lundi 15 mai 2023

Faire de l'or fin avec ses broutilles (autre méthode)


Il y a ...15 ans j avais donné une méthode pour faire de l or fin avec ses déchets d'or.
https://www.richardjeanjacques.com/2008/12/faire-de-l-or-fin-avec-ses-dchets.html

Voici  une autre méthode, pour de bons artisans sachant prendre des précautions!!!!! 
Vous avez nettoyé vos broutilles en les faisant bouillir afin d'enlever , j emploierais plutot degraisser  vos broutilles. Vous prenez votre aimant puissant pour éliminer la ferraille diverse.
Vous allez préparer e la solution suivante que l’on appelle de “l’eau régale” (en vieux francais : eau royale) : une partie d’acide nitrique (ou azotique), plus trois parties d’acide chlorydrique (ou esprit-de-sel). 
Au Moyen Âge, les alchimistes européens connaissaient l'acide chlorhydrique sous le nom d’esprit de sel ou acidum salis. La vapeur, le chlorure d'hydrogène, est le gaz acide marin. L'ancien nom acide muriatique possède la même origine : muriatique signifie « appartenant au sel ou à l'eau de mer 



Revenons à l'eau régale que vous avez mélangé sans risque de projection, bouillonnement ou autre ;
 Pour préparer l'eau régale, vous devez ajouter de l'acide nitrique à de l'acide chlorhydrique, et non l'inverse. C'est à dire qu'il est important de verser l'acide nitrique lentement et avec précaution dans l'acide chlorhydrique, en remuant constamment et non l'inverse . La proportion la plus courante pour la préparation de l'eau régale est de 3 volumes d'acide chlorhydrique pour 1 volume d'acide nitrique.  
les effets habituels a la manipulation des acides  restent minimes tant que les gestes sont calmes, précis et mesurés. Bien sur une éventuelle éclaboussure sur la blouse fera un trou. ( perso, une goutte était tombée sur ma chaussure en cuir..Pfutt.., foutue) 
Mais si du borax en poudre ou une solution bicarbonatée sont a portée de main, les dégats éventuels sont promptement réduits par application de l'un ou l’autre antidote, méme et surtout sur la peau, dans le pire des cas.  Mais je fais confiance aux bons artisans joailliers.



A nouveau, nous utiliserons la coupelle en verre pyrex posée sur une grille ou une amiante, a-demi remplie d’eau régale. Le tout sur un réchaud, et l’ensemble dans une hotte ou une cheminée a fort tirage, toujours a cause de ces vapeurs nauséabondes, et nocives. 

Déposer petit a petit les broutilles. L’eau régale va dissoudre l’or et l’argent lorsqu’elle reste a la temperature ambiante. A chaud, elle dissout aussi le platine. Alors, ne pas hésiter a chauffer cette “liqueur” (comme disent les chimistes), tout ce qui brille n’est pas or, et on peut ajouter : tout ce qui est blanc n’est pas de l’argent, mais peut étre de l’or blanc... ou du platine... Alors bouillons.

lnutile de préciser que quelle que soit la couleur ou la consistance que prendra la solution, elle garde une valeur certaine. Tout le métal, meme invisible existe, il se dissout comme un sucre dans une tasse de thé et nous en aurons la preuve lorsque les operations seront terminées. ll est possible aussi que n’apparaisse plus aucune action et que ce soit le calme plat. On peut alors insister en ajoutant progressivement de l’acide, puis laisser reposer pendant deux a trois heures.


Pendant ce temps, préparer : 
1° un autre recipient tres grand, pouvant contenir trois à quatre litres de liquide ; le genre bocal a cornichons des temps anciens dans lesquels on plongeait une grande pince en bois, et en verre ordinaire de preference, car la precipitation que l’on va effectuer maintenant mérite d’etre vue. 
2° se procurer du sulfate de fer. Il reste très peu de bons droguistes, (mais sur Amazon par exemple, il y en a) Ce produit a l’inconvénient d’etre hydrophile (c'est un composé ayant une affinité pour l'eau et tendance à s'y dissoudre) et il est necessaire de l’utiliser le plus rapidement possible, faute de quoi l’action que l’on en attend peut étre atténuée. En prendre livraison dans un récipient hermétique et l’utiliser vite.    

Entonnoir Castorama ou autre magasin

    
                                                                   
Poser sur le grand bocal un entonnoir en plastique (pas fragile et vite netoyé) que l’on bouche d’un petit tampon (pas trop), ou une petite grille très fine en plastique et verser doucement dans le grand bocal la liqueur enrichie des métaux en suspension. C’est long à passer, mais ce faisant, on élimine des matieres minérales nuisibles, sinon inutiles ; et de toute maniere, il est preférable de travailler dans le “propre”.

Et maintenant, dans la liqueur, au fond du grand bocal, saupoudrer de très peu de sulfate de fer : une pincée suffit pour débuter, et attendre. Au bout d’un court instant se produit la précipitation ; "bouillonnement, effluves, vapeurs, montée du niveau" (Le pourquoi du grand bocal) c’est un aperçu  de l’enfer ! Puis... le calme.

Et commencent a descendre, venant on ne sait d'ou, des parcelles brunes.

Lorsque la liqueur est redevenue calme, recommencer autant de fois que se produit la reaction tumultueuse premiere, méme en insistant un peu plus que nécessaire.
Decanter bien longuement, filtrer pour concentrer l’or en poudre, mais conserver la totalité de la liqueur qui contient en suspension de l’argent, et peut-étre du platine. Faites réduire le volume de liquide en chauffant et en laissant évaporer, et conserver cela a l’abri des mains inexpertes et ignorantes.


Cette poudre brune, vous le savez maintenant, est de l’or et surement plus pres des 1 000/1 000 que par le procédé utilisant le cuivre, puisque rien n’a éte ajouté aux broutilles, au contraire. Reste donc à soigneusement laver, sécher et fondre.


 Je conseille, avant de procéder à la mise au titre, de faire un premier lingot de métal fin, et, ensuite d’allier des morceaux d’or fin à des morceaux d’argent fin et à des morceaux de cuivre. ll est toujours a craindre, en voulant fondre de la poudre, aussi bien enveloppée qu’elle le soit dans le papier de soie alcoolisè (du mouchoir jetable fera tres bien l'affaire), que des particules s’échappent sous l’action du borax en poudre fondant au feu, ou de la pression de l’air du chalumeau ; ce qui risque de fausser le titre, danger redoutable.



L’important, pour nous est de pouvoir remettre en “fin” une petite quantité de broutilles, mais aussi de réduire en fin les limailles d’or gris, qui contrairement aux morceaux qui peuvent se refondre aisément, nécessitent, pour étre réutilisees des moyens et des installations particulieres.

Merci à Robert Arnold, et Michel Zimmerman pour la photo.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N hésitez pas a laisser des commentaires, même anonymes et je répondrai

Van Cleef: Compléments d histoire sur l'un de mes joailliers préférés

Une des nombreuses suites de mon histoire des Van Cleef et des Arpels, à retrouver sur; https://histoiredesvancleefetdesarpels.blogspot.com/...