lundi 15 février 2021

Arfvidson, joaillier parisien indépendant, fournisseur de Boucheron.

 



Un de mes fidèles lecteurs, la maison Gorky à Paris, http://www.gorkyantiq.fr/ me fait part de la lecture du poinçon de maître sur ce bracelet de Boucheron.
C'est un modèle déposé de la maison Boucheron, je n'ai pas trouvé le brevet, mais en revanche le poinçon de Charles Arfvidson m'était décrit par Varujan Chrisyan. Il fut l un des derniers à quitter (par force) le "Louvre des Antiquaires"


Ce n'est pas tout à fait le poinçon de 1884, décrit ci dessous


 Charles Arfvidson eut un fils  qui reprit la maison , et les même symboles sur le poinçon




En 1878  dans l annuaire Théophile Picot et Charles Arfvidsson (avec 2 S)




Mais en 1879  Arfvidson ne prend plus qu'un seul S



1885

Gilles Néret dans son très beau livre sur Boucheron date ce bijou de 1885

Le Style Pastiche de Boucheron, montre ronde et chatelaine composées de cartels chantournés de style louis XV en or et agate arborisées Arfvidson pour Boucheron en 1885

En 1879, Charles Arfvidson avait constitué une société avec Théophile Picot pour six ans donc en 1884 il dépose son poinçon personnel ce qui date cette chatelaine vers 1885




La Maison Wartski de Londres, revend cette broche de Arfvidson avec ce texte

Cette rare broche florale ajourée néo-renaissance est en acier bleui finement gravé et sertie de rose et de vieux brillant mais de diamants, suspendant une perle en forme de goutte, avec broche en or jaune et garnitures pédantes au revers.
Attribué à Charles Arfvidson, Paris, vers 1900.
3,3 cm de diamètre.
£ 4950


Charles Arfvidson a fourni à Boucheron des bijoux similaires en acier bleui au début des années 1900. Un collier de style régence en diamant et acier bleu signé Arfvidson fait partie de la collection Boucheron.
Voir Boucheron: Quatre générations d'un joaillier de renommée mondiale , Neret, Gilles, trans. Purcell, (NY, 1988), page 35.
La combinaison contrastée de métal noir et de diamants est très efficace et très copiée par les bijoutiers modernes.




Voici ce collier de forme dite Régence en acier bleui et diamants à l origine car des zircons remplacent  les gros diamants sur cette photo. Il est daté de 1900 et figure dans la collection Boucheron.

1900 Charles Arfvidson dans la  revue des arts décoratifs
 M. Arfvidson, dans une voie nettement moderne, tire un excellent parti du bronze, du fer et du cuivre poli dans de délicates vitrines métalliques, dignes écrins de la Bijouterie et de la Joaillerie


Cela faisait une centaine d' années  qu' il se fabriquait des bijoux en acier, près de 150 entreprises travaillaient depuis 1809 sur cette technique, sans cesse améliorée, cette planche photographique  de bijoux en acier était consacrée aux fabrications de la maison Sardoillet qui était spécialisée dans le bijou d'acier.
Elle fut fondée en 1809 et employait de nombreux ouvriers et ouvrières, estampeurs, tailleurs de pointes, polisseurs, reperceuses, riveurs, riveuses et monteurs.





La décoration et les industries d'art à l'Exposition universelle de 1900  par Roger Marx
"Pour montrer les créations des bijoutiers, des tapissiers, la plus élémentaire raison préconisait un cadre discret qui ne détournât pas l'examen de l'objet principal. L'extrême sobriété était de rigueur, et l'on sait combien il est malaisé d'y atteindre. Voyons cependant de quelle manière M. Arfvidson, M. Risler, M. Plumet s'y sont pris - pour résoudre le problème ardu. D'après M. Arfvidson, le joyau réclame un écrin transparent serti de métal, et nul métal n'annonce mieux que le fer la sécurité d'un inviolable asile. Quant aux ensembles de décoration, ils se répartissaient dans les stalles, de dimensions égales, et la tâche de l'architecte se bornait, au cas présent, à établir une succession de devantures semblables;"



1909 Arfvidson  expose à Exposition française d'art décoratif de Copenhague1909:






Peut être en raison de la guerre, en 1914 une petite annonce comme quoi le fils veut vendre son voilier, un 6 mètre JI , bateau superbe (j aurais aimé) Autre orthographe du nom , mais c'est bien l adresse de son atelier. car Charles devait être décédé puisque Vever écrivait , "notre regretté confrere" et son 3 eme livre date de 1908






En 1911 Arfvidson  vend sa voiturette  "passe partout" avec moteur De Dion

Vever écrivait ceci: 
Cette juvénile ardeur eut certes mérité sa récompense. Lalique était d'ailleurs très encouragé dans cette voie par notre regretté confrère Charles Arfvidson à qui il fournissait des dessins et avec lequel il était en très bons termes. Arfvidson pensait qu'il y avait là un excellent moyen de répandre des modèles nouveaux chez un grand nombre de fabricants déjà plusieurs d'entre eux. persuadés par lui, s'étaient inscrits comme abonnés de la future publication sans en avoir rien vu. Mais ce beau projet ne se réalisa pas, et on ne peut que le regretter pour nos industries. Entre temps Arfvidson avait parlé de son artiste à l'éditeur Rothschild qui de son côté s'occupait précisément d'une revue analogue1, également destinée aux fabricants, mais principalement aux fabricants étrangers ; il fallait donc traiter l'article d'exportation.
L'éditeur s'était adressé à des ornemanistes peu versés dans le dessin de bijouterie et par conséquent incapables de fournir des modèles intéressants ou pratiques ; aussi, saisit-il avec empressement l'occasion qui lui fut offerte de s'entendre avec Lalique, dessinateur parfaitement inconnu d'ailleurs, mais déjà spécialisé dans le bijou. L'accord se fit facilement, à raison de deux planches (aquarelles) à livrer par mois, au prix de 5o francs l'une.




Artcurial a revendu ce bracelet  BOUCHERON 
Bracelet "Crémaillère"
En or jaune 18k, formant un ruban souple articulé de trois rangées de barrettes à pans serties à leur extrémité d'un rubis carré  Vers 1935 Signé Boucheron Paris, numéroté 80 et poinçon du joaillier Arfvidson et Cie dans son écrin Long.: 18 cm, Poids brut: 45.36 g 
Bibliographie:
Melissa Gabardi, Les Bijoux de l'Art Déco aux années 40, Les éditions de l'amateur, 1986, voir un bracelet similaire p. 208-209





La maison Bonhams a revendu ce bracelet platine

La vogue des bracelets `` escalier '' ou `` escalier mobile '' a coïncidé avec le retour de l'or au cours de la seconde moitié des années 1930, lorsque des métaux plus abordables ont été remplacés par le platine et que les formes Art déco sont devenues plus tridimensionnelles. La série articulée de maillons en forme de prisme en or poli sertis de pierres précieuses à facettes était très efficace pendant une période d'austérité croissante et reflétait les formes architecturales de l'ère Art Déco.







En 1927 , Arfvidson est bien Membre adhérent de la Chambre Syndicale BJO de la rue du Louvre , il est écrit qu' il est adhérent depuis 1884 et fait partie du groupe des joailliers.




Cette belle publicité dans "Vogue" date de 1937, alors le bracelet "Escalier" dit aussi le bracelet "Crémaillère" date de 1935?1936?


C'est important de faire savoir que des joailliers comme lui, en très grand nombre sont inconnus , disparaissant derrière les "Marques" et cela me permet de montrer leur poinçon, de le faire connaitre et donc pour les amateurs ou les professionnels de savoir de qui sont certains bijoux. et si vous en connaissez de Arfvidson, adressez moi vos photos?


Un commentaire, ci dessous si vous avez un compte Google, où ,  richard.jeanjacques@gmail.com.

Evidemment, si vous pouvez compléter, c'est avec plaisir

2 commentaires:

  1. Toujours très instructif tes articles ! Merci 🙏🏻

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    J'avais travaillé l'année dernière dans le cadre d'un mémoire de master 2 en Histoire de l'art sur le bijoutier, joaillier et orfèvre Charles Arfvidson ainsi que sur sa postérité. D'ailleurs, la famille Arfvidson, cette famille prestigieuse m'intéresse beaucoup et ça faisait deux ans que je travaillais sur le sujet.

    RépondreSupprimer

N hésitez pas a laisser des commentaires, même anonymes et je répondrai