jeudi 7 janvier 2021

Le Toenia ou la Taénia en Bijouterie et tant d autres termes à découvrir

  Un message de Nathalie Rei... Mi...

Cher Jean-Jacques, suis toujours émerveillée par la qualité de vos écrits. Mais qu' est-ce qu un toenia ? Ce terme utilisé par Falize lors de sa conférence que vous retranscrivez, me laisse perplexe (et ce n est pas le seul) et internet ne m'est d aucune aide... merci encore une fois pour ce partage de votre travail et de votre immense culture.

Je comprends la perplexité de Nathalie face à la phrase et au texte de Falize reproduit:

La tête a la couronne, le bandeau, le diadème, le toenia, le casque, les épingles à cheveux, le stylet .......

J ' avais vérifié ce terme "Toenia" et j aurais du complèter mon article .:https://www.richardjeanjacques.com/search?q=Debut+et+coulon




Dans la Grèce Antique, un taenia, tænia ou ténia (grec ancien : ταινία / tainía ; pl : ταινίαι / tainíai ou latin : taenia ; au pluriel : taeniae) était un bandeau, un ruban, ou un filet porté autour du front.
Victor Champier dans son article sur Falize en 1885 a écrit "Toenia" ou a t il trouvé cet orthographe???
Je me suis souvenu de mes quatre années de grec, l une des rares choses qui me soient resté de mes modestes études, j ai gardé mon vieux dictionnaire et: 



Ainsi que vous pouvez le voir c'est d'abord un Ruban, un Bandeau, le terme peut s'étendre à Diadème  et ceinture pour soutenir le sein, avant de nommer le Ténia ou ver solitaire qui a une forme de ruban


Juliette Récamier n'avait pas 20 ans au début du Directoire et représentait la mode à cette époque. L' une des grandes adeptes de cette mode du Tainia sous les seins fut :  Marie Josèphe Rose Tascher de La Pagerie, dite Joséphine de Beauharnais.




Des Grecques aux Romaines il n y avait qu'un pas, ou plutôt une mer, la mer Ioniène, et cette statue de la déesse de la  santé  voit elle aussi ce Taenia ou Tainia lui serrer sa tunique sous la poitrine.

D'ou vient mon texte publié?, d'une conférence de Lucien Falize le 22 juillet 1886 et aussi,




D'un article publie par Victor Champier   (1851-1929). Éditeur scientifique, dans la Revue des Arts décoratifs de Juillet 1886 d'ailleurs Victor Champier avait avec ce texte de Falize, réalisé la préface du livre "Les Bijoux anciens et modernes"  de Eugene Fontenay . en 1887




Texte repris dans la Revue des arts décoratifs  en mars 1905  pour un article sur René Lalique, mais je préfère l original, de 1886, du moins une partie car la conférence une fois imprimée fait  57 pages de plus, il est écrit dans ce compte rendu "Taenia "et  non "Toenia"

Tout est bijou donc, il n'est pas une partie du corps qui n'ait les siens, bijoux indispensables ou parures superflues.

La tête a la couronne, le bandeau, le diadème, le toenia, le casque, les épingles à cheveux, le stylet ou la flèche, l'aigrette, les affiquets, les fleurs, la ferronnière, le frontier, les plaques ou fers des Hollandaises, le cache-malice d'Auvergne, le peigne, la résille, les fourches des Japonaises, les épingles et les chaînes de bonnet, pour ne nommer que les ornements de femmes; mais les hommes ont aussi leurs couronnes, insignes de puissance; — leurs casques d'or et d'argent, insignes militaires; — la tiare et la mitre, insignes religieux, et jusqu'à l'enseigne, ce gracieux bijou dont nous parlerions avec complaisance, si nous en étions à décrire les merveilles des XVe et XVIe siècles.

Pour accompagner l'air du visage, presque toutes les femmes et quelques hommes portent aux oreilles des boutons, des boucles ou des pendants, et, si la mode vous en paraît étrange et barbare à vous, mesdames, notez que ce ne sont pas seulement les sauvages qui se percent la cloison nasale pour y suspendre des anneaux, les Indiennes, les jolies nautch-giyls, les bayadères ont, outre cet ornement, des boutons d'or ou de pierreries qu'elles attachent sur le nez même, et cela ne les empêche pas de séduire par leur grâce les Européens qui les voient.

Au cou : le collier, la chaîne, le carcan, le hausse-col, la médaille, le reliquaire, la croix, le peut-à-col, les perles, les amulettes et la bulle, ce joli bijou perdu.

Au col encore ou sur la poitrine, non plus sur la peau nue, mais bien sur le vêtement : la broche, l'épingle, le fermillet, la fibule, les plaques de corsages, les fermoirs et les mors de chapes, la patère, le poitrail, les plaques de seins, les boutons, les ferrets, le reliquaire, le médaillon, la chaîne d'ordre et toutes les croix et les ordres qui constituent les insignes ou décorations, et sont depuis la plus haute antiquité jusqu'à nous le plus envié des bijoux.

A la taille : la ceinture, l'agrafe, la boucle, la chaîne, les patenostres, l'escarcelle, la montre, la châtelaine, les claviers, les plaques de fermoir, les netzkès, le flacon.

Aux bras : les anneaux et les armilles, les bracelets, spinthers, péricarpes ou dextrales, les torques gauloises ou romaines, les chaînes et les manicles.

Aux jambes : les anneaux ou périscélis et ces jolis ornements qui sonnent en cadence quand la danseuse indienne se meut et les agite.

Aux mains : l'anneau, la jolie bague, dont la description, dont l'histoire, dont les dessins représentatifs nécessiteraient tout un livre, depuis l'anneau des fiançailles et l'alliance des époux jusqu'à l'anneau d'investiture que les princes recevaient du pape, depuis l'anneau de Saint-Pierre jusqu'à l'anneau du doge, qu'il jetait à l'Adriatique, depuis la bague à tirer de l'arc jusqu'à l'anneau gravé qui servait à sceller toute chose avant l'invention des clefs et des serrures. — C'est l'histoire entière des sceaux et des pierres gravées, c'est la série des légendes, depuis celle de Gygès et de Candaule jusqu'à celle de la grande Catherine et de son favori Potemkin. Je ne vous raconterai pas la première, parce que vous la connaissez et je ne vous dirai pas la dernière, parce qu'elle est un peu trop libre.

Les pieds ont aussi leurs parures; si Laïs y mettait des bagues, Mme Tallien ne craignit pas de ressusciter la mode antique; certains souliers mignons qu'on porte au sérail sont constellés de pierres serties dans l'or. Le musée d'artillerie contient des éperons qui sont d'un admirable travail et, si Annibal avait envoyé à Carthage un boisseau d'anneaux d'or, pris aux chevaliers romains et ramassés dans la plaine de Cannes, les Flamands à Courtray prirent aux chevaliers français tués dans la bataille 4 000 éperons d'or.

Vous voyez, par cette énumération, de combien de bijoux se peut parer le corps de l'homme ou de la femme; il y en a pour tous les âges, pour toutes les conditions; pour l'enfant, pour la jeune fille, pour la femme, pour la mère; il y en a pour l'homme, bourgeois ou soldat, pour l'esclave comme pour l'homme libre; il y en a pour le sauvage comme pour l'homme au dernier degré de la civilisation; il y en a pour le roi, pour le prince, pour le capitaine, pour le page, l'évêque, le prêtre et le clerc; il y en a pour l'idole, il y en a pour le mort, et cette masse énorme de bijoux civils ou religieux, royaux ou guerriers, sacrés ou funéraires, va se subdivisant selon les temps, selon les âges, selon les styles, selon les modes, selon la richesse, selon le caprice, jusqu'à l'infinie variété, en sorte qu'ils formeraient le plus grand et le plus étonnant musée si on avait pu les conserver; mais, par une conséquence directe de leur prix, de leur valeur, ils ont de tout temps éveillé la cupidité et l'envie; on travaillait pour les obtenir, on se battait pour se les ravir; l'or et l'argent dont ils étaient faits subissaient de continuelles façons, allant du trésor au creuset, du creuset à l'atelier de l'artisan, de ses mains à celles du riche et du puissant, passant de celles-ci au cou de la femme, puis arrachés par le vainqueur, retombant au creuset et recommençant de nouvelles transformations.

 

EXPLICATIONS DE CERTAINS MOTS



La tête à la Couronne
Je crois que cela vient de l'impèratrice Faustine rendue célèbre par cette coiffure  qui couronnait sa tête avec ses cheveux.


Bandeau
Ornement de tête, le bandeau revient périodiquement à la mode, généralement en matières précieuses ici la Duchesse d'Uzes, dans la revue "Vogue" en 1921.

Diadème 
Le diadème est de par son étymologie le "Bandeau Royal" , depuis le XIX eme siècle  ce fut une des pièces préférées des Joailliers, le fond de commerce de la maison Chaumet .

Casque Vogue 1925

le Casque : 
La mode en 1925 adapta le Casque et nombre de joailliers créèrent des clips ou des broches pour agrémenter ces "Casques



Aigrette:  

Voici "Telle aigrette est comme un  léger feu d'artifice sur la peau" dont rend compte le FIGARO telle qu "elle fut exposée au grand palais avec la collection de son altesse l'émir du Qatar : Hamad bin Khalifa bin Hamad bin Abdullah bin Jassim bin Mohammed Al Thani 



Une Aigrette est un ornement de coiffure mais quelquefois de Corsage: inspirée des plumes de l oiseau du même nom . Dans l histoire ces bijoux reviennent régulièrement, 1930 fut la période la plus riche. Cette aigrette fut revendue par la maison Sotheby's.


Fermail - Fermillet


Le Fermillet et le Fermail
FERMAIL. Agrafe. aussi,  Ferrnailles, Fermaus, Fermoirs et Fermillières, pour des termes différents se rapportant au même sens. L'expression de fermillet, n'étant qu'un duminitif de fermail, se trouve confondu dans les citations suivantes. Le fermail et le mors de chape se ressemblaient fort, puisqu'on voit Charles VI transformer un fermail en mors de chape. C'étaient, l'un et l'autre, une agrafe destinée à réunir les deux parties du vêtement, soit sur l'épaule, soit sur le col, soit sur la poitrine, mais aussi un simple ornement qui s'agrafait sur une chape ou sur une tunique sans ouverture, c'est-à-dire qui était sans emploi et servait de parure. Les sculptures de nos cathédrales et les miniatures en fournissent d'abondants témoignages. J'ignore ce que peut être un fermail à couvercle, à moins de supposer une cavité ménagée au milieu pour renfermer des reliques, et se fermant, avec un verre, comme un médaillon.

Affiler
Mettre le lingot d or ou d'argent dans la filiere (Dictionnaire de la langue française de Pierre Richelet, collection personnelle)

Louis XI

Affiquet
Masculin, du vieux français Affiche, agrafe
Petit bijou qui s'agrafait à un vêtement, au chapeau. Muriel Rousseau explique  que ce terme s applique à tout bijou "Affiché" mis en évidence sur la poitrine, au chapeau ou à la coiffure, tel que broche, insigne , médaillon, enseigne , épingle à tête mais aussi aux éléments de ceinture, au moyen âge ou à la renaissance.
Mais ce terme subsiste au XVIII eme et XIX eme siècle
Alors nous pouvons dire que Louis XI portait un "Casque" et des "Affiquets"

La Ferronnière:



Une "Ferronniere" "Célébrée par Léonard de Vinci" 
C'est une chainette ou un bandeau, qui à l'époque de la Renaissance, faisait le tour de la tête et permettait de faire tenir en son centre un bijou pendentif.
Ce Portrait d'une dame de la cour de Milan, de Léonard de Vinci (au Louvre) a reçu le nom de "Belle Ferronnière" en raison de la ferronnière que la jeune femme porte au front.
La mode a été reprise au XIX ème siècle en pleine période Néo-renaissance, sous Charles X, plus tard Cartier reprendra le thème du Bandeau ou ferronnière, porté au milieu du front , c'est la forme de coiffure la plus intemporelle, d'ailleurs les premières couronnes dans l antiquité étaient des bandeaux.
Cartier, dans les années 1920 à 1930 en fabriqua beaucoup, De Barbara Hutton, a la Vicomtesse d'Astor, en passant par Colette, car la ferronnière était très seyante avec les coupes de cheveux à la garçonne.
Entre le Bandana et la Ferronnière mon choix est fait........




Les Fleurs:
Les fleurs émaillées  avaient été de mode pendant la seconde moitiè du XVI eme siècle, On en composait des guirlandes pour les  entourages de camées , la mode s'étendait aux bagues avec par exemple la bague Jasmin ou la bague "Marguerite" si populaire fin XIX eme et début XX eme .

Le Frontier
C'est l ornement du front à rapprocher du Frontal ornement de front médiéval porté par les femme , sorte de diadème , à la mode du XIV au XVI ème retour en vogue au XIX ème.

Les Plaques ou fers des Hollandaises:
Dans la vie parisienne de 1882 (article intéressant)
Va-t-on en Suisse? Ne pas oublier d'acheter ce fil d'or si ingénieusement passé dans des petites boules qui font coulisses, s'élargissant au passage de la main et se refermant sur le poignet le plus fin, avec sa breloque authentique, l'ours de Berne, qui porte bonheur. Est-ce en Belgique? cherchez dans Bruges ce cœur diamants et roses, surmonté du carquois et des flèches ; un vieux bijou rare, mais charmant. En Angleterre? vous trouverez un petit canon la gueule bourrée d'une perle. En Ecosse ? cette broche ronde en mosaïque de marbre aux couleurs d'un clan, ou une couronne d'argent, un rubis au milieu. En Suède? prenez ce collier de chien tout en or ciselé, qui s'attache par un bâton glissant dans une coulisse. Et des plaques des Hollandaises, faites une agrafe de manteau, au lieu de les porter sur les tempes. 

J ai posé la question à Leonore Van Der Vals, grande spécialiste du bijou ancien et hollandais  :  https://inezstodel.com/

Toujours aussi charmante, elle m a adressé cette série de document  sur ce qu' elle appelle : 

L' orijzer 



L' orijzer fait partie du costume traditionnel des femmes, en particulier dans les provinces du nord des Pays - Bas et de Zélande . Il faisait à l'origine partie du costume civil, qui a été adopté dans les costumes régionaux.

Au départ, le fer d'oreille était un support métallique pour maintenir les chapeaux en place. Il était porté sur un sous-bonnet et un haut-de-forme luxueux y était attaché. Au fil du temps, le orijzer est devenu une pièce maîtresse. Plaques ou boucles d'or décorées dépassant de l'avant des fers d'oreille. Des épingles à chapeau ont été utilisées pour attacher la capuche au fer d'oreille.

Le terme «fer principal» est utilisé dans le costume traditionnel de Scheveningen . Dans ce cas, les décorations sont au-dessus du front.


Cache Malice
Un cache malice est un éventail


Dame à la résille de perles (peut-être Béatrice d'Este), entre 1485 et 1500,

Une Résille
− Filet qui sert à envelopper les cheveux.  Cette dame a une résille de Perles, mais au début 20 eme certaines ont été réalisée avec des diamants

Littérature: Stenio examina et posséda Claudia tout entière, depuis sa riche chevelure enfermée dans une résille de perles, jusqu'à son petit pied serré dans le satin (Georges Sand,Lélia,1833, p. 258).Sur la chevelure de la princesse, et s'abaissant jusqu'à ses sourcils, puis reprise plus bas à la hauteur de sa gorge, s'étendait une résille faite de ces coquillages blancs qu'on pêche dans certaines mers australes et qui étaient mêlés à des perles (Proust,Guermantes 1,1920, p. 41



Bague résille : qui rappelle les filets qui retiennent les chignons



BRACELET souple légèrement extensible en ou gris formé d'une résille de cent cinq diamants taillés en brillant. 
Le principe de la résille fut étendu a tous les bijoux au début du 20 eme 


ANNÉES 1910 BROCHE PLAQUE ReSILLE DIAMANTS diamond, platinum and gold brooch, circa 1910. revendu par Tajan




Merveilleux pendentif de Lacloche en résille de platine et diamants





Les Fourches des Japonaises
Les chignons des geishas japonaises sont ornés de peignes  mais aussi d'épingles à cheveux appelées kanzashi.


Voici des Fourches japonaises en métal, qui parait-il pouvait servir aux japonaises comme instrument d'auto défense



L art nouveau  produisit de grandes quantités de peignes  a plusieurs branches pour les chignons, celui ci de Lucien Gaillard est proche des Fourches Japonaises .

Chaines de bonnet
Chaines  qui retenaient le bonnet ou le chapeau, ce qui permettait aussi de le laisser négligemment dans le dos




Les Nautch Girls et leurs bijoux.

Les bijoux que portaient ces femmes étaient, nous dit-on, d'une valeur considérable; leur cou était orné de plaques d'or et d'un collier de perles et or curieusement ciselé. D'énormes boucles d'oreilles encadraient leurs joues, et sur leur front nous remarquâmes des sortes de cloches d'or fin, ornées de chaque côté d'oiseaux de même métal.

« Bien que ces nautch girls soient fort méprisées, le rajah et les Européens des Grandes Indes ne donnent jamais une grande fête sans en engager quelques-unes pour l'amusement de leur société. J'ajouterai, dit le voyageur auquel nous empruntons ce récit, que ces danseuses, appelées devant une compagnie choisie, se gardent avec soin de blesser les convenances. Leurs danses, quoi qu'on en ait dit, sont bien plus décentes que celles que l'on applaudit sur les theâtres de l'Europe.


Les Bayadères


Ceci est un collier "Bayadère, mais je n'ai pas trouvé a quoi correspondait l attribution de ce nom!
Bijou parait il inspiré des danseuses de l inde. Muriel Rousseau, indique que ce sont des colliers faits de motifs floraux, de grains de pâte parfumée de forme originale  , Bayadère serait aussi d' après elle, mentionné comme ceinture de corail!!!

Le premier sens du mot bayadère, provenant du portugais « bailadeira », est synonyme de Devadasi. Le mot français d'origine arabe d'almée illustre aussi la devadasi. Tres intéressant texte sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Devad%C3%A2s%C3%AE


1920

Ce sont des danseuses sacrées indoues opéra comportant des bayadères, mettant à la mode ces bijoux indiens.


Merciers. (en joyaux)

L ancêtre de nos bijoutiers détaillants. au XVII ème siècle.

Les marchands merciers sont un des six grands corps de marchands de Paris (puis sept), celui dont on disait : « vendeurs de tout, faiseurs de rien », car contrairement aux autres corps qui fabriquaient une catégorie bien délimitée de produits qu'ils vendaient ensuite, les merciers étaient de purs commerçants qui achetaient, pour les revendre, les produits des autres communautés que celles des Grands corps de marchands.



Periscélis

Mot latin mais dérivé du grec ancien περισκελίς, periskelís. 
Le périscélis est un bracelet porté par les femmes de l'antiquité au-dessus de la cheville du pied.
Pierre Louys écrivit dans "Aphrodite"
Une double guirlande d'iris autour de ses jambes arrondies ondulait sous l'étoffe légère et s'attachait sur les chevilles à deux periscelis d'argent.


J' ai déjà écrit plusieurs articles sur l origine et le sens des mots en matière de bijouterie, par exemple "Une Vinaigrette" sans huile et vinaigre mais!!!!

Une Chatelaine

Les Poissardes

La Perruque

Le Clou (pas celui de Cartier quoique vous pouvez le mettre au clou) 

L enture, l'Osmior, le frittage?

Bander et tirer

Nielle ou Niellage

Rocher et Dérocher

Un Ringard

Un Rifloir? et de la Sausse

Le Noir d'Ivoire

Le Rouge.

Un, Je ne baise plus.




mercredi 30 décembre 2020

Louis ZORRA Joaillier, pionnier de l aviation, inventeur, pour la bijouterie et les Aéroplanes, l homme qui ne croyait pas en la Tiare du Roi Saïtapharnès




Merveilleux bracelet, réalisé par un français dont nous savons peu de choses , sinon qu' il était sculpteur, modeleur, ciseleur, joaillier....pilote d'avion.....
 



Louis ZORRA, joaillier français, bien que né en Italie à Asti,  a fait sa carrière en France, à Paris.
J ai pu trouver son acte de décès à Clichy et non à Paris, ce qui m'a permis de connaitre sa date de naissance, Louis Benoit Zorra est né à Asti le 4 mai 1865, fils de Ange Zorra et Rose Camérane.
Quand est il arrivé en France ? Quel apprentissage et ou?, un jour peut être
Il ne semble pas qu' il ait participé a l exposition universelle de 1900, du moins je ne l ai pas trouvé.
Quoique....Hans Nadelhoffer , celui qui a si bien écrit l histoire de la maison Cartier, explique:
En 1900 une broche incrustée de perles en émail,  sur or représentant une tête de jeune fille, de Zorra , artisan  peu connu.  Cet article est décrit comme "nouveau style"  ou "art moderne" pour les distinguer du style Guirlande 
 Une autre tête de femme "art nouveau " est produite dans l atelier Plisson particulièrement célèbre pour  ses broches reproduisant  des animaux en miniature.

Ainsi donc, il n a peut être pas participé à l exposition Universelle, mais Hans Nadelhoffer le cite en 1900.



En 1901, il habitait au 30 rue Volta , ce petit immeuble  près de la rue Réaumur, dans quelques années son adresse sera plus prestigieuse.



Le poinçon de Louis Zorra "Une aigle Romaine dans une couronne"




L'aigle romaine, ou enseigne légionnaire, en latin "aquila", est un emblème des légions romaines porté sur un baton  tenu par le meilleur légionnaire en tête de la première cohorte


En 1902, en revanche, il participe a l exposition internationale des Arts à Milan , ce fut une grande exposition.
La Première exposition internationale d'art décoratif moderne (en italien : Prima Esposizione Internazionale d'Arte Decorativa Moderna), s'est tenue à Turin en 1902. Elle fut le détonateur de l'art nouveau en Italie.

Pour la première fois y participaient tous les pays où l'art nouveau s'était développé : Allemagne, Angleterre, Autriche, Belgique, Danemark, Écosse, États-Unis, France, Hongrie, Italie, Norvège, Pays-Bas et Suède.



1902





La Galerie Benjamin Macklowe de New York a toujours eu un beau et bon choix de bijoux et 
Cette broche Art Nouveau de Louis Zorra, en émail plique-à-jour vert vif et nacré, exprime la beauté et la vitalité de la nature. Soulignées par deux robustes perles d'eau douce et une goutte de rosée en diamant, les branches en or qui coulent portent des raisins améthystes abondants qui débordent le cadre. Ce bijou artistique aux couleurs vives et au design fort et unifié se transforme également en pendentif et est magnifique sur une chaîne ou un ruban de velours, en tant qu'expression visuelle miniature de l'esprit Art Nouveau.



On distingue bien le système de broche qui est amovible pour pouvoir le porter en pendentif ou collier

1903  revue de la BJO
"Une grande vitrine de M. Zorra contient une collection importante d'objets divers, chaînes émaillées, bagues ciselées, pendants de cou faciles à porter et qui ne manqueront pas de tenter quelques élégantes. Ce n'est peut-être pas du grand art, mais c'est vraisemblablement de vente facile."




1907 dans le Bottin il annonce : Modeleur, ciseleur, joaillier, bijoutier d'art



Ce bijou a été vendu par la maison Sotheby's ,  serti de pierres précieuses et broche / pendentif en diamant, Zorra, vers 1900
Le portrait en calcédoine sculpté d'une femme, encadré par ses cheveux et ses motifs feuillagés en or, rehaussé de grappes de diamants taille circulaire en forme de raisin, suspendant trois grappes de soufflure de perle , signé Zorra, marque de dosage français, raccord de broche détachable.

Signé ZORRA sur le devant. Raccord de broche estampillé des marques de dosage français pour l'or 18 carats. Portrait de calcédoine sculpté en excellent état. Trois grappes de soufflure de perle, une qui a été partiellement travaillée, une avec des traces de colle visibles sous un grossissement 10x à la base, quelques reflets rosés et verts visibles. Pendentif central et fixation de broche détachables. On estime que les diamants pèsent au total entre 1,50 et 2,00 carats, brillants et vifs. Signes d'usure normale de l'or, abrasions conformes à l'âge et à l'usage. En bonne condition. Poids brut environ 33 grammes.

Inspiré des traditions littéraires du XIXe siècle, le motif `` fille aux fleurs '' a été donné vie en joaillerie par des joailliers Art nouveau tels que Lalique, Vever, Aucoc, Beaudouin, Solié et Zorra. L'ivoire, la calcédoine, la coquille et le corail ont été sculptés pour le portrait central. Une petite collection d'œuvres de Louis Zorra est la propriété du Museum für Kunst und Gerwerbe de Hambourg, très probablement achetée aux Salons de Paris au tournant du siècle.
Je n ai pu entrer en communication avec ce Musée



Un pendentif  semblable est en vente actuellement à la Galerie Robert Zehill de Monaco, excellente galerie pour l art Nouveau : http://robertzehilgallery.com/



C'est la galerie Didier Guedj qui revend ce bijou d un tres bon choix https://galeriedidierguedj.com/louis-zorra/
Broche-Pendentif Art Nouveau, à profil de nymphe en émail, or jaune, chevelure retenue par un bandeau brillanté et ornée de fleurs d’émail vert et brillants. Signée.
l45mm x h34mm



Un bon point pour cette galerie qui nous montre le dos de cette broche, on peut voir que le système pour la broche se visse et qu' on peut aussi passer une chaine pour la mettre en pendentif Didier Guedj nous indique 1900, comme tous les autres sites à propos de bijoux de Louis Zorra, ce ne peut être qu'a partir de 1901 car Zorra n'avait pas de poinçon auparavant, à moins que je ne l ai trouvée. En effet en 1901, il avait 36 ans, qu' a t il fait avant????




1911 dans  "le Figaro"  Louis Zorra obtient son brevet de "pilote aviateur" , il va se passionner pour cette nouvelle discipline et prendre des responsabilités  au sein de l Aéro Club.



Cette bague très intéressante signée Louis Benoit Zorra a été vendue par la Tadema Gallery de Londres qui figurera dans la prochaine publication de la galerie. L'anneau avec c. 660 bijoux racontent l'histoire de la Tadema Gallery et des pièces splendides et importantes que Sonya et son défunt mari David Newell-Smith ont vendues pendant 40 ans et beaucoup sont maintenant dans les musées publics du monde entier. Puis-je profiter de l'occasion pour vous présenter la publication: Beatriz Chadour-Sampson and Sonya Newell-Smith, Tadema Gallery London Jewellery from the 1860s to 1960s, Arnoldsche Art Publishers, Stuttgart (prévu début 2021).
This very interesting ring signed by Louis Benoit Zorra was sold by Tadema Gallery in London which will feature in the forthcoming publication on the gallery. The ring together with c. 660 pieces of jewellery tells the story of Tadema Gallery and the splendid and important pieces that Sonya and her late husband David Newell-Smith sold over 40 years and many are now in public museums worldwide. May I take the opportunity to introduce you to the publication: Beatriz Chadour-Sampson and Sonya Newell-Smith, Tadema Gallery London Jewellery from the 1860s to 1960s, Arnoldsche Art Publishers, Stuttgart (due early 2021) 




Rêve t elle? à cette année merveilleuse que fut, l année 1900?




LOUIS ZORRA  Bague Art Nouveau Or  H  2,80 cm (1,10 pouces) 
Origine Français, c. 1900-1 Des marques «Zorra» «Marque du fabricant» et tête d'aigle.
Rare bague Art nouveau célébrant l'exposition Paris 1900. vendue par Tadema Gallery.


1912

Publication de "l'Aero" qui rappelle son premier brevet, car Louis Zorra va faire breveter 20 inventions que ce soit pour la bijouterie ou l aviation.

11. Perfectionnements apportés aux installations démontables et portatives, telles, notamment, que celles pour assurer le couchage dans les cantonnements ou campements volants 1919-11-13 Inventeurs Zorra Louis 

 12. Perfectionnements apportés aux installations démontables et portatives, telles, notamment, que celles pour assurer le couchage dans les cantonnements ou campements volants 1919-07-23 Louis Zorra  Andre Biscaldi Inventeurs Zorra Louis Biscaldi Andre

 13. Perfectionnements apportés aux réservoirs à essence 1919-07-03 Demandeurs Louis Zorra Inventeurs Zorra Louis

 14. Perfectionnements apportés aux installations démontables et portatives, telles, notamment que celles pour assurer le couchage dans les cantonnements ou campements volants 1919-04-03 Inventeurs Zorra Louis Biscaldi Andre

 15. Aéroplane1911-12-13 Demandeurs Louis Zorra Inventeurs Zorra Louis

 16. Propulseur aérien 1911-05-26 Demandeurs Louis Zorra Inventeurs Zorra Louis 

17. Ancre fixe-amarre pour l'aéronautique et la marine 1911-05-11 Demandeurs Louis Zorra Inventeurs Zorra Louis

 18. Aéroplane Date de publication1911-02- Demandeurs Louis Zorra Inventeurs Zorra Louis   

19. Leviers de commande à rétablissement automatique dans les appareils aériens  Bas du formulaire

Date de publication 1911-01-23 Demandeurs Louis Zorra Inventeurs Zorra Louis 

20. Dispositif protecteur et de fixation pour épingles à chapeaux et épingles de cravates Date de publication 1909-08-17 Demandeurs Louis Zorra Inventeurs Zorra Louis

 Je ne puis les citer tous , l important est de le savoir






Son premier brevet en 1909 pour la bijouterie


En 1916 voici une partie de son brevet pour les Aéroplanes



La Danse Antique publiée par la société des amis des arts de la Somme

C'est en 1912 dans le Mémoire de la société des amis  des arts de la Somme: 
Le talent de M. Henri Dubret apparaissait nettement dans sa très belle exposition. Il joue avec les émaux translucides aux couleurs opalines ; chacun de ses menus objets est un véritable chef-d'œuvre. A ses côtés, nous voyons, MM. Leo Gardet et Louis Zorra nous présentant des pièces d' une finesse merveilleuse. 




Notre Louis Zorra avait de l humour , Maitre Marc Delvaux a revendu ce bijou étonnant



Rare pendentif en argent doré stylisé d’un casque à pointe formant coupe-cigare, la partie frontale ciselée d’une tête de dragon de profil, la visière mobile formant mâchoire découvre des crocs enserrant un globe terrestre et actionne l’œil du dragon et le coupe-cigare. Au revers, il est gravé Monde bien petit pour colossal appétit. Signé L.Z. Poinçon de Louis Zorra insculpé en 1901. Exécuté vers 1914 (?). Haut. : 5 cm. Poids brut : 26,1 g. Cet orfèvre réalisa de nombreuses créations s’inspirant de l’Art Nouveau ; on retrouve certaines d’entre elles dans les musées de Pforzheim ou de Boston. Bibliographie : Vivianne Becker, Bijoux Art Nouveaux, Paris, 2000, p. 90 et p. 231, pl. 134 et pl. 148.


1919


 Le commissaire officiel certifiant ce record était louis Zorra qui avait mis au point des appareils pour ces mesures destinées à l aviation

 En vente chez Fred Leighton: 85000$
Bracelet de coiffure indien américain en émail par Louis Zorra Une paire de figurines amérindiennes avec coiffe à plumes en émail polychrome est présentée dans un bracelet de bras design bypass serti d'un total d'environ 0,39 carat de diamants taille ronde, et rose montés sur or jaune 18 carats avec poinçons français et poinçons de maître pour Louis Zorra. Vers 1900.




20/10/23, c'est à St Cloud, à l occasion de la coupe Aumont-Thiéville [de g. à d.] Zorra , Auger père [pilote du ballon Marie-Jeanne], Auger fils :la photographie vient de l'Agence Rol




En fin d'article je traiterais ce sujet de la Tiare du Roi Saïtapharnes




Vivienne Becker publie dans son livre Art Nouveau, cette épingle de cravate en or  sertie de diamants




La photographie de ce pendentif est parue dans le livre de Vivienne Becker qui le décrivait : pendentif en or , perles et émail, représentant une nymphe aquatique sortant d un bassin d'émail sur lequel flotte une feuille de nénuphar.



Apparemment une autre version? la chevelure n'est pas la même il n'y a pas de pierre minuscule au centre du front, , les fleurs sont en or

La maison de grande renommée MS Rau, 622 royal Street à la Nouvelle Orleans a revendu ce pendentif et indique:  Pièce par excellence du design Art Nouveau, ce pendentif et sa chaîne assortie sont l'œuvre du designer Art Nouveau Louis Zorra. Sculpté en or jaune 18 carats, le pendentif prend la forme d'une belle femme aux tresses fluides entourées de fleurs et de nénuphars. Elle rappelle les nymphes mythologiques de l'eau du légendaire Hylas and the Nymphs de John William Waterhouse (1896), un sujet qui se prête bien à la grâce et à la fantaisie du style Art Nouveau. L'émail Plique-à-jour remplit le pendentif tridimensionnel de teintes vertes douces qui complètent parfaitement le design général. Délicatement confectionné, le pendentif exquis incarne les plus belles qualités de l'Art Nouveau. 

Un pendentif presque identique attribué à Zorra est illustré dans Art Nouveau Jewelrypar J. Sataloff



Cette photo de ce même modèle de  pendentif mais avec des fleurs en corail, se trouve dans l excellent livre sur l'Art Nouveau en Bijouterie de Mr Sataloff qui a écrit:

Pendentif en or. Non signé mais attribué à Zorra. 6 cm. x 8 cm. La tête féminine et les cheveux lâches sont sculptés en or qui bouge aussi librement que l'eau qui retient son regard paisible et rêveur.
Les cheveux lâches tombent sur et autour des épaules pour forme le contour fluide de la piscine calme du bleu plique à jour émail; décentré flotte un nénuphar en vert mat veiné
émail. La nouvelle image de la féminité rêveuse est plus loin exprimé par les fleurs émaillées rose opalescentes avec des reflets d'or dans ses cheveux et en équilibre en dessous au centre avec un fleurs avec des reflets d'or dans ses cheveux et en équilibre en dessous
le centre avec un capitule, à nouveau décentré, en gardant à la mode actuelle par manque de symétrie. La minuscule opale dans le centre du front fait écho aux couleurs des émaux et
était une caractéristique populaire dans les motifs féminins.
L'opale était une pierre préférée des bijoutiers Art Nouveau et celui qui était particulièrement approprié dans les thèmes féminins pour ses couleurs douces qui changent subtilement à chaque regard. Le lourd cadre en or français formel porte une nymphe nue érotique perché sur un côté, avec des plis de tissu bruissant autour d'elle, elle a la tête rejetée en arrière et ses cheveux au vent. Sous l'opale centrale, les fougères se répandent dans le plus typique de tous les motifs Art nouveau: un affichage de pliques bleu foncé et vert à jour de plumes de paon serti de diamants.




1912 c'est depuis cette date que Louis Zorra est membre de la Chambre syndicale de la bijouterie, de la joaillerie, de l'orfèvrerie de Paris et non lisons qu' il habite désormais au 95 rue Réaumur.



Le 95 rue Réaumur à Paris



Tadéma Gallery indique: LOUIS ZORRA Pendentif Art Nouveau Or, émail plique-à-jour, goutte de perles baroques.
H  4,70 cm (1,85 pouces) |  L  3,80 cm (1,50 pouces) 
Belle jeune fille Art Nouveau de profil avec fleurs, feuilles et nuages ​​en émail translucide. Louis Zorra est né à Asti, en Italie et a déménagé à Paris où il a conçu plusieurs bijoux Art Nouveau, exposant aux Salons de la Société des Artistes Français.Littérature
illustrée dans notre prochain livre:Beatriz Chadour-Sampson & Sonya Newell-Smith, Tadema Gallery London Jewellery from the 1860s to 1960, Arnoldsche Art Publishers, Stuttgart 2021, p. 144 Victor Arwas, Art Nouveau, L'esthétique française, 2002, version broche illustrée p. 346


Dos de la broche pendentif ci-dessus




1931 Louis Zorra est toujours membre de la ligue Internationale des Aviateurs



Nul n'est prophete en son pays c'est pourquoi vous devrez vous rendre au .Muséum of Fine Arts Boston pour voir cette  Broche avec une opale et de nacre, vers 1900. Louis Zorra. Or, argent, émail, verre saphir, l'opale et perle



Seule la jeune femme avec perle est de Louis Zorra




Une fois trouvé cet article dans le journal hebdomadaire "Les Ailes" du début janvier de 1939 , je n'avais plus qu'a chercher à l état civil de Clichy son acte de décès du 31 décembre 1938 et d apprendre ainsi sa date de naissance et le lieu, et découvrir qu il était célibataire.



Acte de déès


L immeuble ou il est décédé au 72 rue Martre à Clichy.




Je reviens sur cet article dans la revue de la Bijouterie Joaillerie Orfèvrerie qui en 1923 citait  l' opinion émise en 1903 par Louis Benoit Zorra comme quoi la fameuses tiare du roi Saïtapharnes n'était pas authentique

Photo du musée du Louvre
Je cherchais une photo ou de la documentation sur cette affaire et au vu de cette tiare, je cherchais à retrouver un de mes livres  "l'Art de Reconnaitre les Fraudes, me souvenant de sa couverture"



A l intérieur ce texte peu indulgent pour les "savants" qui avaient été roulés....

"Mais les marchands n`en sont point à cela près de créer de toutes pièces des "Phidias" pourde faux connaisseurs qui n'ont, en réalité, que ce qu°ils méritent.
Souvenez-vous plutôt de l'aventure de la tiare de Saïtapharnès (fig. 1), de cette oeuvre d`art tant prônée, jusqu`au moment où l`on apprit qu`elle était moderne  Ainsi s`évanouissait a cette révélation, le miracle de sa beauté l Nos savants avaient écrit monts et merveilles sur cette tiare soi-disant antique, trésor du musée du Louvre, coûteusement acquis, et ils s`étaient  longuement répandus en érudition sur la description, tant esthétique qu'historique, du motif de ciselure principal...
Que d`étonnantes et doctes choses ne lurent-ils pas ces savants, sur cette ciselure qui, cependant, était de pure invention moderne .
Mais, le ridicule confondit surtout la qualité de cette admiration, lorsque l'artiste polonais Chouroumousky auteur de la fameuse tiare, se dénonça... Le chef-d`oeuvre d`hier, soudain n`était plus, et il descendit de son trône, que dis-je, il fut honteusement exclu du Louvre.

Mon  livre date de 1925 mais c'est en 1903 que Louis Zorra douta de l origine de ce trésor.



Un livre passionnant a été écrit chez Grasset

Mais Wikipedia publie un excellent article 
https://fr.wikipedia.org/wiki/Tiare_de_Sa%C3%AFtapharn%C3%A8s
Je vous livre le début

Le 1er avril 1896, le Louvre fait savoir qu'il a acheté plusieurs objets en or, dont une tiare découverte en Crimée et ayant appartenu au roi scythe Saïtapharnès. Sur les conseils d'Albert Kaempfen (1826-1907), alors directeur des Musées nationaux, et des archéologues Antoine Héron de Villefosse, conservateur au Louvre, et Salomon Reinach, le musée avait acquis cet ensemble inestimable pour 200 000 francs-or, dont 150 000 pour la seule tiare. L'achat avait été fait auprès de deux marchands du nom de Vogel et Szymanski qui représentaient un autre marchand Chapsel Hochmann. La tiare est gravée de scènes mythologiques et d'une inscription grecque : « le conseil et les citoyens d'Olbia honorent le grand et invincible roi Saïtapharnès ». Pour les experts du Louvre, cette tiare confirmait un épisode datant de la fin du IIIeme  siècle ou du début du II eme siècle avant notre ère.

À la demande de ses lecteurs, le journal Le Figaro suggéra à Salomon Reinach de conter dans ses colonnes la vie de Saïtapharnès. Selon cette histoire, Saïtapharnès avait soumis quelques colonies grecques sur les rives du Pont-Euxin (Daces, Sarmates, Bithyniens, Thraces...) avant d'assiéger Olbia du Pont, et n'avait accepté de laisser la ville en paix qu'après avoir reçu des cadeaux précieux dont la tiare.

Peu de temps après que le Louvre eut exposé la tiare, un certain nombre d'experts mirent en doute son authenticité. 


Alors mes amis les commissaires priseurs, ou antiquaires , ou passionnés , attention au poinçons , retenez celui de Louis Benoit Zorra, il mérite qu on retrouve ses oeuvres

Si vous avez un commentaire , vous pouvez l'écrire ci-dessous, mais si vous n avez pas de compte Google, vous pouvez me l'adresser  à richard.jeanjacques@gmail.com et je le posterai pour vous
A tous mes lecteurs BONNE ANNEE NOUVELLE