointe

samedi 22 janvier 2011

BIJOUX DES ANNEES 1970 à1980: Aperçu











Jean Vendôme, cliquez pour agrandir

 l'Après 68,
Une période de transition
Une bijouterie joaillerie qui cherche a sortir de ses critères bourgeois, mais qui n'y arrive pas,
un essai sur les bijoux qui se vendaient a cette époque à Paris et en Province.



Des colliers joaillerie classiques, des pierres de qualité




Ce film merveilleux avec la musique de Mahler est sorti en 1971




Ce fut une période ou les fabricants employèrent beaucoup les pierres de couleurs de forme, navettes, poires....

Du point de vue professionnel, je dirais que c'était encore le bon temps des passages obligés...baptêmes, communions,fiançailles, mariages!!


Anniversaires de mariages, une alliance diamant pour les 10,20ans....
30ans de fidélité....ou pour se faire pardonner une infidélité!


Petites broches joaillerie





Une broche Pierrot ,
émail et or jaune


 
 On pouvait vendre encore facilement de beaux bracelets en or massif
















La Maison Dupont acceptait de fournir des mécanismes à des maisons d'orfèvrerie qui habillaient ces briquets de vannerie en or celui ci était réalisé par la maison Brun.



En 1973 le premier choc pétrolier, la très belle Citroen Maserati ne s'en remettra pas

Pour les 18 ans des demoiselles, il était de bon ton d'offrir un collier de perles.




En 1974 le film "les Valseuses"


La Chevalière à Armoiries

Combien ai-je créé de fausses armoiries pour de faux Nobliaus?

Rien que dans la profession de la finance, il doit y en avoir plus que de vrais nobles français





Les Montres  Piaget  pouvaient se vendre en Province, La montre Lapis Lazuli (ci-contre) se vendait 15.000Frs, celle en diamant, 20.000frs qu'aurions nous de nos jour pour 3.000€?

Juste avant les évènements en 1968, j'étais allé visiter l usine à la Côte aux fées en Suisse, c'est avec une gentillesse extrême que j'avais été reçu par les frères Piaget  . Mais je dois dire aussi que la veille le PDG des  montres Mido, m'avait aussi reçu magnifiquement. Le PDG de l'époque était un grand admirateur de Napoléon, comme beaucoup de Suisses. Napoléon avait envahit la Suisse en 1798 et avait créé la République Helvétique


En 1975 La Grande Bouffe de Marco Ferreri fit scandale


      A coté de l'or , il y avait l'argent , de beaux bijoux en argent massif
Les Bracelets et bagues "De Percin" fournisseur entre autres d'HERMES et VAN CLEEF, étaient superbes
. Ils le sont toujours car la maison a été reprise par Philippe Rullière.
http://www.depercin.com/histoire-patrimoine.php

 De même pour les montres OBREY qui à partir des années 60, lancèrent une très belle collection de montres argent, montres sur cuir, mais surtout sur beaux bracelets argent massif, un style était lancé
http://www.obrey-paris.com/obrey_fr/notre_histoire.php



En 1975 c'est la fin de la guerre du Vietnam, et pour rappeler notre dernière guerre le film
 Le Vieux Fusil
La Maison Barthelay (Alexis Barthelay) maison française qui fabriquait et faisait fabriquer aussi en Suisse des montres originales en or et diamant, mais qui avait constitué aussi une importante collection de montres argent massif
Ci dessous Montre Automatique de dame:











Ce bracelet de la Maison "Cartier"  a été fabriqué en 1971 même si les premières Panthères dataient de l'entre deux guerres





Grande broche en or jaune 750, coupes d'aiguille de tourmaline melon d'eau rappelant la pastèque, rubis et émeraudes












Ces bagues multiples, en or jaune750 et entrelacées datent de 1971






Cette bague ouverte  réalisée dans toutes les couleurs, avec toutes les pierres possibles, taillées, ou cabochonnées






La bague N° 4 a été fabriquée en 1972 , les pierres étaient serties sur des chatons quatre griffes qui glissaient sur des tubes creux:
La bague changeait donc de forme au gré des mouvements de celle qui la portait.
Le pendentif tourmaline rose saphirs, et diamant, sur or gris avait une armature en fil couteau et respectait la règle des deux tiers , la chaîne passait au travers du fil couteau.



Beau bracelet  Dauphins année 1974
en ébène et or jaune 750




Bracelet tête de cheval  sur Ivoire

La maison "Gay Frères" à Annemasse en fabriquait beaucoup.


La Maison Uti, marque remontant au siècle précédant, avait des bureaux boulevard de Sébastopol  à Pariset une fabrication  bien française.Il y eut une fabrique "UTINAM" d'ou le nom.
Monsieur Meyer fabriqua dans ces années 70/80 des montres en or au désign parfait, or massif, très sobres mais à cette époque il utilisait des mouvements Suisses ETA.Les fermoirs étaient particulièrement soignés et avaient un système de sécurité très efficace

Ce tour de bras or 750 avait deux charnières pratiquement invisible sur les cotés

Vraiment de très beaux modèles de bijouterie






En 1976, la secheresse

De nouvelles conceptions apparaissaient








Bague tubes, or jaune, rubis et diamants

C'est une publicité de 1971, à l'époque, je travaillais encore chez mon père qui n'appréciait pas trop mes élucubrations, mais avait accepté de faire une publicité avec ma bague tube à coté de ses ventes habituelles
Cliquez pour agrandir






Grande Broche or gris










César passait de la compression de bagnoles à celle de bijoux signés











Une façon de recycler les bijoux de famille et d'en faire une oeuvre d'Art


















Page d'un catalogue de Joailliers de Province  années 75
Jean Vendôme, à l'époque il était installé 81 boulevard Voltaire
Il influença toute une génération, artiste immense qui mériterait plusieurs articles sur ce blog, il fut (je crois) le premier joaillier a figurer dans   le "Petit Larousse" Des bijoux, des sculptures, des épées d'académicien, un amour des pierres fines comme les tourmalines....Il avait acquis  cet amour des pierres avec Dina level qui enseignait la gemmologie, rue de provence au service de la répression des fraudes.Elle avait une admiration sans borne pour son"patron" Mr Gobel".
Dina avait de l'affection pour tous ses élèves, personnellement, elle m'appelait "son petit musicien". A l'époque je jouais de la guitare et nous avions d'ailleurs monté une petite formation à l'École de la rue du Louvre.

Son fils est actuellement très connu sous le nom de "Thierry Vendome"




Bague "Chaise" de Jean Vendôme




Les Américains avaient été pour la première fois sur la Lune en 1969,  en 71 j'avais organisé une exposition avec des bijoux de Jean Vendôme et cette bague faisait tellement penser au "LEM" qu'elle fut photographiée en couverture de la carte d'invitation. Ce terrain lunaire est constitué de petits bouts de briques rouges. Cliquez pour agrandir




On essayait de nouvelles formes






En 1978 Les Bronzés




 "Barrey"  créa une ligne interessante de motifs en or qu'il adaptait sur des poignets en Altuglass












Les frères Bellin créèrent des lignes nouvelles avant que de se perdre dans les objets pour émirs







La marque de Montres "Corum" crée un modèle en or gris qui rappelle la calendre de la

ROLLS ROYCE











Jean Din Vanh
Jean C'est sa moitié bretonne!
Din Vanh sa moitié vietnamienne!
Le tout, ayant fait ses classes chez "Cartier" il

créa des lignes simplissimes qui ne se démodent pas

Ci dessous ses fameuses "Menottes" qui servaient de fermoirs à ses bracelets et chaines




Un autre joaillier que j'affectionne particulièrement
BERNARD SYLVAIN.
Bernard Levy était dans la même promotion que moi Rue du Louvre (promotion Etienne Arviseau), un talent fou, pas assez reconnu , il réalisa des montres extraordinaires et je regrette de ne pas avoir gardé ma documentation.
C'est lui qui créa une kyrielle de modèles de bagues, bracelet, pendentifs ou les pierres précieuses étaient libres entre deux plaques de minéralithes transparentes.
Une grande marque suisse a repris a l heure actuelle ce concept, mais elle est loin d'avoir atteint la qualité d'un seul pendentif de Bernard comme celui de l'Arbre de vie







Très grande et très belle bague de "Bernard Sylvain"
Bernard était fou d'automobiles anciennes et le support photo de cette bague est une bougie de voiture

















Un autre jeune , architecte de formation, mais fils de joailliers Niçois va créer un petit objet de forme cubique, un pendentif cube or jaune dans lequel se trouve un diamant inclus dans de la résine.


Un énorme succès qu'il déclinera sous toutes ses formes et couleurs, il était réalisé par la maison De Perçin.
Il les vend toujours , pratiquement au même prix sauf que de francs, c'est en euros....


 Paris vient d'accueillir une merveilleuse exposition de la maison "Bulgari", mais personnellement j'ai un faible (très fort) pour Marina Bulgari qui sous le nom de Marina B à réalisé des joyaux très typés Collier Diamant Onyx pierres précieuses

Cliquez

Elle ne fit que des séries limitées, des colliers ou comme ci-contre des manchettes à ressort extrêmement confortables au porter
Bracelet Manchette "Kashan" 1979












Marina B créa (entre autres) se sac en 1978, elle devait le réaliser en écaille de tortue, mais pour respecter les lois environnementales, elle le fabriquera en or noir, diamants  et diamants jonquille. C'est une pièce unique



Le classique marchait toujours très bien, témoin cette belle bague émeraude





Une pièce unique de Jean Vendôme

Saphir, Emeraude, Diamant de même taille, petites baguettes saphirs et émeraude





Bague or gris et diamants de Jean Vendôme





Un affaire secoua ces années!
Le "Diamant Placement"

Des escrocs...car ils ont été condamnés pour ces motifs (escroquerie et banqueroute) avaient fait croire que le diamant était un placement à haut rendement....à condition de passer par eux.
Les bijoutiers selon eux n'y connaissaient rien, eux vendaient des diamants sous scellés a 10 fois le prix et les gogos se ruaient pour en redemander. Ces gens là surent faire sortir l'argent des "lessiveuses" comme on disait à l'époque, ce qui explique qu'il n'y eut que quelques centaines de plaignants.
"L'union des diamantaires" la société "Gemmexa et d'autres,avaient je crois été les premièrs à  démarrer ce type d'escroqueries, car il furent même rattrapés même par certaines banques et nombre de gens, malgré les promesses d'il y a trente ans ne sont pas rentrées dans leur argent et ne le retrouveront jamais.
Ces gens promettaient de les racheter avec plues values, mais il s'avéra qu'il fallait en racheter de plus grosses pour se les faire reprendre.
Il aussi fut considéré qu'il y avait abus de faiblesse la grande majorité des gens,étant choisies délibérément  parmi les tranches d'âge les plus élevées. J'ai même connu un démarcheur qui une fois les dirigeants condamnés , retournait voir les gens qu'il avait roulé, mettait cela sur le dos de ses patrons!!!!et leur disait
"D'accord, mais ce capital en diamant, est ce qu'il est bien protégé? et il revendait aux bernés des coffres et équipements de sécurité. Ils firent un tort considérable à nos métiers.
Dans l affaire de l'union des diamantaires, seuls 154 victimes s'étaient constituées parties civiles pour demander la restitution des sommes représentant la différence entre le prix des pierres facturées par la société et leur valeur réelle ....ainsi que des dommages et intérêts.
Les dirigeants de pratiquement toutes ces sociétés furent condamnés a plusieurs années de prison ferme.


 

 Une petite dernière, cette bague engrenage en or gris et diamants,  et cela tournait!!!

Ce n'est qu'un aperçu et si certains veulent transmettre des archives, nous sommes preneurs