mardi 14 décembre 2021

SASPORTAS Paul Levy puis Daniele Salamon sa fille avec Sasportas & Cie


Bouddha fabriqué par SASPORTAS pour Van Cleef et Arpels 
Se trouve dans la collection de VCA que je remercie pour me l'avoir transmis.

Une vie étonnante que celle de Paul Levy  dit SASPORTAS, il aurait mérité d'être dans le dictionnaire international du bijou, mais il n'y est pas. Pourtant au regard du nombre de certains signalés dans ce dictionnaire, il aurait mérité d 'y être. Une fois, j ai croisé une citation le donnant comme étant dans le livre Art Déco de Madame Raulet, il y a juste ses initiales et  pas un livre que je connaisse qui  parle de lui.

Alors quel est son nom? Sasportas? Levy? eh bien les deux!



Paul lévy est Né le 27 juillet 1887 (un mercredi) - à Texarkana, Bowie County, Texas, Etats-Unis d'Amérique. et ce plan de la ville date de 1888, je ne suis pas sûr pour l'instant que ce soit au texas ou en Arkansas pour une bonne raison, la ville est coupée en deux par cette frontière entre les deux états par la Rivière Rouge.
Au passage ,c'est à Texarkana que l'ennemi public no 1 français ; Jacques Mesrine, fut arrêté durant sa courte cavale aux États-Unis avant d'être extradé au Québec.

Le père de Paul est né le 1er février 1850 à Scharrachbergheim, 67310, dans le  Bas Rhin,  en Alsace, France il est décédé  le 23 août 1924 (samedi) - Paris, 75007, Paris, Ile-de-France, France, à l'âge de 74 ans il fut tour à tour  barman, commerçant, bijoutier, rentier.

le 22 juillet 1872 : apres la guerre de 1870 il émigre à  New York, a bord du bateau Denmark La défaite et la perte de l'Alsace-Lorraine provoquent en France un sentiment de frustration durable et extrême qui contribue à la montée d'un nationalisme revanchard, et pour les Alsaciens certains comme Mathieu Levy quittèrent le pays.
Il revint en France en 1880  et épousa  Esther Blanche Sasportas à Paris d'ou le futur nom de Marque de son fils, et il repartit aux USA 
Mariage (avec Blanche SASPORTAS) - Paris, 75007, Paris, Ile-de-France, France (arbre généanet de Florian Mahon)



C'est très difficile de trouver les dates des objets ou des bijoux qu il fabriqua, vous verrez dans l article ci-dessous qu en 1913 le journal Le Radical  le cite comme ciseleur. d'ou ses premières productions en bronze ou Bronze argenté on voit nettement sa signature sur  ce vide poche.



On peut lire  qu'avant de s'installer en atelier,  il devait faire du commerce de bijoux, puisqu il avait confié une bague diamant navette et une épingle en or ciselé, et que Paul Levy Sasportas s'est fait rouler



Poinçon de Paul Lévy: C'est en 1913 qu il ouvre un atelier Boulevard Magenta , mais en 1923 pour le changement  de Levy-Sasportas en Sasportas & Cie le poinçon devient une lettre S dans un ovale et les lettres P.L.

A quelle époque Sasportas a t il fabriqué des "Mascottes" pour les "Automobiles" cette mascotte appelée VENIN, revendu par la maison Artcurial fut editée  par les Édition Sasportas, Auto-Omnia daterait de 1920 d'après la maison de vente!!!!
Bronze, signé, numéroté Epreuve 28/100,exclusivité Auto-Omnia, monté sur un bouchon H : 13 cm. (5 in.)


1920 Vide poche en bronze qui a du être argenté


1920 Sa signature


Ce bracelet (Egyptomanien) peut être cité avec précision en 1924 grace à la publicité ci-dessous.



1924-1er décembre, belle publicité dans la France Horlogère


Ce bracelet est en vente en 2024 chez Genève Encheres https://live.geneve-encheres.ch, poinçon tête d'aigle, poinçon de maitre et poinçon de marque  SAS


Je les remercie pour cet  envoi de photos


Geneve encheres a vendu aussi ce très beau braclet de Sasportas


Rehaussé d'émail noir et alternées de calcédoines, circa 1930, or 750, signé SAS, numéroté 3783, L 17,5 cm, poids brut 67 g



                                                                               


bague sertie d'une perle de jade (D env. 16 mm) épaulée d'onyx et de roses de diamant, circa 1930


Numérotée: revendue par https://live.geneve-encheres.ch


Marque SAS


 Bracelets se terminant par des têtes d'animaux mythiques aux yeux sertis de lapis-lazuli et rehaussés de roses de diamant,   un bracelet numéroté 3343 


Motif central Jadeite vente de Genève Encheres






Donc de grandes chances pour que ce Bouddha soit datable en fin 1924-début 1925






1924 Bracelet jonc rigide en ivoire, les extrémités en or guilloché figurant 2 têtes de personnages égyptiens rehaussées d’émail polychrome. Signé SAS.




En 1922 dans le journal L'Excelsior : Sasportas offre d'assez beaux lots


1922-1925  Pendentif en or Art Déco en forme de blason stylisé Art Déco orné d'une agate taillée. Poids brut : 11,6g...Revendu par maitre Lebrech Paris.


1925 l'expo Galliera, quelle révolution en tout, pour l'époque



Etui à cigarettes en argent et en or, à décor laqué noir, feu et pastilles dorées. Non signé. Travail français des années 1920. de Sasportas Dimensions: 11 x 8 cm environ. Poids brut: 169 g (gazette Drouot)


Même couleur de laque bel étuis de Paul Levy: Archives Arnaud Raphael


Signature de SASPORTAS sur une mascotte


Hpmme Volant 1925-1930 d'apres la maison Artcurial



«Enigme» Mascotte exclusivité d’Auto-Omnia. Frappée «Epreuve 54/100, Edit. Sasportas et Auto-Omnia. Bronze argenté. H: 12 cm  (Gazette Drouot) 


Mascotte est un nom féminin singulier dont l'origine est récente (xixe siècle) : il vient du provençal mascoto qui veut dire littéralement « sortilège ». Il a été introduit dans la langue française par l'écrivain Frédéric Mistral. les mécaniciens auto associent ce mot au bouchon de radiateur 


«L'Enigme» Mascotte exclusivité d'Auto-Omnia. Frappée «Epreuve 54/100, Edit. Sasportas et Auto-Omnia. Bronze argenté. H: 12 cm (5 in) revendue par Aguttes." https://www.aguttes.com/recherche?query=Sasportas&btOk="
Les mascottes de radiateur permettent au propriétaire d’exprimer son originalité.



SASPORTAS. Mascotte en bronze à patine argentée représentant Bécassine Signée sur le socle
Revendue par la maison Aguttes Paris


1926 dans le Bottin Sasportas 16 boulevard Magenta Paris 10 eme




SASPORTAS
Pendentif quadrangulaire en or 750/1000° serti d'un jade repercé et gravé de fleurs et de feuillages, agrémenté d’email bleu et d'un cabochon triangulaire de lapis lazuli, monte sur un collier articulé de maillons géométriques en or jaune etgris. chainettes de billes d'or jaune. Monogramme et numéroté Travail français des annees 1925. Dimensions du motif:  4 cm environ. Poids brut 1 38.1 gr La Maison Sasportas, situee bd Magenta a Paris, est oonnue notamment pour avoir obtenu une médaille d’or à


l’Exposition des Arts Décoratifs en 1925  oomme l‘atteste une publicite parue dans une revue specialises. Cette Maison etait reputée pour ses bijoux »fantaisie» sachant que cette appellation regroupait a l’epoque des bijoux executes en séries a partir d'un clessin originel d'artiste. Le pendentif que nous presentons reflete tres bien Fapproche de Sasportas caractérisée par une composition centrée sur une pierre gravée (ici, un jade), l’utilisation de motifs emailles pour encadrer oelle-ci. des contrastes dans la couleur des métaux. Les pierres telles que le corail. le lapis-lazuli, lejade ou encore l'onyx constituaient la base de son repertoire gemmologique et de son vocabulaire chromatique. Ce pendentif est d'ailleurs a rapprocher d'un bracelet cle 1926 ou l’on retrouve exactement le méme langage esthétique. Les Echos des industries cl'art n 5 (1925) et n 1? (1925).
Expertise de  Monsieur Emmanuel Eyraud, expert en Arts Décoratifs du XXe siecle. pour son aimable collaboration. 




1926 dans le Bottin


1927 Receuil des procès verbaux  de la Chambre Syndicale de la Bijouterie Joaillerie Orfèvrerie rue du louvre à Paris


1927  ce très beau bouddha

SASPORTAS PENDENTIF ART DÉCO EN JADE, DIAMANTS ET ONYX
En platine avec un Bouddha en jade, diamants et onyx, le cordon a été réalisé sur mesure par Cartier en 2009. Poinçon : Signé SAS pour Sasportas, n° 70C 48 Dim : 8 cm - Poids total : 26 g



Le dessous du Bouddha en jadéite turquoise et diamants


1927-1928. SASPORTAS - EPOQUE ART DECO BROCHE OVALE CHRYSOPRASE
Au centre une plaque de chrysoprase de forme hexogonale et gravée de fleurs. Monture en argent et émail noir. Poinçon de maître de SASPORTAS. Poids brut : 9,94 gr. Dimensions : 4 x 2,7 cm.



La maison de vente indique 1928 Bracelet or et Lapis Lazuli, mais ce bracelet se trouve sur la publicité de 1924

1930 Une bague Cornaline et or  ciselé
 


1930 dans le Journal Hebdomadaire, Mr Jarre de la Belde un homme symphatique qui pourtant va vouloir être administrateur  de l' aryanisation des juifs, nommé par les Allemands et les service du Maréchal Pétain pour le Commissariat Général aux questions juives.


Le magasin de Paul Lévy en 1930, l'architecte était Mr Nicod  gravure dans un portfolio de H.Delacroix


Intérieur du magasin de Paul Levy Le décorateur est Désagnat livre publié en 1930


16 Boulevard Magenta à Paris, le magasin de Paul lévy était-il celui de droite ou de gauche ??


1930 PAUL LÉVY PARIS - un très beau briquet ancien en argent massif ,très rare de France - 
Le briquet a été produit dans les années 30/40 en France.  Briquet à mèche à essence de poche semi-automatique 


Bague cornaline Art Déco, Sasportas 1930 environ: Merci à Kentshire, New York, www.kentshire.com



Une bague Art Moderne en métal mixte centrée sur une perle de cornaline, en or 18 carats et argent massif. Sasportas, France.: Kentshire, New York, www.kentshire.com


Kentshire, New York, www.kentshire.com



Vasari Auction a revendu ce pendentifde Sasportas: Pendentif en argent en forme de pensée renfermant un coeur gravé de l'inscription « Ma pensée t'accompagne, j'y enferme mon coeur » signé Saportas, 4,7 g Dimensions : 2,5 cm sans la bélière La Maison Sasportas a fait partie des maisons ayant exposé à l'Exposition Internationale de 1925... 






La Galerie Parisienne a revendu ce bracelet articulé, 2 ors à 750/1000° et émail, composé de 4 mailles géométrique habillés de motif en calcédoine grise et chrysoprase à motif de fleurs datant de années 1930 environ poids total 71 grs 20.  https://lagalerieparisienne.fr


autre vue de ce Bracelet 2 ors



Bracelet 2 ors et lapis lazuli 1939???,



L acte de décès de Paul Levy qui est mort le deux septembre 1940 à Buzançais, Chemin de Villaines, il est noté Industriel domicilié à Paris 35 rue Jouffroy dans le 17 eme Il avait 53 ans . J ai pu l obtenir grace à l obligeance de madame  Christine DUVAL, Direction des Archives départementales et du Patrimoine historique de l'Indre.


Celui qui déclare son décès est son beau-frère  Pierre Kraemer (photo google) industriel demeurant à Paris 41 rue Richer.

Si Sasportas est donc mort en 1940!  Je découvre en revanche que des bijoux a son nom sont signalés dans les années 50 en particulier, certains commissaires priseurs citent le livre de madame Raulet sur les années 50 . Mais je ne possède pas ce livre. Apres un appel général Anne Pellerin m'envoie ce qu'elle a trouvé.




Mon amie qui a cherché pour moi n'a pas trouvé de citation de Sasportas dans la tables des noms et matières, je lui précise la page qui m'a été indiquée.

Cf. S. Raulet, Bijoux des Années 1940-1950, Paris, Editions du Regard, 1987, p. 205 for the photograph of similarly designed brooch created by SAS



Voici la page , rien , sauf la légende de la broche en haut a droite, or diamants citrines "Poinçon S.A.S."
mais les autres bijoux tout à fait de même style? ils sont de qui? Deux autres peuvent être de lui?


J ai retrouvé cette broche  sur le site "1Stdibs" Broche Feuille Rétro Citrine et Diamant, Sasportas, France, 1960s je ne suis pas sûr de la date.
Une broche feuille rétro en citrine et diamant réalisée par Sasportas, France, ca. années 1960. Les citrines de Madère ont une couleur très attrayante et sont magnifiquement combinées avec des diamants ronds brillants et de l'or jaune pour produire un design géométrique très fort, mais naturel. La broche porte la marque du fabricant SAS pour Sasportas, ainsi que les marques françaises de dosage de l'or et du platine. La maison française Sasportas a remporté la médaille d'or à l'Exposition des Arts Décoratifs en 1925 et est connue pour produire des bijoux fins avec des éléments géométriques et combinant différentes pierres précieuses. Il a également été utilisé comme atelier par d'autres maisons de joaillerie françaises telles que Cartier et Van Cleef and Arpels.



Citrines taille calibrées, diamants ronds et taille simple, platine et or jaune, années 1940, poinçon de maître pour Sasportas, no. 91809 (une bague) Taille 3,8 cm (broches), 2,2 cm (clips d'oreille), 
Poids brut : 56 grammes

Je ne pense pas que ces bijoux, cités par Christie's datent de 1940, mais plutot de 1946 à 1950


Alors, que s'est il passé, Paul Levy, dit Sasportas est decedé en 1940 et la marque continue...est elle reprise??  Il me faut pour cela chercher à comprendre et c'est en consultant le dossier de l'aryanisation de Paul Levy que je comprends.



Voici l'une des premières pages du dossier d'aryanisation, très imprecis, le Commissariat général aux questions juives est pres à spolier un joaillier en se trompant sur le nom et sans savoir le 6 juin 1941 que Paul Lévy dit Sasportas est mort il y a sept mois.
Comme souvent, le premier administrateur de l aryanisation est remplacé.




Le nouvel administrateur  Xavier Jarre de la Belde (qui lui a vécu jusqu'en 1983) constate quand même qu il est décédé.


Pour lui et heureusement, il n'y a plus de grain a moudre


Donc on transmet aux Allemands, et on le raye du registre du commerce.



La fin de la guerre est arrivée, à la place du CGQJ, le General de Gaulle a mis en place au même endroit un comité de restitution pour dédommager les victimes spoliées par l aryanisation, et je découvre dans le dossier cette lettre. Qui l' a écrite? sa fille ?



Presque tout est dit, il n y avait pas d'argent a tirer de cette affaire, Sasportas est mort, nous verrons plus loin que sa femme aussi , mais nous découvrons que sa fille a réouvert l'atelier en 1945.


Nous découvrons aussi  que l aryanisateur Pétainiste "Jarre de la Belde" n'avait rien trouvé d interessant à voler mais que le stock avait été confié a une certaine madame Leloutre à Lyon, beaucoup de bijoutiers juifs avaient confié leurs marchandises a des amis Aryens aux yeux des lois Pétainistes et certains ont récupéré ces stocks après la guerre, mais là....la phrase au sujet de la Gestapo est ambigüe, a t elle cédé le stock de Sasportas a la gestapo ou celle ci l'a volé chez madame Leloutre?


Apparemment ce serait une réquisition, il me faudrait être parisien pour consulter ce dossier 3808W943 aux archives nationales de Pierrefitte  pour être plus précis.



La femme de Paul Lévy a été déportée et ses bijoux volés par les allemands
Je ne pense pas que sa fille ait pu récupérer ces valeurs.

Et grâce au site "My Heritage"  https://www.myheritage.fr/ j apprends le sort réservé à madame Alice Levy Sasportas

Alice SASPORTAS
Naissance 11 juin 1888
Paris, Paris, France
Décès  Auschwitz, Poland
Conflit 1939-1945
Cause du décès Mort(e) en déportation
Commentaires 55 ans, née KRAEMER - Arrêtée à Les Echelles - Déportée par le convoi 67 depuis Drancy, vers Auschwitz Birkenau, le 03/02/1944
Référence # 3379334

Elle a été arrêtée à "Les Echelles"  qui se situe à mi-chemin des agglomérations de Grenoble et Chambéry, se cachait elle a cet endroit??



Pour en finir, cétait presque de la perversité, on demandait aux gens  de donner le quitus pour les comptes de l aryanisation qui les avait spoliés!!!! Mais même les Arpels  ne réclamèrent rien , tellement qu' après ce désastre, l'important pour eux était de se remettre au travail après avoir récupéré ce qu ils pouvaient et ce qui restait.


La Galerie Macklowe à New York a revendu ce bracelet . Elle indique:
Artiste : Sasportas, Paris
Pays : France
Circa : 1950
Taille : 7,25" de longueur, 0,875" de largeur
Matériaux : 6 plaques de calcédoine bleue sculptées ; Émail; Or 18K
Signé : poinçon de maître "3720 SAS", et poinçons de contrôle français





De fait en 1950 , la maison est inscrite sous le nom "Sasportas & Cie SARL"


Sur le site 1Stdibs cette broche 
Belle broche clip comète diamant citrine saphir rétro, ca. 1940s par Sasportas La broche comète rétro se compose d'un groupe de saphirs ronds d'env. 3 carats et citrines serties de canaux, encore accentuées par des diamants taille baguette. La maison française Sasportas a remporté la médaille d'or à l'Exposition des Arts Décoratifs en 1925 et est connue pour produire des bijoux fins avec des éléments géométriques et combinant différentes pierres précieuses. Il a également été utilisé comme atelier par d'autres maisons de joaillerie françaises telles que Cartier et Van Cleef et Arpels.

Je pense que c'est apres guerre et par Sasportas et Cie.
D autre part, je peux ajouter avec certitude qu il fut un fournisseur de Suzanne Belperron information donnée par Mr Olicvier Baroin.  https://ufe-experts.fr/experts/olivier-baroin/



Une broche à clip rétro en rubis, diamants et or en forme de fleur stylisée, avec boucle pendante, en 18 carats. Sasportas, France ; vendu au détail par Bailey Banks & Biddle.  Diamants de 2,00 ct. Dimensions : environ 2" x 1,5"Kentshire 608 Cinquième Avenue New York, État de New York 10020



Même broche



La maison Tajan le date de 1960: GRAND CLIP CACHEMIRE
Il est composé de saphirs, d'émeraudes de diverses formes et de diamants taille brillant sertis en châton à griffes. Monture en or jaune et gris 18K lisse et cordé. Travail français, poinçon de maître de SASPORTAS. Poids brut : 27,37 gr. Dim. 6 x 4 cm.



Bague en or 18K (750), ornée d'un lapis-lazuli hexagonal serti clos. Signée et numérotée. revendue par l étude Pierre Bergé

Je suis preneur de toute information concernant Paul Levy dit Sasportas richard.jeanjacques@gmail.com


Le lendemain de cette publication c'est à dire le 14-12-2021  j ai reçu un appel téléphonique de Monsieur Abihssira du consistoire de Nice qui a lu mon article  il me précise le destin tragique du frère de Paul Levy dit Sasportas.

 René Levy, est né le 18/08/1892, à Paris dans le neuvieme arrondissement, 5 ans après Paul Sasportas le Joaillier, il était le fils de Mathieu LEVY et de Blanche Esther SASPORTAS, marié le 22/01/1916 à Paris 18 (75) avec Bianca Merelle GUISAN, marié le 05/11/1922 à Strasbourg (67) avec Lucie POINSOT, marié le 05/11/1926 à Paris 10 (75) avec Andrée Juliette GEISMAR
En 1939 il habitait à Deauville dans le Calvados 

Lazare René LÉVY à l'état-civil de naissance, alias René SASPORTAS du nom de sa mère - Directeur de sociétés - Dénoncé en octobre 1941 aux allemands par une habitante de Saint-Arnoult (14) qui se suicidera à la Libération, arrêté à son domicile par la Feldgendarmerie le 12/09/1941 qui le trouve à l'écoute de la radio anglaise, interné à la maison d’arrêt de Caen, il fut traduit devant la cour martiale (FK 723) et condamné à six mois de prison, puis sur ordre du Militärbefehlshaber in Frankreich (MBF), il fut porté sur la liste des otages à exécuter en représailles à un attentat commis à Elbeuf (76) - Fusillé par l'ennemi comme otage à titre de représailles - Honoré par le Grand Orient de France sur son mur du souvenir , rue Cadet Paris 09 (75) comme frère de la Loge Étoile des pôles à l'Orient de Trouville-sur-Mer (14) et par la Grande Loge de France pour la Loge N° 488 de l'Union Latine à l'Orient de Paris - Les corps des fusillés ont été regroupés en une fosse commune au au Carré du cimetiere Caen Nord Est 


samedi 27 novembre 2021

Suzanne Belperron, Bernard Herz, dénoncés par un avocat antisémite Louis Brideau !! , L'épilogue.

" Le 20 novembre 1942  , je suis arrêtée par la Gestapo et conduite avenue Foch"


Je me suis permis de coloriser la photographie  de Suzanne Belperron, parce qu 'elle était ainsi

Suzanne Belperron va découvrir qu'elle a été dénoncée et dans une lettre révèle cette dénonciation.

"La maison Suz Belperron  dissimule une affaire juive, par consequent l'ancien propriétaire continue à faire d'importantes affaires, elle détient notamment les bijoux de Lord Carnavon et on ne trouve pas dans cette maison de bagues à moins de 75000 francs"

Mais qui l'a dénoncée??   Est ce le Brideau qui est membre de "L'Action Française"? 

Cette Action française (abrégée en AF) qui est une école de pensée et un mouvement politique nationaliste et royaliste d'extrême droite, soutien de la maison d'Orléans, qui s’est principalement développé dans la première moitié du xxe siècle en France.

En 1938 les idées de Brideau sont exposées clairement ,1938   dans l action Française:

Au «Jeune barreau français» Un rapport de Mr Brideau sur l'invasion étrangère dans le Barreau Au cours de la réunion mensuelle du « Jeune Barreau français » qui avait lieu hier matin, notre ami  Louis Brideau a donné lecture d'un rapport qui a été très remarqué où il a proposé un certain nombre de mesures propres à mieux assurer  la protection de la profession d'avocat. ' Mtre Brideau a attiré tout particulièrement l'attention de ses confrères sur un des aspects les plus intéressants du problème qui prend chaque jour une importance plu considérable : Nous voulons parler de l'invasion du barreau de Paris par des éléments qui ont singulièrement modifié depuis quelque temps le caractère séculaire de notre profession. Depuis une vingtaine d'années, nous assistons en effet à l'envahissement de notre barreau par des étrangers venus notamment de tous les ghettos du monde. Il est temps aujourd'hui d'étudier les remèdes propres à mettre un terme à cet état de choses qui risque de nous faire perdre aux yeux du public la considération qu'avaient valus à notre Ordre les magnifiques talents de nos confrères des siècles passés et leur haute conscience professionnelle. Mtre Brideau révèle que, parmi les jeunes avocats qui ont prêté serment ces dernières années, il y a une proportion de 43% de Juifs : « Voulez-vous me dire, s'est-il écrié, dans quelle usine de France on pourrait trouver une proportion semblable ? » Le conseil de l'Ordre est désarmé, aucun texte n'obligeant le futur avocat à parler correctement français. Dernièrement, un Juif allemand qui n'avait qu'une connaissance fort vague de notre langue ayant été écarté par le conseil de l'Ordre, la décision fut infirmée par la cour d'appel. Le décret pris récemment, obligeant les licenciés en droit qui veulent s'inscrire à un barreau de justifier d'au'moins dix ans de naturalisation, est tout à fait insuffisant. Ce n'est pas en dix ans qu'un étranger peut s'assimiler nos usages, notre civilisation, nos traditions. Il est grand temps d'arrêter le flot qui menace de nous submerger dans un avenir très proche, a conclu Mtre Brideau. Il ne serait pas exagéré d'exiger la condition d'être né Français, avec une seule  exception en faveur des étrangers ayant combattu dans nos rangs. 

Cliquez sur toutes les photos de cet article pour les agrandir

Il est préférable de consulter cette lettre de Suzanne Belperron  sur un écran d'ordinateur pour mieux la lire


Telles que les décrit Suzanne Belperron, les choses sont claires, les délateurs sont Maitre Brideau  avocat au 3 rue Pérignon à  Paris, sa femme et ses amis les Debrun 70 boulevard Soult à Paris.

Evidemment, je dois prendre des précautions, j ai vérifié, et la suite de cet article va le démontrer amplement  jusqu'à l'épilogue.

Je découvre une généalogie sur un site célèbre qui indique ceci pour un Louis Georges Jean Brideau:

Né le 13 avril 1903 - Mâcon, 71270, Saône-et-Loire, Bourgogne, France
Décédé le 25 avril 1989 - Paris 13 éme, à l'âge de 86 ans
Avocat
Marié le 18 septembre 1939, Arcueil, 94003, Val de Marne, Ile-de-France, France, avec Paule Lucienne Madeleine CASAU 1909-1997 (voir note)
Possédaient une maison familiale à Verzé (Saône et Loire) habitée par leur filleul Philippe Prompt fils de Simone CASAU

C'est donc notre homme, mais j'essaye de trouver et comprendre  ses motifs, aurait il eu une altercation, ou des problèmes avec Bernard Hertz et Suzanne Belperron? ou simplement de l' antisémitisme aggravé?



Mais mes découvertes nous emmènent bien au delà,  en 1941 Maitre Brideau fait une conférence sur le "Juif et la musique"  au palais Berlitz pour l'exposition le "Juif et la France"


Importante paire de CLIPS‐PENDANTS d’OREILLES « Cascades » en platine (950‰) et or gris (750‰)
composé de cinq alignements de diamants taille baguette, se terminant par des diamants taille brillant.
Travail français, vers 1950.
Le fermoir clip, typique, modifié par Madame Suzanne BELPERRON.
Long. : 5 cm. Poids brut : 37,8 g.
Provenance : Ecrin de Madame HERZ. Expertise Annabelle Cukierman : https://cukiermanauction.com/



Suzanne BELPERRON (1900‐1983)
Paire de CLIPS d’OREILLES « Égyptiens » en or jaune (750‰) à motif de goutte bombée, bordée d’un alignement de saphirs, rubis et émeraudes,
calibrés, alternés.
Travail français, vers 1937-42.
Poinçon de Maître du joaillier GROENE et DARDE.
Accompagnée d’un certificat d’origine de Monsieur Olivier BAROIN confirmant qu’il s’agit d’une création de Suzanne BELPERRON, vers 1937‐1942.
Dim. : 2,7 x 1,7 cm. Poids brut : 11,9 g.
Provenance : Ecrin de Madame HERZ. Expertise Annabelle Cukierman: https://cukiermanauction.com/




Suzanne BELPERRON (1900‐1983)
CLIP de CORSAGE « Groseilliers » en platine (950‰) et or jaune (750‰) orné de perles d’émeraudes (égrisures et chocs) chacune flanquée
d’un diamant taille 8/8, les feuilles festonnées serties d’un alignement de diamants taille 8/8.
Poinçon de Maître du joaillier GROENE et DARDE.
Travail français, vers 1937.
Accompagnée d’un certificat d’origine de Monsieur Olivier BAROIN confirmant qu’il s’agit d’une création de Suzanne BELPERRON, vers 1937.
Dim. : 4,5 x 4 cm. Poids brut : 28,4 g.
Provenance : Ecrin de Madame HERZ. https://cukiermanauction.com/



Cliché provenant des Archives allemandes 

« Le Juif et la France » est une exposition raciste et antisémite s'étant déroulée du 5 septembre 1941 au 15 janvier 1942 à Paris, durant la Seconde Guerre mondiale. Elle est organisée et financée par la propagande de l'occupant allemand à travers l'Institut d'étude des questions juives (IEQJ). Cette exposition s'appuie sur le travail de George Montandon, professeur à l'École d'anthropologie de Paris et auteur du livre Comment reconnaître le Juif ? publié en novembre 1940. Cette exposition se veut donc « scientifique ».
Ce fut un magnifique travail de sape, une exposition  qui approcha les 200.000 visiteurs, la même exposition fut présentée dans de grandes villes de province et eut un grande influence sur certains français.
L'exposition est inaugurée au palais Berlitz par le propagandiste antisémite Paul Sézille, secrétaire général de l'IEQJ, qui en a rédigé l'introduction du catalogue. Deux semaines auparavant, du 20 au 25 août 1941, avait eu lieu la seconde grande rafle parisienne, au cours de laquelle 4 232 hommes ont été arrêtés.(Wikipédia)

Mais qu'est l'IEQJ?  L'Institut d'étude des questions juives (IEQJ) est un organisme créé en France sous l'occupation allemande, avec le soutien de la Propagandastaffel (bureau de propagande allemande). D'abord nommé Bureau d'information et d'étude des questions juives, il est rapidement rebaptisé de l'acronyme IEQJ (pour « Institut d'étude des questions juives ») et officiellement inauguré le 11 mai 1941. En mars 1943 l'IEQJ devient l’Institut d'études des questions juives et ethnoraciales (IEQJER)
Or nous verrons plus loin que Maitre Brideau est membre de cette organisation



Le Commissariat général aux questions juives était installé place des Petits-Pères, dans le bâtiment de l'ancienne banque Léopold Louis-Dreyfus.

Le siège de l' Institut d'études des questions juives qui était l' instrument de propagande du CGQJ (commissariat général au questions juives)  se trouvait à Paris, 21 rue La Boétie, dans un immeuble appartenant à Paul Rosenberg, propriétaire d'une importante galerie d'art réquisitionné par les nazis, l'IEQJ n'avait, en tant qu'organisme privé directement contrôlé par les services allemands, pas de lien formel avec le régime de Vichy.




1942 le 9 janvier Maitre Brideau est cité dans le Journal "Le Matin"

En 1942 Louis Brideau a 39 ans 


Le 10 janvier 1942  dans le Petit Parisien


Que faisait il à l'I.E.Q.J



Le 6 juillet 1942 dans "l écho de Nancy"



Bernard Herz est donc arrêté le 2-11-1942 et presque aussitôt envoyé à Drancy, Suzanne Belperron écrit dans sa lettre de 1944, que Bernard Herz est resté a drancy de Novembre 1942 jusqu'au 3-9-1943 pour être envoyé à Auschwitz, mais en 1944 on ne connaissait pas encore les parcours des déportés.
De même que la famille Herz n'apprit qu'en 1945, ce qu'était devenu Bernard Herz.




C'est pourquoi je crois bon de publier ces fiches



Cliquez sur toutes les photos de cet article pour les agrandir

Cette fiche est terrible car il est noté "Ne pas libérer" en bas de la fiche,alors que beaucoup d'autres l'ont été donc la décision est prise.




Bernard Herz a bien été envoyé au camp de Beaune la Rolande, on peut même lire, écrit au crayon en haut de la fiche "Baraque 7"

Tiré de Bundesarchiv_Bild_101I-250-0939-04A, _Beaune-la-Rolande, _Gefangene_in_Lager, _Baracken




Herz, citoyen français, le gouvernement de Vichy avait assuré qu'on ne livrerait pas de Juifs Français, qu'on arrêterait pas ceux qui avait fait la guerre 1914........




Nous savons donc désormais que Bernard Herz est arrivé au camp de Beaune-la- Rolande le 9 mars 1943, la fiche dit qu'il a été arrêté à Paris par la police au cours d'une rafle et je crois que c'est la vraie explication, et non à son domicile.

Lettre de Bernard Hertz

Expédier : Jolly 21 Février  1943    
4 Rue Chalgrin, 4è Avec mandat : 100F


Chère amie

Triste dimanche, je m’ennuie, je m’ennuie, pour remonter le courant il faut que je cause un peu avec vous.
Mon ennui quotidien a été adouci un peu hier matin par l’arrivée de mon colis de linge, avec ce joli veston d’intérieur gris et bien chaud ; je pourrais vous dire merci à toutes les lignes, aussi je ne le dis plus.
Les déportations avaient repris l’autre semaine, on les voit partir pour de destinations inconnues ; j’espère que cela ne m’arrivera pas, il serait encore plus embêtant d’aller de ghetto en ghetto ; celui-ci est assez pénible et dégoutant mais adouci tout de même par ces beaux colis où l’on trouve de temps une petite fleur, et je reconnais l’écriture.
J’avais un peu d’espoir il y a 7 à 8 semaines quand le médecin de la préfecture, Brocard m’avait fait appeler, m’avait demandé si j’étais parent avec Lifchitz radiologue à Rothschild et je croyais qu’après mon ausweis de Compiegne par les médecins Allemands, il allait m’envoyer à Rothschild, ce qu’il peut faire facilement ;il a du en parler au médecin chef d’ici car ce dernier m’a envoyé a l’infirmerie en étant très aimable et sans m’ausculter, mais le médecin chef a été évacué et Brocard a du m’oublier, peut être un mot de Lifchitz servira-t-il a moins que vous ne fassiez quelque chose dans un autre ordre d’idées, car en somme, je n’ai pas de délit, peut être l’U.G.I.F peut faire quelque chose, car en ce moment s’il y a tous les jours des arrestations il y a aussi beaucoup de libérations …
Depuis deux jours il y a des visites médicales jusqu'à 65 ans comme si maintenant on allait faire des équipes de travailleurs, est-ce qu’il y aurait une libération des plus de 65ans, c’est possible, on ne sait jamais rien .
Comme précaution, car on ne sait jamais jamais ce qui peut arriver ici, ci-joint un testament ; peut être en avez-vous un ; j’en avais laissé un dans mon bureau 38 avenue du Président Wilson, mais mon bureau est-il toujours là et les papiers ont-ils été jetés ?
Dans le cas ou vous en auriez un, lisez les tous les 2 gardez ou remettez au notaire (choisissez probablement Vidy) celui que vous trouverez le mieux fait.
Je ne regrette nullement d’être resté à Paris, l’absence sera moins longue, si c’était à refaire je le referais.
Pardon de tous les ennuis que je vous cause je ne vous occasionne que cela alors que j’aurais tant voulu faire votre bonheur, merci pour tout.
Bernard 


Mais le 10 juillet 1943, Aloïs Brunner ordonne la fermeture du camp de Beaune-la-Rolande. Les 600 internés qui y demeuraient encore, sont pour partie transférés à Drancy, pour partie affectés à l’Organisation Todt 24. https://fr.wikipedia.org/wiki/Alois_Brunner

C'est à cette époque que Bernard va être renvoyé à Drancy.

Anne Sebba dans son livre "les Parisiennes"insiste sur le fait que Bernard Herz espérait être transféré de Drancy à l‘Hôpital Rothschild. Elle précise dans une note en bas de page 158 :



Suzanne Belperron doit subir les pires vexations, ainsi le 22-01-1943 il lui est demandé de prendre un engagement sur l honneur qu'elle n'est pas Juive, ni ses parents, ni ses  arrière-grands Parents.




En 1944 il est membre de la Revue Astronomie, il est parrainé par Camille Flammarion


1945, il apparait que Brideau,  dans le dossier du fasciste admirateur de Hitler,  Lucien Rebatet,  apparait comme un militant antisémite acharné.
Au passage Rebatet était un ami de René Lacaze, le fameux dessinateur de Van Cleef que Renée Rachel Puissant Van Cleef ne voulut pas réintégrer chez Van Cleef & Arpels, pendant la drôle de guerre, lui n'avait pas compris, nous la comprenons mieux. Mauboussin  l'embauche. 




L épilogue est dans le Journal Combat en 1947, il a fallu  attendre plus de deux ans pour arrêter Bouchez et Laville les dénonciateurs de Harry Baur le grand acteur.
L'article le précise ce sont 30 délateurs antisémites parmi lesquels  Mtre Brideau avocat à la cour d'appel de Paris.

Revenons un instant sur Harry Baur
Au début de l'occupation  vers juillet 1940, Bernard Herz,  le mentor de Suzanne Belperron est interrogé plusieurs fois. Une première fois, grâce à l’intervention de sa grande amie Rika Radifé, l’épouse de l’acteur Harry Baur, Suzanne Belperron parvient à le sauver de la gestapo.
Henri Marie Rodolphe Baur, dit Harry Baur, né le 12 avril 1880 dans le 11e arrondissement de Paris3, ville où il est mort le 8 avril 1943 en son domicile dans le 9e arrondissement, est un comédien français, considéré comme l'un des plus grands de la première moitié du xxe siècle. **


Harry Baur en 1940

Des le début de l'Occupation, des journaux français antisémites l'accusent d'être juif. L'acteur s'en défend en faisant publier un certificat « d'aryanité » et écrit à l'hebdomadaire Je suis partout une lettre que le journal publie : « Actuellement à l'étranger. Je viens d'apprendre que M. Alain Laubreaux m'a qualifié de « néo-aryen ». Cette expression pouvant prêter à équivoque, je tiens à préciser, de la manière la plus catégorique, que je ne suis pas aryen de fraîche date, mais aussi vieux aryen que quiconque. Je veux espérer que l'incident est clos8. » C'est alors que Joseph Goebbels, très préoccupé par la prééminence du cinéma français sur une production « germanique » qui a effectivement été anéantie par la politique antisémite des nazis, le fait venir à Berlin pour tenir le rôle masculin principal dans Symphonie d'une vie (Symphonie eines Lebens) d'Hans Bertram aux côtés d'Henny Porten et de Gisela Uhlen.

Quand il rentre en France au printemps 1942, la rumeur sur ses origines reprend de plus belle et est une nouvelle fois dénoncée. Theodor Dannecker demande alors à Charles Laville, ingénieur biologiste, chef des services scientifiques d'études aux questions juives de faire le portrait morphologique du visage d'Harry Baur. Dans le rapport qu'il lui transmet, il conclut « que le grand acteur présente à un degré fortement accusé toutes les caractéristiques sémitiques ». En avril 1947, Charles Laville sera inculpé pour intelligence avec l'ennemi et écroué à la prison de Fresnes9. Harry Baur est arrêté avec sa femme le 30 mai. Dannecker est furieux qu'un Juif ait pu tenir le premier rôle d'un film allemand. Emprisonné à la section IV J de la Gestapo pendant quatre mois dans des conditions très rudes, Harry Baur subit plusieurs séances de coups, dont une de douze heures. Au cours de l'une d'elles, il se relève et déclare au SS Hauptsturmführer :
« Il sera plus digne pour vous de frapper un homme debout. »

Il est libéré le 19 septembre 1942, ses tortionnaires lui signifiant : « nous avons toujours su que vous n'êtes pas juif ». Reinhard Heydrich, le supérieur de Dannecker, était, par ambition, en conflit avec Joseph Goebbels. L'artiste n'était que la victime de la rivalité des deux dignitaires nazis. Âgé de 62 ans, Harry Baur ne se remettra cependant jamais des séances de torture subies et meurt à peine moins de six mois plus tard, le 8 avril 1943 au 3 rue du Helder Les autorités allemandes, pour ne pas être accusées d'avoir causé sa mort, interdirent aux journaux de l'annoncer.(wikipedia)



Jugement de Louis Brideau


Un peu de prison, puis Louis Brideau est condamné à 8 ans d'indignité nationale, alors combien de gens comme Bernard Hertz a t il dénoncés et envoyés de par là même en déportation et à la mort ?
C'est un jugement indécent.

L'indignité nationale est un crime créé en France par l'ordonnance du 26 août 1944, durant la période d'épuration à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ce crime d'une très grande gravité, commis par un militaire ou un civil durant l'occupation allemande, est sanctionné par la dégradation nationale, prononcée par des juridictions d'exception qui ont été constituées durant cette période. 

L'indignité nationale est punie de la peine de la « dégradation nationale », à perpétuité ou à temps (cinq ans et plus). La dégradation nationale entraîne la mise au ban du condamné et fait partie des peines afflictives et infamantes. Il perd bon nombre de droits :
    • exclusion du droit de vote,
    • inéligibilité,
    • exclusion des fonctions publiques ou semi-publiques,
    • perte du rang dans les forces armées et du droit à porter des décorations,
    • exclusion des fonctions de direction dans les entreprises, les banques, la presse et la radio, de toutes fonctions dans des syndicats et organisations professionnelles, des professions juridiques, de l'enseignement, du journalisme, de l'Institut de France,
    • interdiction de garder ou porter des armes.
Le tribunal peut également prononcer des interdictions de séjour du condamné sur le territoire et la confiscation de tout ou partie des biens. Le versement des retraites est également suspendu.


On compte 50 223 cas de dégradation nationale à titre principal (3 578 par les cours de justice et 46 645 par les chambres civiques), et 3 184 peines suspendues « pour faits de résistance ». En tout, près de 100 000 personnes sont condamnées à la peine de dégradation nationale à titre principal et complémentaire, ce qui en fait la sanction la plus appliquée durant cette période4. On note, parmi les condamnés, Philippe Pétain, Pierre Laval, Charles Maurras et Louis-Ferdinand Céline.


Ce chef d'accusation n'est plus utilisé à la suite de la loi d'amnistie de 1951.

La loi de 1951 accorde une amnistie de plein droit, totale et sans condition, aux condamnés des chambres civiques qui avaient été relevés de leur peine de dégradation nationale pour faits de résistance. Les autres condamnés à la même peine peuvent bénéficier de l'amnistie si la peine est inférieure à quinze années


Louis Brideau est décédé le 25 avril 1989 - à  Paris 13 éme, à l'âge de 86 ans

Pendant que Brideau détruisait des hommes et des femmes,   Suzanne Belperron produisait des pieces comme celles-ci, un merveilleux bracelet diamants et Saphirs










Pour m' avoir procuré ces photos de bijoux de Suzanne Belperron, merci à Olivier Baroin, l’expert de Suzanne Belperron

La Golconde 9 place de la Madeleine 75008 Paris.

+33 (0)1 45 25 55 75

+33 (0)6 71 82 48 03


**


1947

https://youtu.be/_bwgUf4xy5A


Van Cleef: Compléments d histoire sur l'un de mes joailliers préférés

Une des nombreuses suites de mon histoire des Van Cleef et des Arpels, à retrouver sur; https://histoiredesvancleefetdesarpels.blogspot.com/...