mercredi 23 octobre 2019

Lacloche, un Livre et une exposition du 23/10 au 20-12-2019



Le livre sur Lacloche est l'un des livres que j'aurais aimé écrire, mais les éditeurs veulent que celui qui écrit, soit "sponsorisé"...
Il n'empêche j'ai enfin ce livre dans les mains et c'est un bon et beau livre et je dis rarement cela au sujet des livres de joaillerie. La plupart ne sont des livres d'images qui ne nous apprennent rien de l Histoire


Laurence Journaliste, spécialiste des antiquités et du marché de l'art,  anime la rubrique consacrée aux collectionneurs dans Madame Figaro et collabore régulièrement à la revue Architectural Digest. Elle est également l’auteur de plusieurs ouvrages sur les collections et l’art de collectionner.
Elle a écrit ce livre à quatre mains, avec Véronique Ristelhueber avec laquelle , Laurence avait déjà  écrit " Raymond Templier, le bijou moderne"première monographie consacrée au Joaillier et bien d'autres ouvrages. Ce livre ainsi que le "Lacloche" ont été publiés aux éditions Norma.




"Lacloche" c'est un ouvrage de 336 pages avec près de 500 illustrations, au format de 246X305 m/m .Il est en français et en Anglais pour le travail que cela représente , le prix de 60 € est plus que raisonnable. 
Publié aux éditions Norma avec le soutien de l'école des Arts Joailliers de Van Cleef.



Ce livre est le premier à retracer l ascension fulgurante de la famille Lacloche, car c'est en 1892 que  Léopold et Jules Henri, tous deux bijoutiers vont   le 15 novembre 1892, déposer et créer la Société en nom collectif "Lacloche Frères",  rue de Chateaudun Paris.
J' avais il y a quelques temps, en 2016, travaillé sur le sujet Lacloche.

Travail difficile, famille complexe, documentation très rare. L internet permet de toucher un grand nombre de gens, des amateurs de bijoux aux marchands, des commissaires priseurs aux conservateurs de Musée. 

Mais un site internet ne permet pas de garder sous la main la lecture d' un  article. Un bon livre donne envie de le relire encore et encore, il est disponible de suite, on le possède, on l aime et on le feuillette.
le livre sur un joaillier est une oeuvre d’art au même titre que l’estampe, c’est une pièce de collection.





Francis Lacloche lors de ma rencontre avec lui à Paris

Françis Lacloche est le fils de Jacques Lacloche, le dernier des Lacloche Joailliers qui cessera d exercer  en 1967, c'est une chance de pouvoir échanger avec lui , ce que Laurence n'a pas manqué de faire.

Je me souviens de ce que m avait écrit Francis il y a 3 ans:
J’ai commencé à compléter les archives que je possédais, loin de ressembler à celles des grandes maisons encore en activité comme VCA ou Cartier. Entre les documents que je possédais (inventaire, dessins) et les catalogues de ventes, l’entreprise était ambitieuse mais possible sinon facile.
Ensuite, je me suis focalisé sur la vie même de mes grands-parents et parents, par intérêt pour le siècle qu’ils avaient traversé, ses drames, ses génies et ses à-côtés culturels, mondains et balnéaires, enfin sa modernité galopante ; un galop qui fini en catastrophe en 1940.
Revenu du pire, reparti dans le tourbillon excitant de la Libération et de ses BOF, mon père a fini par s’en lasser et créé une galerie d’art en 1960, ouvrant un nouveau chapitre de sa vie à laquelle je fus étroitement mêlé...........................

En 1944, mon père est passé de très peu à coté d’un séjour rapide à Drancy et d’un convoi pour les camps ; 
Certains membres de la famille tentèrent de se trouver une autre lignée que ce bon Lebe Elias et tous les Levy, Cohen et autres Walewyk qui peuplent la famille, .........
Chemin faisant, d’autres épisodes méritaient d’être racontés :
- La vie d’une famille de joailliers s’émancipant de la situation de petits commerçants hollandais puis belges en draps et trousseaux, pour entrer peu à peu dans l’univers de la bijouterie puis de la haute joaillerie française, rejoignant les grands noms de la place de Paris.
- La vie d’un joailler parisien entre Paris, Londres, Deauville et Cannes entre 1920 et 1940,
- La période de la guerre, à Cannes principalement dans une sorte d’annexe de Paris culturel, mondain, juifs (Cannes devenant Khan selon le bon mot de Tristan Bernard ou d’un autre), puis devenu le théâtre du pire en 1943 et 1944. A ce sujet j’ai lu le paratexte de votre livre sur les Van Cleef que je souhaite acquérir : je ne vais pas me lancer dans une sombre histoire dont je n’ai pas les éléments précis mais les relations entre les Arpels et mon père ne furent peut être pas simples. En 1944, c’est en cherchant Jacques Arpels que la Gestapo met la main sur Jacques Lacloche, le soupçonnant d’être juif et surtout intéressant à piller (ce qu’ils ne manqueront pas de faire, le « ils » ne désignant probablement pas des Allemands mais de braves gestapistes locaux dont l’épuration ou le retournement de veste décidera du sort en 1945).



Mais pour la sortie de ce livre, il est organisé une superbe exposition par l'École des Arts Joailliers avec le soutien de Van Cleef & Arpels.
Le commissariat scientifique est dû à Laurence Mouillefarine.
L exposition a lieu du 23 octobre au 20 décembre 2019, l entrée est libre du lundi au samedi de 12 heures à 19 heures et c'est au 31 rue Danièle Casanova à Paris dans le 1 er arrondissement



Je ne voudrais pas vous enlever la fraîcheur et l originalité de ce livre que les amoureux de la grande Joaillerie Française se doivent d' avoir dans leur bibliothèque, juste vous dire que vous retrouverez les modèles des Lacloche mais aussi leurs fabricants:




Derrière toutes ces belles devantures il y a surtout d’habiles et talentueux fabricants qui dessinent et réalisent pour les grandes maisons. Certains – Verger, Janesich – ont aussi pignon sur rue. Verger par exemple disposera d’un stand à l’exposition de 1925 aux côtés des Boucheron, Van Cleef, Linzeler, Cartier, Lacloche.
Les fabricants de Lacloche Frères sont Girard, Halluin & Metlinger (de merveilleux étuis à cigarettes), Georges Meyer, Louis Pery et ses fils, G Lenfant, les frères Rubel, Wakefield, Leblanc.. Qui dessine ? Jeanne Toussaint, René Révillon, Suzanne Jacqueau…
Les boites et les vanity sont réalisés dans les ateliers de Strauss, Allard & Meyer (qui travaillent aussi pour Cartier) installés place des Vosges. Louis Kuppenheim, Lavabre, Chaillouc, Bock, Yahr & Ouchinnikov, Renaud travaillent surtout pour Cartier comme Bachaumont qui sera intégré dans l’atelier maison.




Les pendules sortent des ateliers de Bredillard, de Dagoneau, de Prevost pour les mouvements, de Dubret pour les boîtiers en émail, de Bako pour les boîtiers en cristal, de Haas & Neveux pour les ornementations des cadrans,  de Maurice Couët qui est horloger ; ils sont installés rue des Petits-Champs, rue d’Hauteville, boulevard de Sébastopol, rue Saint Martin.
Verger réalise des pendules mystérieuses dont Georges Rémy ou Fourrier conçoit les boîtiers. Verger travaille d’ailleurs pour toute la place : Cartier, Lacloche, Chaument, Van Cleef, Boucheron, Janesich, Gubelin et Ostertag




Parmi ces artisans de grands talents on trouve des arméniens – Mezbourian, Esmerian, Sirakian, Kelekian (ce dernier installé au 12, rue de la Paix, vend des objets égyptiens), Kalebdjian (2, place Vendôme), des Juifs, des Vietnamiens comme Phung Dinh Van spécialiste des laques.


Mes articles sur Lacloche en 2016
https://www.richardjeanjacques.com/2016/03/lacloche-de-l-histoire-et-de-la-famille.html

https://www.richardjeanjacques.com/2016/03/lacloche-grand-joaillier-francais-suite.html



Questions et commentaires : richard.jeanjacques@gmail.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N hesitez pas a laisser des commentaires, meme anonymes et je répondrais

Rue de la Paix en 1923

ul class="slides">