dimanche 21 janvier 2024

Adrien LOUART le plus grand lapidaire et glypticien du XX ème siècle,

 Dans nos métiers de la Bijouterie Joaillerie, nous avons les grands commerçants autour de la place Vendôme, ils sont des donneurs d'ordres et  commandent à des fabricants travaillants seuls ou avec un atelier, lesquels ont des sous- traitants qui exercent des metiers très spécialisés, le lapidaire est un de ces derniers, on retient les noms des deux premiers, on oublie ces derniers, les sous-traitants.

Adrien  Louart , photographié ici à son établi, est un de ceux-là, il est peu connu comme la plupart et pourtant!!! Mais qui était il?

Adrien Marcel LOUART est né le 11 janvier 1890 à Estrées Saint Denis dans l'Oise.

Il est le fils de Louis Théophile Louart (1856-1930) et de Eugénie Ducreux (1866-1923). Son père n'avait aucun lien avec les métiers du bijou, sur son acte de mariage du 20-06-1885,  il a 28 ans et sa profession était indiquée "Voyageur de commerce" Eugénie était couturière . Ils étaient tous deux domiciliés à l'époque, à Etouy dans l' Oise . Ils se sont déplacés de 24 kilomètres pour s'installer à Estrées Saint Denis  ou est né Adrien.

A quelle date sont ils venus  s'installer à Paris?

Cliquez sur toutes les images pour les agrandir

Certainement au début du siècle puisque  Adrien Louart en 1905 a été apprenti lapidaire, chez Guerin, Lapidaire, au 9 rue Notre dame des victoires à Paris qui possédait aussi une taillerie de bruts à Messel dans l'orne.

Il habite chez ses parents au 3 rue d'Allemagne à Paris , j'ai trouvé cette photographie, de nos jours la rue d'Allemagne n'existe plus. 


Mais l'immeuble est toujours là   ou se trouve de nos jours le restaurant "Les Délices d'Amour" avenue Jean Jaurès, car c'est le nom qui remplace celui de la rue d'Allemagne.
Le 31 juillet 1914, Jean Jaurès, homme politique et philosophe français, fortement opposé à ceux qui poussent à la guerre, est assassiné à Paris. Pour célébrer sa mémoire, Paris donne son nom le 19 août 1914 à l'avenue d'Allemagne, devenue donc « avenue Jean-Jaurès » Il y reste apparemment jusqu'a son incorporation à l'armée pour son service militaire.

Il est incorporé le 9 octobre 1911, et libéré le 8 novembre 1913 mais la guerre est proche et il est rappelé le 2 aout 1914, sera libéré le 13 aout 1919 avec le grade de Lieutenant et affecté à la réserve.

C'est en 1919 qu'il va monter son premier atelier dans l'Oise à Pierrefonds, il travaille seul.

12 rue Lécuyer

Qualité oblige, sa réputation se fait rapidement, il doit embaucher et trouver un local plus grand, installé dans Paris pour être plus proche de ses donneurs d'ordres.
Il va donc déménager et s'installer au 12 rue Lecuyer en 1920 et embaucher deux ouvriers.


De fait, le Musée des arts décoratifs a bien voulu me transmettre l' inscription au registre du commerce d'Adrien Louart  qui date du 29 octobre 1920, installé au 12 rue Lecuyer Paris, et nous voyons la mention d'une vente de son atelier après 1990.

Son destin va être désormais attaché à celui de Suzanne Belperron, Suzanne à 23 ans est rentrée chez Boivin en 1919, comme dessinatrice modéliste, et en 1924 elle sera nommée co-directrice de cette maison . Adrien Louart va effectuer des travaux de lapidairerie  pour Boivin tels que calibrages de pierres, repolissage de pierres importantes etc.


1926 Louart au 12 rue Lécuyer


Broche de suzanne Belperron en cristal de roche, taillé par Adrien Louart. Années 1920-1930


1928 dans le Petit Parisien Louart cherche un apprenti


Difficile de dater , cette planche est donnée dans le livre de Françoise Cailles  comme une photo de 1930 et le bijoux central, le bracelet "Escalier" comme étant de Boivin, il est vrai que Madame Cailles a peu citée dans son livre Suzanne Belperron.


Mais ce dessin  du bracelet escalier est déposé par Bernard Herz!!!! Et les motifs en cristal de roche ont été taillés par Louart. Mais d'un autre coté, Bernard Herz  était l un des fournisseurs de René Boivin.

Mais je ne sais  à quel moment les travaux d'Adrien vont être associés aux bijoux d'avant garde dessinés et créés par Suzanne Belperron.
Bernard Herz la contacte en mars 1932, et lui demande de travailler pour lui, Suzanne Belperron devient « directrice artistique et technique exclusive, unique et reconnue » de la maison Herz. 
Tous deux se connaissent depuis des années puisque ce négociant parisien, réputé en perles et pierres précieuses, et affilié à la famille Rothschild, est l’un des fournisseurs de la maison René Boivin. Suzanne nstallée dans ses salons privés situés au 59 de la rue de chateaudun  à Paris, elle s’attache alors la collaboration du lapidaire Adrien Louart (1890-1989), et l’atelier Groëné et Darde devient son fabricant exclusif.
Dans les années 1920 et 1930, Emile Darde était réputé être l'un des orfèvres-joailliers les mieux payés de Paris. 
Novateur et perfectionniste, il ne se lassait pas de tenter de nouvelles expériences et de chercher des solutions inédites aux problèmes posés par les exigences méticuleuses de madame Belperron. Il avait inventé le fermoir plat invisible qui était utilisé sur de nombreux bracelets de la maison Boivin et un fermoir à ressort qui venait souvent compléter les bijoux de Belperron. En 1928, il s'associa à Maurice Groëné pour fonder la société Groëné et Darde. Ils travaillèrent pendant quatre ans pour la maison Boivin, réalisant les bijoux conçus par Suzanne sous son oeil attentif.
Quand elle accepta finalement la proposition de Herz, elle leur demanda "Est-ce que vous me suivez ?" Sans aucune hésitation, Groëné et Darde répondirent par l'affirmative, avec les 27 orfevres-joailliers, trois polisseurs et deux sertisseurs à leur service. 
Lire mon article:


A propos de la difficulté de dater les bijoux de Suzanne et par là-même le travail de Louart, la plupart des maisons de ventes indiquent, comme cette bague revendue par la maison Pierre Bergé: "Années 30"
Bague chevalière à plateau concave en citrine fumée. Elle porte un rouleau central pavé de diamants brillantés rehaussé d'une émeraude. Monture en or et platine. Il fallait pour Adrien Louart tailler la bague, mais aussi percer le haut de cette citrine pour y fixer le motif central. Pas facile, il y avait de la casse.


En 1931, la France possède le deuxième empire colonial de la planète après le Royaume-Uni, qui compte près de 42 millions d'habitants sur plus de 12 millions de km² : cette année là,  l'Exposition Coloniale Internationale se tient à Paris pendant 6 mois et vend 33 millions de tickets pour 8 millions de visiteurs. Elle inclut des dizaines de musées temporaires, des reproductions architecturales s'inspirant des territoires colonisés, un parc zoologique et plusieurs édifices permanents. Elle compte également des villages reconstitués où des habitants sont contraints d'être leurs propres acteurs pour l'édification des visiteurs.


Ce bracelet est un magnifique exemple de la diversité des inspirations dans la création et est un précurseur de la période des bijoux barbares. Suzanne Belperron s'est inspirée de l'Exposition Coloniale de 1931 pour la conception d'un bracelet réalisé par le joaillier René Boivin jusqu'en 1943. Le modèle était si puissant que Suzanne Belperron en a réalisé quelques-uns sous son propre nom. Certaines pièces particulièrement extraordinaires ont été taillées dans une seule pierre, grâce au savoir-faire remarquable et au savoir-faire d'Adrien Louart, considéré comme le plus grand tailleur de pierre de son temps. (commentaire de Christie's)


BRACELET AGATE, SAPHIR ET DIAMANT 'CAMBODGIEN', 
Agate sculptée, saphirs taille circulaire, diamants taille circulaire, circonférence intérieure 14,5 cm, boîtier ajusté marron Herz Belperron, 2019 : certificat d'authenticité:  revendu par Christie's

 

Encore plus difficile techniquement de fixer les motifs de ce bracelet "Gradins" sur le cristal de roche taillé par Louart


Vers 1932 une vingtaine de personnes sont alors employées et Adrien Louart transfere son atelier pour un local plus grand au 5 rue Mayran à Paris, ou est prise cette photographie, il a alors 42 ans .


SUZANNE BELPERRON CLIP «TONNEAU» 
Agate, fleurs de diamants blancs et jaunes, rubis, émeraudes et saphirs. Or 18k (750) et émail noir. Poinçon de maître Groené & Darde. Dim. : 3 x 3.5 cm env. - Pb. : 29.5 gr. Accompagné d'un certificat d'Olivier Baroin daté de janvier 2022 attestant qu'il s'agit d'une création de Suzanne Belperron entre 1933 et 1937 ...


En 1933, le Vogue britannique ecrivait sur  la nouvelle mode des pierres semi-précieuses réalisée par Bernard  Herz : "Le cristal de roche est employé à des effets particulièrement frappants, car il a le volume et le poids qui sont si caractéristiques de la nouvelle joaillerie"


1 er janvier 1933 dans Vogue publicité de Bernard Herz, peut être qu'il n'a pas été assez mentionné comme étant celui qui a fait venir Suzanne Belperron  dans son affaire, ce qui a permis a Suzanne de créer sous son nom , et financée par Herz ???


Dessin de Van Cleef & Arpels dans les années  1930

En 1933 Adrien Louart fut à la base des recherches de taille spécifiques que necessitait le serti invisible spécialité de Van Cleef & Arpels et de Cartier, je vous conseille vivement mon article sur le serti invisible. https://www.richardjeanjacques.com/2017/05/serti-invisible-quid-de-cette-invention.html


Cette paire de pendants d'oreilles a été revendue par la maison Aguttes, réussite technique de Louart

Paire de pendants d'oreilles en or gris 18k (750) composés d'une chute de demi sphères en cristal de roche dépoli soulignées d'un filet en platine serti de diamants et retenant en pampille une perle fine en goutte. Haut.:4 cm env Pb.: 13.48 gr Accompagnée d'un certificat LFG N° 325647 attestant perles fines, eau de mer Diam.:9.3 - 10.4 mm env/ haut. non mesurable 9.2 - 10.4 mm env/haut. non mesurable Accompagnée d'un certificat de Monsieur Olivier Baroin attestant qu'il s'agit d'une création de Suzanne Belperron avant 1935. 


Suzanne BELPERRON. Années 1930. Base cristal de Louart
Grande bague jonc en cristal de roche à grands pans. Elle porte au centre un cabochon d'émeraude encadré par deux diamants poire en sertissure. Monture en or gris.  TDD : 50. Poids des diamants poire : 1, 50 à 1, 80 carat environ chacun (TA).

Toutefois: Celle-ci qui était sans doute de Louart à l’origine était cassée puis  a été entièrement refaite  par une maisonaméricaine.



 En haut , bracelet  en cristal de roche taillé, orné d'une émeraude"Taille émeraude" et de diamants.
Dessous, bracelet "Quartiers de mandarine" en quartz fumé godroné avec de chaque coté une ligne de diamants montés sur platine.


Tres beau travail de Louart, cet ensemble est en platine, or blanc, intitulé "Grappe de raisin" C'est sculpté sur de la calcédoine, arrivé a une uniformité de couleur, c'est parfait .
Tiré du livre Suzanne Belperron de Olivier Baroin et Sylvie Raulet à la bibliothèque des arts.


Suzanne Belperron | Bague Saphir et Calcédoine,  revendue par Sotheby's. De forme bombée, la bague en calcédoine bleue sculptée, ornée d'un saphir cabochon serti clos,  taille 3¾ ; vers 1932-1955. la fourchette de date est très large


Bague personnelle de Suzanne Belperron  avec son dessin, dont le corps est en cristal de Roche avec  d'un diamant "Vieille mine" taillé en navette de 12 carats serti sur platine on peut voir l axe de fixation qui tenait le serti. "Livre Baroin"


Cette broche fleur  est en quartz rose godronné avec rubis cabochon et rubios facettés, saphirs cabochons et émeraudes gravées.


1934 Ce sont les deux parties d'un double clip en cristal de roche taillé monture or gris et platine, diamants baguettes, diamants calibrés et taille ancienne.



Couverture du Vogue Americain de janvier 1934


Voici cette broche en calcédoine,  en forme d'éventail à décor d gradins godronnés, avec des rangées de saphirs calibrés au centre important cabochon monté sur platine.

Bague "tourbillon" en agate blonde ornée d'une perle centrale. Tour de doigt: 45 Poids brut: 11.9gr Accompagnée d'un certificat d'authenticité de Monsieur Olivier Baroin précisant que cette bague est un travail d'Adrien Louart pour Suzanne Belperron vers 1935. 


Dans la revue Vogue en 1936   


En rapport avec la publicité ci-dessus Une broche en or gris  et platine à décor d'enroulements, taillée
sans un bloc de cristal de roche. Rehaussée de nervures et sertissures ponctuées de diamants Poinçon de Groêne et Darde Suzanne Belperron portait très régulièrement cette broche "archives Olivier Baroin"


            Ce clip en or jaune et diamants sur platine pouvait être adapté sur un braclet ruban.


Bracelet en cristal de roche taillé, avec trois beaux diamants.


Paire de broches de Suzanne Belperron 1930-1940 quartz fumé taillé par qui???En effet la finition n'est pas celle de LOuart


Superbe travail de lapidaire d'Adrien Louart sur quartz fumé, base de travail pour fixer les motif pierres précieuses le tout, dessiné par Suzanne Belperron.


Dans la revue Vogue de 1935

De nos jours 

1935 dans Vogue, bracelet de Herz  réalisé par Adrien Louart


1935 dans Vogue, bijoux de Herz, sur fourreau de Schiaparelli.


Travail extraordinaire sur le cristal de roche
BROCHE 'AILE' CRISTAL DE ROCHE BELPERRON ET DIAMANTS Cristal de roche
diamants anciens et taille unique, platine et or blanc 18 carats (poinçons français), vers 1932 - 1940, non signé, poinçon de maître (Société Groëné et Darde), le mécanisme clip-broche d'ajout ultérieur, 


Collier a double rangées de boules en calcédoine avec fermoir en forme de fleur articulée


Le fermoir, fabriqué par Groëne et Darde , en 1937 pour la Duchesse de Windsor, mais dont les pétales, furent taillés par Adrien Louart.


La Duchesse de Windsor et cette broche calcédoine


Une occasion d admirer la technique d'Adrien Louart les pétales sont mobiles, ce qui demande au lapidaire un grand  savoir faire, on peut voir en dessous la taille pres du centre pour loger le mécanisme, plus le perçage central de chaque pétale. Broche «fleur ›› articulée en calcedoine bleue sculptée, diamant, platine et or gris avec cabochons de saphir. . Le dos cle la broche est gravé cle l'inscription  "Noël 1936"_ Appartenait a la collection de la famille Lanvin. En juin 1936, Harper's Bazaar expliquait comment les pierres semi-précieuses, taillées en forme de pétales ole fleur, étaient ensuite " montées sur cles pivots et des charnières en or et platine finement travaillés si bien que les pétales de la broche peuvent être inclinés et repliés pour que la fleur paraisse fermée, ouverte ou épanouie "



ENSEMBLE DE BIJOUX 'FEUILLES' AMETHYSTE, RUBIS ET DIAMANTS, SUZANNE BELPERRON Louart Lapidaire
Feuilles d'améthyste sculptées, rubis coussin et ovale, diamants anciens et taille unique, or 18 carats et platine (poinçons français), collier 14 in., diamètre de la manchette 2 1 /8 ins., vers 1936, non signé, chacun avec marque du fabricant (Groëné et Darde pour B. Herz), étuis ajustés B. Herz bleu marine


SUZANNE BELPERRON
Bague «tourbillon» Rubis, quartz rose godronné poids  10 gr Accompagnée d'un certificat de Monsieur Olivier Baroin attestant qu'il s'agit d'une création de Suzanne Belperron datant de 1940 par Adrien Louart. 


Revendue par la maison Aguttes



1942 Calcedoine platine et saphir taille de la Calcédoine par Adrien Louart revendue par Sotheby's
 Broche en calcédoine, saphir et diamant, Suzanne Belperron, 1942. Le saphir en forme de cœur encadré de saphirs calibrés et de diamants de taille circulaire, incrusté sur une monture en calcédoine sculptée en forme de feuille. 

La guerre, Herz ne reviendra pas, Suzanne entrera en résistance, 

Pour comprendre ce qu'était l'attente des familles du retour des leurs  des camps dont ils n'avaient pas de nouvelles depuis le début de cette guerre, il m'a été confié une lettre du 9 mai 1945...de Thérèse la femme de ménage de Suzanne Belperron qui cite Adrien Louart. Je la publie telle que reçue

Mercredi 9 mai 1945

Madame
Après quatre jours d’absence, je suis rentrée hier soir à 11h du voyage en Bretagne déplacement de travail.
Aujourd’hui c’est jour de victoire, jour de paix : il ne faut surtout pas pleuré Monsieur Hertz comme un disparu, mais l’attendre et préparer son retour.
Monsieur Hertz va revenir mon cœur me le dit, le bon Dieu a fait un miracle pour Monsieur Robert, le bon Dieu en fera un nouveau pour Monsieur Hertz.
Quand l’on constate la nature fragile et délicate de Monsieur Robert et que malgré tout il est là il vit et il vivra, Madame ne peut pas avoir toutes les épreuves.
Nous avons vécu ensemble des années de tristesse et j’ai souffert et souffre de la même peine que Madame ressent.
Chaque jour les prisonniers et déportés reviennent même si le retour se fait un peu attendre ayons confiance ce beau jour viendra, je le crois vrai.
J’espère que Madame et Monsieur Louart ont le bonheur d’avoir près d’eux Monsieur Jaques leur fils.
Pauvre Monsieur Delatour lui aussi il a besoin de toute la tendresse de Madame, sa joie de vivre est là ou Madame prend place.
Quant à Monsieur dans aucune de mes lettres précédentes je ne me rappelle à son souvenir il doit m’oublier, Monsieur détestait tellement ma forte tête et malgré les humiliations subies de sa part, je lui présente mes bonnes pensées ainsi que mes sentiments respectueux.
Si Madame veut bien également transmettre à Madame Baur ? mon souvenir reconnaissant pour le geste si spontané d’avoir voulu m’assurer du travail chez Mme -------- cela n’a pas réussi personne n’y peux rien.
Maintenant parlons de mon Bengali, j’ai très bien senti que mon petit chat avait couru un danger, dans la période de l’accident j’ai rêvé de ma petite ---- et de mon Bengachou ? j’étais à la campagne et je les voyais tombés d’un mur et pour finir Bengali c’était enfui dans les champs et je ne le retrouvais pas, plusieurs nuits n’ont été que cauchemars.
Madame se renseigne si le tabouret qui doit être à côté du garde-manger le long de la fenêtre de la cuisine est toujours bien à sa place.
Je sais par Madame Tata ? que Venise ? est très douce avec Bengali et s’y intéresse beaucoup, au contraire Françoise ne s’en occupe pas du tout, elle ne lui fait aucun mal mais aucun bien.
Madame sait combien j’ai gâté Mme Tata ? je criais peut-être beaucoup mais je l’aimais bien quand même, maintenant cela est changé.
Paraît-il que Françoise a sa nièce qui habite à proximité de chez elle et quand il y a un reste au lieu que Mme Tata ? en profite comme dans les temps passés ce qui serait normal Mme Tata ? faisant partie du personnel de la maison, au contraire Françoise en disposé. Paroles de Mme Tata ?
A mon sujet je puis dire que ce travail de restaurant ne me convient encore pas, je suis bien trop bourgeoise pour évoluer dans ce milieu, je ne m’étends pas davantage sur moi-même quand je me sera situer à ma convenance Madame en sera de suite avertie.
De bonnes caresses à mon Bengali et pour Madame, tous mes sentiments profonds et affectueux.
Thérèse
J’attends la lettre qui me dira que Monsieur Hertz est là.


En 1948 Adrien Louart est toujours installé au 5 rue Mayran, face au square Montholon



Magnifique travail de Louart, elle était présentée dans le Vogue Français de 1950, c'est la broche Camélia montée sur or gris les pétales sont taillés dans de la calcédoine , chaque tige était finie par une goutte d'émeraude, (il en manque une) (sotheby's)


Ce n'est pas madame Louart qui est petite, mais Adrien Louart qui est grand, il mesure un mètre 80, jeune il avait les cheveux et les yeux chatain.

Comme Bernard Herz, et Emile Darde,  Adrien Louart était un homme réservé  voire taciturne, il travaillait à son établi tous les jours, absorbé par son métier. 
Il avait fixé deux loupes sur des lunettes pour mieux voir avec les deux yeux ouverts, nos lunettes actuelles ne devaient pas exister


Bague "casque" en agate blonde rehaussée d'une demi perle. Ecrin d'origine. Poids brut: 10.34 Tour de doigt: 51 Accompagnée d'un certificat d'authenticité de Monsieur Olivier Baroin précisant que cette bague est un travail du lapidaire Adrien LOUART pour Suzanne Belperron vers 1950. Conservé dans la famille depuis. Bibliographie: Sylvie Rollet et Olivier Baroin - Suzanne Belperron- Bibliothèque des arts...


1950 Broche en calcédoine tailée par Adrien Louart, saphirs  et bande de diamants


Publicité de 1951 dans Vogue paris


Ce dessin de Suzanne pour un collier en or articulé, est très intéressant, elle l'adressait a Adrien Louart:
Elle lui donne ses instructions afin qu'il fasse une étude et un devis .
Elle lui demande de prévoir  5 fleurs en Calcédoine, quartz rose, amethyste, topaze et agate blanche.
Elle indique qu'il faudrait traiter ces 5 fleurs  comme des anémones, pas épaisses, et que les centres ( Emeraudes, saphir, rubis, topaze, amethyste) seraient donnés après.


Broche Etoile de mer  en calcédoine comportant au centre une perlefine et dont chaque pointe est ornée d un diamant en serti clos. Photo Baroin.


1992
Succession du lapidaire Adrien Louart. (Drouot,]ean-Louis Picard, 8 décembre 1992)
La vente se compose d”un important lot de bijoux dessinés par Suzanne Belperron pour son lapidaire entre 1935 et 1940.
On découvre, entre autres, un bracelet Cambodgien en quartz fumé, une bague Bíbendum en agate brune rehaussée d'une perle, de très nombreux bijoux en agate ou quartz de toutes les couleurs, tous finis et aboutis. Monsieur Louart était reconnu par ses pairs comme étant le plus grand lapidaire de son temps, aussi n°est-il pas anodin de constater qu”il se fût adressé à Suzanne Belperron pour ses commandes personnelles. Archives Olivier Baroin.



C'est ce bracelet qui était dans la succession de Adrien Louart, mais d'autres, dans d'autres couleurs de pierres précieuses peuvent faire douter.



« Quid du certificat établi par Madame Cailles pour un bijou annoncé Suzanne Belperron »
Concernant ce bijou Olivier Baroin m’écrivait : « …. Les plus grands témoins de la qualité du travail de Louart sont, l’harmonie des proportions, la perfection dans l’exécution au millième de millimètre et la qualité du poli de la matière tant en surface que dans les creux -quand on est pas lapidaire, on mets un peu de temps à se familiariser et à savoir lire à travers tous ces détails essentiels- dès lors je ne retrouve pas ces critères propres au travail de Monsieur Louart je ne me prononce pas… »


La production de Suzanne Belperron fut telle que je ne puis produire toutes les oeuvres d'Adrien Louart
J'espere que cet aperçu fera comprendre l'importance de ses travaux


 Son atelier fut en activité jusqu 'en decembre 1975.  Dans les dernieres années, il n'avait plus qu'un ouvrier à l'atelier, lapidaire de talent nommé André Corbose.

Suzanne Belperron décède le  28 mars 1983, Paris  
Michel Darde et Adrien Louart cessèrent leur activité 12 mois apres la fermeture de la compagnie
Adrien vendit son atelier à deux jeunes lapidaires, et à 85 ans partit en retraite
D'apres le registre de commerce  : Vente Rouart, Serret, apres 1990 vente atelier!!!!!  




Adrien Louart décède le 21 mai 1989 , il a 100 ans il laisse un souvenir de savoir faire et une maitrise de la taille, rarement égalée de nos jours, synonyme de perfection.
Il est donc décédé a Montfort sur Meu, au centre hospitalier, mais il habitait en fait à Betton chez son fils


Merci à Olivier Baroin pour ses conseils et archives

3 commentaires:

  1. Merci Jean Jacques pour votre merveilleux travail, pour toutes ces heures passées à la recherches de précieux témoignages comme de précieuses informations… c’est toujours passionnant de vous lire .

    RépondreSupprimer
  2. Un grand merci Jean-Jacques pour ce bel article et votre travail, suite à mes demandes de renseignements sur Adrien, le cousin de mon grand-père. Ces bijoux sont très beaux, les pierres fantastiques, quel artiste. Je vais conserver précieusement cet article.

    RépondreSupprimer
  3. Thank you for the article about Belperron and the genius behind her stone cutting. I was lucky enough to handle a matching set of her carved jewelry! https://www.facebook.com/photo/?fbid=10157458386745205&set=a.10152745926045205

    RépondreSupprimer

N hésitez pas a laisser des commentaires, même anonymes et je répondrai

La Saga Varangoz, Berquin Varangoz, Aristide Fourrier, Daniel Mousseaux: La ménagerie de CARTIER, mais aussi des travaux pour FALIZE, BOUCHERON ou FABERGÉ

  Charles Marcellin Varangoz , d'après son acte de déçès  avait 69 ans le 26-10-1899, il serait donc né en 1830 à Salins les bains  dans...