mardi 1 septembre 2020

Les Bijoux d'une milliardaire américaine : Doris Duke



Quelle photographie choisir pour représenter Doris Duke?, j ai choisi celle là,  car sur la plupart des autres photos, elle a un visage dur qui manque d instantanéité.

J ai surtout traité la vente de ses bijoux, pour montrer ce que peut collectionner une milliardaire, Doris Duke a hérité d'une superbe collection  de bijoux de sa famille, y compris un magnifique diamant,  le collier perle et guirlande  en platine de la belle époque par Cartier .Aussi impressionnante est la bague Tiffany, sertie d'un diamant rectangulaire de 19,72 carats, vers 1935, qui appartenait à l'origine à la mère de Doris Duke Nanaline. Doris Duke aajouté à sa collection et a commandé des pièces de Cartier qui intégraient des gemmes historiques taillées , en particulier les émeraudes, de la période moghole de l'histoire indienne. Elle s'était  intéressée  également à des pièces emblématiques de designers modernes  tels que Verdura, Seaman Schepps et David Webb, avec qui Doris Duke a collaboré. 



De toute sa collection, c'est le bijou que je préfère(lire plus loin)


Doris Duke, est née le 22 Novembre 1912 à New York , Elle avait hérité de la fortune considérable de son père à sa mort en 1925, Elle avait 13 ans. 
Elle a gardé de son héritage  d' innombrables trésors, mais elle  constitua des collections acquises lors de  ses excursions à travers le monde mais aussi des collections d'art islamique et du Sud-Est asiatique. Mais je ne m' intéresserai qu' aux bijoux qui furent mis en vente après sa mort.



De sa collection il semble que ce soit le bijou plus ancien qu'elle ait gardé

Une boite de tabac à priser en or et émail fabrication suisse.

De contour cylindrique, entièrement décorée de motifs feuillagés en émail cloisonné polychrome, vers 1830, 3½ x 1¼ x 1¼ in. Signé JF Bautte, Genève





Groupe de bijoux anciens
Comprenant un collier de perles de corail à deux brins, centré sur une plaque de corail sculptée à motif feuillagé, (la plaque peut également être portée comme une broche), vers 1860, 16 pouces; un bracelet à maillons de corail sculpté, centré sur une plaque de corail sculptée à motif feuillagé,  vers 1860, 6 pouces; une broche en forme de raisin perlé de corail, avec des feuilles d'or texturées et de la vigne, et une paire de pendentifs d'oreille en suite, montés en or, (illustré), vers 1860, dans un étui ajusté en cuir noir; un bracelet, composé de sept camées coquillage, montés en métal doré, vers 1870, 7¼ ins., dans un écrin de velours 



1880 environ  une broche camée en agate, entourée de demies perles, et une paire de pendants d'oreilles  montés sur or

Comment ces bijoux anciens lui sont ils parvenus? La plupart viennent de sa mère, Nanaline Duike, et la maison Christie's l a indiqué.





Montre de poche ancienne en or et émail bleu de Longines
Avec mouvement à levier nickelé, cadran circulaire blanc avec chiffres arabes bleus et aiguilles en or, secondes subsidiaires, dans un boîtier en émail bleu richement décoré, rehaussé de diamants taillés en  rose, suspendu par une broche fleur de lys de conception similaire, montée en or 18 carats, vers 1890, avec marque de dosage suisse
Mouvement signé Longines; cuvette signée Longines, Grand Prix, Paris 1889; étui intérieur no. 783923  
Provenance Nanaline Duke, et par descendance  vers Doris Duke.



Christie's  a nommé ce bracelet  " A Native Américan Bracelet, il est composé de perles en Ambre,  Turquoise, Lapis Lazuli,  et monté sur argent.
De nos jours, aux États-Unis , on préfère les expressions « Native Américans » (Américains d’origine), « Native peoples » (peuples d’origine), « Américan Indians » (Indiens d’Amérique), « First Nations » (Premières Nations), « Aboriginal Peoples » (peuples aborigènes), « Indigénous Peoples of America » (peuples indigènes d’Amérique), « Amérindians » (Amérindiens) ou encore « Amérinds » ; mais aucun n’est vraiment satisfaisant en raison de la diversité de ces peuples et parce que ces derniers les rejettent et préfèrent employer leur nom d'ethnie ou de tribu. 


Je trouve très intéressante cette broche datant de la fin XIX ème ,en argent, sur laquelle sont sertis des topazes en réalité incolores, mais qui ont pris couleur grâce au papier l aluminium  collé sous les pierres





Daté de 1900 un groupe de bijoux  dont émerge surtout une ancienne broche en forme de crabe en opale blanche sculptée, rehaussée de diamants taille variable, montée sur argent et or, vers 1900 ; 
une ancienne broche cœur myosotis en diamant et émail, montée sur or, vers 1890 ; une broche pendentif en opale sculptée, rehaussée d'un diamant taille circulaire, montée en or; et une ancienne paire de pendentifs d'oreilles en émail, diamant et opale, montés sur or 18 carats, vers 1900.

 






Un sac de soirée serti de diamants

La monture en or gravé ajouré, sertie de diamants européens anciens, de forme marquise et poire, suspendant un sac en maille d'or, à la poignée en chaîne à maillons ovales, montée en or 14 carats, vers 1905, 6½ x 4½ pouces ., 7,80 onces. Provenance Nanaline Duke, et par descendance Doris Duke




UN PENDENTIF BELLE EPOQUE SAPHIR ET POMPON DIAMANT
Le pompon à pince de diamant, se terminant par une garniture en saphir taille carrée, suspendu par un diamant serti pavé et une calotte en saphir taille triangulaire, au maillon en saphir de taille carrée et à la bélière en diamant à taille unique, montés en platine, vers 1905
Provenance Nanaline Duke, héritage de  Doris Duke




Christie's définit ainsi ce collier pendentif en diamants

Le pendentif en diamant en forme de poire, dans une monture en diamant ajouré en taille unique, rehaussé de trois pampilles en diamant en forme de poire, suspendues par une perle, mesurant environ 8,80 mm, d'une plaque de diamant taille coussin de conception similaire, jointe aux festons de diamants poire, marquise et français à quatre rangs, avec une seule et ancienne garniture et fleurons de diamants taille européenne, encore rehaussés par un fermoir ajouré en diamant de taille européenne , monté en platine, vers 1908.
James B. Duke l'avait acheté chez Cartier à Paris, 24 décembre 1908, pour 18 500 francs



La collectionneuse de San Francisco, "Adrianna Pope Sullivan" essayant ce collier qui avait été offert a Nanaline Duke  en 1908 et faisant partie pour Doris de son héritage.




ÉPINGLE À CHAPEAU ART DÉCO SAPPHIRE ET DIAMANT, PAR CARTIER.
C'est une épingle à Cheveux Saphirs et diamant de Cartier.
Saphir taillés en calibrés
Conçu comme un saphir taille calibré, rangée de diamants taille ancienne monté sur platine et or, vers 1920.
Signé Cartier Paris New York, nos. P261, 162 Provenance Nanaline Duke, et par descendance à sa fille Doris Duke




Une montre en émail platine et or de Tiffany and C° .
Cadran circulaire avec chiffres arabes et aiguilles en acier bleui, dans un cadre d'émail vert et rose, bordure ajourée diamants , le revers rehaussé d'un émail guilloché vert et bleu, rehaussé en son centre d'un fleuron émeraude en diamant taille rose et cabochon, monté sur platine et or 18 carats,vers 1920, avec poinçons Suisse suisse, Cadran signé Tiffany & Co .; mouvement signé CH Meylan Swiss, no. 21614; inverse du cadran no. 21614; fond du boîtier no. 1852.Provenance Nanaline Duke, et par descendance à sa fille Doris Duke




1920 Une bague Art déco par Tiffany

Centrée sur une émeraude de taille rectangulaire, flanquée de chaque côté de diamants taille baguette, montée en platine, vers 1920 Signée Tiffany & Co.




1920 Bracelet large Art Déco perles et diamants par Cartier

Panneau rectangulaire serti de diamants taille ancienne européenne et ancienne, rejoint par un fermoir de conception similaire, monté en platine, avec perles fines vers 1920, 6½ ins.

Signé Cartier, no. 3519688

 



Le manoir Rough Point de Doris Duke à Newport  Rhode Island



1922 et 1935 Une montre bracelet Art déco en diamants
Cadran rectangulaire blanc avec chiffres arabes noirs et aiguilles en acier bleui dans un entourage de diamants taille unique reliés par des diamants taille baguette bracelet en diamant européen et taille baguette, mouvement vers 1922, bracelet vers 1935, 6¾ ins.

Cadran signé Charlton & Co. New York; mouvement avec poinçon de Genève, no. 9061; bracelet signé Cartier Provenance James B. Duke; Charlton & Co., 20 décembre 1922, (montre-bracelet en diamant avec anneau de perles) Cadeau à Nanaline Duke, et par descendance à Doris Duke





Un élégant bandeau Art Déco, perle  naturelle et diamants, par Cartier

L' anneau effilé ancien diamant taille européenne ajouré, de dessin géométrique, centré sur une perle, mesurant environ 13,10 mm, rehaussé de deux diamants en forme de poire, monté sur platine, vers 1924.Signé Cartier, no. 2419203 Avec rapport 13163096 du 10 février 2004 du Gemological Institute of America déclarant que la perle est naturelle Le poids total de la perle naturelle est d'environ 12,77 carats. Provenance Nanaline ou James B. Duke; Cartier, 1er mars 1924, 23000 $, et par descendance vers Doris Duke.




1925 Une montre art déco de Jaeger

Avec mouvement à levier bijou fini nickel, cadran circulaire argenté, dans un pavé serti de diamants et entourage géométrique rubis taille calibré, monté en platine, vers 1925

Cadran signé Jaeger, PL Levy ; mouvement signé Jaeger LeCoultre, no. 95383; étui et fond no. 77639



1925 Dommage, on ne sait de qui est cette merveilleuse broche  "Junk Ship" art déco en diamant. 

Conçue comme une jonque à voile en diamant serti pavé, rehaussée d'une bordure en diamant taille baguette et d'accents saphir et rubis taille calibré, montée en platine, vers 1925 Numérotée 4624




1925 un bracelet de Cartier Au centre un saphir carré d'environ 35,53 carats, flanqué de chaque côté de deux diamants taille baguette, maillons rectangulaires diamant taille circulaire et espaceurs saphir taille calibré , joint au bracelet à six rangs de perles de rocaille, rehaussé d'un fermoir de conception similaire, vers 1925, 6 1/4 ins., monté sur platine,Signé Cartier, no. 24121

Accompagné du rapport no. CS 1082277 du 16 mars 2017 de l'AGL American Gemological Laboratories indiquant que le laboratoire est d'avis que l'origine de ce saphir serait classée comme Ceylan (Sri Lanka), sans preuve gemmologique d'amélioration de la chaleur ou de la clarté Anciennement de la collection de Doris Duke. Précédemment vendu chez Christie's New York, The Doris Duke Collection of Important Jewelry, 2 juin 2004.




Très riche bracelet, ce n'est pas ce que je préfère, mais: c'est un beau bracelet art déco de Cartier, Christie's le présente ainsi :
La bande géométrique diamant baguette ajourée, de conception flexible, centrée sur un diamant taille marquise, pesant environ 7,19 carats, flanquée de part et d'autre de diamants en forme de poire, pesant environ 7,03, 6,24 , 4,98 et 3,76 carats, joints par des maillons en diamants sertis pavé et des entretoises cintrées en diamant taille baguette, montés en platine, vers 1927, 7 ins., Dans un étui en cuir rouge Cartier Signé Cartier, no. 2716752

Avec cinq rapports datés du 29 janvier 2004 au 26 février 2004 du "Gemological Institute of America "indiquant que le poids, la couleur et la pureté des diamants sont les suivants:
7,19 carats, couleur F, pureté VS1; 7,03 carats, couleur F, pureté I1; 6,24 carats, couleur D, pureté VS1; 4,98 carats, couleur G, pureté SI1; 3,76 carats, couleur G, pureté SI2
Provenance: Nanaline Duke, et par descendance vers sa fille Doris




Même bracelet de Cartier


Présentation lors de la vente de 2004



Collier Spectaculaire Un collier de diamants tient une frange de douze grands diamants taille table avec au dos une feuille d'aluminium, chacun dans des cadres de diamant ronds le diamant central de taille de table , monté sur platine, (la plupart des gouttes de diamant sont détachables), 15½ pouces.

Provenance Madame Ganna Walska: Parke-Bernet Galleries, 1er avril 1971, lots 80-82, 83750 $

Lors de la vente Parke-Bernet du 1er avril 1971, Doris Duke a acheté le lot 80 pour 7 250 $, le lot 81 pour 14 000 $ et le lot 82 pour 62 500 $. Elle a probablement combiné les trois lots (un pendentif, des boucles d'oreilles et un collier) pour créer le collier actuel avec un grand pendentif central de style lustre. La vente à laquelle elle a acheté ces lots, "L'importante collection de bijoux de Madame Ganna Walska" était une vente à un seul propriétaire de la flamboyante soprano polonaise Ganna Walska (née en 1887). Il est intéressant de noter que Walska a apparemment acheté le collier à Cartier au début des années 1930 et l'a modifié à son goût. Lorsque le collier a été mis aux enchères en 1971, le collier est apparu assez différent, mais avec les mêmes gros diamants à dos d'aluminium, chacun dans les bordures de diamant de taille circulaire d'origine.




Doris Duke photographiée avec le collier de perles ci-dessous.





1930 Un collier de 57 perles mélangées de perles de culture et de perles naturelles, mesurant environ 6,40 à 10,50 mm, jointes par un fermoir en diamant de taille rectangulaire, pesant environ 3,30 carats, monté en platine, signé Cartier, no. 3016170 Avec un rapport 13163074 du 18 février 2004 du Gemological Institute of America indiquant que le collier est composé de trente-neuf perles naturelles et dix-huit perles de culture
Avec un rapport 10585867 daté du 17 février 2004 du Gemological Institute of America indiquant que le diamant est de couleur E, Clarté VS2 .
Provenance Nanaline Duke; Cartier New York, 31 juillet 1930 Don à Doris Duke.
Qui a ajouté les perles de culture??? si j'étais milliardaire, je ne l aurais pas fait.


1930 Christie's nous indique : que ce sont deux broches clip de Cartier or de nombreuses photos de Doris Duke nous les représentent montées en bracelet,  monté sur platine et or 18 carats, (illustré comme un bracelet jonc), vers 1930, avec poinçons français et poinçons de maître de Cartier 

Provenance Nanaline Duke; achat chez Cartier, 23 décembre 1930, 2200 $

Cadeau de mariage possible à Doris Duke et James Cromwell, 1935






UNE PAIRE DE BRACELETS ART DÉCO DIAMANTS ET PERLES DE CULTURE
2 bracelets art déco diamants et perles de culture Conçus chacun comme cinq brins de perles de culture graduées, mesurant environ 4,80 à 7,60 mm, réunis par un fermoir boule en diamant serti pavé, rehaussé d'une garniture en diamant taille baguette, monté en platine, vers 1930, chacun 6½ ins. Provenance Nanaline Duke, et par descendance vers Doris Duke sa fille





1930 2 Bracelets art déco diamants par CARTIER 1930 Doris Duke avait 18 ans (NDLR)

Composés chacun de trois lignes indépendantes de diamants taille circulaire, navette, marquise et baguette, entrecoupées de motifs sculptés en diamants sertis pavé, vers 1930, 6 5/8 pouces. et 6 7/8 pouces, montés en platine, peuvent également être portés comme un tour de cou de 13¼ pouces.
Chacun signé Cartier, nos. 8410, 8354, 822 Provenance: Anciennement de la collection de Doris Duke car il avait été précédemment vendu chez Christie's New York, The Doris Duke Collection of Important Jewelry, 2 juin 2004




Aout 1931 dans le journal "Comoedia"  et par la suite elle a toujours aimé Paris (en France) car il y a Paris au nord Texas : .Paris a été fondée en 1845, à l'époque où le Texas était encore une république indépendante. Elle a été ainsi nommée en référence à la capitale de la France.



C'est encore un bijou de sa mère dont elle a hérité: une paire de clips d'oreilles de CARTIER

Chacun conçu comme un rouleau de diamant serti pavé, rehaussé d'un diamant central ancien de taille européenne et d'une garniture de diamants taille baguette, montés en platine, vers 1933 Signé Cartier, no. 3519904 (partiellement indistinct) Cartier New York, 22 novembre 1933, 1500 $,



1934  Doris a 22 ans



1934 portrait de Doris par Cecil Beaton



UN SAC DE SOIRÉE ART DÉCO DIAMANT ET ÉMAIL EXQUIS, PAR CARTIER

De contour carré, le sac en soie noire rejoint par un fermoir en émail noir, rehaussé à chaque extrémité par des plaques de diamants sertis pavés ajourés, à la tirette centrale en diamant serti pavé de motif géométrique , centré sur un diamant taille ancienne,  ligne centrale de diamants taille baguette, s'ouvrant pour révéler un intérieur en soie blanche avec un miroir séparé, monté en platine, vers 1934, 6 3/8 x 5 7/8 x 5 / 8 ins.

Signé Cartier Provenance Nanaline Duke, et par descendance vers sa fille Doris Duke




Dessin Original remis avec le Sac


UN BRACELET ART DÉCO ÉMERAUDE ET DIAMANT EXQUIS, PAR CARTIER
De conception indienne, centré sur une plaque émeraude cabochon de contour circulaire, avec garniture en diamant taille unique, flanquée de chaque côté d'épaules trèfle diamant taille européenne à l'émeraude cabochon et quatre - bracelet en perles de culture à perles, mesurant environ 4,50 mm, joint par un fermoir en diamant de taille circulaire et rectangulaire, monté sur platine et or, vers 1934, 6½ pouces. Signé Cartier Paris New York, no. 2717519  P
rovenance Cartier New York, 31 décembre 1934, 18505 $ (comme broche)


Cartier a commencé à acheter toutes les pierres précieuses disponibles en Inde, y compris des émeraudes, des saphirs et des rubis délicatement sculptés. Beaucoup de ces pierres ont été incorporées dans les bijoux Tutti Frutti de Cartier. Des pierres précieuses de qualité taillées en cabochon étaient souvent utilisées pour réinterpréter des motifs moghols de l'art de l'empire moghol, qui fusionnaient des éléments hindous et persans.
Ce bracelet, incorpore trois des pierres précieuses les plus appréciées des bijoux indiens: les émeraudes, les perles et les diamants. Les émeraudes cabochons richement saturées sont le point central du bracelet, la plaque géométrique audacieuse, bordée de diamants, étend des accents de diamant et d'émeraude au simple bracelet de perles à quatre rangs et au fermoir en diamant Art déco. Le bracelet est un excellent exemple de l'interprétation de Cartier des bijoux moghols. C'est aussi intéressant dans le contexte de la collection de Doris Duke puisque son achat du bracelet et du clip en décembre 1934 a précédé son premier voyage en Inde et l'avènement de sa passion pour la collection de bijoux moghols.

En février 1935, Doris Duke épousa James Cromwell et les jeunes mariés passèrent la majeure partie du reste de l'année en lune de miel en Inde. C'est au cours de ce voyage que Miss Duke a été captivée pour la première fois par la culture indienne, en particulier les arts décoratifs et les bijoux. Le couple a acheté des tapis, des sculptures en ivoire, des carreaux, du jade, des bronzes, des vêtements et des bijoux. Plus tard, Doris collectionna en abondance les bijoux indiens, se délectant de leur patrimoine autant que de leur élément décoratif. Comme pour tous ses bijoux, Doris Duke a fait preuve d'un goût raffiné dans la sélection ainsi que de la refonte de certaines pièces selon ses préférences.(Christie's)





1935 dans le journal L'exelcior" le mariage de Doris 




Ce collier est composé de 53 perles émeraude graduées, reliées par un fermoir à plaque ancienne en diamant de taille européenne, centré sur une émeraude cabochon pain de sucre, monté en or et argent, vers 1935, Le poids total des émeraudes est d'environ 224,90 carats



Aux XVe et XVIe siècles, avec l'avènement des conquistadors espagnols et leur prise de l'empire inca, les émeraudes colombiennes ont commencé à voyager à travers les océans vers l'Europe et les Philippines, qui étaient une colonie espagnole à l'époque. Des Philippines, les émeraudes ont continué à voyager vers les Maharajahs de l'Inde. La dureté relativement douce des émeraudes a permis aux empereurs moghols de graver des versets du Coran dans les pierres précieuses ainsi que des motifs feuillagés exquis. Les Maharajahs ont mis les pierres colombiennes dans des ceintures élaborées, des bracelets kada et des coiffes. Les plus importantes des mines colombiennes étaient Muzo et Chivor, situées à environ 120 km de Bogota. Les Incas ont rigoureusement défendu les emplacements des mines sacrées en en cachant le chemin; ils ont été découverts accidentellement en 1558.

Les émeraudes colombiennes sont apparues dans de nombreuses collections royales et ont depuis été mises aux enchères. . La plus célèbre peut-être fut la collection des joyaux de l’Impératrice Eugénie, vendue le 24 Mai 1887, qui contenait plusieurs émeraudes magnifiques et qui fut achetée par Tiffany & C°.

    Plus récemment, en 1992, une collection de diamants et d’émeraudes proposée à la vente pour le compte de la Fondation caritative de Madame James de Rothschild fut vendue par Christie’s à Genève .

Les trois colliers de perles d'émeraude lots 84, 103 et 104 appartenant à Doris Duke contiennent des émeraudes qui proviennent probablement des mines de Muzo. Les colliers ont probablement été achetés en Inde lors de sa lune de miel avec James Cromwell en 1935. La couleur intense et la saturation distincte qui caractérisent une émeraude colombienne sont parfaitement illustrées dans ces colliers remarquables. Doris Duke, avec sa fascination pour la culture orientale, serait intriguée par le voyage des émeraudes tout en appréciant leur beauté unique.



Un bracelet  avec 2 perles .

bracelet cannelé articulé avec  2 perles de culture couleur dorées, mesurant environ 12,00 x 14,00 mm, dans un entourage diamant monté en or 18 carats, 





1935 : Une alliance diamants taille baguette,  flexible, montée sur platine,et une alliance rubis, de vingt-sept rubis taille rectangulaire, montés en platine,, taille 3½, poinçon garantie française chacun vers 1935 Bague en diamant signée Cartier





Un bracelet dit "LUDO" or jaune de Van Cleef & Arpels de 1934 . Ce fut le premier modèle appelé Ludo en hommage au surnom de Louis Arpels et non parce qu'il l'avait inventé.....
Le fermoir proviendrait de Nanaline Duke acheté en inde par un pilote d avion de la RAF Imre Schwaiger en 1935 . Le bracelet Ruban or lisse composé de motifs "briquettes" date de 1934
alors que le Ludo avec hexagone dare de 1935. Signé Monture Van Cleef & Arpels, no. 3-744CS Provenance, Nanaline Duke; Imre Schwaiger, 20 avril 1935, 3000 roupies, (fermoir)
et par héritage à Doris Duke



UNE BROCHE  PLUME EN DIAMANT ET OR, PAR FULCO DI VERDURA POUR PAUL FLATO

Conçue comme deux plumes d'or sculptées, rehaussées d'une garniture en diamant à taille unique, nouée avec un ruban de diamants taille ancienne et à taille unique, montée en platine et or, vers 1935


Note personnelle: Verna Ostertag était mariée à Arnold Ostertag grand joaillier dont je vous recommande la lecture de son histoire, https://www.richardjeanjacques.com/2016/07/arnold-ostertag-lun-des-grands.html  Cette broche avait été fabriquée pour Paul Flato et vous verrez dans mon article que la  veuve de Ostertag s'était remariée avec Paul Flato avec qui cette superbe femme eut une fille Susan Flato qui m a contacté de New York après mes recherches pour l'article sur Ostertag. lisez la suite sur mon article.





1934 UNE BROCHE ART DECO EMERAUDE, PERLE ET DIAMANT, PAR CARTIER

Une grappe d' émeraudes cabochon avec un premier rang de diamant taille brillant et taille rose, perles, mesurant environ 7,70 mm, chacune surmontée d'un diamant de taille unique , alternativement sertis d'anciens diamants taille européenne, rehaussés de diamants simples, poires et anciens, de diamants taille européenne, d'émeraude cabochon et de perles de culture, de noeuds et de trèfles montés sur platine et or, vers 1934 .
Signé Cartier Mtg, no. 54-52481 Provenance Cartier New York, 31 décembre 1934, 5785 $ (bracelet)



Bague Solitaire avec 1 diamant de taille rectangulaire, pesant environ 19,72 carats, , monté en platine, vers 1935 Signé Tiffany & Co.
Avec rapport 0402031 daté du 9 février 2004 du laboratoire de gemmologie de Gübelin déclarant que le diamant est de couleur D, pureté VS2; accompagné d'une note indiquant que sur la base de son spectre infrarouge, le diamant de 19,72 ct décrit dans le Diamond Report No.0402031 est classé comme un type IIa, avec un rapport 13149214 du 26 janvier 2004 du Gemological Institute of America indiquant que le diamant est de couleur D, Clarté VS1; accompagné d'un diagramme de travail indiquant que la clarté est potentiellement irréprochable Provenance Nanaline Duke, et par descendance  vers Doris Duke



1935 dans le Petit Journal

1935 Chaque rang est composé de soixante ou soixante et une perles d'émeraude graduées, jointes par un unique et ancien fermoir à plaque percée de diamants de taille européenne, centré sur une émeraude cabochon, montée en or et argent, vers 1935, 18¾ ins.
Le poids total des émeraudes est d'environ 541,40 carats


1937 dans l écho d'Alger



1937 UN BRACELET MULTI-GEMMES, DE SEAMAN SCHEPPS

Composé de cinq lignes de saphir cabochon indépendants, reliés par un fermoir à panneau rectangulaire ajouré, conçu comme une branche d' arbre en or poli, serti de feuilles de saphir sculptées?  d'oiseaux et de diamants, rubis et émeraude, montés sur  platine et or


 




Broches pour cheveux Chacune conçue comme un croissant de diamant ronds et baguettes

Provenance  Cartier New York, 30 avril 1937, 1 900 $ (broche à pince / barrette à cheveux)





 

Provenance: Cartier New York, 30 avril 1937 65000 $

James H R Cromwell (1896-1990), en cadeau pour sa femme Doris Duke qu'il a épousée deux ans plus tôt Mme Doris Duke (1912-1993)

Christie’s New York, Magnificent Jewels from the Doris Duke Collection, 2 juin 2004, 


Ce collier avait été acheté  chez Cartier à New York le 30 avril 1937 pour 65 000 $. Seul le montage a été vendu aux enchères car Doris Duke avait gardé tous les plus gros diamants de cet important collier. Au fil des ans,Doris Duke a fait ressertir les pierres sur de nombreux autres bijoux, suivant les tendances et explorant des créations de bijoux d'avant-garde. Il est intéressant de noter que seul le montage a obtenu presque autant aux enchères que le prix d'achat initial du collier en 1937. 




L'acheteur a ensuite passé des années à remplacer minutieusement toutes les pierres manquantes par des diamants appropriés à l'âge, redonnant au collier son ancienne gloire.Puis en mai 2017 , le collier réapparait chez Christie's: soigneusement restauré avec des diamants adaptés .






Le collier diamant carré, ancien et taille baguette, suspendant à l'avant douze pompons gradués, chacun serti de diamants taille coussin, anciens et baguette, aux motifs latéraux défilants diamant simple et ancien, 38,5 cm, montés en platine, soigneusement restauré avec des diamants adaptés à l'âge. Signé Cartier


Un poudrier multi-gemmes émail et or de CARTIER

Rectangulaire, le boîtier en or et lapis lazuli gravé avec détail en émail noir, le dessus centré sur un motif feuilleté en émail polychrome, accentué par un cabochon de pain de sucre et un dessus en chamois taille calibré saphir, rubis, émeraude et améthystes, l'ouverture du poussoir sertie de manière similaire pour révéler un miroir ajusté et deux compartiments à poudre, montés en or 18 carats, vers 1937, 2 x 3½ x ¾ pouces, avec poinçons français .
Signé Cartier Paris Londres New-York Fabriqué en France, no. 1479, 1698, 5004.
Provenance Cartier New York, 13 avril 1937, 2500 $




Paire de pendants d'oreilles en diamants de Cartier
Chacun conçu comme une ligne étagée en diamant taille baguette, suspendant un lien de diamant unique et taille baguette aux deux gouttes de diamant taille briolette, montées en platine, vers 1937 , Signé Cartier  achetés chez Cartier New York, 30 avril 1937, 4 950 $



Tres belle idée de Paul Flato cette paire de clips d'oreille :

Chacun conçu comme un double éventail en or cannelé et mat, se terminant par deux rangées de perles de culture, mesurant environ 3,50 mm, chacune surmontée d'un accent de pince de diamant à coupe unique, monté en or, vers 1939



UN BRACELET RÉTRO SAPHIR, DIAMANT ET OR, PAR CARTIER

La manchette à charnière, composée d'une série de maillons en or poli, chacun centré sur une plaque en or rose, rehaussée d'une ancienne garniture en diamant taille européenne et reliée par des maillons arqués en saphir taille calibré , montée en platine, or jaune et rose, vers 1939, diamètre 2 ins. Signé Cartier New York, no. 3918096  Provenance

Nanaline Duke, et hérité par Doris Duke




1940  James_H._R._Cromwell en manteau clair  mari de Doris Duke a son coté




Un étui à cigarettes selon Marchak , De contour rectangulaire,le boitier est en  argent texturé, renforcée par polis équilibre d'or et saphir calibrés coupe lignes, monté en argent sterling et en or 18 carats, vers 1940, 4 ½ x 3 ¼ x ½ ins. , avec poinçons d'état français  et marque de fabricant
Signé Marchak Paris




UNE PAIRE DE BROCHES CLIP SAPHIR ET FLEUR DIAMANT
Chacune est conçue comme une fleur sertie de diamants sertis pavé avec au centre  un diamant  de taille européenne, rehaussée d'une garniture en saphir carré, prolongeant une tige de diamant taille baguette avec une forme de poire feuille de diamant, montée en platine, vers 1940 provenance Nanaline Duke, et par descendance vers Doris Duke




UN BRACELET EN RUBIS ET CHALCÉDOiNe, PAR PAUL FLATO

Conçu comme des brins entrelacés de perles simulées de rubis et de calcédoine verte, reliés par un fermoir sphérique en or mat, rehaussé par des accents de diamants simples et baguettes, vers 1940, 8¼ pouces.Provenance Paul Flato, 2 janvier 1940, 200 $ (fermoir)






Deux bijoux or et pierres fines
Composés d'une broche de marionnette articulée en or poli, sertie d'une face rubis cabochon et d'un corps en perles de culture, montées en or, dans un boîtier en daim gris Van Cleef & Arpels ; et une broche colibri rubis cabochon sculpté, rehaussée d'accents de diamants taille circulaire, montée en platine et or 14 carats Broche marionnette signée Van Cleef & Arpels, no. NY15838

UN ENSEMBLE DE BIJOUX EN CITRINE ET EN OR, DE SEAMAN SCHEPPS

Comprenant un bracelet composé de huit grandes citrines cabochons; et une bague en suite, montée en or 14 carats, vers 1940, bracelet 6½ ins. Provenance Seaman Schepps, 12 décembre 1940, 500 $
Je ne sais si on peut dire que Doris Duke avait des gouts eclectiques, mais passer de cet ensemble en citrine a ce beau collier de Verdura ci-dessous.




UN COLLIER CITRINE ET OR, DE FULCO DI VERDURA certainement inspiré des colliers points d 'interrogation de Boucheron
Le demi cercle igide en or, se terminant par une corne d'abondance stylisée en or sculpté et cannelé, prolongeant une cascade de perles de citrine facettées articulées, montées en or, vers 1940 Provenance Verdura, 29 mai 1940.


Le joaillier qui a réalisé la pièce a bien interprêté le dessin, et le bijou est moins lourd que le dessin




Un poudrier rectangulaire or et multi-gemmes entièrement recouvert d'olivines, tourmalines, citrines et béryl brun, vert et jaune à découpes variées , s'ouvrant pour révéler un miroir ajusté, deux compartiments couverts et un porte-rouge à lèvres , monté en or 14 carats, vers 1940, 2 3/8 x 3¾ x 1 1/8 ins.Signé Verdura Provenance Verdura, 16 décembre 1940, 1250 $



1940 Une broche"Pièce d'échec"en ivoire par Fulco Di Verdura

Conçue comme un chameau en ivoire teinté de rouge et peint, rehaussée de perles de culture, de perles de rocaille et de collet de diamant, surmontée d'un guerrier en ivoire peint avec une perle de rocaille et bouclier rubis sculpté, or poli, diamant taille triangulaire et turban rubis sculpté, portant un collier et des boucles d'oreilles en diamant, montés en or 18 carats, vers 1940 Provenance Verdura, 25 mai 1940, 400 $




Une paire de clips pour oreille en perles de culture et diamants.De Paul Flato.

Chacun conçu comme une grappe de perles de culture, mesurant environ 4,00 mm, rehaussé par des  diamants taille unique sertis sur tube , montés sur or blanc, vers 1940.





Mars 1940, dans le journal "L 'Intransigeant" le mari de Doris Duke a le courage de dire tout haut ce que la majorité des américains pensent tout bas


Je n'aime pas tout de Seaman Schepps mais je trouve que c'est le meilleur bijou de la collection de Doris Duke
UNE BROCHE CLIP "BUNCH OF GRAPES" SAPHIR, DIAMANT ET ÉMERAUDE, PAR SEAMAN SCHEPPS
Conçue comme une grappe de raisins saphir cabochon multicolore, émeraude sculptés et une feuille de diamant sertie pavée, rehaussée d'une tige de la grappe en or poli, montée en platine et or, vers 1941 Signé Seaman Schepps Provenance Seaman Schepps, 10 juin 1941, 2500 $


Apparemment , Doris Duke aimait bien les bijoux de Seaman Schepps, elle en avait plusieurs en collection achetés par elle (et non provenant de sa mère)

Seaman Schepps: une perspective différente L'innovation, la couleur et la texture décrivent le mieux les bijoux inhabituels et élégants de Seaman Schepps. Né à New York en 1881, Seaman Schepps n'a commencé à créer des bijoux qu'à l'âge de 48 ans. Sa deuxième carrière est venue après des années de commerce d'antiquités de Los Angeles à San Francisco. Il ouvrit son premier magasin en 1904, En 1916  il s'associe avec un ami, Georges Furst pour créer les "Virginia Studios" et commercialisent des objets, des meubles, mais en 1921, Schepps retourna à New York. Le magasin qu'il ouvrit près de dix ans plus tard sur la Sixième Avenue ferma brusquement après et à cause du  krach boursier de 1929.

Schepps a réévalué sa stratégie commerciale et a commencé à concevoir des pièces uniques avec un look individuel. Schepps a combiné des pierres de cabochon avec des pierres à facettes, des pierres précieuses rares et précieuses avec des pierres de moindre qualité. La combinaison inhabituelle était fraîche et audacieuse. En 1934, Schepps a ouvert une salle d'exposition au 399 Madison Avenue( Audrey Friedman ecrit que c'est au 526)  et attirait des pionniers de la mode tels que Coco Chanel et Elsa Schiaparelli.

Lors d'une tournée en Extrême-Orient, notamment à Hong Kong, Schepps et sa femme ont parcouru les marchés aux puces et acheté des branches de corail, des bouteilles de tabac à priser en jade, de l'ivoire et des figurines en bois exotique. Revigoré par les objets, Schepps a créé des bijoux de type collage. Dans un bracelet, il scia hardiment une bouteille de tabac à priser en deux et utilisa les pièces comme maillons. Schepps a utilisé des coquillages dans ses bijoux dès le début. Un client lui a demandé de refaire un collier de turbo-coquilles de l'océan Indien. Schepps s'est conformé et a créé les désormais célèbres clips d'oreille avec des accents cabochons turquoise et corail et des garnitures en fil d'or. Utiliser des coquillages et les rehausser avec des bijoux était une technique qui a été empruntée à Schepps maintes et maintes fois.

Seaman Schepps et Doris Duke avaient tous deux un amour pour le design audacieux et la décoration orientale. Des émeraudes sculptées et un travail du diamant plus traditionnel accentuent l'attrayante broche grappe de raisin, créée à partir d'un mélange de saphirs aqueux, dont la couleur varie pour créer une mosaïque.  En 1972 après sa disparition, sa société est reprise par sa fille  Patricia Vaill, qui la vend à Trianon au début des années 1990





1942 UNE BROCHE DIAMANT DOUBLE CLIP, PAR PAUL FLATO

Chaque clip conçu comme un ruban en  diamant taille baguette, rehaussé de diamants taille ancienne percées et diamant ronds, monté en platine et or, (peut être porté en deux clips ou une broche vers 1942 Provenance  Paul Flato, 13 juillet 1942, 10 000 $
Je n ai pu l'acheter car je suis né le 14 juillet 1942!!!!!!





1957 UNE PAIRE DE PENDENTIFS D'OREILLES DIAMANT ET ÉMERAUDE, PAR DAVID WEBB
Chaque motif à double feuille de diamant circulaire et taille baguette, suspendant une goutte émeraude cannelée amovible, rehaussé d'un capuchon de diamant de taille unique et d'un accent de pince de diamant, monté sur platine,
Motif supérieur signé Webb pour David Webb (2) Provenance David Webb, 30 novembre 1957, 12 200 dollars



1945 Pas d indication sur la provenance ou le fabricant, pourtant ce bijou en améthystes et or est très attachant




1945 Au lendemain de la deuxième guerre mondiale, Doris Duke s’installe à Paris, où elle collabore à Harpers Bazar, elle va acheter cette paire de clips d 'oreille  de Suzanne Belperron  Chacune est conçue avec  un diamant serti pavé et une volute en aigue-marine taille calibrée, montée en platine et or blanc 18 carats, vers 1945, poinçon d'état français et des marques de fabricant  Avec  le poinçon de maître de  Groene et Darde.
1945 Suzanne Belperron se lance à corps perdu dans ses créations, elle essaye d oublier la guerre, tout ce qui est arrivé  et la perte de son Mentor  Bernard Herz
Bernard Herz était juif, a été  arrêté le 2-11-1942 et presque aussitôt envoyé à Drancy, Suzanne Belperron  écrit dans sa lettre de 1944 que Bernard Herz est resté a Drancy de Novembre 1942 jusqu'au 3-9-1943 pour être envoyé à Auschwitz, mais en 1944 on ne connaissait  pas encore les parcours des déportés.
De même que la famille Herz n'apprit qu'en 1945, ce qu'était devenu Bernard Herz.
J insiste, car souvent les ignares ne comprennent pas que j aie cité les joailliers français qui ont participé a l oeuvre de destruction de leurs collègues juifs en prenant des postes de responsabilités auprès de Pétain et des Allemands, ....des collabos par intérêts



1946 dans le journal "Elle"



UNE PAIRE DE CLIPS D'OREILLES DIAMANTES "FLOCONS DE NEIGE", PAR VAN CLEEF & ARPELS
Chaque flocon de neige avec un diamant rond taille brillant des diamants baguette et rond  monté en platine, vers 1946 Signé Van Cleef & Arpels NY, no. 56611





Photo de 1946 avec les boucles d'oreille cristaux de neige  de VCA 




1947 dans le journal "L 'Aurore"




UN ENSEMBLE DE BIJOUX FLEURS MULTI-GEMMES "HAWAII", PAR VAN CLEEF & ARPELS
Composé d'un bracelet, de conception souple, légèrement bombé entièrement recouverte de rubis et saphir de taille circulaire, chacun avec au centre un diamant et un entourage rubis coupé; une paire de clips d'oreille et une bague en suite, montées en or, vers 1947, bracelet 6½ ins., avec marques de dosage français et poinçons de fabricant

Signé Van Cleef & Arpels, nos. 50031, CS3463, 49947; avec poinçons de maître pour Van Cleef & Arpels Provenance Van Cleef & Arpels, 23 décembre 1947, 6500 $




1947 Journal "Nuit et Jour"  ou Doris Duke seconde Carmel Snow directrice d'Harpers Bazaar




Septembre 1949 dans France Soir


1947 Mariage de Doris avec Rubirosa


1948_ les achats de Doris Duke chez Dior dans le journal "Elle"




Très beau mouvement pour cette broche diamants de David Webb

Un diamant central en forme de poire, pesant environ 9,67 carats, et un diamant en forme de poire plus petit, pesant environ 4,14 carats, en outre rehaussée d'une frange de diamant taille marquise, montée en platine, vers 1957 dessin ci dessous




Avec les rapports 8448680 et 13155477 du 29 janvier et 2 février 2004 du Gemological Institute of America indiquant que les diamants pesant environ 9,67 et 4,14 carats sont de couleur D, de pureté VS1 et Couleur E, clarté VS2 respectivement





1950 Doris porte son collier de jade, elle est en compagnie de Duke Ellington , elle aimait beaucoup le Jazz et a aidé beaucoup de Jazzmen, elle a eu de la chance, de fréquenter ces grands du Jazz, pour ma part j ai un extraordinaire souvenir  du Duke et de son grand orchestre que j ai pu voir et écouter à l'Alhambra à Paris en 1960 ou 1961 et nous ne cassions pas les sièges.




Quand je pense aux gens qui ont percé ces perles et a ceux qui les ont enfilées
Composé de nombreux brins de perles de semences, rejoint par des agrafes d'or cylindriques, servant de fermoir en or rubis, saphirs, et diamants.




1950 ce collier (en photo ci-dessous a été fabriqué par la maison Pery ) qui ne travaillait pas essentiellement, que, pour Van Cleef et Arpels.




UN CHOKER RÉTRO DIAMANT ET OR

Conçu comme un collier à maillons fantaisie de forme cylindrique, le maillon central en or poli, rehaussé de motifs en «X» sculptés et de diamants de taille circulaire, montés en platine et or 18 carats, vers 1950, 17¼ ins., avec marques de dosage françaises et poinçon de fabricant, dans un étui en daim marron

Avec poinçon de fabricant pour Pery et Cie, Paris




1950 Un collier un rang de Jadéite de trente et un perles de jadéite, mesurant environ 12.80, rejoints par une jadéite fermoir en forme de selle, monté en or, vers 1950, 16 ½ in. 





1950 Un collier torsade en saphirs

Le collier, composé de dix rangs de perles de saphir, recueillies par une circulaire diamant taille et cabochon rubis capitule, focalisé sur un saphir cabochon, avec garniture en or poli, la suspension d'un pendentif amovible de conception similaire, monté en or 14k, 15 ½ in. 




Le voici porté par Doris Duke en 1962 





1954 Paris presse, L intransigeant. Charles Trenet fait sa publicité, il a déclaré qu il allait se marier avec Doris Duke, et elle dit ne pas le connaitre


Une barette à cheveux or et émeraude de , Seaman Schepps
Conçu comme trois rangées d'émeraudes rectangulaire coupés, montés en or 18 carats, circa 1954 Signée Seaman Schepps


UNE PAIRE DE CRÉOLES D'OREILLES EN DIAMANT ET EN OR, PAR STERLE

Chacune est conçue comme un arceau de pulvérisation en fil d'or, se terminant par une garniture en diamant de coupe circulaire, montée en or 18 carats,poinçons d'état français 

Signé Sterlé Paris, no. 3318




Un sac de soirée en or, en or 18 carats avec diamants

 




Un Vanity--case De contour rectangulaire, entièrement décoré d'un motif de brique gravé, rehaussé d'une bordure rubis de coupe circulaire, l'ouverture de poussoir sertie de manière similaire pour révéler un miroir ajusté et un compartiment couvert, monté en or 18 carats, (miroir avec puce au coin), vers 1955, 2 1/8 x 3¼ x ½ in., avec poinçon français et marques de fabricant Provenance Cadeau possible, Porfirio Rubirosa

1957  une broche à  tête d'indien, diamant, turquoises  perlesdu  mississipi et or, de Folco di Verdura

Conçue comme un chef indien sculpté en or rose, portant une coiffe élaborée composée de deux grandes perles d'eau douce baroques, de plumes d'or texturées et de plumes de diamant taille unique, et un collier cabochon turquoise, rehaussé d'un pendentif turquoise articulé, monté sur platine, or rose et jaune, 








UN COLLIER MULTI-GEMMES ET OR
Conçu comme une ligne de perles d'eau douce, de perles d'améthyste, de lapis-lazuli roulé, de citrine cabochon et de cristal de roche, suspendant deux pendentifs en améthyste sculptée et un pendentif central en perles d'émeraude et en lapis-lazuli, montés sur or, 16½ pouces.



Description ci-dessous



UNE PAIRE DE PENDENTIFS D'OREILLE DE DIAMANT ET DE PERLE DE CULTURE, PAR DAVID WEBB

Chaque grappe de diamant de taille circulaire surmonte, au centre  un diamant taille ancienne suspendant un cerceau de diamant de taille circulaire, avec un diamant de taille circulaire et une frange de perles de culture en forme de goutte , centré sur une perle de culture baroque indépendante détachable en forme de goutte, mesurant environ 21,40 x 13,40 mm, avec un diamant de taille moderne, monté en platine, (une perle de culture baroque déficiente), vers 1960 Signé Webb pour David Webb: Les perles  sont interchangeables




Ci dessus avec des émeraudes






1965 UN COLLIER À FRANGES TURQUOISE, SAPHIR ET DIAMANT, PAR DAVID WEBB

Conçu comme une ligne alternée de cabochons turquoise et de saphirs taille coussin, suspendant un saphir de taille ovale et diamants ronds, se terminant par un cabochon turquoise, monté en platine et or , vers 1965, 15¼ ins., dans un coffret enveloppe grise David Webb



1965 UN BRACELET TURQUOISE, SAPHIR ET DIAMANT, DE DAVID WEBB

De conception flexible, composé d'une série de cabochons turquoise, chacun dans un entourage de perles d'or, alternativement sertis de saphirs cabochons, chacun rehaussé par une garniture en diamant de taille circulaire, monté en platine et Or 18 carats, vers 1965, 7 ins. Signé Webb pour David Webb Provenance David Webb, 8 mai 1965, 6 500 $



UN BRACELET TOPAZE ET DIAMANT "FLOWER TWIST", PAR FULCO DI VERDURA

La bande flexible ajourée, conçue comme deux lignes ondulantes de topaze rose graduée de taille ovale, rehaussée par une garniture en grappe de feuillages de diamants taille circulaire, montée en platine et or, vers 1966 , 6½ pouces. Provenance Verdura, 27 mai 1965, 18 000 $ (bracelet et pendentifs d'oreille)






Collier assorti de Verdura en 1966



1966 dans Paris Presse

La Presse trouve cela étrange , mais....


1969 on parle d'homicide



UNE PAIRE DE CLIPS D'OREILLES EN ÉMERAUDE, PAR CARTIER
Les feuilles d'émeraude de coupe circulaire, avec garniture émeraude de coupe circulaire, encore rehaussées par des perles d'émail vert, montées en or 18 carats, (une perle en émail avec des dommages), vers 1967, avec poinçons français et poinçon de maître
Signé Cartier Paris, no. R8427; avec poinçon de fabricant pour Cartier Provenance
Anonyme; Cartier Paris, 8 juin 1967  Sotheby's New York, 12 juin 1991, lot 283, 99000 $





1969 UNE PAIRE DE PENDENTIFS SAPHIR, TURQUOISE ET DIAMANT, PAR DAVID WEBB.De style indien montés en platine, vers 1969 



UNE MONTRE-BRACELET EN DIAMANT

Centrée sur une plaque circulaire en diamant taille poire et marquise, s'ouvrant pour révéler une montre, avec mouvement à levier nickelé, 17 rubis, le cadran circulaire argenté avec points et chiffres arabes, sur la baguette et le diamant taille circulaire bracelet à motif ruban et feuillage, monté en platine, Cadran et mouvement signés Le Coultre; mouvement no. 1482148 Provenance Parke-Bernet Galleries, New York, 20 novembre 1969, 7 000 $



1969 : UN COLLIER RUBIS SPECTACULAIRE ET PERLES DE CULTURE, PAR DAVID WEBB

Conçu comme une frange de perles rubis multi- rangées , rehaussée de perles de culture, mesurant environ 9,70 mm, à la perle rubis et au collier en or poli et au fermoir fleur en perles de culture et rubis, montés dans Or 18 carats, vers 1969, 16 ins., Dans un étui en daim noir David Webb Signé Webb pour David Webb


David Webb a ouvert une boutique à la fin des années 1940 dans le quartier des bijoux de New York, mais ce n'est qu'au début des années 1960 que la popularité de Webb a explosé et il s'est imposé comme le bijoutier américain par excellence. Il a déménagé à Fifty Seventh Street où il a vendu ses créations à des clients privés dans un salon à l'étage, tout en entretenant des relations avec Bonwit Teller et Bergdorf Goodman.

Les années 1960 ont été une période de changement dans la culture américaine, alors que les femmes gagnaient en indépendance et en confiance; et David Webb a capturé ce sentiment pour créer des bijoux audacieux qui font une déclaration pour le porteur. Il était amoureux des pierres précieuses inhabituelles, des perles baroques et des pierres semi-précieuses, qu'il combinait dans des designs modernes et innovants. David Webb a attiré une clientèle de célébrités. La duchesse de Windsor, Elizabeth Taylor et Jacqueline Kennedy ont visité sa boutique de New York et ont acheté ses bijoux et le président Kennedy lui a commandé plusieurs cadeaux d'État.

Doris Duke a commencé à fréquenter la boutique de David Webb au début des années 1960 et a souvent sélectionné des suites de bijoux. Elle a acheté des pendentifs d'oreille pendantes, des colliers aux couleurs vives et d'autres pièces audacieuses, y compris les lots 35, 36 et 38. Il n'est pas surprenant que Doris Duke ait ressenti une affinité pour les créations de David Webb. Webb a souvent utilisé des images d'Extrême-Orient basées sur ses études sur les bijoux du 18ème siècle de Jaipur, en Inde. La fascination de Doris Duke pour les bijoux et l'art indiens a commencé des décennies plus tôt et a fait de Webb un choix naturel pour la commande du collier à franges d'inspiration indienne.



Ce collier de deux rangs d'émeraudes  godronées et par ordre décroissantes  a été fabriqué par David Webb en 1969 monté sur or 18 carats et intercalaires or et diamant le poids total des émeraudes est 797,80 ct




Peut être 1991 ou 1992 , car en 1991, Ismelda Marcos  fut autorisée à revenir aux Philippines. Elle fut la première Première dame étrangère à passer devant une cour de justice américaine pour racket et fraudes. Elle fut néanmoins acquittée. L'héritière américaine Doris Duke et l'acteur George Hamilton vinrent témoigner en sa faveur.

 Doris Duke décède le 28 Octobre 1993 suscitant dans la presse des rumeurs invérifiables.



Doris Duke ne laisse derrière elle aucun enfant, mais une fortune confortable. Après avoir vécu une existence très mouvementée et avoir alimenté les caisses de bon nombre d'organisations caritatives, Miss Duke léguait 100.000 dollar à son chien, et 5 millions de dollars ainsi qu'une rente à vie de 500.000 dollars par an à son majordome, Bernard Lafferty, dont elle faisait son exécuteur testamentaire. Ce dernier se retrouvait d'un seul coup en charge du colossal héritage laissé par Miss Duke: or et bijoux, appartement sur Park Avenue, à New York, manoir gigantesque dans le New Jersey, maison à Beverly Hills, deux chameaux, errant librement dans la salle de séjour de «Duke Farms», Boeing 737 aménagé et police privée, «Duke Securities». L'essentiel de cette fortune devait, selon le testament, être géré afin de bénéficier à des organisations de bienfaisance et de protection des animaux.

Pas un cent, en revanche, pour Chandi Heffner, l'ancienne disciple de Hare Krishna dont Doris Duke avait fait, en 1988, sa fille adoptive. Aux côtés notamment de l'ancien médecin de la richissime héritière, le docteur Harry Demopoulos qui affirme qu'un précédent testament lui confiait la gestion du patrimoine, Heffner conteste aujourd'hui la validité du testament devant un tribunal de Manhattan chargé de veiller à son éxécution.

La question principale posée au juge de New York, Eve Preminger, porte moins sur la vie fantasque de Doris Duke que sur les dernières heures de son existence. Que s'est-il passé exactement dans la maison de Berverly Hills, le 28 octobre 1993? Selon le docteur Charles Kikowitz, qui signa l'acte de décès, Miss Duke a succombé ce jour-là à un arrêt cardiaque, survenu à 5h30 du matin, suite à un oedème pulmonaire. Très affaiblie et partiellement aveugle, la vieille dame était soignée chez elle depuis qu'une attaque l'avait frappée, deux mois plus tôt.

Deux heures après le décès, le cadavre de Miss Duke était transporté hors de la maison pour être aussitôt incinéré. D'où une absence d'autopsie rendant impossible la confirmation des mentions de l'acte de décès, qui sont aujourd'hui contestées devant le tribunal, par le docteur Demopoulos. D'après lui, les documents médicaux concernant son ancienne patiente ont été modifiés, «afin probablement de dissimuler les causes exactes du décès.» Une thèse confirmée par une déclaration sous serment remise au tribunal, et dont le contenu a été rendu public la semaine dernière. Dans ce témoignage, Tammy Payette, l'une des six infirmières qui se succédaient au chevet de la vieille dame, affirme quec'est son majordome, avec la complicité du docteur Kikowitz, qui est responsable de sa mort. «Miss Duke n'est pas décédée de causes naturelles, et ses jours n'auraient pas été en danger, si de larges doses de morphine ne lui avaient pas alors été administrées. Elle était endormie, soignée au Demerol, et ne souffrait absolument pas», affirme-t-elle. Elle ajoute que les deux hommes, ce jour-là, s'étaient adressés à l'infirmière en disant, au sujet de Miss Duke, «il est temps qu'elle s'en aille», avant de lui administrer la morphine. Plus tard, poursuit-elle, alors que sa patiente s'accrochait toujours à la vie, Bernard Lafferty est rentré de nouveau dans la pièce, puis «nerveux et impatient, en constatant que Miss Duke prenait son temps (pour mourir)», il a appelé le docteur pour qu'il augmente rapidement la dose.

Après lecture de ce témoignage, le juge Preminger a fait remarquer que, bien que «ces allégations (...) pourraient s'avérer sans fondement», elles n'en soulevaient pas moins «un nombre suffisant de questions». Et, il a décidé de charger un ancien procureur de New York, Richard Kuh, de mener l'enquête dans un délai de 45 jours et, en attendant, de veiller sur l'héritage.

Luc LAMPRIERE 


Après la mort de Doris Duke , c'est la maison Christie's qui vendit tous ses bijoux et diverses autres collections, au profit de "The Doris Duke Charitable Foundation".


Des commentaires???? ci-dessous ou à Richard.jeanjacques@gmail.com




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

N hésitez pas a laisser des commentaires, même anonymes et je répondrai