jeudi 27 juin 2024

Maurice Duvalet: Un dessinateur créatif oublié de ceux pour qui il a travaillé avec tant de talent .

 

Maurice Duvalet, un grand dessinateur qui a travaillé pour Cartier, Charlton &Co, Van Cleef & Arpels et les freres Rubel, mais que tous ont oublié de citer dans leurs gros livres sur l'histoire de leur maison


Le 18 fevrier 1893 naissance de Maurice Henri Duvalet , fils de Charles Duvalet 37 ans et de Louise Henriette Dieu, 24 ans .
La famille de Maurice ne sait que peu de choses sur son enfance, j'ai posé a Frédéric Lepecq des questions sur son apprentissage , il n'a d'autres renseignements que des études de Maurice qu'il termine en 4 eme année de Lycée, ce qui correspondrait à l'année du brevet.



Maurice Duvalet  va être embauché par la Maison Cartier qui l'envoie vers sa succursale à New York,
Il n'a que 17 ans en 1911 d'après son passage a Ellis Island , je pense que c'est 18 ans.

Que fait-il chez Cartier à New York  d'apres sa fiche de recrutement militaire il est "Bijoutier", ou s'était il formé avant? on ne le sait pas , mais il a dû étudier le dessin comme tout élève ou apprenti bijoutier?

Hans Nadelhoffer nous donne dans son histoire de Cartier une très petite précision.
"Olivier Baloche (1878-1943) dessine chez Cartier Paris avant de s'installer a Londres entre 1909 et 1911. Méritent aussi d,être mentionnés: Gaston Vignal, dessinateur et émailleur; Edmond Forêt; Finsterwald et Massabieaux, qui suivent Cartier à Londres ; et Maurice Duvallet, dont la carrière se fera chez Cartier New York."


Mais la guerre en Europe arrive, et Maurice qui est toujours Français doit rejoindre l'armée, il est mobilisé le 28/ novembre/1913, la guerre est déclarée le 28/07/1914, mais Maurice est fait prisonnier à Bellange, dans la moselle,  le 20/08/1914.  Il va etre interné à Konigsbruck dans le Land de Saxe dans le Deutsches Reich.


Les prisonniers vont arriver à pied bien encadrés par les soldats allemands


Et rester quatre ans dans ces baraquements


Il est libéré puis rapatrié à Lyon le 4/11/1918


Il en ramènera des dessins, certainement volontairement très sombres, de son séjour en camp


Après la guerre, il retourne à New York.  Chez Cartier?  Apparemment non, et il rentre chez Charlton & Co.

Et pourtant, dès 1919 Cartier lui ecrivait pour qu il revienne, mais...... Ce cher Olivier Bachet m'a indiqué que la signature était celle de Pierre Cartier


Duvalet devient dessinateur chez Charlton& Co

Dans son livre : Bejeweled : Great designers, celebrity style, Penny Proddow explique :
Charlton a commencé à Charleston, pour ainsi dire, en 1919, à la veille des années folles, lorsque Grant A. Peacock et James Todd ont acheté les actions du fondateur John W. Charlton et ont rejoint Robert S. Chapin, un partenaire original. 
L'un des plus grands atouts de l'entreprise était le designer français Maurice Duvalet, qui passait chaque année un certain temps à observer les tendances à Paris. De retour à New-York Duvalet a américanisé le look Art Déco français si habilement que les partenaires n'ont eu aucun problème à vendre les bijoux des boutiques Charlton de New York et de Palm Beach sans jamais avoir à le faire.
Duvalet spécialisé dans les longues boucles d'oreilles élégantes, les colliers à pampilles et les colliers de 24 à 36 pouces avec des cristaux en forme de beignet. Ces bijoux pouvaient être portés fréquemment et avec de nombreuses robes différentes. Les créations ne représentaient pas un risque artistique. Ils convenaient parfaitement aux Américains qui voulaient simplement être à jour.


1920  Ce poudier dessiné pour Charlton & Co
Un magnifique étui à cigarettes en or 18 carats avec un contour en émail noir et un motif de tige de lys en treillis inversé très spécial en émail bleu saisissant.


Maurice Duvalet épouse Catherine Niderost le 19/juin 1923 dans l état de New York , je remarque qu'a l'époque on notait la couleur de peau. Il avait 30 ans et elle 35, Etait noté sa profession: "Designer"


1928:  Mme Maurice Duvalet de New York, avenue Congers,  alors qu'elle circulait dans une voiture conduite par son mari a été assez grièvement blessée. La collision s'est produite sur la route principale à Closter, N.J. mercredi matin. Le nom ou le numéro de permis n'a pu être obtenu au moment de l'accident, car l'homme ne s'est pas arrêté pour constater l'étendue des dégâts. Mme Duvalet a été emmenée à l'hôpital de Nyack par Julius Doetchesman de Nyack qui est passé par là au moment de l'accident où elle a été soignée pour des contusions et un choc. (Nyack est un village situé dans le comté de Rockland, dans l'État de New York)

Je ne trouve pas beaucoup de bijoux de Charlton & Co créés par Maurice Duvalet, mais lorqu'il mourut il tint a ce que des bijoux de sa femme soient envoyés à sa grand mère.


Briche à l'envers soutenant une montre de poche


Coté face  de belles opales


Un petit ours tenant un crital de quartz brut


Dans un écrin de Charlton & Co


Merci à Frederic Lepecq qui m'a adressé ces photos familiales



"Quatre magnifiques designs de bracelets par Duvalet pour une cliente de Charlton & Co. L'utilisation de fleurs et de feuilles. Je n'ai pu trouver la date de ces dessins, j'aimerais tant en trouver d'autres

1935 Maurice Duvalet est bien implanté a New York.

D'après Marion Fasel, pendant le ralentissement des années de la Grande Dépression de 1920 au krack de 1929 ,Duvalet s'occupait  en dessinant des caricatures de clients qui passaient par la boutique et en acceptant des commandes spéciales de bijoux et d'objets. L'une de ses commandes spéciales les plus étonnantes était un « bracelet safari à six panneaux avec un tigre en diamant, un buffle d'eau, un rhinocéros, un lion, une antilope et un bélier sur un fond de laque noire et d'or sauvage. Ce bijou semi-formel témoignait de l'attirance des Américains pour l'appel de la nature. Hemingwayesque dans leurs loisirs, le même couple a également commandé une boîte à cigarettes pour célébrer la pêche en haute mer dans les Keys de Floride.

Duvalet était spécialiste dans les longues boucles d'oreilles élégantes, les colliers à pampilles et les colliers de 24 à 36 pouces avec des cristaux en forme de beignet. Ces bijoux pouvaient être portés fréquemment et avec de nombreuses robes différentes. Les créations ne représentaient pas un risque artistique. Ils convenaient aux Américains qui voulaient simplement être à jour de la mode "Penny Proddow"



En 1937 Maurice et Kate Duvalet  firent le voyage sur le paquebot Normandie.


Ces bracelets or diamants émail datent de 1937


Dessinés par Maurice Duvalet pour Charlton&co

Même si des commandes spéciales ont été faites pendant la grande dépression, Charlton a été affaibli par ces temps difficiles. Au début de la Seconde Guerre mondiale, l'entreprise doit abandonner son atelier et laisser Duvalet s'en aller. Il va  travailler chez John Rubel Co., une manufacture française basée à New York, puis chez Van Cleef & Arpels, où il termine sa carrière en réalisant de magnifiques créations comme la broche Red Boy de Jules Bache. À la mort de Todd en 1943, Chapin et Peacock liquidèrent les actifs de Charlton : Chapin prit sa retraite et Grant Peacock et son fils fondèrent Grant A. Peacock, Inc.
Ils n'étaient pas les seuls puisque Udall & Ballou, Marcus & Co, Paul Flato et E.M. Gattle fermérent .

L Exposition Universelle aux  États-Unis d'Amérique eut lieu en 1939 et 1940, a cette occasion Van Cleef & Arpels qui exposaient au pavillon Français  au vu de la conjoncture en Europe décidaient de rester à New York et s'installaient en étage 744, 5 eme avenue.
Van Cleef & Arpels furent bientot rejoints par leur fabricant parisien John Rubel & Co  qui arriva à New York en passant par l amérique du sud, plusieurs membres de la famille Arpels firent de même pour fuir les nazis 



Les trajets de Jules, Hélene, Salomon, Louis, et Lucienne Herrera Arpels  pour rejoindre Claude Arpels à New York en 1940 .

Van Cleef & Arpels (VCA) ouvre un magasin à New York en 1939. 
À Paris, VCA travaille avec l'atelier Rubel Frères, ouvert et dirigé par les frères Rubel John et Robert en 1915. Leur atelier était situé à proximité de le magasin VCA. En 1939, John et Robert ont déménagé à New York pour soutenir le nouvel emplacement, ouvrant une boutique sous le nom de John Rubel Co. Avec la Seconde Guerre mondiale faisant des ravages en Europe, il semblait plus sûr d'être aux États-Unis. Ils ont fabriqué pour VCA  à New York jusqu'en 1943, date à laquelle les deux entreprises se séparèrent.


Carte d'enregistrement de Maurice Duvalet 

Et pour Maurice Duvalet et les Rubel, le destin arrive au rendez vous avec les Ballerines.
John Rubel a travaillé en étroite collaboration avec le designer Maurice Duvalet, réputé pour avoir la « touche chic », tout ce qu'il touchait devenait chic. Les broches VCA Ballerina sont le fruit de l'imagination de ces deux joailliers.


1940 Les frères Rubel sont très vite happés par la vie new-yorkaise et mènent une vie mondaine.  C'est d'ailleurs en dìnant un soir dans un night-club latino du Lower East Side, El Chico, que John Rubel griffonne sur un coin de nappe la silhouette d'une danseuse de flamenco. Une gitane à la grâce animale et fragile, tenant sa jupe d'une main et claquant des talons. Il arrache le morceau de nappe en partant et dès le lendemain la montre à Robert, qui partage imrnédiatement son intuition. Ils confient le croquis au fidèle Duvalet qui le transforme en une magnifique broche. Elle sera la première d'une série de ravissantes ballerines, dont le fameux clip danseuse espagnole commandé par Van Cleef & Arpels. Ce sujet fut repris tres souvent pendant la guerre et John Rubel en fabriqua pour Van Cleef et Arpels jusqu'en 1943.
Maurice Duvalet avait dessiné ces ballerines avec des diamants taille rose, à l époque une grande quantité de bijoux anciens de la couronne d'Espagne avaient été amenés au Mexique puis vendus aux enchères à New York, ces bijoux étaient  sertis de "roses" en diamant.

Maurice Duvalet a déposé aux Etats Unis, un grand nombre de brevets pour ses créations, je ne les ai certainement pas tous trouvés.
Parallèlement, Duvalet explore le monde de la danse et s'inspire de danseuses célèbres telles qu'Anna Pavlova, Marie Anne de Cupis de Camargo et le Ballet russe. Les broches ont été fabriquées à Paris et à New York dans les années 1940 et 1950. Chaque ballerine est une pièce unique, avec un point commun : les danseuses ont toutes un visage en diamant taille rose. Les ballerines fabriquées à Paris étaient considérées comme des broches moins formelles à porter en journée, avec des tutus ornés de turquoise et de rubis, tandis que les ballerines fabriquées à New York étaient plus formelles et destinées à être portées en soirée avec des tutus ornés de diamants, de saphirs, de rubis et émeraudes. Les tutu étaient faits pour se draper comme du tissu et les bijoux ajoutaient de la texture tout en créant la forme du costume.
En plus de porter différents costumes (bien qu'elles portent toutes des chaussures à pointes), les ballerines capturent également le mouvement de diverses poses de danse, des pirouettes aux jetés aériens, ces précieux danseurs reproduisent les mouvements des ballerines humaines. Les belles ballerines ont connu un énorme succès auprès des fashionistas de l'époque qui se sont emparées de ces broches, notamment Marjorie Merriweather Post et Barbara Hutton. Les broches vont au-delà du ballet pour mettre en valeur d'autres styles de danse du monde entier qui reflètent la fascination de la Maison pour les autres cultures.(Tiré de IAJA)


Broches-ballerines et dessins. Debut des années 1940.
Dessinées par Maurice Duvalet.
Signées et diffusées par VanCleef & Arpels, New York. Réalisées par .John Rubel Co.
De haut en bas:
Revers d'une broche représentant Maria Camargo, ballerine française du XVllle siècle. D'après la peinture de Nicolas Lanoret, National Gallery of Art, Washington, D.C. Rubis, émeraudes, brillants, or et platine.
Maria Camargo. Rubis, émeraudes, brillants et platine.
Ballerine vue de profil, avec dessin. Rubis, èmeraudes, brillants et platine.
Anna Pavlova, étoile russe de la danse (XXe siècle). Emeraudes, brillants et platine.
Anna Pavlova, avec dessin. Rubis, emeraudes, brillants et platine.
Reproduite dans une publicité de Van Cleef & Arpels, Vogue, 15 mars 1944, p. 4. 
Broche-«fleur dansante» et dessins.
Début des années 1940. Or, rubis, saphirs et brillants. John Rubel Co.
Broche-ballerine. Debut des années 1940. Turquoise, rubis, or et brillants. \/an Cleef & Arpels, New York.
Broche-Cupidon et dessin. Début des annees 1940. Brillants, rubis, emeraudes, or et platine.
.John Rubel Co. Broche-Cupidon. Début des années 1940. Dessinée par Maurice Duvalet. Brillants et platine. Van Cleef & Arpels, New York.


Dans son livre "Le Prix des Bijoux, Françoise Cailles écrivait au sujet de cette broche(voir ci-dessous).

On peut remarquer qu'elle écrit "travail de Van Cleef & Arpels     alors que VCA n'avait pas d'atelier à New York en 1940, mais que c'est l'atelier des frères Rubel. Déjà 52.800 dollars en 1988.

Parmi les broches ballerines célèbres, on trouve celle inspirée par Marie Anne de Cupis de Camargo, une danseuse française du XVIIIe siècle. La broche rend hommage à sa célèbre réduction de la longueur de sa jupe de ballet pour que le public puisse mieux voir ses mouvements. 


Une autre broche a été inspirée par la danseuse russe Anna Pavlova, immortalisée dans une pose de révérence. Cette broche a également été créée pour Van Cleef & Arpels dans les années 1940.


Une ballerine , dessin gentiment offert par sa famille américaine


Parure Feuille de papyrus
Elle se compose d'une brochedouble épingle en or jaune 18K rehaussée de diamants, rubis et saphirs taille brillant et d'une paire de clips d'oreilles au modèle. Travail signé JOHN RUBEL C°
, d’après un dessin de Maurice Duvalet.
Poids brut : 73,97 gr. Dimensions de la broche : 8 x 7,5 cm. Dimensions des clips d'oreilles : 3 cm.  Revendus par TAJAN


                                                   Signature de John Rubel sur le systeme broche


1941

Ce serait la premiere , dessinée par Maurice Duvalet et fabriquée par les frères Rubel


1941 Productions d'étuis en or et pierres précieuses   


1941 Broche oiseau abstraite
Dessinée par Maurice Duvalet citrine  diamant et or, elle est signée Van Cleef & Arpels New York.
La plupart des bijoux d'oiseaux créés au cours de cette période étaient des pièces portables, certaines conçues dans des décors inhabituels, comme les oiseaux de Van Cleef & Arpels nichés dans des chapeaux de paille ; d'autres font avancer des concepts modernistes, tels que Maurice Duvalet L'oiseau abstrait de Duvalet de 1941 dont le corps en citrine ressemble plus à une créature d'un tableau de Miro qu'à un bijou.


Début des années 40 or rubis saphirs et diamants VCA New York


Ballerines de Duvalet pour Van Cleef & Arpels

Van Cleef & Arpels a arrêté la production des broches Ballerine dans les années 1960. Puis en 2018, VCA a créé une série de 12 broches Ballerines inspirées du conte de fées des frères Grimm, « Douze princesses dansantes » pour la semaine de la haute couture. Aujourd'hui, ces ballerines vintage ornées de bijoux sont de véritables objets de collection, si vous avez la chance d'en trouver une.


Début des années 1940  Duvalet pour John Rubel & Co



Broche Cupidon début des années 1940 Elle fut dessinée par Maurice Duvalet, diamants taille brillants et platine réalisée par l atelier John Rubel pour Van Cleef & Arpels New York


Broche or rubis saphirs et diamants John Rubel , début des années 1940

L’histoire derrière les clips est aussi colorée que leur apparence. Plusieurs membres de la famille Arpels, basée à Paris, venus à New York pour exposer à l'Exposition universelle de 1939, décident de rester alors que l'instabilité grandit en Europe. Mais l’heure n’était pas aux folies, et l’entreprise a réagi en produisant des pièces accessibles et légères, dont les broches ballerines. Certains ont été calqués sur des légendes telles que la célèbre danseuse française du XVIIIe siècle Marie Camargo et la sommité russe du début du siècle Anna Pavlova.
Ce qui est moins clair – du moins dans la tradition officielle – est l’influence exercée par une troisième superstar, la célèbre danseuse britannique Alicia Markova, qui était impliquée dans une histoire d’amour dans un tabloïd avec le cofondateur marié de Van Cleef & Arpels, Louis Arpels. Cholly Knickerbocker, la célèbre écrivaine de potins du milieu du siècle, a un jour noté qu'Arpels avait changé sa date de navigation dans l'Atlantique à grand peine, juste pour s'assurer que les deux étaient sur le même bateau.

C'est une révélation de Alexandra Peers pour  https://galeriemagazine.com/  rien d'étonnant Louis Arpels était un "Coureur" a part une petite erreur, Louis Arpels n a jamais été le cofondateur de la maison Van Cleef . A ce propos je vous conseille de lire l'un des passages sur lui dans mon article:


Deux brevets de 1942, si quelqu'un a des photos des bijoux réalisés



      1943 ; Dessin de Maurice Duvalet  pour Van Cleef & Arpels.


1944 Le comité de secours français du pays de Rockland envoie des délégués au défilé d'honneur ou à la journée de la résistance française qui se tiendra demain à New York. 
Au sujet de l'appel du 18 juin du Général De Gaulle. Maurice Duvalet participe.


1945 Dessinée par Maurice Duvalet Saphirs rubis , brillants or et platine : Signée Van Cleef & Arpels New York


Madame Raulet dans ses livres sur Van Cleef & Arpels n'a jamais cité Maurice Duvalet, cette photographie se trouve dans son livre , elle date ce clip de 1946 et ne cite que Van Cleef & Arpels sans citer John Rubel et Duvalet.


1945 Dessinée par Maurice Duvalet Saphirs rubis , brillants or et platine : Signée Van Cleef & Arpels
New York


Le Sculpteur joaillier orfèvre  Louis Féron né en 1901 et mort le 28 mars 1998, était un ami de Maurice Duvalet.
Louis Féron quitta le Costa Rica pour New York en 1945, où il devint citoyen Américain en 1951. Aux États-Unis, il conçut et créa des vases sacrés, des bijoux, et des sculptures pour des clients privés ainsi que pour les entreprises Rubel, Van Cleef et Arpels, Verdura, Schlumberger, Bronzini, Cartier, David Web, Tiffany & Société et Steuben Glass Works.
Dans ses mémoires il cite Maurice: 
J'ai reçu toutes sortes de commandes de Van Cleef & Arpels. 
Maurice Duvalet J'étais designer dans cette maison de joaillerie et l'un de mes meilleurs amis dans le métier. C'était un Parisien venant d'un quartier semblable au mien. Malgré son succès à New York, il n’a pas pu surmonter son passé. A partir de son dessin, il m'a été demandé de réaliser une petite boîte pour Mademoiselle Lily Pons. Lakne était représenté au milieu d'une végétation et de fleurs pleines de diamants et de pierres précieuses. Quelle réussite ; Lily Pons était ravie et Claude Arpels m'a appelé pour me dire combien il était heureux. Lors de ma prochaine visite, il a renouvelé son plaisir. J'ai proposé d'en faire un autre. Cette classe de box le plaçait seul au sommet à New York. Il répondit : « Oui, mais après, Féron, je dépendrais de toi, puisque tu es le seul à pouvoir le faire. Est-ce que tu comprends?" 
Plus tard, Arpels m'adressa Duvalet pour me demander de leur faire des boîtes. La répartie avec ces marchands était compliquée etMaurice n'était pas un combattant. J'ai dit à Arpels : « Je regrette que tu n'aies pas pris de risque avec moi » et je n'ai plus travaillé pour eux.


1946 C'est une broche de John Rubel dessinée par Maurice Duvalet , elle s'appelle " Les Rockettes" de radio city Hall


                                                1946 même la presse Française en parlait


C'est Maurice Duvalet qui a créé cette page de couverture de la traduction américaine d une nouvelle de Cesbron.



Adresse de Maurice et Kate à New York en 1946



1947 la fondation Rockland organise cette : Exposition Itinérante  d'art et d'artisanat
Maurice Duvalet expose des tableaux et dessins.


Voici la description de ce brevet déposé par Maurice Duvalet

Results for " 12 octobre 1948. M. DUVALET Ds. 151 335 ' BROCHE OU ARTICLE SIMILAIRE Déposé le 2 avril 1948 AU VENDEUR. Breveté le 12 octobre 1948 ÉTATS-UNIS Des. 151 335 BUREAU DES BREVETS DESIGN FOB A BRQOCH OU ARTICLE SIMILAIRE Maurice Duvalet, Congers, NY, cédant de Van Cleef & Arpels, Inc., New York, NY, une société du Delaware À tous ceux que cela concerne : Sachez que moi, Maurice Duvalet, citoyen des États-Unis, résidant à Congers, dans le comté de Rockland et l'État de New York, j'ai inventé un nouveau, original et. Dessin ornemental pour broche ou article similaire, dont ce qui suit est une spécification, étant faite au dessin ci-joint, qui en fait partie. La figure 1 est une vue en plan d'une broche ou d'un article similaire, montrant mon nouveau modèle. La figure 2 est une élévation latérale du mode de réalisation représenté sur la figure 1; de face de celui-ci et La figure 4 est une vue latérale de ce même bâtiment Je prétends : "

Or grace à  Esprit Joaillerie , je retrouve ce bijou dans un article fait par Charlotte Wanenbrouck dans lequel cette Licorne est donnée comme étant de Van Cleef & Arpels!!!!!!


Cette broche est donc créée  et brevetée par Maurice Duvalet , certainement fabriquée par John Rubel pour le compte de Van Cleef & Arpels New York.


Marion Mouchard de la Maison Van Cleef & Arpels me demande: Pensez vous que Maurice Duvalet s’est rendu au Cloisters Museum de New York pour voir la tapisserie de la chasse à la licorne ? Pourquoi pas, car La Chasse à la licorne est une série de sept tapisseries réalisées entre 1495 et 1505, période qui marque l'arrivée de la Renaissance en France. Sept scènes de vénerie représentent par étapes les piqueurs d'un écuyer poursuivant puis capturant une licorne, pour la conduire à la cour de son seigneur et sa dame. Elles sont aujourd'hui visibles au musée des Cloîtres (The Cloisters), département du Metropolitan Museum of Art à New York (Manhattan). Sa taille originale est de 351 cm sur 248,5 cm.



Magnifique broche Dessinée pour Van Cleef & Arpels réalisée par john Rubel


Le brevet de la broche Cow Boy


La Maison Philipps est une maison de vente aux enchères installée à Londres, et fondée en 1796. Elle fait partie des dix premières maisons de vente au niveau mondial (2016) reprise par LVMH
Dommage.......! Elle n'a pas signalé que cette broche était dessinée par Duvalet fabriquée par John Rubel en 1948 .
Provenance: Formerly in a Royal Collection.

Ursula Butschal me signale que ces pendants ont été réalisé, de même que le collier ci-après, pour Van Cleef & Arpels:




Maurice Duvalet en visite à sa famille en Normandie il est en costume gris clair
photo communiquée par Frédéric Lepecq


Grace a mon amie Ursula Butschal  je peux ajouter la réalisation de ce collier pour Van Cleef & Arpels Ursula c'est la revue  https://royal-magazin.de/category/noble-jewels/
Je vous recommande la Revue de Ursula



Au lendemain de la parution de l'article j'ai reçu ce mail  avec la photo du collier:

Bonjour Jean-Jacques,
Je crois que c'est le collier correspondant au croquis de Duvalet.
Bon travail comme toujours :-))

Grüsse
Ursula Butschal





Le voici réalisé et en vente chez Inez Stodel grande antiquaire en joaillerie à Amsterdam

Une broche en or 18 carats avec des bras et des jambes mobiles en perles de culture graduées et une tête en rubis cabochon, signée et numérotée : Van Cleef & Arpels, NY, 15838, brevet : Maurice Duvalet, 1949, de la collection Doris Duke. longueur : 5 cm. poids : 9,8 grammes: j'ai fait un grand article sur Doris Duke


15 février 1949. M, VLT Des. 152 680
BROCHE OU ARTICLE SIMILAIRE Déposé le 26 octobre 1948 dans U671 [07 Breveté le 15 février 1949 DESIGN DU BUREAU DES BREVETS DES ÉTATS-UNIS POUR UNE BROCHE OU UN ARTICLE SIMILAIRE 7 Maurice Duvalet, Congers,-NY, cédant à Van Cleef & Arpels, Inc., Nouveau York, NY, une société du Delaware Demande du 26 octobre 1948, numéro de série 149 294
Durée du brevet 30 ans Sachez que moi, Maurice Duvalet, citoyen des États-Unis, résidant à Congers, dans le comté de Rockland et l'État de New York, j'ai inventé un nouveau dessin original et ornemental pour broche ou article similaire, dont le Voici une description, référence étant faite au dessin annexé, qui en fait partie.
La figure 1 est une vue en plan d'une broche ou d'un objet similaire. RÉFÉRENCES CITÉES Les références suivantes sont enregistrées dans le dossier de ce brevet :
BREVETS DES ÉTATS-UNIS Numéro Nom. Date D. 139 137 I Gravitt, 10 octobre 1944 D. 139 140 Gravitt, 10


Maison de Maurice ..Archives de Mr Fredéric Lepecq


Je pense que ce cliché date des années 1950, car c'est le paquebot America ou l'United States.
Ayant bénéficié de subsides du gouvernement pour sa construction, le United States entre en service en 1952. Il est alors (et reste) le plus grand paquebot construit par les États-Unis, et le paquebot le plus rapide au monde. Il bat immédiatement le record de vitesse avec une pointe à 38,5 nœuds (40 nœuds selon les instruments de l'époque), prenant le Ruban bleu au Queen Mary. Cependant, la concurrence des avions de ligne mirent fin à cet âge d'or. L’America est vendu à la Chandris Line et le United States est retiré du service en 1969 (il est actuellement à quai à Philadelphie).







1964 Maurice et Kate Duvalet chez eux aux USA


1968-1970 Maurice Duvalet


Maurice Duvalet a sa table de travail, années 60


Aucun renseignement sur cette personne au bras de Maurice Duvalet devant le magasin Van Cleef & Arpels , photo transmise par sa famille américaine



                                                 1980 les amis américains de Maurice Duvalet


                                       1988 Sotheby's vend des ballerines de Maurice Duvalet 


Maurice Duvalet est décédé en 1971.

Si vous avez des documents ou des photos de ses bijoux, je serais très heureux de les ajouter 
Me les adresser à : richard.jeanjacques@gmail.com : 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N hésitez pas a laisser des commentaires, même anonymes et je répondrai

Alfred Bernard MEYER : l'émail au service de la joaillerie, mais aussi de la peinture impressioniste

 De tous temps, les émailleurs on été associés aux Joailliers Alfred-Bernard Meyer est né à Paris le 22 juillet 1832 dans le 8 eme arrondiss...